DESCENTE AUX ENFERS partie 1

5 minutes de lecture

Catleen ne pouvait pas rester chez Elizabeth. Thomas finirait par la chercher ; elle ne tenait pas à créer de dissensions entre le frère et la sœur. Aller chez ses parents n’était pas une option, Thomas commencerait par là pour la retrouver. La solution lui apparut comme un flash : Michaëla.

Elizabeth n’avait pas réussi à convaincre Catleen de contacter Thomas. Il y avait forcément une explication à ce que son amie avait vu. Son frère ne ferait jamais une chose pareille. Elle accepta de garder sous silence la présence de la jeune femme chez elle, jusqu’à ce qu’elle trouve un mot de cette dernière sur la table du salon, en rentrant le soir.

« Elizabeth, je pars en Angleterre quelque temps. Motus et bouche cousue à qui tu sais. Merci pour ton accueil. Cat. »

Toute cette histoire était vraiment ridicule. Elizabeth sortit son téléphone de son sac.

Thomas s’apprêtait à partir lorsque son portable sonna.

─ Allô, Liz ?

─ Thomas, j’ai une chose importante à te dire.

─ Cela ne peut pas attendre ? Je dois récupérer Cat à l’aéroport.

─ Elle ne sera pas dans l’avion.

─ Bien sûr que si. Elle m’a confirmé son arrivée il y a plusieurs jours.

─ Elle est rentrée il y a deux jours, pour te faire une surprise.

Thomas se passa la main sur le visage. Il devina ce qui allait suivre.

─ Elle t’a vu embrasser Sophia.

─ Ce n’est pas ce qui s’est passé.

─ Ce n’est pas à moi qu’il faut le dire.

─ J’arrive.

─ Te fatigue pas, elle n’est plus chez moi.

─ Où est-elle ?

─ Elle a pris un vol pour l’Angleterre donc…

─ Elle est partie à Londres, chez Michaëla.

Thomas raccrocha sans plus de cérémonie.

─ Tu peux partir au bout du monde si cela te chante, Princesse, je te suivrai.

Félix Dercourt était arrivé la veille, soulagé de constater que son insupportable sœur avait pris ses clics et ses clacs. Il s’était vu la ficeler et la bâillonner pour la ramener auprès de leur père. Le jeune homme avait investi l’une des chambres d’amis pour attendre le retour de Catleen, afin de faire sa connaissance.

A présent, il était assis sur la terrasse, verre de whisky en main, à écouter Thomas lui exposer la situation.

─ Pour résumer, je t’ai apporté une bague de fiançailles pour une femme qui s’est fait la malle parce que tu en as embrassé une autre. Maintenant, tu veux aller à Londres pour la récupérer.

─ Je n’ai pas embrassé ta sœur.

─ Que tu l’aies fait, délibérément ou non, ne change rien. Tu t’es foutu dans une sacrée merde, mon vieux, lança Félix en frappant de la main l’épaule de son ami.

─ Je te remercie de ton soutien.

Félix finit par rire.

─ Je ne vois pas ce qu’il y a de comique.

─ Thomas Miller qui court après une femme. Je n’aurais jamais cru que je verrais cela un jour.

─ Crois-moi, elle en vaut la peine. J’irai au bout du monde s’il le faut.

Deux jours plus tard, le jet privé de la famille Dercourt décolla, direction Londres, avec Thomas à bord. Le jeune homme avait retourné toute la maison pour mettre la main sur l’invitation de mariage, l’adresse de Michaëla y était inscrite. Il réserva une chambre d’hôtel, quelques rues plus loin.

Avant de se présenter à l’appartement, Thomas tenta de contacter Catleen qui ne répondit pas. Elle ne lui laissait plus le choix. Durant le trajet qu’il fit à pied, il réfléchit à ce qu’il allait lui dire. Il prit une profonde inspiration puis sonna. Catleen vint ouvrir la porte avant de la claquer immédiatement. Il s’apprêtait à sonner à nouveau, lorsque la porte s’ouvrit sur Michaëla, sourire aux lèvres.

─ Je t’en prie Thomas, entre.

Elle lui fit la bise. Manifestement, il pouvait la compter parmi ses alliés.

─ J’ai essayé de lui parler mais elle ne veut rien entendre.

─ Je n’ai jamais eu l’intention de lui faire de mal.

Michaëla posa sa main sur l’avant-bras de Thomas, en geste de réconfort.

─ Je n’en doute pas une seconde. Tu la trouveras dans la chambre, au fond du couloir à gauche.

─ Merci.

Il frappa doucement à la porte sans obtenir de réponse. Il entra. Catleen était de dos face à la fenêtre, les bras enroulés autour du buste.

─ Bonjour, Princesse.

Elle se retourna. Ses yeux étaient rouges et gonflés d’avoir pleuré. Thomas se sentit très mal de la voir dans cet état. Il n’avait qu’une envie : la serrer contre lui pour la réconforter.

─ Pourquoi es-tu venu jusqu’ici ?

─ Pour te ramener à la maison.

─ Je ne veux rien avoir à faire avec toi, cria-t-elle.

Thomas ferma la porte de la chambre puis, s’approcha d’elle.

─ Tu n’as pas l’impression de te comporter comme une gamine ?

Catleen s’avança vers lui pour le regarder droit dans les yeux.

