A LA POURSUITE DU BONHEUR partie 3

6 minutes de lecture

Le jour suivant, n'y tenant plus, Catleen mit son matériel pour écrire dans sa sacoche avant de se rendre chez Thomas pour voir s'il était encore dans les parages ou pas. Elle emprunta le passage, s'arrêta au bout pour respirer à fond avant de traverser le jardin jusqu'à la terrasse. La baie vitrée grande ouverte donnant sur le salon était une invitation à entrer.

- Il y a quelqu'un ?

- Je suis là.

En suivant le son de la voix, elle trouva le maître de maison en train de préparer une omelette. Sur l'îlot central le petit déjeuner était dressé pour deux. Manifestement, il attendait quelqu'un.

" Ou pire encore : une femme va surgir dans la cuisine, à moitié nue, pour partager un petit déjeuner coquin. "

- Bonjour Princesse. J'espère que tu as faim.

" Oups ! C'est toi qu'il attendait. C'est moins excitant "

Catleen secoua la tête pour chasser cette petite voix intérieure qui n'était jamais de son côté, d'ailleurs. Elle était effectivement affamée, n'ayant rien avalé avant de venir, pas même un café. Elle s'installa pendant que Thomas servait omelette, café ainsi que jus de fruits.

- Alors, je t'ai manqué ?

La jeune femme le fixa. Il semblait amusé et content de lui. Elle comprit qu'il avait tout calculé, persuadé qu'elle se précipiterait vers lui. Ce qui était le cas. Etait-elle si prévisible? Elle baissa la tête pour que Thomas ne puisse pas déceler le mensonge sur son visage.

- Pas du tout.

De l'index, il lui releva le menton pour croiser son regard.

Tu as cru que j'étais parti, c'est pour ça que tu es là.

- Pas du tout.

Thomas sourit. Son petit stratagème avait bien fonctionné.

- Au cas où tu n'aurais pas encore compris, je ne vais nulle part.

Ils finirent leur petit déjeuner dans le silence, lui la dévorant des yeux, elle la tête baissée vers son assiette. Thomas se leva pour mettre la vaisselle dans l'évier.

- Je dois partir. Je serai absent une bonne partie de la journée.

Catleen sauta de son tabouret de bar.

- Je croyais que tu n'allais nulle part.

- Je croyais que tu ne voulais pas me mettre en cage.

Furieuse, elle prit sa sacoche et sortit de la cuisine. Thomas la suivit pour l'attraper par le bras pour qu'elle se retoune.

- Si tu venais avec moi ?

Elle le regarda en plissant les yeux.

- Où cela ?

- Rassure-toi, je ne vais pas te kidnapper pour t'emmener sur la Lune. On se contentera de rester sur Terre.

- Tu es vraiment hilarant. Je répète, où cela ?

- Où cela quoi ?

- Tu le fais exprès ?

- Je t'avoue que je m'amuse beaucoup.

- Tu sais quoi Thomas Miller, va te faire voir !

- D'accord, pas de problème. Quand tu partiras, ferme la baie vitrée du salon, elle se verrouillera toute seule.

Thomas claqua la porte d'entrée, monta dans son 4x4, mit le contact.

- Un...deux...trois...quatre, compta-t-il tout haut.

Il vit Catleen arriver par le côté de la maison, lui faisant de grands signes. Elle monta en voiture avant de boucler sa ceinture.

- Je croyais que je devais aller me faire voir.

- La ferme et démarre.

- A vos ordres, Princesse.

Pendant le trajet, Thomas expliqua à Catleen qu'il voulait trouver un lieu un peu spécial, voire insolite, pour sa prochaine expo photos. Il voulait créer une atmosphère particulière qu'une salle ou une galerie d'exposition ordinaires ne pouvaient pas offrir. Le thème de l'expo était " Terres méditerranéennes ", le plus gros projet qu'il ait entrepris jusqu'à présent. Pendant deux ans, il avait voyagé dans les pays bordant " la Mer Intérieure" et pris plusieurs centaines de clichés. Ce périple l'ayant particulièrement marqué, il voulait un endroit spécial pour exposer ce qu'il avait capturé avec son appareil. Après quelques recherches, Thomas avait dressé une liste susceptible de convenir à ses attentes. Ils les visitèrent tous et il en prit des photos.

