Clochards célèstes

de Image de profil de StockolmSyndromeStockolmSyndrome

Apprécié par 8 lecteurs

Wiffchki, c'était un dur à cuire, un prophète de l'infortune, une gueule cassée, un raconteur de mésaventures, ses mésaventures. Il avait choisi de vivre à la belle étoile, il disait qu'il n'existait pas plus grande maison, et que le sud, c'était son salon. Son corps, c'était le mémorial des addictions, son coeur, le tambour des armées résistantes. Il a jamais trouvé d'intérêts dans le travail, Whiffchki ce qu'il aimait, c'était la bouteille, les femmes (surtout celles qui en avait) et son harmonica, alors parfois il jouait pour le vent ses chagrins d'amour sur le parvis de la cathédrale, et quelques badeaux émus lui jettaient la pièce, plein de mépris pour ces sales les termites qui lui bouffaient les fringues. Ça lui permettait de remettre sa tournée. Y'a fort longtemps sa gonzesse lui a dis j'veux des gosses et une maison chéri, nous autres on ressent des besoins, tu peux pas comprendre, je suis prête, c'est tout c'qui compte. Il a troqué sa petite contre un bâtard malinois et il a pris la route. Ça l'a pas empêché de planter des graines. Un jour il a sauté d'un pont où y avait pas beaucoup d'eau pour voir si il pouvait voler, sa jambe est devenue bancale, comme le film de son existence, mais faut pas lui en vouloir, il a jamais trop su doser l'eau. Quand c'était pas lui, c'était les autres qui l'écrasais, comme cette nuit d'hiver où une bande de dealers lui ont fait payer ses ardoises en lui enlevant quelques dents de devant, c'était pas pratique pour croquer la fortune mais tant qu'il pouvait encore diluer son âme aux liqueurs qui tiennent si bien chaud, alors il pouvait pas crever. Tout le monde aimait le réchauffer, et devinez ce qu'il répondait quand on lui demandait ce qu'il voulait boire? Ouais. Son surnom, c'est bien de là qu'il vient.

Whiffchki...

Whiffchki, c'était surtout un écorché, un chérubin coincé dans la carcasse d'un ange déchu, celui qui tard dans la nuit noire te contait des poèmes écrits pour les yeux de la lune, et te faisait te sentir loup, celui qui chantait dans les bars, dans la rue, pour la rue, celui q'on aimait, qu'on détestait, mais de tout ça il s'en foutait, tant qu'il pouvait recommencer demain à cracher des nuages de goudron et des notes au plafond du monde en se sentant libre comme un enfant qui n'aurait pas vu passer le temps.

Il est mort le même jour que Bowie sur le macadam froid d'une de ces villes au coeur métallique et insensible, à côté de son accordéon, ah, et puis d'une bouteille aussi. Devinez laquelle. Ouais. Son surnom, il l'aura eu jusqu'à la fin.

Tous droits réservés
1 chapitre de 2 minutes
Commencer la lecture

Table des matières

En réponse au défi

BRADBURY CHALLENGE 2017-2018 semaine 9/52

Lancé par Nicolas Raviere

Bonjour à toutes et tous !

Reprenant le principe d'écrire une nouvelle par semaine, et ce sur une durée d'un mois, renouvelable pendant un an, nous vous proposons le défi de cette semaine !

— rédiger une courte nouvelle, avec ou sans chute , 1300 mots maximum (soit moins de 5 minutes de lecture) ;
— durée 7 jours, vous postez quand vous voulez jusqu'au septième jour inclus ;
— date de cette semaine (7jours) : du lundi 6 novembre au dimanche 12 novembre 2017 inclus ;
— sujet : libre !

Soyez heureux.ses, créatifs.ves et motivés.es,

Pour en discuter toutes et tous ensemble, bienvenue là :
https://www.scribay.com/talks/17270/bradbury-challenge-2017--2018-vous-etes-toujours-la--

Pour accéder à toutes les nouvelles depuis le lancement rendez-vous là :
https://www.scribay.com/author/727823185/nouvelles--rbradbury--2017---2018

Bonne écriture, et à très vite,

Toute l'équipe !

Commentaires & Discussions

Clochards célèstesChapitre10 messages | 2 ans

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0