ILS VECURENT HEUREUX...

6 minutes de lecture

Deux ans plus tard

Elizabeth ne tenait plus en place. Catleen et Thomas rentraient. Ce dernier l’avait appelé pour la prévenir de leur arrivée. Elle faisait des allers-retours incessants entre la maison et la plage, lorsqu’elle vit le bateau amarré au ponton.

Catleen était la femme la plus heureuse de l’univers. Sur le chemin du retour, Thomas l’avait ramenée à Hawaï. Sur la plage, il l’avait demandé en mariage. Elle avait répondu oui, sans hésiter, coupant court au speech qu’il avait préparé.

Elle vit Elizabeth courir vers eux, en faisant un grand signe du bras. Après deux ans d’absence, Catleen était heureuse de rentrer à la maison.

*

Pendant que les tourtereaux filaient le parfait amour en mer, des évènements heureux, d’autres tristes s’étaient produits.

Mary et Alex avaient eu un quatrième enfant, une fille cette fois : Emma.

Michaëla et Andrew avaient eu, eux aussi, une petite fille baptisée Francesca.

Après avoir acheté la maison de Catleen, Elizabeth avait quitté son duplex. Elle y vivait, depuis un an, avec son compagnon, Elliot.

Les parents de Catleen se portaient à merveille, même si James en avait « ras la casquette » que sa femme adorée le surveille constamment, suite à ses problèmes cardiaques.

Martin était mort, quelques mois plus tôt, d’un cancer du poumon qui avait atteint la colonne vertébrale. Margaret était revenue à Los Angeles pour rester auprès de lui, les trois derniers mois de sa vie. Il n’avait pas été reconnaissant, la méchanceté s’était agrippée à ce corps jusqu’à la fin. Après les obsèques, Margaret était rentrée chez elle sereine. Elle avait fait son devoir d’ex-épouse.

*

Après l’annonce de leurs fiançailles, Catleen et Thomas furent accaparés par les préparatifs de leur mariage, les neuf mois suivants, avec son lot de joie, disputes et compromis. La cérémonie ainsi que les festivités se dérouleraient dans le jardin, bien assez vaste pour l’occasion.

Pour la énième fois, Thomas fit la connaissance du petit ami de sa sœur. La surprise fut à sa mesure. Elliot s’avéra être un jeune homme charmant, intelligent, cultivé, curieux, plein d’humour, croquant la vie à belle dents. Thomas avait en face de lui une Catleen en version masculine. Il sut, alors, que sa sœur avait trouvé celui qui lui était destiné.

Thomas avait l’impression de vivre dans une boutique de mariage. Il y avait des échantillons de tout et n’importe quoi, partout dans la maison ainsi que des magazines étalés sur le sol. C’était le parcours du combattant pour se déplacer. Des post-its étaient scotchés sur toutes les surfaces disponibles, même le miroir de la salle de bain, où il était difficile, maintenant, de voir son reflet.

Six mois avant le mariage, Catleen dut se rendre à l’évidence : elle était enceinte. Sans en parler à personne, elle consulta un obstétricien. Elle était enceinte de six semaines. Ce n’était pas prévu, mais elle était prête à accueillir les deux petits bouts qui grandissaient en elle. En serait-il de même pour Thomas ? Ils n’avaient jamais parlé sérieusement d’avoir des enfants, la paternité étant un sujet difficile à aborder avec lui. Martin n’avait pas été un père exemplaire.

Sur le chemin du retour, Catleen s’arrêta devant la vitrine d’une boutique de vêtements pour bébé. Elle poussa la porte.

Au moment de se coucher, Thomas trouva une petite boite posée sur son oreiller.

─ Qu’est-ce que c’est ?

─ Une surprise.

─ En quel honneur ?

─ Faut-il une raison particulière pour faire une surprise ?

Thomas ouvrit la boîte, puis en sortit une paire de chaussons de bébé.

─Surprise, Papa ! dit Catleen sur le ton le plus enjoué qui soit, alors que son visage exprimait l’angoisse.

─ Tu es enceinte ?

La jeune femme fit oui de la tête en esquissant un sourire timide.

─ Je vais être père.

Thomas se passa la main dans les cheveux, en faisant les cent pas dans la chambre. Catleen attendait son enfant. Leur enfant à tous les deux. Ce n’était pas cette nouvelle qui l’inquiétait, car la jeune femme ne pouvait lui faire de cadeau plus précieux ; Il se demandait quel genre de père il serait. Attentif, aimant, compréhensif ? Tout ce que son géniteur n’avait jamais été. Alex était un papa formidable. Pourquoi ne serait-il pas capable de faire aussi bien ?

Il exprima enfin son bonheur en riant, puis prit Catleen dans ses bras, se sentant l’homme le plus heureux du monde.

─ Nous allons avoir un bébé.

─ En fait, nous allons avoir deux bébés.

Un, deux, dix, qu’importe ! Il était prêt a vivre cette nouvelle aventure. Il s’agenouilla devant sa future épouse pour soulever son tee-shirt, afin de poser un baiser sur son ventre.

Sans tarder, Thomas vida la chambre d’amis à côté de la leur, pour en faire une chambre d’enfants, avec l’aide d’Elliot.

Le jour du mariage arrivait à grand pas. Enceinte de cinq mois, Catleen ressemblait à un cachalot, selon ses propres termes. A présent, elle savait qu’elle attendait deux petits mecs. Bien que Thomas ait crié haut et fort qu’il serait content quel que soit le sexe de ses enfants, il déborda d’une joie sans commune mesure, lorsqu’il apprit que ce serait deux petits garçons.

