Six ans plus tôt

4 minutes de lecture

C’est un peu un truc de provoc’, je sais, c’est bête.

Il y a ces plaques en bronze au mur du hall de l’école, avec les noms des élèves et des profs morts pendant les deux guerres mondiales. Un siècle plus tard, personne ne se souvient d’eux, évidemment, personne ne les a connus. Plus personne ne regarde les noms et les dates. Sauf moi, je crois. Et c’est peut-être tordu, mais j’ai mes préférés. Nicolas Rasir est mort à 18 ans, il était mince et blond, avec un sourire permanent sur les lèvres ... François Willems a 21 ans pour toujours, un brun au charme ténébreux … Sauf que je n’en sais rien, je fantasme juste sur eux, héroïques, beaux et jeunes pour l’éternité.

Sauf que c’est quand même un monument aux morts, faudrait un peu les respecter, pas comme ce mec de terminale assis sur le socle et qui écrit comme un fou, puis qui rature et recommence.

Ben oui, je sais qu’il est en terminale. Facile, j’ai cadré tous les garçons de l’école, j’analyse, je fais des fiches mentales, je classe dans des cases : intéressant ou connard, sympa ou harceleur des ‘petits’, puis … hétéro ou gay. Mais là, le truc du gaydar inné, c’est du grand n’importe quoi, les deux seuls mecs que j’ai soupçonnés, ils ont fini avec la langue sur la glotte d’une fille sous mes yeux …

Conclusion évidente, bien qu’idiote : j’étais le seul gay d’une école de deux mille élèves. Désespérant …

Quand on ne peut rien espérer des autres, forcément tous hétéros jusqu’à la moelle, on peut au moins les coller, ça donne une vague impression de contact social, et quand on n’a rien, ben … c’est déjà ça. Je suis devenu le garçon sympa et serviable, mais surtout discret, qui peut être à la périphérie d’un groupe depuis dix minutes avant qu’on le remarque. Et ça me va très bien, merci.

Après, on peut bien rêver un peu, non ? Ce n’est pas forcément constructif ni même vaguement utile, mais les petits plaisirs gratuits sont assez rares, alors voilà, quoi … Mon imagination s’emballe plutôt vite, en fait, un garçon qui me plait, un frôlement … accidentel, et hop ! la machine est lancée. Et lui, dans le genre beau … Il n’y a pas que ça, il semble assez sympa, puis il dégage ce truc de virilité tranquille, parce que naturelle, du mec qui ne devra jamais frimer pour attirer l’attention, et à l’extrême du prisme des sentiments, le désir des filles, puis un peu des garçons comme moi.

Le monument est assez étroit, ça m’a permis de m’asseoir à trente centimètres de lui, ça suffira. Excusez-moi, Nicolas et François, je ne veux pas vous manquer de respect, je veux juste un peu de chaleur humaine, dans votre état, vous me comprenez sûrement, je pense.

J’ai sorti Kafka sur le Rivage de mon sac à dos pour me donner une composition mais je ne l’ai jamais ouvert, j’étais hypnotisé par l’écriture maladroite de mon voisin, puis par la masse de fautes de sa compo. À tel point qu’il l’a remarqué …

- Quoi ? a-t-il grogné.

- Non, rien, désolé.

- Tu peux le dire, hein, c’est nul ! Ça me fait chier, ce truuuc ! Tu vois Peeters, le prof d’anglais ? Ah ben non, il fait juste les terminales, lui. Qu’est-ce qu’il m’emmerde avec sa pièce à la con, je sais pas quoi écrire.

- Je ne peux pas t’aider pour le fond, mais la forme … le passé de run, c’est ran, pas runned. Puis le pluriel de wolf, c’est wolves … v-e-s …

J’ai corrigé les erreurs qui me sautaient aux yeux, en espérant ne pas trop le braquer, puis surtout, ne pas passer pour le nerd de service, pour une fois.