─ Et toi, tu n’as pas l’impression de t’être comporté comme un salaud ?

─ Je n’ai pas embrassé Sophia. Je suis persuadé qu’au fond de toi, tu le sais.

─ Je vous ai vus, tous les deux au bord de la piscine, enlacés. Ses bras autour de toi, tes mains tenant son visage, dit-elle d’un ton dégoûté en reculant.

─ Si tu ne t’étais pas enfuie comme une voleuse, tu aurais vu que je l’ai repoussée puis mise à la porte. Qu’est-ce qui t’a pris de disparaître comme ça, bon sang !

Catleen ne répondit pas. Elle le regardait fixement.

─ Je reconnais avoir merdé sur toute la ligne.

Toujours aucune réaction de la jeune femme. Thomas s’approcha, la main tendue vers elle, lorsque la vérité frappa son esprit comme un coup de fouet. Elle l’avait scruté, en silence, dans le seul but de déceler s’il ne lui mentait pas. Elle ne lui faisait pas confiance.

─ Est-ce vraiment ce que tu penses de moi ? Me crois-tu capable d’oublier ce que je ressens pour toi, en un claquement de doigts, pour me précipiter dans les bras d’une autre femme ?

Catleen baissa les armes. Elle se laissa tomber sur le bout du lit.

─ Je n’en sais rien.

─ Tu n’en sais rien ?

C’était pas possible, c’était un cauchemar !

─ Cela m’a vraiment fait mal de vous voir ensemble. Oui, j’avoue que j’ai cru que Sophia était arrivée à ses fins. J’étais en colère. Venir ici m’a semblé être la meilleure option pour que tu ne me retrouves pas.

─ Donc, tu as décidé de me quitter.

─ Non.

Thomas tourna en rond dans la pièce. Il avait l’impression de devenir fou. Il éprouvait une envie difficilement contrôlable de donner des coups de poings dans les murs. Il s’accroupit en face de Catleen pour lui prendre la tête entre les mains. Il posa son front contre le sien, puis ferma les yeux.

─ Quand tu sauras ce que tu veux, que tu comprendras réellement ce que je ressens pour toi, tu sauras où me trouver.

Il se leva, ouvrit brutalement la porte qui cogna contre le mur. Michaëla se trouvait dans le couloir, mais Thomas leva la main pour lui signifier qu’il ne voulait pas parler. Il sortit de l’appartement.

Thomas reprit l’avion pour Los Angeles, persuadé qu’il ne reverrait jamais Catleen. De retour chez lui, il prépara le matériel nécessaire pour aller camper sans prévenir personne. Il laissa un mot sur le meuble du salon à l’intention de Liz. Il comptait ne pas répondre aux appels. Sa soeur finirait forcément par débarquer.

Thomas avait pensé qu’être seul au grand air, à dormir à la belle étoile lui ferait du bien, mais il n’en fut rien. Il cumula les nuits blanches. Il avait constamment Cat à l’esprit. Elle était ancrée dans son esprit, son corps. Jamais il ne l’oublierait. Après plusieurs jours, il remballa son matériel pour reprendre le chemin de la maison. S’en être éloigné n’avait servi à rien.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Défi
JustineC
Une phrase par jour, pendant toute la durée du confinement. En espérant qu'il se passe des choses intéressantes pour les retranscrire !
448
167
31
7
Mimlay
~CV~

2393, les Hommes ont déserté la Terre gelée, installés dans des stations spatiales. Au cœur d’un Système multiculturel en expansion, quelques illuminés à la quête de découvertes et de vérités.

« Je suis tout à la fois, je suis le Soleil énorme dans l'azur, la mer que je n'ai jamais vue, les océans sous la glace, le gel et le dégel, la Terre et les étoiles. Je suis tout, nulle part, mais avec toi. Avec mille autres. »
— Extrait tiré d'Illuminés.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NB : Ouverte aux annotations et commentaires, je vous avertis malgré tout : je ne prendrai pas tout en compte. Ce texte a ses défauts, j'en suis bien consciente :) Mais tous les supprimer serait trahir l'écrivaillon qui les imaginés à l'époque.

Je tiens beaucoup à cette histoire, j'espère qu'elle saura vous satisfaire, peut-être même vous transporter, qui sait ? Bienvenue aux peinturlureurs/commentateurs compulsifs comme aux lecteurs silencieux !

Illuminés est un récit de science-fantasy, mêlant aventure, amitiés, violence, magie et drames. Mes personnages sont à l'image de ce que j'ai pu ressentir pendant un temps...

Aussi, s'il est classé en "contenu sensible", c'est à cause de quelques scènes relativement brutales, bien qu'elles ne soient pas gores non plus. Il n'y a pas de scène de sexe ou érotique, ou même d'usage de drogues, soyez tranquilles. :)

Bon, trêve de blabla, bonne lecture !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Références de l'illustration : "The Magician" de rrrhart.
Lien de son tumblr pour les intéressés : https://rrrhart.tumblr.com/post/168134399836/tarot-i-the-magician
869
655
1507
264
eragona
On retrouve notre famille royal quatorze après. Que sont devenue Elena Et Océane ?

Malgré quatorze ans de bonheur, les problèmes reviennes. Des problèmes toujours plus compliquer à gérer pour nos deux amantes.
12
11
188
147

Vous aimez lire Carole Pohie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0