V

2 minutes de lecture

V


Je m’échappe de cet enfer. Des marches me conduisent au rez-de-chaussée. L’excitation m’enivre, mais je dois rester sur mes gardes. Le molosse d’Hadès est peut être dans les parages. Je ne flaire pas son odeur, c’est plutôt bon signe. Je repère les escaliers qui mènent à l’étage. Le parfum de Clarisse me pénètre. Je ne lui veux aucun mal. J’ai besoin de comprendre la place qu’elle occupe dans cette histoire macabre. Les pièces du puzzle ont du mal à s’assembler. Si le vieux n’a expérimenté que sur lui. D’où vient le chien ? Et Clarisse, je la revois me demander de l’aide. Elle avait déjà vu une monstruosité. Le doute n’est plus permis. Je m’approche de sa chambre. Je me tiens devant la porte. Mes griffes lacèrent le bois tendre. Je grogne. Je tape des poings. La porte ne bouge pas.

— Laissez-moi tranquille ! Allez vous en ! Hurle-t-elle.

Je réitère mon geste. La rage s’intensifie. Je rugis. Dans un accès de folie, je défonce la porte qui vole en éclat.

— Non ! Par pitié, ne me faîtes pas de mal, me supplie-t-elle.

Clarisse s’est repliée dans un coin de sa chambre, près de la fenêtre. La lumière est éteinte. La situation me paraît étrange. Mon instinct me conseille la méfiance. Son comportement n’exprime pas la même chose que ses paroles. Elle crie sa peur mais ses gestes sont posés, calculés. Elle garde une main derrière le dos. Que cache-t-elle ?

— Je sais que j’ai demandé de l’aide. J’ai surpris mes grands-parents. Ils font des expériences. Ils prévoient de se servir de moi. Ils ont déjà…

Je n’en peux plus. Je lui saute dessus toutes griffes dehors. Non, ne me mens pas, n’abuse pas de moi. Elle est surprise, elle n’a pas le temps de réagir. Je lacère sa poitrine. Je lui mors le cou. Un flot de sang s’écoule de sa bouche. Elle laisse échapper la seringue qu’elle dissimulait. Cette dernière contient un liquide vert fluorescent qui ne me dit rien qui vaille. Elle m’a trompé, encore. Toutes ses années d’ignorance et d’humiliation remontent à la surface. Une décharge de haine me submerge. La belle ne blessera plus personne. La belle n’est plus. Mais, j’assouvis un fantasme. Elle est à moi à présent. Je pénètre son corps, je la déguste. Après tout, je suis un monstre.

Une violente douleur me cisaille le crâne. L’aube se lève. Il est temps. Je dois partir. Mais, je ne peux pas bouger. Je suis paralysé. Ma peau est en effervescence. Toutefois, je n’ai pas l’impression que je vais retrouver le corps de Georges. La douleur est intenable. L’expérience n’est toujours pas au point. Je hurle à la mort et je m’écroule sur le corps de Clarisse…

Annotations

Recommandations

Défi
cassiar


À l'évidence nous n'étions pas sur une sœur jumelle de notre terre, bien que cette planète, soit semblable par ses caractéristiques physiques et biochimiques.
Selon les premières sondes déployées à la surface, l’atmosphère y était respirable, le climat de la région visée donnait l’impression d’y être clément, d’après leurs images et relevés topographiques tout indiquait que c’était l’endroit idéal.
Une équipe de cinq experts accompagnée de cinq membres des forces spéciales avait été dépêchée à la surface, en éclaireur, et devait communiquer à intervalles réguliers leurs relevés et observations.
Leur rôle étant de préparer l’implantation d’une base d’accueil pour les futures colonies.
L’opération se déroulait rondement et tout semblait indiquer qu’ils avaient enfin trouvé ce havre de paix, cet oasis tant espéré, dans cet univers si froid et sans limites.
Les préparatifs de débarquement allaient bon train, tous étaient excités à l’idée de fouler enfin un sol vierge après un si long séjour dans l’espace.
Tout aurait pu être pour le mieux si cela n’avait été la découverte des vestiges d’un vaisseau spatial, comment était-il arrivé ici ? D’où venait-il ?
Pendant ce temps, telle une reine mère accompagnée de son essaim, un immense vaisseau gravitait silencieusement autour de ce globe.
De temps à autre une navette s’échappait de son abdomen pour rejoindre, soit la surface, soit l’un des vaisseaux de taille plus modeste.
Sur la passerelle, l’Amiral en chef, faisait les cent pas, soucieux il consultait régulièrement ses écrans, lorsqu’un des membres de l’équipe au sol appela.
- Amiral ! Je pense que vous devriez venir sur place, la balise que nous avions repérée fait partie de l’épave d’un vaisseau datant du troisième siècle avant GC, nos techniciens ont réussi à décoder les enregistreurs de bord et nous avons un compte rendu des derniers jours de l’équipage.
- Bien Capitaine, je serais là dans quelques minutes, a-t-on une idée de leur provenance ?
- Pas certain, pour le moment mais nous continuons les analyses.
- Que leur est-il arrivé ?
- Une défaillance mais on ne sait pas si c’est à la suite d’une attaque.
- Bien Capitaine, j’arrive, envoyez le module à la base.
- À vos ordres Amiral, une estafette sera là à votre arrivée.
Intrigué, l’Amiral se redresse et se tourne vers son aide de camp.
- Major ! Faites préparer la salle de transfert, départ dans cinq minutes.
- À vos ordres Amiral !
3
0
1
2
Liliopat
« Miroir, mon beau miroir accroché au mur dit moi qui a beauté parfaite et pure ? »

Tout le monde connais Blanche Neige, ce beau conte de fée où Reine marâtre essaie de tué sa belle fille, Infante du Roi, celle-ci sauvé par les nains et fini par épouser le prince.

Aujourd'hui, je vais vous parler d'Eden, fille de King et de Diane, de sa vie et de son malheur.
3
2
8
10
RolloverKatana
un privé qui n'en est pas un.
Des monstres qui nous reflettent.
La cité comme un loup une source.
Et l'amour qui qui mêlent et entremêlent.
0
0
0
24

Vous aimez lire Frédéric Galusik ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0