LE GRAIN DE SABLE partie 3

6 minutes de lecture

Après avoir débarrassé la table du petit déjeuner, Catleen s’enferma dans la bibliothèque pour travailler, sans réussir à se concentrer. Les mots de Thomas résonnaient dans sa tête. « Ne pense plus à tout cela ». Comment ? Dans la cuisine, elle n’avait pas voulu exprimer ses sentiments de peur de passer pour la petite amie jalouse et parano, mais toute cette histoire était étrange. Pourquoi Sophia apparaissait subitement au bout de trois ans ? La jeune femme s’était imposée avec la ferme intention de ne pas bouger d’ici pour accepter, vingt quatre heures plus tard, de s’installer à l’hôtel sans rechigner. Catleen n’y croyait pas une seconde. Sophia n’était pas de celles qui se laissent aisément embobiner ou qui s’avouent vaincues aussi facilement. Elle était de celles qui s’accrochent obstinément jusqu’à ce qu’elles obtiennent ce qu’elles veulent. Même si Sophia avait accepté de quitter cette maison, Catleen était persuadée que ce n’était pas la dernière fois qu’elle la verrait. Elle trouvait Thomas bien naïf à ce sujet.

Sophia quitta la maison sans en informer Catleen. Thomas n’était pas là mais comme elle ne voulait pas adresser la parole à la bécasse qui squattait la bibliothèque, elle s’éclipsa sans rien dire.

La suite des évènements donna raison à Catleen. Sophia passait pratiquement tous ses après-midi chez eux. Elle s’ingénia à attirer l’attention de Thomas par tous les moyens en créant des opportunités pour être en contact physique avec lui. Catleen n’était pas du genre à se donner en spectacle en provoquant un scandale ; cependant, elle essaya de parler à Thomas du comportement déplacé de son « invitée ». Il n’eut pas la réaction qu’elle espérait. Il mit un terme à la conversation en lui disant qu’il ne fallait pas faire attention à ce que Sophia faisait. Il ne fallait pas lui donner plus d’importance qu’elle avait. La seule chose à faire : prendre leur mal en patience. Dès lors, Catleen supporta la situation en silence. Elle n’était pas tant blessée par l’attitude de Sophia que celle de Thomas. Bien sûr, il n’encourageait pas les tentatives de séduction de la jeune femme, mais il ne la décourageait pas non plus, donc dans un sens…

Catleen se sentit encore plus mal lorsque Charles Dercourt appela pour informer Thomas qu’il ne pourrait pas venir, pour des raisons professionnelles. Cependant, Félix viendrait à sa place mais une semaine plus tard que prévu. « Ce calvaire prendra-t-il fin ? » pensa-t-elle.

Elle finit par se confier à Elizabeth lors d’un déjeuner en tête à tête au restaurant.

─ Pourquoi ne pas tout simplement traîner cette garce par les cheveux jusqu’à l’aéroport pour la jeter dans le premier avion en partance pour Paris, demanda Elizabeth. Pourquoi tout le monde prend des pincettes avec cette fille ? Cela dépasse mon entendement.

« Bonne question » pensa Catleen.

─ Tu veux que j’en touche un mot à mon imbécile de frère ?

─ Surtout pas. Je ne t’ai pas raconté tout cela pour que tu interviennes. J’avais juste besoin d’en parler à quelqu’un.

A leur retour, les deux jeunes femmes découvrirent Sophia allongée, complètement nue, sur une chaise longue au bord de la piscine, en pleine séance de bronzage. Catleen pâlit tandis qu’Elizabeth devint rouge de colère. Cette dernière prit le plaid posé sur le canapé avant de sortir dans le jardin.

─ Tu vas me faire le plaisir de te couvrir, dit-elle à Sophia en lui jetant le plaid à la figure.

Sophia dégagea son visage puis ouvrit les yeux.

─ C’est quoi le problème ?

─ Tu veux savoir où est le problème ?

Elizabeth attrapa brutalement Sophia par la bras pour la forcer à se lever. Elle l’entoura du plaid puis s’approcha d’elle le plus possible, pour ne pas hausser le ton. Elle la regarda droit dans les yeux.

─ Cette maison n’est pas un bordel, donc tu n’as pas à t’y promener nue comme une vulgaire putain. Maintenant tu vas rentrer dans la maison pour te rhabiller avant de filer tout droit à ton hôtel. Me suis-je bien fait comprendre ?

─ Mais Thomas…

Elizabeth lui lança un regard menaçant. Sophia s’éclipsa en silence tout en faisant un clin d’œil à Catleen. Elizabeth rejoignit cette dernière sur la terrasse.

─ Tu m’as demandé de ne pas m’en mêler mais là, il est hors de question que je me taise !

Elle monta à l’étage dans le bureau de Thomas. Il n’y était pas, mais le voyant, allumé au-dessus de la porte de la chambre noire, indiquait qu’il développait des photos. Pas de problème. Elle attendrait, assise dans le fauteuil, qu’il sorte de là, même si cela devrait prendre des heures. Le voyant finit par s’éteindre puis Thomas apparut.

─ Alors, ce déjeuner avec Catleen ?

─ Très instructif, marmonna la jeune femme. Es-tu au courant que ton ex petite amie se balade nue dans le jardin ?

Un sourire se dessina sur les lèvres de Thomas.

─ Ravie de constater que tu trouves cela amusant, bien que je n’y voie rien d’hilarant.

─ Sophia n’est pas mon ex et non, je ne savais pas qu’elle était nue dans le jardin. Voilà, tu es satisfaite ?

Elizabeth recula de quelques pas pour observer son frère attentivement.

