A LA POUSUITE DU BONHEUR partie 1

7 minutes de lecture

Catleen arriva chez elle dans la nuit. Elle laissa ses bagages sur le sol dans l'entrée, puis partit se coucher. Elle remercia le ciel d'avoir la maison pour elle seule. Michaëla était partie, rendre visite à son petit ami à Londres pour une durée indéterminée. Grand bien lui fasse. Catleen ne voulait voir ni parler à personne. Elle ne voulait pas qu'on lui demande comment elle allait, ni comment s'étaient passées ses vacances. Elle voulait juste oublier pour se concentrer sur son roman, la seule chose positive qui ressortait de tout cela.

Elle se réveilla à midi, affamée. Le frigo était vide, à part une bouteille de lait périmé qu'elle jeta. Il n'y avait même plus de café dans le placard. Faire des courses s'imposait. Elle se contenta de crackers rassis, qu'elle trempa dans un mug de thé. Elle récupéra ses affaires dans l'entrée avant de défaire ses bagages.

Elle posa son laptop, son bloc de feuilles, ses stylos sur la table basse du salon. Elle allait devoir, à nouveau, s'immerger dans la discipline qu'elle s'était imposée lors de la correction de son premier manuscrit. Coupure totale avec le reste du monde, levée tôt, couchée tôt, arrêt du travail pour manger, dormir. Une nourriture saine et équilibrée, promenade le soir sur la plage pour se détendre. En parlant de nourriture, il fallait qu'elle se ravitaille si elle voulait survivre. Elle revint avec de quoi tenir un siège pendant trois semaines. Une bonne chose de faite. L'après midi étant bien avancé, inutile de commencer à écrire maintenant. Elle se fit un café et sortit sur la terrasse pour descendre sur la plage. Une fois assise au bord de l'eau, elle regarda l'horizon. Thomas se trouvait en face, quelque part au milieu de l'océan. Peut-être était-il, lui aussi, assis au bord de l'eau à regarder l'horizon. La seule différence entre eux : lui ne pensait sûrement pas à elle.

*

Comme prévu, Elizabeth vint chercher Thomas à l'aéroport. Il ne desserra pas les dents pendant le trajet. Arrivé chez lui, il posa toutes ses affaires dans sa chambre, se servit un verre de Whisky et prit la carafe avec lui, avant de sortir sur la terrasse. Sa soeur le rejoignit.

- Alors, Catleen Williams et toi, raconte.

- Je l'ai rencontrée à Hawaï.

- Et ?

- Elle est géniale et je ne suis qu'un con qui mérite ce qui lui arrive.

Thomas but son verre d'un trait avant se resservir.

- Je vois. Que s'est-il passé ?

- Je l'ai blessée, Liz. Je l'ai réellement blessée. Le pire dans tout ça, c'est que sur le moment, j'ai pensé chaque mot que je lui ai dit.

Il but son second verre avant de le remplir à nouveau.

- Elle doit me prendre pour le dernier des salauds, à l'heure qu'il est.

- C'est certain.

Thomas dévisagea sa soeur.

- Merci pour le réconfort.

Il vida son troisième verre. Elizabeth lui prit la carafe des mains.

- Je crois que tu devrais arrêter de boire. Que comptes-tu faire si tu la retrouves ?

- M'excuser et la laisser en paix si elle me le demande.

Elizabeth lui sourit.

- Tu n'auras pas à courir bien loin. J'ai trouvé son adresse et tu ne devineras jamais où elle habite.

- Où ?

- Ici, sur cette plage.

- C'est une blague !

- Non, sa maison se trouve un peu plus haut.

Thomas prit sa soeur dans ses bras.

- Merci, tu es la meilleure.

- Avant de faire quoi que ce soit, je te conseille d'avaler un pot de café et de faire un somme, histoire de désaouler un peu. Ah oui,j'oubliais. Le frigo est plein, j'ai fait des courses. Je repasserai demain dans l'après-midi pour parler boulot.

Elle l'embrassa avant de partir.

Thomas récupéra la carafe encore à moitié pleine et se dirigea au fond du jardin. Il se laissa tomber dans le hamac. Verre après verre, il la vida complètement avant de la jeter dans la pelouse. Il était ivre, incapable de bouger d'où il était.

- Regarde, Cat, ce que tu fais de moi : un ivrogne. Tu as cru pouvoir m'échapper, ma douce petite princesse, eh bien non, tu peux pas. Il ricana. Je suis là, tout à côté.

