SECONDE CHANCE partie 4

3 minutes de lecture

Thomas ouvrit un œil. La place, à côté de lui dans le lit, était vide. Nom de Dieu ! Pourrait-il, une fois dans sa vie, se réveiller sans constater que Catleen avait quitté la chambre. Cela l’avait toujours angoissé. Il enfila un short avant de quitter la pièce. Il trouva son petit bout de femme au bord de la piscine, en train de manger une banane. Sans crier gare, il attrapa la jeune femme par les jambes pour la porter sur son épaule.

─ Eh ! Qu’est-ce que tu fais ?

─ Je te ramène au lit, je n’en ai pas fini avec toi, Princesse. Et si tu te montres particulièrement gentille avec moi, je t’emmènerai dîner au restaurant ce soir, dit Thomas en donnant une tape sur les fesses de Catleen.

Quelques temps plus tard, Catleen déménagea pour se réinstaller dans la maison de Thomas, qu’elle avait toujours considéré comme la sienne.

« J’ai comme une impression de déjà vu, non ? »

Cela faisait longtemps que sa petite voix intérieure n’était pas venue la taquiner. Tout était rentré dans l’ordre.

*

L’été suivant.

Depuis plusieurs semaines, Thomas essayait de convaincre Catleen de faire un tour du monde en bateau, ensemble. Son travail était la cause de son refus.

─ Chérie, tu peux écrire où que tu sois. Tu n’as pas besoin d’être assise derrière ton bureau dans la bibliothèque. Voyager peut être une grande source d’inspiration, souviens-toi lorsque tu étais à Hawaï, argumenta Thomas. Pendant que tu coucherais sur papier de merveilleuses histoires, je ferais de fantastiques photos.

─ Vu sous cet angle, c’est vraiment tentant.

─ Quand nous serons vieux, tous ridés et plein de rhumatismes, nous aurons de fabuleux souvenirs à raconter à nos petits-enfants.

─ Des petits enfants, rien que ça !

─ Une ribambelle. Ils viendront nous envahir tous les week-ends. Mais avant, il faut faire des enfants, lança Thomas, une lueur coquine dans les yeux.

─ Eh, on se calme grand-père ! répondit Catleen en éclatant de rire avant de le rejoindre sous les draps.

Catleen finit par accepter. Après tout, voyager avec Thomas avait toujours été son rêve.

Ils souhaitaient partir le plus tôt possible. Préparer leur départ, au niveau logistique, prit peu de temps. Une fois la famille mise au courant de leur projet, Catleen et Thomas prirent l’avion pour San Francisco, puis New-York afin de dire au revoir à leurs parents.

Thomas avait quelques appréhensions quant à la réaction des parents de Catleen. James l’accueillit aussi chaleureusement que la première fois. Il faisait partie de ces personnes qui étaient convaincues qu’un couple doit traverser certaines épreuves pour consolider leur relation, être en phase pour avancer ensemble. Les deux jeunes gens avaient surmonté celle qui leur était destinée. Deirdre n’avait pas l’âme philosophe de son mari. Le jeune homme avait fait souffrir son bébé. A cause de lui, sa fille s’était retrouvée en pièces. Cependant, Deirdre dut se rendre à l’évidence : Catleen irradiait de bonheur en présence de Thomas. Alors que demander de plus ? Avant de les quitter, Thomas demanda la bénédiction de James, pour demander sa fille en mariage, ce qui lui fut accordé avec joie.

Le soir de l’arrivée de Catleen et Thomas à New-York, Margaret s’isola dans la bibliothèque avec son fils, afin de lui parler.

─ Martin est malade, asséna-t-elle, sans préambule.

─ Ce n’est pas un scoop, ironisa Thomas. J’ai toujours été convaincu qu’il souffrait d’un désordre psy, pour traiter les gens comme il le fait.

─ Thomas, je suis sérieuse.

Le jeune homme perçut de l’inquiétude dans le ton de sa mère.

─ Ne me dis pas que tu t’en fais pour ce type, quand même ! Il nous a tous pourri la vie.

─ Écoute mon chéri, j’ai aimé ton père comme une folle, puis je l’ai haï autant que l’on peut haïr quelqu’un. Maintenant, j’ai de la peine pour lui. Il reste, malgré tout, le père de mes enfants ; une partie de moi se sentira toujours concernée par son sort, tu comprends.

Non, Thomas ne comprenait pas du tout.

─ Quel rapport cela a-t-il avec moi ? demanda-t-il agacé.

─ Tu devrais aller le voir avant que vous partiez. Il ne sera certainement plus de ce monde, à votre retour.

─ Hors de question !

Thomas sortit de la pièce, ne voulant pas en entendre davantage. S’ils voulaient tous s’apitoyer sur le sort de Martin, grand bien leur fasse. Lui, il ne pardonnerait jamais à son père, même mourant.

*

Tout était fin prêt pour la grande aventure. La veille de leur départ, Thomas s’enferma dans la chambre pour fouiller le tiroir de la commode. Il trouva l’écrin là où il l’avait laissé.

Le lendemain, le « Princesse » largua les amarres, puis s’éloigna lentement du ponton.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
JustineC
Une phrase par jour, pendant toute la durée du confinement. En espérant qu'il se passe des choses intéressantes pour les retranscrire !
448
167
31
7
Mimlay
~CV~

2393, les Hommes ont déserté la Terre gelée, installés dans des stations spatiales. Au cœur d’un Système multiculturel en expansion, quelques illuminés à la quête de découvertes et de vérités.

« Je suis tout à la fois, je suis le Soleil énorme dans l'azur, la mer que je n'ai jamais vue, les océans sous la glace, le gel et le dégel, la Terre et les étoiles. Je suis tout, nulle part, mais avec toi. Avec mille autres. »
— Extrait tiré d'Illuminés.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NB : Ouverte aux annotations et commentaires, je vous avertis malgré tout : je ne prendrai pas tout en compte. Ce texte a ses défauts, j'en suis bien consciente :) Mais tous les supprimer serait trahir l'écrivaillon qui les imaginés à l'époque.

Je tiens beaucoup à cette histoire, j'espère qu'elle saura vous satisfaire, peut-être même vous transporter, qui sait ? Bienvenue aux peinturlureurs/commentateurs compulsifs comme aux lecteurs silencieux !

Illuminés est un récit de science-fantasy, mêlant aventure, amitiés, violence, magie et drames. Mes personnages sont à l'image de ce que j'ai pu ressentir pendant un temps...

Aussi, s'il est classé en "contenu sensible", c'est à cause de quelques scènes relativement brutales, bien qu'elles ne soient pas gores non plus. Il n'y a pas de scène de sexe ou érotique, ou même d'usage de drogues, soyez tranquilles. :)

Bon, trêve de blabla, bonne lecture !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Références de l'illustration : "The Magician" de rrrhart.
Lien de son tumblr pour les intéressés : https://rrrhart.tumblr.com/post/168134399836/tarot-i-the-magician
869
655
1507
264
eragona
On retrouve notre famille royal quatorze après. Que sont devenue Elena Et Océane ?

Malgré quatorze ans de bonheur, les problèmes reviennes. Des problèmes toujours plus compliquer à gérer pour nos deux amantes.
12
11
188
147

Vous aimez lire Carole Pohie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0