THOMAS ET CATLEEN partie 1

5 minutes de lecture

Hawaï. L'île de Maui. Thomas était là pour faire des photos du Parc National de Haleakalà ainsi que des plages sur la route de Hana. Le boulot fini, il décida de rester plus longtemps, les paysages l'avaient ensorcelé.

Il occupait un petit bungalow sur la plage, isolé du reste du complexe hôtelier. Les chambres trop climatisées, les bords de piscine envahis de monde, non merci. Il avait plutôt l'habitude de dormir à la belle étoile dans des lieux, Dieu soit loué, épargnés par la civilisation moderne. Le bungalow lui sembla un bon compromis. Un coin pour dormir, se laver, préparer les repas, il ne demandait pas plus. Aucun voisin à l'horizon, pour le moment. Il était seul sur ce bout de plage, cela lui convenait très bien.

En deux semaines, certaines habitudes s'installèrent. Il se levait aux aurores pour aller à la pêche, puis au marché. Déformation professionnelle oblige, il prit d'autres photos immortalisant la vie quotidienne des autochtones avec lesquels il lia connaissance. Il pouvait satisfaire son appétit pour la lecture en dévorant Anna Karénine, installé dans une chaise longue. Le soir, il se promenait sur la plage, se baignait dans l'océan; il ne ratait jamais le coucher de soleil. Cette sédentarité provisoire lui plut assez, le cadre enchanteur y contribuant.

Un soir, il décida de reprendre contact avec la civilisation en allant prendre un verre au bar de l'hôtel. Pour cela, il dut traverser le restaurant. A peine entré dans la salle, sa chemise blanche se retrouva maculée de jus de tomate. Une jeune femme était étalée à ses pieds. Comment s'y était-elle prise pour tomber ? Mystère. Aucun obstacle sur le sol parfaitement plat. Il l'aida à se relever.

- ça va ?

Deux magnifiques yeux bleus se levèrent vers lui avec embarras.

- Je suis vraiment, vraiment désolée. Je ne sais pas comment j'ai fait pour glisser.

Elle épongea le devant de la chemise de Thomas avec le bas de sa robe longue, ce qui le fit sourire

- Ce n'est rien, laissez cela. Ce n'est qu'une chemise.

- Pourquoi ça n'arrive qu'à moi des trucs pareils, marmonna-t-elle.

Elle ramassa son verre qu'elle posa sur la première table venue avant de sortir de la salle en boîtillant, le visage rouge de honte. Thomas souriait encore quand il atteignit son bungalow. Rencontre intéressante.

Le lendemain, il déposa sa chemise au pressing de l'hôtel. Quand il la récupéra, l'employée l'informa que la note était déjà réglée. Il se doutait bien par qui et voulut connaître son identité.

- Qui a réglé la note ?

- Mlle Catleen Williams, une cliente de l'hôtel.

Ainsi, il ne serait pas difficile de la retrouver. Direction la réception.

- Bonjour, je voudrais laisser un message pour Catleen Williams.

- Je suis désolée Mr Miller mais Mlle Williams a quitté l'hôtel cet après-midi.

En fin de compte, cela ne serait pas aussi facile que prévu. Inutile de demander à la réceptionniste les coordonnées de la jeune femme, elle ne lui divulguerait jamais ce genre d'informations.

"Laisse tomber mon vieux, dans quelques semaines tu seras au fin fond de la Chine."

En revenant de sa promenade nocturne, il remarqua que le bungalow voisin du sien était allumé. Il s'approcha. Un gros sac de voyage trônait sur la terrasse devant la porte, mais nulle trace de son propriétaire. Il poursuivit son chemin, l'esprit focalisé sur une paire d'yeux bleus.

Le jour suivant, Thomas se réveilla tard. Il avait très mal dormi et son lit ressemblait à un chantier. Il se préparait un solide petit déjeuner quand il entendit un gros bruit venant de l'extérieur et une voix féminine crier. Son voisin était une voisine, hystérique de surcroît. Adieu le calme et la tranquilité.

Curieux, il sortit sur la terrasse. Une jeune femme se débattait avec une chaise longue, en maudissant l'objet avec un langage très fleuri. Amusé, Thomas continua d'observer sa nouvelle voisine. Il ne pouvait pas voir son visage, elle était de dos, mais en y regardant bien, cette silhouette ne lui était pas inconnue.

- Catleen ?

Figée, Catleen lâcha la chaise longue. Elle aurait reconnu cette voix n'importe où. Elle ferma les yeux, se retourna en ouvrant un seul oeil. Oui, c'était bien lui. L'homme à la chemise. Thomas Miller.

Oui, bon, d'accord, elle s'était un tout petit peu renseignée sur lui. Il le fallait bien si elle voulait payer sa note de pressing, pour se faire pardonner sa maladresse. Oui, elle l'avait un tout petit peu espionné quand il avait déposé sa chemise. Mais attention, c'était pour la bonne cause.

