THOMAS ET CATLEEN partie 3

8 minutes de lecture

Thomas se retourna maintes fois dans son lit. Impossible de trouver le sommeil, phénomène nouveau pour lui. Son esprit était entièrement focalisé sur Catleen. Il n'arrivait pas à oublier la caresse de sa main sur sa joue ni le frisson qui avait parcouru sa colonne vertébrale. Aucune femme ne l'avait jamais touché avec une telle tendresse. Celles qui avaient traversé sa vie n'avaient été que des partenaires sexuelles. Aucune n'avait touché son coeur. Il n'avait jamais trouvé celle qui vaille qu'il s'intéresse vraiment à elle.

Ce soir, avec Catleen, il s'était senti vraiment bien, en confiance. Il n'avait eu aucune difficulté à parler de lui. Tout semblait si simple, si naturel en sa présence. Il éprouvait l'envie de passer plus de temps avec elle, de lui faire partager des choses et cela le terrorisait. Il ne savait pas s'il serait capable de faire une place dans sa vie à une femme. Il sortit s'installer dans le hamac, derrière le bungalow, en espérant trouver plus facilement le sommeil à l'extérieur.

Le lendemain, Catleen fouilla dans son sac de voyage, à la recherche de l'exemplaire de son roman qu'elle trimballait toujours avec elle, allez savoir pourquoi. C'était idiot voire inutile, enfin...jusqu'à maintenant. Elle voulait l'offrir à Thomas en y ajoutant un petit mot.

Elle frappa à la porte du bungalow à plusieurs reprises, sans succès. Où pouvait-il bien être ? Il était presque midi et elle ne l'avait pas encore vu. Etrange. Et s'il était parti ? Non, il ne serait pas parti sans rien lui dire. Il n'oserait pas la laisser toute seule pour le reste de ses vacances.

" Et pourquoi pas ma vieille ? Après tout, il n'a aucun compte à te rendre. Tu lui as raconté ta vie, lui la sienne, et alors ? Vous finirez bien par partir chacun de votre côté à un moment ou à un autre."

Pas de panique. Il fallait réfléchir. Avant de se précipiter à la réception de l'hôtel, Catleen fit le tour du bungalow pour découvrir Thomas endormi dans le hamac. Elle resta un moment à le regarder. Quand elle avait inondé sa chemise de jus de tomate, elle pensait l'avoir déjà vu quelque part, mais sans se rappeler où. Puis dans un flash, elle s'était souvenue de la photo de Thomas Miller accrochée à l'entrée de l'expo sur l'Afrique, qu'elle était allée voir avec Michaëla. Cependant, l'homme devant elle ou plutôt au-dessus d'elle, car elle était étalée sur le sol, avait l'air différent. Mais cela pouvait bien être lui...ou pas. Il fallait avouer que les cheveux longs jusqu'aux épaules, la barbe et les lunettes de soleil opaques ne facilitaient pas une identification formelle. Sur la photo qu'elle avait vu, il avait les cheveux très courts et était rasé de près. De retour dans sa chambre, elle s'était jetée sur sa tablette.

"Merci Internet."

Elle ne s'était pas trompée, c'était bien lui. Look différent mais même homme. Il était là. Il n'était pas parti. Il souriait dans son sommeil et elle ne voulut pas le réveiller. Elle entra dans le bungalow pour déposer le livre sur le lit avant de ressortir sans faire de bruit.

Thomas ouvrit un oeil et se souvint s'être endormi dans le hamac. Il jeta un coup d'oeil à sa montre : midi passé. Pas de pêche ni de marché aujourd'hui. Prochaine étape : douche, café. Il trouva le livre intitulé Heaven posé sur l'oreiller, accompagné d'un petit mot.

" J'espère que tu prendras autant de plaisir à le lire que j'en ai eu à l'écrire."

- Je n'en doute pas une seconde.

Il ouvrit le livre et trouva un autre mot écrit sur la première page.

"A mon homme des cavernes préféré. Ne change rien. Ta princesse."

Thomas sortit avec son mug de café ainsi que le livre de Catleen. Cette dernière lisait, installée dans une chaise longue.

- Salut Princesse.

- Bien dormi ?

- Cela fait des années que je n'ai pas dormi aussi tard. Tu peux me tenir ça une minute ?

Catleen prit le livre ainsi que le mug qu'il lui tendait. Il s'éloigna pour revenir avec une chaise longue dans une main, une petite table dans l'autre. Elle posa le mug sur la petite table avantde lui rendre son bouquin.

- Très bon choix de lecture.

- Il m'a été recommandé par une personne très chère. Cela ne te dérange pas que je m'installe ici, au moins.

- Non, tu es le bienvenu. D'ailleurs, pendant que tu étais dans les bras de Morphée, je pensais à quelque chose.

- Je t'écoute.

- Nous pourrions manger ensemble ce soir et les autres jours aussi. Si tu le veux, bien sûr.

- Pourquoi pas.