─ Je te trouve bien serein. Quand cette garce a sonné à ta porte, tu étais prêt à l’étrangler. Maintenant, tu es le calme incarné. Aurais-je loupé un épisode ?

─ Il est impossible de se débarrasser de Sophia avant l’arrivée de Félix. Pour finir, ce n’est pas plus mal que je l’aie sous les yeux pour la surveiller. Partout où elle passe, elle a tendance à créer des problèmes. Tout est sous contrôle. Quant à son comportement provocateur, l’indifférence est la meilleure des réponses. Réagir amène de l’eau à son moulin.

Elizabeth se demanda si elle avait bien entendu.

─ J’y crois pas ! Pourquoi irait-elle ailleurs alors qu’elle peut foutre la merde chez toi. Tu t’imagines vraiment tout contrôler ? Es-tu naïf à ce point ? Toi, Félix, son père, elle vous mène tous par le bout du nez.

Thomas regarda sa sœur sans répondre.

─ Et Catleen dans tout ça ; où se situe-t-elle ? Lui as-tu suggéré ta « tactique de l’indifférence », demanda Elizabeth en mimant les guillemets avec ses doigts.

─ Je n’ai rien suggéré à Cat. Elle est assez intelligente pour se rendre compte qu’il ne faut pas prêter attention à Sophia.

─ Je vois. T’es-tu seulement mis à sa place une seconde ?

Elizabeth ouvrit la porte du bureau.

─ Réfléchis bien, Thomas. Si tu ne réagis pas, tu vas la perdre.

Elle sortit puis claqua la porte.

Lorsqu’Elizabeth était montée à l’étage, Catleen s’était précipitée dans la salle de bain pour se passer de l’eau fraiche sur le visage. Elle ne se sentait pas bien ; sa tête tournait. La sensation de vertige disparut mais elle avait des difficultés à respirer. Elle devait sortir d’ici, elle étouffait dans cette maison.

Assise au bout du ponton, la jeune femme attendit que Thomas vienne la rejoindre. Qu’il la prenne dans ses bras, en lui disant que maintenant tout irait bien. Qu’il lui murmure à l’oreille « je t’aime » en lui caressant la nuque. Mais il ne vint pas.

Après le départ de sa sœur, Thomas descendit voir Catleen, mais elle n’était pas dans la maison. Il devina aisément où elle se trouvait, mais décida de la laisser seule. Il avait besoin de réfléchir. Avait-il été aussi stupide que Liz le prétendait ? Il se réfugia dans la bibliothèque, le domaine réservé de Cat. Il s’assit à son bureau puis sourit en voyant une photo de lui dans un cadre posé sur un coin. La corbeille, à ses pieds, était remplie de papiers chiffonnés ; il y en avait même quelques-uns sur le sol. Les feuilles étalées sur le bureau étaient toutes raturées. Cat était-elle en manque d’inspiration ? Thomas approcha le fauteuil pour regarder plus attentivement les pages devant lui, sans rien déranger. Tout en les examinant, il tripota le nœud du bandana de Cat qu’il portait au poignet. Il ne l’avait jamais quitté depuis qu’il l’avait ramassé sur la plage.

Cat n’était pas en manque d’inspiration. Manifestement, elle n’arrivait plus à organiser ses idées. La situation actuelle la perturbait-elle au point que cela ait une incidence sur son travail d’écriture ? Elle s’enfermait des journées entières dans cette pièce, oubliant parfois, de manger le midi. Cat s’était installée ici pour que son esprit puisse s’envoler. Pour finir, elle s’y emprisonnait pour échapper à ce qui se passait autour.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Défi
JustineC
Une phrase par jour, pendant toute la durée du confinement. En espérant qu'il se passe des choses intéressantes pour les retranscrire !
448
167
31
7
Mimlay
~CV~

2393, les Hommes ont déserté la Terre gelée, installés dans des stations spatiales. Au cœur d’un Système multiculturel en expansion, quelques illuminés à la quête de découvertes et de vérités.

« Je suis tout à la fois, je suis le Soleil énorme dans l'azur, la mer que je n'ai jamais vue, les océans sous la glace, le gel et le dégel, la Terre et les étoiles. Je suis tout, nulle part, mais avec toi. Avec mille autres. »
— Extrait tiré d'Illuminés.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NB : Ouverte aux annotations et commentaires, je vous avertis malgré tout : je ne prendrai pas tout en compte. Ce texte a ses défauts, j'en suis bien consciente :) Mais tous les supprimer serait trahir l'écrivaillon qui les imaginés à l'époque.

Je tiens beaucoup à cette histoire, j'espère qu'elle saura vous satisfaire, peut-être même vous transporter, qui sait ? Bienvenue aux peinturlureurs/commentateurs compulsifs comme aux lecteurs silencieux !

Illuminés est un récit de science-fantasy, mêlant aventure, amitiés, violence, magie et drames. Mes personnages sont à l'image de ce que j'ai pu ressentir pendant un temps...

Aussi, s'il est classé en "contenu sensible", c'est à cause de quelques scènes relativement brutales, bien qu'elles ne soient pas gores non plus. Il n'y a pas de scène de sexe ou érotique, ou même d'usage de drogues, soyez tranquilles. :)

Bon, trêve de blabla, bonne lecture !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Références de l'illustration : "The Magician" de rrrhart.
Lien de son tumblr pour les intéressés : https://rrrhart.tumblr.com/post/168134399836/tarot-i-the-magician
869
655
1507
264
eragona
On retrouve notre famille royal quatorze après. Que sont devenue Elena Et Océane ?

Malgré quatorze ans de bonheur, les problèmes reviennes. Des problèmes toujours plus compliquer à gérer pour nos deux amantes.
12
11
188
147

Vous aimez lire Carole Pohie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0