Une fois de retour, il les imprima pour les étaler sur la table de la terrasse avant de se tourner vers Catleen qui revenait de la cuisine avec de quoi manger.

- Qu'en penses-tu ?

Elle examina attentivement les photos pour en sortir quelques- unes du lot.

- L'entrepôt maritime est trop grand. La grange est une ruine, quant au loft, il est vétuste et imprégné d'humidité.

Thomas aquiesça.

- Les seuls lieux qui correspondent à ce que tu recherches sont le vieux hangar à bateaux et l'ancien atelier de peintre.

- D'accord, on garde ces deux-là.

Thomas rassembla le reste des photos pour les glisser dans une enveloppe.

- Bonjour tout le monde.

Catleen sursauta avant de se retourner. La jeune femme qui se tenait devant elle était, sans conteste, la soeur de Thomas, tant la ressemblance était frappante. Les cheveux bruns, les yeux verts et la même finesse dans les traits du visage.

- Cat, je te présente Liz, ma petite soeur.

- Enchantée. Catleen tendit la main mais Elizabeth la serra dans ses bras en lui plaquant une bise sur chaque joue.

- J'ai beaucoup entendu parler de vous.

Catleen observa Thomas du coin de l'oeil en se demandant ce qu'il avait bien pu raconter à sa soeur.

- Tu veux boire quelque chose ?

- Merci Tommy, mais je ne fais que passer. Je suis venue t'apporter ton billet d'avion.

" Un billet d'avion ? Pourquoi ? Pour aller où ? "

Catleen regarda le billet d'avion passer de la main d'Elizabeth à celle de Thomas puis leva les yeux vers lui. Il y lut de l'incompréhension et de l'angoisse.

- Je pars à New York demain matin.

- Tu fais ce que tu veux, tu n'as aucun compte à me rendre.

- Je dois rencontrer un éditeur. Cela sera l'affaire de deux jours, je serai vite de retour.

Catleen haussa les épaules comme si tout cela lui importait peu.

-Bon,je m'en vais, dit Elizabeth en embrassant son frère. On se revoit à ton retour. Au revoir Catleen. Je suis vraiment ravie d'avoir fait votre connaissance.

- Je pars aussi, répondit cette dernière en prenant sa sacoche posée sur l'une des chaises.

Thomas l'attrapa par le bras.

- Pourquoi tu veux partir maintenant ?

- Je dois travailler.

Il désigna la sacoche.

- Je sais que tu as tout ce qu'il te faut là-dedans. Reste ici, installe-toi où tu veux, je ne te dérangerai pas. Je préparerai quelque chose pour le dîner.

- Je ne peux pas rester et de toute façon ce soir j'ai un truc de prévu.

Thomas lâcha le bras de Catleen. Il la regarda partir, inutile d'insister pour le moment. Une conversation sérieuse s'imposait. Il comptait bien régler cette question à son retour.

A la tombée de la nuit, Catleen partit marcher sur la plage. Elle se sentait ridicule de s'être comportée comme une gamine possessive. Thomas partait pendant deux jours. Deux jours, ce n'était pas la mer à boire. Il lui avait fait comprendre qu'il voulait être avec elle, peut-être même essayer de construire quelque chose ensemble. Même si elle s'était résolue à ne jamais le revoir, elle avait espéré, secrètement, qu'il la retrouve et vienne vers elle. Ce premier pas, il l'avait fait et maintenant qu'elle avait l'opportunité d'être avec lui, elle se comportait comme une idiote. Pour rien au monde elle ne souhaitait lui donner une raison de partir définitivement. Elle devait lui parler, maintenant, avant qu'il parte, pour s'excuser. Elle emprunta le passage menant au jardin.