- Maintenant que nous avons fait connaissance, je me suis dit que ce serait ridicule de manger chacun de son côté, alors que nous sommes voisins.

- Je vois. Tu as entièrement raison, les relations de bon voisinage, c'est important.

L'embarras de la jeune femme l'amusait, il eut beaucoup de mal à rester sérieux.

- Tu n'es pas obligé de dire oui, je ne me sentirai pas vexée. J'ai bien compris que tu préfères être seul, tranquille, tout ça. J'ai juste pensé que cela serait plus pratique. Plus besoin de faire deux fois les courses, deux fois à manger.

" Mon Dieu, ma vieille, mais qu'es-tu en train de raconter, arrête de parler, tu t'enfonces."

- Enfin voilà. C'est juste une proposition comme ça.

Aussi amusant soit-il, il était temps de mettre un terme au supplice de la jeune femme.

- Ok, ça marche.

Catleen le fixa, étonnée. Elle n'aurait jamais pensé qu'il serait si facile de le convaincre. Thomas se pencha vers elle pour lui murmurer à l'oreille :

- Moi aussi, j'ai envie de passer plus de temps avec toi.

Elle devint rouge comme une pivoine. Il lui sourit en lui faisant un clin d'oeil. Elle se racla la gorge avant de reprendre sa lecture.

Les semaines qui suivirent furent les plus fantastiques que Thomas eut vécues jusqu'à ce jour, en compagnie d'une autre personne. Aux côtés de Catleen, il se sentait vraiment heureux, entier, comme s'il lui avait toujours manqué une part de lui-même, sans en avoir conscience, et qu'il ait trouvé cette part en elle. Il se délectait de chaque moment passé en compagnie de la jeune femme. S'il le pouvait, il la garderait avec lui sur cette île, pour toujours. Rien qu'eux, la plage et l'océan.

Catleen flottait sur un petit nuage tout rose. Ses vacances se révélaient bien plus intéressantes et excitantes que prévu. Elle avait été réellement étonnée que Thomas accepte sa proposition. Ellle se sentait privilégiée savourant chaque instant. Ils se découvrirent beaucoup de points communs : les livres, avec une prédilection pour les auteurs classiques russes. La cuisine. Le cinéma, bien que Thomas ne fréquentât pas les salles obscures aussi souvent qu'il le voudrait. L'amour de la nature, le besoin de solitude de temps à autre. En compagnie de Thomas, Catleen ne s'ennuyait jamais. Il arrivait toujours à la surprendre, lui faisait découvrir son monde et elle adorait cela.

Thomas était fasciné par l'enthousiasme inconditionnel de la jeune femme. Il pouvait tout partager avec elle. Elle était toujours partante pour une nouvelle aventure, petite ou grande et il adorait cela.

Habituellement, Thomas partait seul à la pêche, mais ce matin-là, il décida d'emmener Catleen avec lui, moins pour la pêche que pour le magnifique lever de soleil. Il voulait vivre ce moment de la journée en sa compagnie. Il faisait encore nuit lorsqu'il se faufila dans le bungalow de la jeune femme. Il s'accroupit à côté du lit pour lui chatouiller le nez avec une feuille d'arbre. Elle ouvrit les yeux, hurla avant de sauter hors du lit.

-Tout doux, Cat, c'est moi.

- Thomas, c'est toi ?

Elle alluma la lampe et ce qu'il vit le fit éclater de rire. Sa petite brune aux cheveux ébouriffés se tenait debout de l'autre côté du lit en brandissant vers lui une fourchette à viande.

- D'où sors-tu ce truc ?

Elle lui indiqua son oreiller d'un mouvement de tête.

- Sérieusement, tu dors avec une fourchette à viande sous ton oreiller ?

- Oui, et alors ! C'est au cas où.

- Au cas où quoi ? Cat, tu dors dans un bungalow sur une plage privée, dans un complexe hôtelier de luxe. Que veux-tu qu'il t'arrive ?

"Bien sûr, pour un type qui a l'habitude de dormir dehors, au milieu de nulle part, à des kilomètres de toute présence humaine, cela paraît ridicule."

Thomas n'en finissait plus de rire. Décidemment, cette femme était vraiment imprévisible.

- Habille-toi, tu viens à la pêche avec moi.

- Mais il fait encore nuit.

- Le soleil va bientôt se lever, il faut que tu voies ça, c'est magnifique.

Assis sur les rochers, ils admirèrent le lever de soleil. Catleen avait posé sa tête sur l'épaule de Thomas. Au bout d'un moment, il se rendit compte qu'elle s'était endormie. Il la prit dans ses bras pour la ramener au bungalow. Il la déposa sur son lit puis remit la fouchette à viande sous son oreiller.

Au cours des repas ou lors de leurs promenades nocturnes sur la plage, Catleen questionnait Thomas sur ses voyages, son métier de photographe. Elle était toujours avide d'en savoir plus sur les pays, les lieuxqu'ils avait vus ainsi que sur les personnes qu'il avait rencontrées. Depuis quinze ans qu'il voyageait à travers le monde, il avait assez d'histoires à raconter pour occuper les soirées de Catleen jusqu'à la fin de sa vie.

