THOMAS ET CATLEEN partie 2

7 minutes de lecture

Catleen se regarda dans le miroir pour la cinquantième fois. Elle avait changé cinq fois de tenue, s'était recoiffée une bonne dizaine de fois. Pour finir, elle avait opté pour une robe d'été blanche à bretelles toute simple et noué ses cheveux en chignon lâche sur la nuque. C'était ridicule, mais elle se sentait nerveuse comme une collégienne pour son premier rencard. Oui, complètement ridicule. C'était juste un repas entre "voisins".

Thomas finissait de mettre la table sur la terrasse quand il vit Catleen sortir de son bungalow. Il l'observa venir vers lui. Elle était magnifique dans sa petite robe qui réhaussait le teint hâlé de sa peau.

La jeune femme s'arrêta aux pieds des marches de la terrasse pour détailler Thomas de pied en cap, la tête penchée sur le côté. Il avait troqué son bermuda large pour un jean et portait la "fameuse chemise". Ses cheveux étaient noués en catogan.

Thomas attirait toujours le regard des femmes, ce qui le mettait souvent mal à l'aise. Mais ce soir, il trouva cela flatteur, distrayant même. Il se soumit avec amusement à l'examen du petit bout de femme en face de lui, en faisant un tour sur lui-même, les bras écartés du corps.

- Alors, le verdict ?

La voix de Thomas fit redescendre Catleen sur terre. Elle se racla la gorge.

- Ca te va bien... ce truc dans tes cheveux... et le reste aussi.

Mon Dieu ! Elle ne savait plus où se mettre ni où regarder. Elle cacha ses yeux avec sa main.

- Je le pense aussi. Je crois avoir trouvé un bon compromis entre l'homme des cavernes et la gravure de mode.

Thomas descendit les deux marches qui le séparaient de Catleen pour ôter la main de son visage.

- Tu n'es pas mal non plus.

Elle leva les yeux vers lui.

- Juste un petit détail.

Il passa la main par-dessus l'épaule de la jeune femme pour atteindre sa nuque qu'il frôla du bout des doigts, avant de défaire son chignon.

- Voilà, c'est beaucoup mieux comme ça.

Il lui tendit la main.

- Alors, tu es prête à goûter ma cuisine ?

- Attends, j'ai oublié quelque chose.

Catleen courut à son bungalow et revint avec une bouteille de vin blanc.

- J'ai utilisé mon arme secrète pour obtenir cette bouteille.

- Et quelle est cette arme secrète ? lui murmura-t-il à l'oreille.

- Un grand sourire et quelques battements de cils.

- Classique.

- Classique mais efficace. Le sommelier du restaurant de l'hôtel m'a assuré que ce vin était parfait pour accompagner le poisson.

Thomas prit la main de Catleen.

- Allons goûter cette perfection.

Le vin était effectivement excellent, tout comme le repas. Thomas avait préparé du Poke hawaïen, une recette traditionnelle de thon rouge cru mariné, accompagné de riz blanc et une salade de fruits exotiques pour le dessert. Ils discutèrent de tout et n'importe quoi, jusqu'à ce que la conversation prenne une tournure plus personnelle à la fin du repas.

- Alors. Dis-moi ce que le grand photographe Thomas Miller est venu faire à Hawaï. Boulot ou vacances ?

Il fut étonné. Ainsi, elle savait qui il était. Habituellement, les gens changeaient de comportement quand ils découvraient son identité. C'était pour cette raison qu'il évitait la foule autant que possible. Il sourit.

- Un peu des deux. Je suis venu faire des photos du Parc National de Haleakalà. L'endroit me plaît, j'ai décidé de rester plus longtemps.

"Et je ne regrette pas une seconde" pensa-t-il en fixant la jeune femme assise en face de lui.

- J'avoue ne pas avoir vu grand chose de l'île. Je ne voulais pas venir ici.

- Pourquoi es-tu là alors ?

- C'est une longue histoire.

- J'ai tout mon temps.

- Je ne sais pas par où commencer.

- Par le début, tout simplement.