- Salut.

Sa voix était à peine audible. Si elle avait pu se faufiler dans un trou de souris, elle l'aurait fait. Thomas lui sourit.

- Besoin d'aide ?

Catleen fit oui de la tête.

- Je ne suis pas très douée pour ces trucs-là.

- Où veux-tu que je te l'installe ?

- Juste là devant, sur le sable.

En deux secondes, la chaise longue fut dépliée et installée. Catleen était écoeurée, cela faisait une heure qu'elle se débattait avec cet engin.

- Tu n'es pas non plus très douée avec les verres de jus de tomate.

- Vraiment très drôle.

- Bon, au cas où tu te ferais à nouveau agresser par un objet, je suis juste à côté.

- J'y penserai.

Les jours suivants, Catleen se comporta comme s'ils étaient des étrangers, ce qui n'était pas entièrement faux. Ils se saluaient lorsqu'ils se croisaient, rien de plus.

Si Catleen semblait ne prêter aucune attention à Thomas, il n'en était pas de même pour lui. Il était pleinement conscient de la présence de la jeune femme, jusque dans son sommeil. Il la cherchait toujours du regard et se sentait rasséréné quand il la trouvait enfin. Comme si sa présence était devenue une nécessité à son bien-être. Ce petit bout de femme attisait sa curiosité comme aucune fille auparavant.

Une semaine après "l'attaque de la chaise longue", Thomas décida qu'il était temps de faire plus ample connaissance. Catleen ne semblait pas vouloir venir vers lui, donc il se jeta à l'eau.

Lorsqu'il revint du marché avec tout ce qu'il lui fallait pour mettre son plan à exécution, Catleen prenait son petit déjeuner sur la terrasse de son bungalow. Sans attendre d'invitation, Thomas vint s'asseoir en face d'elle.

- Bonjour voisine.

- Bonjour voisin.

- Tu aimes le poisson cru ?

- Heu...oui.

- Parfait. Ce soir je t'invite à dîner.

- Où cela ?

D'un mouvement de tête, Thomas désigna son propre bungalow.

- C'est moi qui fais la cuisine.

Catleen lui lança un regard qui en disait long sur ce qu'elle pensait. Il la pointa du doigt.

- J'ai la nette impression que tu doutes de mes talents culinaires.

- J'ai juste du mal à t'imaginer avec un tablier au milieu d'une cuisine.

- Pourquoi cela ?

- Cela ne colle pas avec le personnage.

- Quel personnage crois-tu que je sois ?

- Du genre à se battre avec des bêtes sauvages au fond de la forêt, tout en mâchant de la viande séchée.

- Tu découvriras que je suis un homme plein de surprises.

Il se leva et lui fit un clin d'oeil avant de partir.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Défi
JustineC
Une phrase par jour, pendant toute la durée du confinement. En espérant qu'il se passe des choses intéressantes pour les retranscrire !
448
167
31
7
Mimlay
~CV~

2393, les Hommes ont déserté la Terre gelée, installés dans des stations spatiales. Au cœur d’un Système multiculturel en expansion, quelques illuminés à la quête de découvertes et de vérités.

« Je suis tout à la fois, je suis le Soleil énorme dans l'azur, la mer que je n'ai jamais vue, les océans sous la glace, le gel et le dégel, la Terre et les étoiles. Je suis tout, nulle part, mais avec toi. Avec mille autres. »
— Extrait tiré d'Illuminés.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NB : Ouverte aux annotations et commentaires, je vous avertis malgré tout : je ne prendrai pas tout en compte. Ce texte a ses défauts, j'en suis bien consciente :) Mais tous les supprimer serait trahir l'écrivaillon qui les imaginés à l'époque.

Je tiens beaucoup à cette histoire, j'espère qu'elle saura vous satisfaire, peut-être même vous transporter, qui sait ? Bienvenue aux peinturlureurs/commentateurs compulsifs comme aux lecteurs silencieux !

Illuminés est un récit de science-fantasy, mêlant aventure, amitiés, violence, magie et drames. Mes personnages sont à l'image de ce que j'ai pu ressentir pendant un temps...

Aussi, s'il est classé en "contenu sensible", c'est à cause de quelques scènes relativement brutales, bien qu'elles ne soient pas gores non plus. Il n'y a pas de scène de sexe ou érotique, ou même d'usage de drogues, soyez tranquilles. :)

Bon, trêve de blabla, bonne lecture !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Références de l'illustration : "The Magician" de rrrhart.
Lien de son tumblr pour les intéressés : https://rrrhart.tumblr.com/post/168134399836/tarot-i-the-magician
869
655
1507
264
eragona
On retrouve notre famille royal quatorze après. Que sont devenue Elena Et Océane ?

Malgré quatorze ans de bonheur, les problèmes reviennes. Des problèmes toujours plus compliquer à gérer pour nos deux amantes.
12
11
188
147

Vous aimez lire Carole Pohie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0