Il s'endormit, de lourds ronflements accompagnant sa respiration.

Quand il se réveilla, il faisait nuit noire. Il se sentit nauséeux, mais contre toute attente, il n'avait pas mal à la tête. Il fallait qu'il mange quelque chose et s'hydrate avec autre chose que de l'alcool.

- Pauvre con que tu es. Tu crois que picoler va résoudre ton problème ?

Il s'extirpa du hamac, direction la cuisine. Son pied buta sur quelque chose dans la pelouse : la carafe. Il la ramassa pour la poser sur la table de la terrasse. Un post-it était scotché sur la porte du frigo : Catleen Williams No19. Il le décrocha pour le glisser dans la poche arrière de son jean. Il n'était pas d'humeur à cuisiner, un sandwich ferait l'affaire. Il le mangea debout en tournant en rond au milieu de la cuisine. Il sortit le post-it de sa poche. Le No19. C'était la dernière maison au bout de la plage. S'il décidait d'aller y jeter un coup d'oeil maintenant, en pleine nuit, Catleen ne pourrait pas le surprendre à fureter dans les parages. Surtout qu'il tenait à garder secret le fait qu'ils soient voisins, jusqu'à ce qu'il ait réfléchi à une stratégie d'approche. Il sortit et emprunta le passage au fond du jardin, menant à la plage. Quelques mètres avant d'arriver à destination, Thomas ralentit le pas puis s'arrêta. L'éclairage extérieur était allumé mais il semblait n'y avoir personne dehors. Il s'approcha. Effectivement, la maison était plongée dans le noir, seule la terrasse était allumée. Sûrement un oubli. Il allait rebrousser chemin quand quelque chose s'envola de la table pour atterrir sur le sable, à ses pieds. Il ramassa un bandana de couleur bleu nuit. Catleen l'utilisait souvent pour attacher ses cheveux. Il le porta à son nez et reconnut, sans hésitation, le parfum de la jeune femme. Il le mit dans sa poche puis rentra. Avant de se coucher, Thomas noua le bandana autour de son poignet. Ainsi, d'une certaine façon, Catleen ne le quitterait plus.

Thomas étala les photos développées à HawaÏ sur l'immense table de travail en verre. En quelques secondes il trouva celle qu'il cherchait. Une photo de Catleen, endormie sur une chaise longue, devant son bungalow, souriant dans son sommeil. Il posa le cliché à part sur son bureau. Maintenant au boulot. Il devait trier et répertorier les 249 photos restantes.

L'arrivée d'Elizabeth lui donna l'occasion de faire une pause. Elle vit la photo de Catleen sur le bureau.

- Elle est très belle.

- Elle est plus que cela.

- Je n'en doute pas. Elle doit être vraiment exceptionnelle pour que tu t'intéresses à elle.

Le sujet semblait mettre son frère mal à l'aise. Elle lui sourit.

- Si tu m'offrais quelque chose à boire ?

Ils s'installèrent dehors avec un verre de jus de fruits. Elizabeth remarqua la carafe vide sur la table, la prit et la secoua en regardant son frère.

- Pas de commentaire, s'il te plaît.

- Je n'ai rien dit.

Catleen semblait provoquer des comportements inattendus chez son frère. Il serait très intéressant de la rencontrer.

- Comment tu t'y es prise pour avoir son adresse ?

- J'ai contacté son agent littéraire. J'ai employé les grands moyens en lui racontant une histoire à dormir debout. Contre toute attente, cela a marché.

- Quel genre d'histoire ?

- Tu le sauras bien assez tôt. Tu risques de recevoir un coup de fil dans quelque temps, alors joue le jeu.

Thomas devint soupçonneux. Qu'avait bien pu raconter sa soeur ?

- Alors, comment comptes-tu t'y prendre ?

- A propos de quoi ?

- Catleen. Que vas-tu lui dire ?

- Je n'en sais rien encore.

Effectivement, il n'en savait encore rien et ne voulait pas en discuter avec sa soeur.

- Tu es devenue pigiste pour un tabloïd à scandales ou quoi ? Je croyais que tu était venue parler boulot.

- Ok, on se calme ! Concentrons-nous sur le boulot, pas de problème. Il faut fixer un rendez-vous avec cet éditeur de New York.

