SECONDE CHANCE partie 2

6 minutes de lecture

Assise au bord de son lit, Catleen ouvrit l’écrin qui abritait un magnifique peigne à chignon en argent finement ciselé. Le motif représentait un oiseau en plein vol avec une plume dans le bec. Jolie métaphore : elle, la plume ; lui, l’oiseau. Elle posa délicatement le peigne sur la table de chevet.

Allongée, elle fixait le plafond depuis un moment, incapable de dormir, ne pouvant s’empêcher de penser à Thomas. Lorsqu’il s’était penché, elle avait espéré, même désiré, qu’il l’embrasse sur les lèvres. Elle ferma les yeux, mais rien n’y fit. Thomas la hantait.

Les jours suivants, Thomas se balada sur la plage tous les soirs dans l’espoir de tomber sur Catleen. Il ne la vit pas une seule fois. Avait-elle changé ses habitudes ou cherchait-elle à l’éviter ? Qu’à cela ne tienne. Ayant trouvé un prétexte pour lui rendre visite, Thomas remonta la plage, une grande enveloppe dans la main. Il trouva la jeune femme allongée dans un hamac, en train de lire.

─ Bonjour, Cat. Aurais-tu une minute à m’accorder ?

─ Bien sûr.

Elle l’invita à entrer dans la maison.

─ J’ai décidé de reprendre le projet que j’ai laissé en plan, avant de partir, expliqua Thomas en posant l’enveloppe sur la table du salon. Ce sont les photos que j’ai prises de toi, pendant les séances de lecture et de dédicaces. Cela me rendrait service que tu choisisses celles que tu préfères ; après tout, tu es la première concernée.

─ D’accord, pas de problème.

─ Tu sais où me trouver pour me les rapporter.

Thomas partit le sourire aux lèvres, satisfait de son petit stratagème.

Catleen était penchée, depuis au moins une heure, sur les photos étalées sur toute la surface de la table du salon, incapable d’en choisir une seule. Elles étaient toutes magnifiques, mais surtout, il y en avait trop. Elle remit les clichés dans l’enveloppe puis sortit de la maison.

Thomas n’eut pas à attendre longtemps avant de voir sa princesse pointer le bout de son joli petit nez.

─ Je te laisse choisir. Tu seras meilleur juge que moi, annonça Catleen en lui tendant l’enveloppe.

Sans rien dire, Thomas la prit par la main avant de l’entraîner à l’étage, dans son bureau, où il l’assit d’office, sans qu'elle ait le droit de dire quoi que ce soit. Une heure plus tard, le jeune homme rassembla les photos qu’ils avaient choisies ensemble.

─ Je te raccompagne ? proposa-t-il.

─ Pourquoi pas.

Ils remontèrent la plage, côte à côte, en silence. Arrivés au ponton, ils allèrent s’asseoir près du bateau. Catleen posa sa tête sur l’épaule de Thomas, en regardant le nom du voilier.

─ Je me suis toujours demandé pourquoi tu m’avais donné ce surnom.

─ Tu ne m’as jamais posé la question.

─ C’est vrai.

─ A Maui, le premier soir où nous avons dîné ensemble, tu portais une robe blanche. Tu étais magnifique, la plus belle femme que j’aie jamais vu. Tu m’as fait penser à une princesse ; ma princesse.

─ Pourquoi avoir donné ce nom à ton bateau ?

─ J’ai acheté ce voilier il y a plus d’un an. C’était une surprise pour toi.

─ Vraiment ?

─ Vraiment. Tu as cru que je l’avais acheté pour fuir loin de toi.

─ J’avoue que cela m’a traversé l’esprit.

─ L’idée était de t’emmener voir le monde.

─ J’aurais adoré cela.

─ Je le sais.

─ Mais j’ai tout gâché.

─ Je suis désolé que les choses se soient passées de cette façon entre nous.

La jeune femme se leva, puis partit, sans rien ajouter. Thomas ne chercha pas à la retenir.

Plusieurs jours passèrent, sans que Thomas ait de nouvelles de Catleen. Puis un matin, alors qu’il était allongé sur le sable, après s’être baigné, il vit la jeune femme s’avancer vers lui d’un pas pressé.

─ Pourquoi tu ne m’as pas tout simplement dit que tu ne voulais plus de moi ? Tu n’étais pas obligé de partir.

Le désespoir perçait dans la voix de Catleen.

─ Assieds-toi.

─ Je n’ai pas envie de m’asseoir. Je veux juste une réponse claire.

Thomas attrapa la main de la jeune femme, puis la tira pour la faire asseoir ; Il entremêla leurs doigts.

─ Je ne suis pas parti parce que je ne t’aimais plus. J’étais en colère contre toi et terriblement déçu. Ces sentiments ont pris le pas sur tout le reste. Il m’était devenu impossible de te regarder en face. Partir était la seule issue. Seul, loin de tout, j’ai réalisé que j’étais le fautif de toute cette merde. Ton comportement n’a été qu’une réaction à mon aveuglement. Mais en aucun cas, je n’ai cessé de t’aimer.

─ Il t’a fallu six mois pour te rendre compte de tout cela ?

La question frisait le reproche.

─ En fait, non.

La conversation prenait une tournure qui ne mettaitThomas à son avantage.

─ Comment cela « en fait, non ».

« Autant être honnête jusqu’au bout » pensa Thomas.

─ Lorsque j’ai appris que tu avais quitté la maison, j’en ai conclu que tu souhaitais tourner la page. Il était temps pour moi de te laisser en paix. Donc, je suis resté plus longtemps à Hawaï.