Un soir, alors qu'ils étaient assis sur le sable au bord de l'eau, elle lui demanda quelle serait la destination de son prochain voyage.

- La Chine.

Mais la vraie question n'était pas là, Thomas le savait. Tout comme lui, la jeune femme devait penser au moment où ils se sépareraient pour retrouver leur vie respective. Il ne pouvait ni ne voulait faire de promesses. Leurs façons de vivre étaient tellement différentes. Afin que leur bulle n'éclate pas plus tôt que prévu, la question resta en suspens.

- Habituellement, que fais-tu entre deux voyages ?

- Je me fais asperger de jus de tomate.
Catleen lui donna un coup de coude dans le bras.

- Sérieusement.

- Parfois je rentre chez moi, parfois non. Cela fait un an et demi que je ne suis pas rentré.

- Et où vas-tu dans ces cas-là ?

- Je reste où je suis jusqu'au prochain départ ou je retourne dans un lieu qui m'a particulièrement plu.

- Ta famille ne te manque pas ?

- C'est très compliqué. Je m'entends bien avec ma soeur et mon frère. Ma mère est un véritable trésor, mais les relations avec mon père sont tendues. Même s'il m'a laissé faire ce que je voulais, il n'a jamais été d'accord. Mon mode de vie fait de moi quelqu'un d'instable et les personnes instables ne construisent jamais rien de durable. Par-là, il veut dire mariage, enfants et tout ce qui va avec. A chacun de mes retours, le sujet revient inévitablement sur le tapis. Cela fait dix ans que cela dure.

- Et tu n'y as jamais pensé ?

- Je n'ai jamais trouvé la bonne personne, donc la question ne s'est jamais posée. Et toi, mariage, enfants et tout ce qui va avec ?

- Tu pourras apprendre une grande nouvelle à ton père. La poursuite du bonheur n'a rien à voir avec la façon dont nous vivons. Regarde-moi. Je suis une personne très ancrée dans ses habitudes, je n'ai jamais parcouru le monde. Résultat des courses, à trente ans, je suis seule.

- Pourquoi ?

Thomas était curieux de connaître la réponse. Comment un homme sensé pouvait-il laisser s'échapper une telle femme ?

Catleen haussa les épaules.

- Je n'ai jamais trouvé d'homme assez intéressant à qui m'attacher vraiment.

Plus tard, allongé dans le hamac, Thomas se posa lui-même la question.

"Et toi ? Comment peux-tu laisser cette femme t'échapper ?"

La réponse était simple : il ne voulait pas la faire souffrir. Tout ce qu'il avait à lui offrir c'était le temps qu'ils avaient devant eux avant de quitter cette île.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 9 versions.

Recommandations

Défi
JustineC
Une phrase par jour, pendant toute la durée du confinement. En espérant qu'il se passe des choses intéressantes pour les retranscrire !
448
167
31
7
Mimlay
~CV~

2393, les Hommes ont déserté la Terre gelée, installés dans des stations spatiales. Au cœur d’un Système multiculturel en expansion, quelques illuminés à la quête de découvertes et de vérités.

« Je suis tout à la fois, je suis le Soleil énorme dans l'azur, la mer que je n'ai jamais vue, les océans sous la glace, le gel et le dégel, la Terre et les étoiles. Je suis tout, nulle part, mais avec toi. Avec mille autres. »
— Extrait tiré d'Illuminés.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NB : Ouverte aux annotations et commentaires, je vous avertis malgré tout : je ne prendrai pas tout en compte. Ce texte a ses défauts, j'en suis bien consciente :) Mais tous les supprimer serait trahir l'écrivaillon qui les imaginés à l'époque.

Je tiens beaucoup à cette histoire, j'espère qu'elle saura vous satisfaire, peut-être même vous transporter, qui sait ? Bienvenue aux peinturlureurs/commentateurs compulsifs comme aux lecteurs silencieux !

Illuminés est un récit de science-fantasy, mêlant aventure, amitiés, violence, magie et drames. Mes personnages sont à l'image de ce que j'ai pu ressentir pendant un temps...

Aussi, s'il est classé en "contenu sensible", c'est à cause de quelques scènes relativement brutales, bien qu'elles ne soient pas gores non plus. Il n'y a pas de scène de sexe ou érotique, ou même d'usage de drogues, soyez tranquilles. :)

Bon, trêve de blabla, bonne lecture !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Références de l'illustration : "The Magician" de rrrhart.
Lien de son tumblr pour les intéressés : https://rrrhart.tumblr.com/post/168134399836/tarot-i-the-magician
869
655
1507
264
eragona
On retrouve notre famille royal quatorze après. Que sont devenue Elena Et Océane ?

Malgré quatorze ans de bonheur, les problèmes reviennes. Des problèmes toujours plus compliquer à gérer pour nos deux amantes.
12
11
188
147

Vous aimez lire Carole Pohie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0