- Fixe une date à sa convenance. Je serai là dans les prochains mois.

- Et ton voyage en Chine ?

- J'ai décidé de le reporter.

- Tu en es sûr ?

- Oui, j'en suis certain. Les montagnes et le tombeau du 1er Empereur ne vont pas s'envoler. Ils m'attendront quelques mois de plus.

- Tu es donc complètement disponible pour la préparation de la prochaine expo photos ?

- En effet. Je me plierai, sans râler, à toutes tes exigences.

- Compte sur moi pour te le rappeler à la moindre occasion. Dans ce cas, je vais établir un planning pour les six prochains mois.

- D'accord. Autre chose ?

- Pas pour le moment.

- Dans ce cas, si tu n'y vois pas d'inconvénient, je retourne travailler.

Assis à son bureau, Thomas regardait la photo de Catleen. Elizabeth avait posé une question pertinente. Qu'allait-il lui dire et surtout, comment reprendre contact avec elle ? Sonner à sa porte n'était pas une option. Jamais elle ne le laisserait entrer pour discuter. Le mieux serait qu'ils se rencontrent par hasard. Thomas connaissait assez bien la jeune femme pour deviner qu'elle se promenait sur la plage, mais il ne pouvait pas arpenter le sable du matin au soir en espérant tomber sur elle. Même s'il le voulait, cela lui serait impossible. Ses journées seraient bientôt accaparées par la préparation de sa nouvelle expo.

Quelques jours après son retour, Thomas rendit visite à Alex et Mary, son frère et sa belle-soeur. Il était temps de faire connaissance avec le dernier né de la famille qui portait le même prénom que lui. Cependant, la présence de son père n'était pas prévue. Il prit son frère à l'écart.

- Tu aurais pu me prévenir qu'il serait là.

- Il est arrivé dix minutes avant toi. Que voulais-tu que je fasse ? Que je le mette à la porte ?

Tout ce que Thomas désirait : passer un bon moment en famille, après un an et demi d'absence. Mais sa visite se transforma en cauchemar, malgré les tentatives de Mary pour détendre l'atmosphère. Il quitta la maison de son frère en claquant la porte.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 8 versions.

Recommandations

Défi
JustineC
Une phrase par jour, pendant toute la durée du confinement. En espérant qu'il se passe des choses intéressantes pour les retranscrire !
448
167
31
7
Mimlay
~CV~

2393, les Hommes ont déserté la Terre gelée, installés dans des stations spatiales. Au cœur d’un Système multiculturel en expansion, quelques illuminés à la quête de découvertes et de vérités.

« Je suis tout à la fois, je suis le Soleil énorme dans l'azur, la mer que je n'ai jamais vue, les océans sous la glace, le gel et le dégel, la Terre et les étoiles. Je suis tout, nulle part, mais avec toi. Avec mille autres. »
— Extrait tiré d'Illuminés.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NB : Ouverte aux annotations et commentaires, je vous avertis malgré tout : je ne prendrai pas tout en compte. Ce texte a ses défauts, j'en suis bien consciente :) Mais tous les supprimer serait trahir l'écrivaillon qui les imaginés à l'époque.

Je tiens beaucoup à cette histoire, j'espère qu'elle saura vous satisfaire, peut-être même vous transporter, qui sait ? Bienvenue aux peinturlureurs/commentateurs compulsifs comme aux lecteurs silencieux !

Illuminés est un récit de science-fantasy, mêlant aventure, amitiés, violence, magie et drames. Mes personnages sont à l'image de ce que j'ai pu ressentir pendant un temps...

Aussi, s'il est classé en "contenu sensible", c'est à cause de quelques scènes relativement brutales, bien qu'elles ne soient pas gores non plus. Il n'y a pas de scène de sexe ou érotique, ou même d'usage de drogues, soyez tranquilles. :)

Bon, trêve de blabla, bonne lecture !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Références de l'illustration : "The Magician" de rrrhart.
Lien de son tumblr pour les intéressés : https://rrrhart.tumblr.com/post/168134399836/tarot-i-the-magician
869
655
1507
264
eragona
On retrouve notre famille royal quatorze après. Que sont devenue Elena Et Océane ?

Malgré quatorze ans de bonheur, les problèmes reviennes. Des problèmes toujours plus compliquer à gérer pour nos deux amantes.
12
11
188
147

Vous aimez lire Carole Pohie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0