- Ok. J'ai toujours voulu écrire. Je ne me souviens pas avoir désiré autre chose aussi fort. Je rêvais de devenir scénariste pour le cinéma, alors après mes études, je me suis installée à Los Angeles. J'ai trouvé un boulot dans une agence de pub, au département créatif. Je concevais des scénarios pour des spots publicitaires. J'étais encore loin des plateaux de cinéma, mais pour moi, cela représentait un premier pas vers le but que je m'étais fixé. En dehors de mes heures de travail, j'ai commencé à écrire un scénario de long métrage. J'y consacrais toutes mes soirées, mes week-ends et parfois certaines nuits. Et puis au fur et à mesure que j'écrivais, quelque chose a changé. L'histoire s'est développée, les personnages sont devenus plus complexes et d'autres ont pris vie. Cela va te paraître bizarre mais j'avais l'impression de ne plus rien maîtriser. C'est difficile à expliquer. C'était comme si l'histoire et les personnages évoluaient sans moi et qu'ils me chuchotaient à l'oreille quoi écrire pour prendre vie sur le papier.

Pendant ce long monologue, Catleen avait fixé son regard sur son verre de vin pour ne pas être distraite. Il lui était toujours difficile de parler de choses très personnelles, comme celles-ci. Elle leva enfin les yeux vers Thomas en esquissant un sourire.

- Maintenant, tu dois me prendre pour une folle.

Loin de là. Il la trouvait fascinante et buvait ses paroles.

- Pas du tout. Je ressens quelque chose de similaire quand je prends des photos.

- Après huit mois de travail, mon roman était terminé. J'éprouvais, à la fois, une immense satisfaction et une sensation de vide, comme s'il me manquait quelque chose.

Thomas remplit à nouveau leurs verres.

- Qu'est devenu ce roman ?

- Je l'ai tapé, imprimé et il a atterri dans un tiroir de ma commode. Je ne savais pas si mon histoire valait quelque chose. J'avoue qu'à l'époque je n'avais pas envie de le savoir. Michaëla, l'amie avec qui je vis, l'a trouvé et lu. Sans me le dire, elle en a fait une copie qu'elle a transmise à l'une de ses amies, agent littéraire, qui à son tour, l'a montré à un éditeur. Voilà comment je suis devenue écrivain. Fin de l'histoire.

- Cela ne me dit toujours pas ce que tu fais sur cette île.

- Lorsque mon livre a été publié, cela a été un succès immédiat. Je ne m'y attendais pas. Séances de dédicaces, de lecture etc. C'était vraiment grisant de rencontrer mes lecteurs. J'ai parcouru le pays en long, en large et en travers. Je suis rentrée chez moi heureuse, la tête pleine de souvenirs, mais éreintée. J'ai commencé à écrire mon deuxième roman mais la fatigue a eu raison de mon inspiration. Alors je me suis retrouvée à l'aéroport, mon sac de voyage dans une main, un billet d'avion dans l'autre, sans avoir eu voix au chapitre. Expédiée en vacances, comme un colis, par ma coloc.

- L'autre jour, à la réception, on m'a dit que tu avais quitté l'hôtel. J'ai été étonné de te voir ici.

- J'ai échangé la chambre contre le bungalow. Je voulais un endroit plus tranquille et plus près de l'océan.

Thomas sourit. "Les grands esprits se rencontrent".

- As-tu recommencé à écrire depuis ton arrivée ici ?

- Non, pas encore. Mais assez parlé de moi. A ton tour.

- Je crains n'avoir rien de palpitant à raconter.

- Tu veux me faire croire que le globe-trotter que tu es n'a rien d'intéressant à raconter ! Je n'y crois pas une seconde.

- Que veux-tu savoir ?

- Comment es-tu devenu photographe ?

- Je répondrai à toutes tes questions si tu acceptes de faire un tour avec moi sur la plage.

Catleen se leva et prit sa main.

- Marché conclu.

- J'ai découvert la photographie au lycée. Au début, c'était un moyen de focaliser mon attention sur quelque chose de positif, et puis c'est devenu une passion. J'ai toujours été une personne difficile à canaliser. Je ne me suis jamais senti à ma place, où que ce soit, même au sein de ma propre famille, au grand dam de ma mère. Et puis, la plupart des gens finissent par m'ennuyer. Quand tu grattes la surface, tu découvres souvent qu'ils ne sont pas ce qu'ils ont l'air d'être. Ils ne sont pas intéressants, voire très décevants parfois. Je compte mes amis sur les doigts de la main, mais je sais que je peux leur accorder toute ma confiance.