─ Dis-moi une chose. Pourquoi es-tu revenu ?

─ Il fallait bien que je rentre, à un moment ou à un autre.

« Ma pauvre fille, quelle idiote tu fais ! Toi qui croyais, que peut-être, il était revenu pour toi. »

Catleen dégagea brutalement sa main, puis se leva.

─ Où vas-tu ?

─ Dans MA maison où J’AI déménagé.

─ Qu’est-ce que j’ai dit, encore !

Catleen fit quelques pas avant de se retourner vers Thomas.

─ Je ne suis peut-être qu’une idiote mais toi, tu es le plus gros crétin que la terre ait porté.

Le soir même, Thomas vit Catleen débouler au fond du jardin, pendant qu’il dînait sur la terrasse. La marche hésitante, la jeune femme s’avança vers lui. Manifestement, elle avait trop bu.

─ Je n’en ai pas fini avec toi, dit-elle, le pointant du doigt.

─ Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de discuter dans l’état où tu es.

─ Dans quel état je suis ?

─ Tu es ivre.

─ Cela te ferait plaisir, hein ? Que je me saoule par désespoir à cause de toi.

Thomas se leva de table.

─ Tu racontes n’importe quoi. Viens, je te ramène chez toi.

Il lui prit la main, main Catleen ne bougea pas.

─ Je ne partirais pas d’ici avant que tu répondes à ma question.

─ Écoute Princesse, je ne veux pas me disputer avec toi.

Catleen dégagea sa main de celle de Thomas pour attraper la carafe d’eau, dont elle jeta le contenu à la figure du jeune homme.

─ Ah, oui ? Et maintenant mon amour ?

Thomas s’essuya le visage avec le bas de son tee-shirt. Sans ménagement, il prit le bras de Catleen pour l’entraîner dans la bibliothèque, où la jeune femme s’assit dans le canapé.

─ Je t’en prie, je t’écoute.

─ Es-tu parti en croyant que je t’attendrais ici ?

─ Disons que je l’espérais.

─ Comment pouvais-tu espérer cela sans m’expliquer les raisons de ton départ ?

─ Tu n’aurais pas compris.

─ Vraiment ?

Thomas se frotta le visage avec la main, en faisant les cent pas devant le canapé, puis il s’assit sur la table basse, en prenant la figure de Catleen entre ses mains, pour la regarder dans les yeux.

─ M’aurais-tu attendu si je t’avais avoué que je te détestais au point de ne plus supporter ta présence, mais qu’en même temps, je t’aimais comme un fou ? Sois honnête.

─ Je n’en sais rien, mais au moins, j’aurais eu le choix.

─ Je ne voulais pas te perdre.

─ Quand tu as su que j’avais quitté la maison, pourquoi tu n’es pas rentré pour me récupérer, alors ?

─ Je te l’ai dit. J’ai cru que tu étais passée à autre chose.

─ J’ai déménagé pour oublier, mais cela n’a pas marché. J’avais l’impression de mourir à petit feu.

Thomas s'asit à côté de Catleen qui posa sa tête sur son épaule. La jeune femme se redressa en mettant la main devant sa bouche.

─ Thomas, je crois que je vais être malade.

Il se précipita pour prendre la corbeille à côté du bureau.

─ Tu devrais t’allonger. Quand tu iras mieux, je t’apporterai quelque chose à manger.

Catleen ferma les yeux, puis sombra dans un profond sommeil.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
JustineC
Une phrase par jour, pendant toute la durée du confinement. En espérant qu'il se passe des choses intéressantes pour les retranscrire !
448
167
31
7
Mimlay
~CV~

2393, les Hommes ont déserté la Terre gelée, installés dans des stations spatiales. Au cœur d’un Système multiculturel en expansion, quelques illuminés à la quête de découvertes et de vérités.

« Je suis tout à la fois, je suis le Soleil énorme dans l'azur, la mer que je n'ai jamais vue, les océans sous la glace, le gel et le dégel, la Terre et les étoiles. Je suis tout, nulle part, mais avec toi. Avec mille autres. »
— Extrait tiré d'Illuminés.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NB : Ouverte aux annotations et commentaires, je vous avertis malgré tout : je ne prendrai pas tout en compte. Ce texte a ses défauts, j'en suis bien consciente :) Mais tous les supprimer serait trahir l'écrivaillon qui les imaginés à l'époque.

Je tiens beaucoup à cette histoire, j'espère qu'elle saura vous satisfaire, peut-être même vous transporter, qui sait ? Bienvenue aux peinturlureurs/commentateurs compulsifs comme aux lecteurs silencieux !

Illuminés est un récit de science-fantasy, mêlant aventure, amitiés, violence, magie et drames. Mes personnages sont à l'image de ce que j'ai pu ressentir pendant un temps...

Aussi, s'il est classé en "contenu sensible", c'est à cause de quelques scènes relativement brutales, bien qu'elles ne soient pas gores non plus. Il n'y a pas de scène de sexe ou érotique, ou même d'usage de drogues, soyez tranquilles. :)

Bon, trêve de blabla, bonne lecture !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Références de l'illustration : "The Magician" de rrrhart.
Lien de son tumblr pour les intéressés : https://rrrhart.tumblr.com/post/168134399836/tarot-i-the-magician
869
655
1507
264
eragona
On retrouve notre famille royal quatorze après. Que sont devenue Elena Et Océane ?

Malgré quatorze ans de bonheur, les problèmes reviennes. Des problèmes toujours plus compliquer à gérer pour nos deux amantes.
12
11
188
147

Vous aimez lire Carole Pohie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0