LE GRAIN DE SABLE partie 1

5 minutes de lecture

Le début de l’été arriva. La surprise que Thomas réservait à Catleen pour l’anniversaire de leur rencontre était fin prête. Le bateau qu’il avait acheté était ancré à la marina depuis quelques jours. Un magnifique voilier monocoque qu’il avait baptisé « Princesse », un clin d’œil au surnom affectueux donné à la jeune femme.

Il comptait la ramener à Hawaï pour cette occasion. Il avait réservé le même bungalow. Sur la plage, face à l’océan, il lui demanderait de l’épouser, faisant de lui le plus heureux des hommes. Il ne lui manquait plus que la bague. Il avait demandé une faveur au plus grand joaillier parisien : créer une bague de fiançailles pour une femme unique, qui lui offrait chaque jour un amour tout aussi unique. Grand romantique dans l’âme, Charles Dercourt n’avait pu que dire oui à l’ami de son fils qu’il considérait comme un membre de sa famille. Cet orfèvre avait lui-même dessiné le bijou, puis choisi la pierre. Lorsque la bague serait prête, Charles enverrait l’un de ses employés la livrer personnellement à Thomas par jet privé.

Pour le moment, en ce dimanche matin, Thomas préparait le petit déjeuner qu’il déposa sur un plateau pour le ramener dans la chambre.

Ils finissaient d’avaler leur omelette lorsque la sonnette de la porte d’entrée retentit.

─ Tu attends quelqu’un ? demanda Catleen.

─ Non, et toi ?

─ Non plus.

─ Alors, on ne répond pas. Qui que ce soit, qu’il aille au diable !

L’entrée des enfers devait être fermée car la sonnette continua de retentir sans interruption.

Thomas se leva.

─ Nom de Dieu ! Il n’y a pas moyen d’être tranquille, c’est Dimanche, bordel ! Je ne sais pas qui c’est mais je vais lui faire avaler ses doigts.

Il se précipita à la porte qu’il déverrouilla avant de l’ouvrir brutalement en grand. Il resta sans voix, les yeux écarquillés. La personne se tenant devant lui était la dernière qu’il s’attendait à voir. Il n’avait jamais pensé à elle depuis son départ de Paris.

─ Qui est-ce ? demanda Catleen qui avait fait son apparition dans l’entrée.

Une blonde toute en jambes se tenait sur le seuil. Elle devait avoir la trentaine. Le short ainsi que le top à bretelles qu’elle portait étaient d’une taille inférieure à la sienne, ce qui donnait l’impression de ne pas avoir grand-chose sur le dos. Elle était juchée sur des talons hauts qui la rendaient encore plus grande qu'ellel’était déjà. Elle arborait un sourire niais.

─ Sophia ? Mais qu’est-ce que tu fais ici ?

La dénommée Sophia entra en tirant une énorme valise rose bonbon.

─ Moi aussi, je suis contente de te voir.

Elle embrassa Thomas sur les lèvres en posant sa main sur le torse nu du jeune homme. Catleen fixa cette main, les sourcils froncés. Elle leva les yeux vers son compagnon qui ne semblait pas réagir à ce baiser ni au geste déplacé.

« Non mais, pour qui elle se prend, Barbie ! »

Catleen courut dans la chambre prendre un tee-shirt qu’elle jeta à la figure de Thomas lui faisant comprendre qu’il avait intérêt à l’enfiler vite fait.

Sophia était avachie dans le canapé su salon, sans aucune gêne. Thomas vint s’asseoir en face d’elle sur la table basse.

─ Je répète ma question. Que fais-tu ici ?

─ Je suis venue te rendre visite, histoire de rattraper le temps perdu.

Sophia mit la main sur la cuisse de Thomas qui la repoussa.

─ Comment as-tu eu mon adresse ?

─ Peu importe, le principal est que je sois là.

Thomas faisait un effort énorme pour prendre sur lui. Il était persuadé que ni Charles ni Félix n’avaient divulgué son adresse à cette furie. Alors comment s’y était-elle prise. Il ferma les yeux en se pinçant l’arête du nez entre l’index et le pouce.

─ Ton père et ton frère savent que tu es partie ?

─ Je n’ai pas besoin de leur permission pour aller où que ce soit.

La réponse était donc, non.

Catleen assista à cette scène, en retrait, les bras croisés. Manifestement, Sophia était une ex et pas n’importe laquelle. Pourtant Thomas ne lui avait jamais parlé d’elle. Ce dernier se leva pour la prendre par la main afin de l’emmener à l’écart dans la cuisine.

─ Je dois passer un coup de fil. Ne la quitte pas des yeux, je ne tiens pas à ce qu’elle se balade partout dans la maison.

─ Ok, mais il va falloir que tu m’expliques.

─ Je répondrai à toutes tes questions, mais plus tard.

Il s’isola dans son bureau pour téléphoner à Félix Dercourt, le frère de Sophia.