Arrivés au bout de la plage, Thomas invita Catleen à s'asseoir sur le sable.

- A la fin de ma première année universitaire, je suis parti. J'étouffais dans cet endroit. Surtout, je m'étais rendu compte que je ne voulais pas suivre les traces de mon père et mon frère en devenant médecin. J'ai pris l'argent destiné à financer mes études et j'ai sillonné le pays, appareil photo en main. Je suis rentré six mois plus tard. Mon père était furieux mais j'avais gagné le droit de décider de mon avenir. J'ai passé ma licence, vendu mes premières photos et les contrats se sont succédés. Au fil des années, l'argent gagné m'a permis de financer mes propres projets.

- Il y a deux ans, je suis allée voir l'une de tes expos photos avec mon amie Michaëla.

- L'Afrique et le fleuve Zambèze.

- C'est cela. C'était incroyable, magique.

- Je te remercie. A travers les expos, j'essaie de partager ma vision du monde, de montrer aux gens à quel point il est magnifique mais aussi fragile. Leur faire prendre conscience qu'il faut le préserver. J'espère aussi faire voyager ceux qui ne le peuvent pas.

- Tu sembles avoir enfin trouvé ta place.

- Disons que j'ai trouvé la sérénité nécessaire pour avancer dans la vie.

- Es-tu heureux ?

Thomas sembla réfléchir, comme s'il ne s'était jamais posé la question auparavant.

- Oui...je crois que oui. Allez Princesse, debout, je vous raccompagne jusqu'à votre porte.

Ils s'arrêtèrent devant le bungalow de Catleen.

- J'ai passé une bonne soirée. Le repas était délicieux.

Comme Thomas ne dit rien, elle monta les marches et ouvrit la porte.

- Catleen, attends. Il la rejoignit pour lui prendre la main. Moi aussi, j'ai passé une bonne soirée, vraiment.

Elle posa sa paume sur la joue du jeune homme tout en lui souriant.

- Bonne nuit.

Elle ferma la porte.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Défi
JustineC
Une phrase par jour, pendant toute la durée du confinement. En espérant qu'il se passe des choses intéressantes pour les retranscrire !
448
167
31
7
Mimlay
~CV~

2393, les Hommes ont déserté la Terre gelée, installés dans des stations spatiales. Au cœur d’un Système multiculturel en expansion, quelques illuminés à la quête de découvertes et de vérités.

« Je suis tout à la fois, je suis le Soleil énorme dans l'azur, la mer que je n'ai jamais vue, les océans sous la glace, le gel et le dégel, la Terre et les étoiles. Je suis tout, nulle part, mais avec toi. Avec mille autres. »
— Extrait tiré d'Illuminés.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NB : Ouverte aux annotations et commentaires, je vous avertis malgré tout : je ne prendrai pas tout en compte. Ce texte a ses défauts, j'en suis bien consciente :) Mais tous les supprimer serait trahir l'écrivaillon qui les imaginés à l'époque.

Je tiens beaucoup à cette histoire, j'espère qu'elle saura vous satisfaire, peut-être même vous transporter, qui sait ? Bienvenue aux peinturlureurs/commentateurs compulsifs comme aux lecteurs silencieux !

Illuminés est un récit de science-fantasy, mêlant aventure, amitiés, violence, magie et drames. Mes personnages sont à l'image de ce que j'ai pu ressentir pendant un temps...

Aussi, s'il est classé en "contenu sensible", c'est à cause de quelques scènes relativement brutales, bien qu'elles ne soient pas gores non plus. Il n'y a pas de scène de sexe ou érotique, ou même d'usage de drogues, soyez tranquilles. :)

Bon, trêve de blabla, bonne lecture !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Références de l'illustration : "The Magician" de rrrhart.
Lien de son tumblr pour les intéressés : https://rrrhart.tumblr.com/post/168134399836/tarot-i-the-magician
869
655
1507
264
eragona
On retrouve notre famille royal quatorze après. Que sont devenue Elena Et Océane ?

Malgré quatorze ans de bonheur, les problèmes reviennes. Des problèmes toujours plus compliquer à gérer pour nos deux amantes.
12
11
188
147

Vous aimez lire Carole Pohie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0