Seul tout petit point noir dans tout ce bonheur : Catleen avait du renoncer à la robe de mariée de ses rêves afin d’opter pour une tenue plus adaptée à sa silhouette de baleine. Envolée la robe fourreau qui s’évasait sur le bas. Sniff.

Une semaine avant le mariage, Margaret et Edouard ainsi que les parents de Catleen arrivèrent pour aider aux derniers préparatifs.

Michaëla arriva seule avec sa fille. Andrew était en déplacement professionnel ; il rejoindrait tout ce petit monde la veille de la cérémonie.

Félix fit le voyage depuis Paris, seul représentant de la famille Dercourt. Charles s’était fracturé la hanche suite à une chute de cheval, donc incapable de se déplacer.

Selon la tradition, la veille du mariage, la future mariée ne doit pas dormir sous le même toit que son promis. Catleen refusa de quitter sa chambre, même pour une nuit. Son lit était bien trop confortable, puis elle savait comment y installer son gros ventre. A défaut, Thomas dormit sur le canapé de la bibliothèque.

Thomas se sentait nerveux. Il avait très mal dormi, sans Catleen. Il n’arrêtait pas de vérifier le boutonnage de son gilet ou de remettre en place la fleur à sa boutonnière. Ses mains tremblaient légèrement, sa gorge était sèche. Ni le sourire chaleureux du Révérend Watkins, ni la main rassurante d’Alex sur son épaule ne réussirent vraiment à le calmer.

Lorsqu’il vit Catleen sortir par la baie vitrée du salon, au bras de son père, Le cœur de Thomas fit un bond dans sa poitrine, puis toute sa nervosité s’envola. Elle était radieuse, magnifique dans sa longue robe blanche, écrin parfait pour ses rondeurs de femme enceinte. Il l’aimait au-delà de ce que l’on pouvait exprimer. Le sourire aux lèvres, il la regarda s’avancer vers lui.

Catleen sourit en voyant Thomas l’attendre devant l’autel. Il avait fait des efforts vestimentaires, sans mettre complètement de côté son look décontracté. A défaut de la veste de costume, il portait un gilet agrémenté d’une rose rouge à la boutonnière, rappel de son bouquet de mariée. Sa chemise blanche n’était pas boutonnée jusqu’en haut, les manches étaient relevées jusqu’au coude. Elle le reconnaissait bien là. Elle n’aurait pas voulu qu’il s’habille autrement. Seul bémol : il avait coupé ses cheveux courts et rasé sa barbe. Dommage. Elle aimait bien ses cheveux longs. Elle adorait y passer la main lorsque… Stop la libido exacerbée ! Revenons aux choses sérieuses.

─ Pourquoi as-tu coupé tes cheveux ? murmura-t-elle, une fois à côté de Thomas.

─ Cela repoussera, Princesse, répondit-il en lui faisant un clin d’œil.

Catleen et Thomas se dirent oui en cette radieuse journée de printemps, au milieu de leur famille et amis.

Trois mois plus tard, Catleen donna naissance à deux magnifiques petits garçons : Léo et Justin.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
JustineC
Une phrase par jour, pendant toute la durée du confinement. En espérant qu'il se passe des choses intéressantes pour les retranscrire !
448
167
31
7
Mimlay
~CV~

2393, les Hommes ont déserté la Terre gelée, installés dans des stations spatiales. Au cœur d’un Système multiculturel en expansion, quelques illuminés à la quête de découvertes et de vérités.

« Je suis tout à la fois, je suis le Soleil énorme dans l'azur, la mer que je n'ai jamais vue, les océans sous la glace, le gel et le dégel, la Terre et les étoiles. Je suis tout, nulle part, mais avec toi. Avec mille autres. »
— Extrait tiré d'Illuminés.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NB : Ouverte aux annotations et commentaires, je vous avertis malgré tout : je ne prendrai pas tout en compte. Ce texte a ses défauts, j'en suis bien consciente :) Mais tous les supprimer serait trahir l'écrivaillon qui les imaginés à l'époque.

Je tiens beaucoup à cette histoire, j'espère qu'elle saura vous satisfaire, peut-être même vous transporter, qui sait ? Bienvenue aux peinturlureurs/commentateurs compulsifs comme aux lecteurs silencieux !

Illuminés est un récit de science-fantasy, mêlant aventure, amitiés, violence, magie et drames. Mes personnages sont à l'image de ce que j'ai pu ressentir pendant un temps...

Aussi, s'il est classé en "contenu sensible", c'est à cause de quelques scènes relativement brutales, bien qu'elles ne soient pas gores non plus. Il n'y a pas de scène de sexe ou érotique, ou même d'usage de drogues, soyez tranquilles. :)

Bon, trêve de blabla, bonne lecture !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Références de l'illustration : "The Magician" de rrrhart.
Lien de son tumblr pour les intéressés : https://rrrhart.tumblr.com/post/168134399836/tarot-i-the-magician
869
655
1507
264
eragona
On retrouve notre famille royal quatorze après. Que sont devenue Elena Et Océane ?

Malgré quatorze ans de bonheur, les problèmes reviennes. Des problèmes toujours plus compliquer à gérer pour nos deux amantes.
12
11
188
147

Vous aimez lire Carole Pohie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0