Thomas, allongé dans le hamac, regardait la photo de Catleen. Il ne la comprenait pas. Maintenant qu'il était venu la rejoindre, qu'il avait admis et accepté les sentiments qu'il éprouvait, elle le fuyait. Jouait-elle avec lui ? Etait-ce une façon de lui rendre la monnaie de sa pièce ?

Il entendit une voix familière, juste derrière lui. Il plia la photo avant de la glisser rapidement dans la poche de son jean, avant de se lever. Son petit bout de femme se tenait devant lui, les yeux rivés au sol. Elle se tripotait les doigts, signe d'embarras chez elle.

- Bonsoir. Je ne te dérange pas ?

Il s'approcha et de l'index lui releva le menton pour croiser son regard.

- Tu ne me déranges jamais Princesse.

- Je m'excuse, je me suis comportée comme une idiote et je...

Thomas posa sa main sur les lèvres de Catleen pour la faire taire, n'ayant pas besoin d'en entendre plus.

- Excuses acceptées. Veux-tu rester un peu avec moi.
Elle fit oui de la tête en souriant.

Allongés dans le hamac, Thomas attira Catleen contre lui pour qu'elle pose sa tête dans le creux de son épaule. Il lui prit la main pour entremêler ses doigts aux siens, et de son autre main lui caressa les cheveux. Ils restèrent là, en silence, profitant de ce moment d'intimité.

- Tu n'as pas froid ?

Comme la jeune femme ne répondait pas, il pencha la tête vers son visage pour constater qu'elle s'était endormie. Il la serra un peu plus contre lui et d'un mouvement du pied fit balancer le hamac.

Il serait bien resté là jusqu'au matin mais il commençait à faire frais. Il se leva, prit Catleen dans ses bras sans la réveiller pour la déposer sur le lit de la chambre d'ami. Il la couvrit d'un plaid avant d'aller lui-même se coucher.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
JustineC
Une phrase par jour, pendant toute la durée du confinement. En espérant qu'il se passe des choses intéressantes pour les retranscrire !
448
167
31
7
Mimlay
~CV~

2393, les Hommes ont déserté la Terre gelée, installés dans des stations spatiales. Au cœur d’un Système multiculturel en expansion, quelques illuminés à la quête de découvertes et de vérités.

« Je suis tout à la fois, je suis le Soleil énorme dans l'azur, la mer que je n'ai jamais vue, les océans sous la glace, le gel et le dégel, la Terre et les étoiles. Je suis tout, nulle part, mais avec toi. Avec mille autres. »
— Extrait tiré d'Illuminés.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NB : Ouverte aux annotations et commentaires, je vous avertis malgré tout : je ne prendrai pas tout en compte. Ce texte a ses défauts, j'en suis bien consciente :) Mais tous les supprimer serait trahir l'écrivaillon qui les imaginés à l'époque.

Je tiens beaucoup à cette histoire, j'espère qu'elle saura vous satisfaire, peut-être même vous transporter, qui sait ? Bienvenue aux peinturlureurs/commentateurs compulsifs comme aux lecteurs silencieux !

Illuminés est un récit de science-fantasy, mêlant aventure, amitiés, violence, magie et drames. Mes personnages sont à l'image de ce que j'ai pu ressentir pendant un temps...

Aussi, s'il est classé en "contenu sensible", c'est à cause de quelques scènes relativement brutales, bien qu'elles ne soient pas gores non plus. Il n'y a pas de scène de sexe ou érotique, ou même d'usage de drogues, soyez tranquilles. :)

Bon, trêve de blabla, bonne lecture !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Références de l'illustration : "The Magician" de rrrhart.
Lien de son tumblr pour les intéressés : https://rrrhart.tumblr.com/post/168134399836/tarot-i-the-magician
869
655
1507
264
eragona
On retrouve notre famille royal quatorze après. Que sont devenue Elena Et Océane ?

Malgré quatorze ans de bonheur, les problèmes reviennes. Des problèmes toujours plus compliquer à gérer pour nos deux amantes.
12
11
188
147

Vous aimez lire Carole Pohie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0