─ Allô Thomas ? Cela fait un bail, comment vas-tu vieux frère ?

Thomas ne s'embarrassa pas des formules de politesse.

─ Sophia est ici.

─ Comment cela Sophia est ici.

─ Ta sœur est chez moi, à Los Angeles. Qu’est-ce que tu ne comprends pas dans ce que je viens de dire ? Pourtant mon français est parfaitement clair.

─ Calme-toi, tu veux bien ? Comment a-t-elle eu ton adresse ?

─ Bonne question !

─ Écoute, je vais contacter mon père, je te rappelle plus tard. En attendant, ne la laisse pas filer.

─ Pas de danger, elle a l’air de vouloir s’installer.

Thomas sortit de son bureau avant de s'immobiliser en haut des marches. Sophia questionnait Catleen.

─ Cela fait longtemps que vous connaissez Thomas ?

─ Cela fait un moment.

─ Vous habitez ici ?

─ Je ne veux pas paraître impolie, mais cela ne vous regarde pas.

─ Vous savez, nous avons vécu une histoire d’amour torride, lui et moi. Je n’ai jamais connu d’amant aussi doué que lui. Il est tellement… habile avec sa langue.

Catleen dut faire un effort extrême pour ne pas étrangler cette garce.

─ C’est étrange, il ne m’a jamais parlé de vous, dit-elle en souriant.

─ Les hommes ne racontent pas tous leurs secrets.

Stop ! Thomas en avait assez entendu. Il descendit bruyamment l’escalier pour signifier sa présence.

─ Il y a une chambre à l’étage. Tu peux t’y installer en attendant.

Catleen le fixa n’en croyant pas ses oreilles. C’était une blague !

Sophia avait grimpé deux marches lorsque Thomas l’interpela.

─ Tu as oublié quelque chose, dit-il en désignant la valise restée dans l’entrée.

Manifestement, elle attendait qu’il lui monte sa valise dans la chambre, mais il ne tomberait pas dans ce piège.

─ Dans mes souvenirs, tu étais plus galant que cela.

Thomas ne répondit pas. Il lui tourna le dos.

Sophia se laissa tomber sur le lit, le sourire aux lèvres. Comment avait-elle eu l’adresse de Thomas ? Rien de plus simple. Elle avait surpris une conversation téléphonique entre lui et son père, à propos de la livraison d’une bague de fiançailles. Plus tard, en l’absence de son paternel, munie d’un double de la clef du tiroir de son bureau, elle avait trouvé le Saint Graal.

Maintenant qu’elle était sur place, elle allait prouver à Thomas qu’elle seule était digne de devenir sa femme. Comment avait-il pu tomber amoureux de cette fille insipide. Elle était arrivée à temps pour lui ouvrir les yeux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
JustineC
Une phrase par jour, pendant toute la durée du confinement. En espérant qu'il se passe des choses intéressantes pour les retranscrire !
448
167
31
7
Mimlay
~CV~

2393, les Hommes ont déserté la Terre gelée, installés dans des stations spatiales. Au cœur d’un Système multiculturel en expansion, quelques illuminés à la quête de découvertes et de vérités.

« Je suis tout à la fois, je suis le Soleil énorme dans l'azur, la mer que je n'ai jamais vue, les océans sous la glace, le gel et le dégel, la Terre et les étoiles. Je suis tout, nulle part, mais avec toi. Avec mille autres. »
— Extrait tiré d'Illuminés.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NB : Ouverte aux annotations et commentaires, je vous avertis malgré tout : je ne prendrai pas tout en compte. Ce texte a ses défauts, j'en suis bien consciente :) Mais tous les supprimer serait trahir l'écrivaillon qui les imaginés à l'époque.

Je tiens beaucoup à cette histoire, j'espère qu'elle saura vous satisfaire, peut-être même vous transporter, qui sait ? Bienvenue aux peinturlureurs/commentateurs compulsifs comme aux lecteurs silencieux !

Illuminés est un récit de science-fantasy, mêlant aventure, amitiés, violence, magie et drames. Mes personnages sont à l'image de ce que j'ai pu ressentir pendant un temps...

Aussi, s'il est classé en "contenu sensible", c'est à cause de quelques scènes relativement brutales, bien qu'elles ne soient pas gores non plus. Il n'y a pas de scène de sexe ou érotique, ou même d'usage de drogues, soyez tranquilles. :)

Bon, trêve de blabla, bonne lecture !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Références de l'illustration : "The Magician" de rrrhart.
Lien de son tumblr pour les intéressés : https://rrrhart.tumblr.com/post/168134399836/tarot-i-the-magician
869
655
1507
264
eragona
On retrouve notre famille royal quatorze après. Que sont devenue Elena Et Océane ?

Malgré quatorze ans de bonheur, les problèmes reviennes. Des problèmes toujours plus compliquer à gérer pour nos deux amantes.
12
11
188
147

Vous aimez lire Carole Pohie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0