Quand on a terminé de réviser son essai douteux, du moins d’un point de vue grammatical, il m’a fait un clin d’œil et m’a dit ‘‘merci, petit, tu assures’’. En temps normal, ça m’aurait vexé, mais je m’étais tellement rempli d’images de lui, de son odeur, du son de sa voix … que c’était pas grave. Et que j’étais peut-être un peu tombé amoureux de … rien du tout, mais de tellement, aussi.

Je suis rentré chez moi avec un sourire qui a tenu jusqu’au repas, le truc tellement rare que ça a intrigué maman.

- Bah, non, rien, c’est … Shakespeare.

- Si c’est le Songe d’une Nuit d’Eté, c’est assez amusant, a-t-elle dit.

- Macbeth …

- Oh ! Déjà moins marrant, ça.

- Et même chiant comme la pluie, tu es total no-life, a ajouté ma sœur.

- Caroline, ne sois pas méchante, a grondé maman.

- J’énonce juste un fait.

J’aurais bien répliqué un truc aussi vachard mais elle n’a pas vraiment tort, puis là, j’essayais juste de me souvenir de l’haleine de Jérôme quand il m’avait dit que j’assurais, j’ai mes priorités …

Plus tard, dans ma chambre, j’ai reproduit le souvenir en me touchant, et en substituant son sexe au mien, que je branlais en imaginant une barre plus épaisse, un gland plus volumineux, qui crachait plus de semence que le mien sur mon ventre, puis sa voix plus grave qui me soufflait à l’oreille ‘’petit, tu assures’’ …

C’est aussi la première fois où j’ai osé pousser un doigt entre mes fesses, en pensant à lui, comme je l’imaginais, nu, forcément beau, parfait de partout, musclé comme le volleyeur qu’il était …

Pour ne pas vraiment arriver à plus de plaisir que d’habitude, en fait, faute de technique. Si ambitieux … si maladroit …

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

valdomar
Une histoire de famille est le récit de la vie de Diego, adolescent élevé dans une famille homoparentale. Il met en scène la découverte de sa sexualité en prenant appui sur l'année scolaire 2012/2013 qui voit l'adoption de la loi sur le Mariage pour tous. C'est une romance à destination d'un public LGBT.
3737
1040
2075
1287
yasmine-13

- Mais… qu’est-ce que je fous ici ?
La jeune fille se retrouvait seule en territoire inconnu, sans savoir comment ni pourquoi elle avait été emmenée ici. Elle se releva difficilement, une migraine l’empêchant de faire tout mouvement brusque. Il était assez facile de deviner qu’elle avait été emmenée ici contre sa propre volonté. De fait, la chose la plus importante était de retrouver ses kidnappeurs.
Mais… où était-elle, au juste ?
Le paysage était assez sobre, la terre stérile et aride, une vue étendue au loin. Presque rien ne s’y trouvait, elle était perdue en pleine nature, sans même savoir comment s’en sortir.
- Eh ! Tu vas bien ? T’es blessée ?
Un jeune inconnu était venu la secourir, du même âge qu’elle apparemment, soit entre dix-sept et vingt ans. Il semblait réellement s’inquiéter pour elle, et elle ne comprenait pas pourquoi il lui portait tant d’attention, sachant qu’il ne lui disait rien. D’ailleurs, plus aucun souvenir ne venait à elle – c’était comme si sa mémoire avait été effacée, dans le seul but de préserver son identité (ou les intérêts des personnes ayant perpétré cet enlèvement…).
Quoi qu’il en fût, sa migraine s’estompa un moment, le temps nécessaire de faire les présentations.
- Je vais bien, merci. J’ai juste… très mal à la tête. Mais… ta tête ne me dit rien, on se connaît ?
- Non. Je suis Aryan. Je me suis retrouvé ici sans savoir comment, et puis je t’ai trouvée là. Je ne sais pas qui a fait ça. Mais si on a été drogué, il faut s’attendre au pire…
Cette supposition lui avait fait froid dans le dos. Et si leurs assaillants s’étaient permis des attouchements à leur encontre ? Ou pire…
Enfin, elle n’eut d’autre choix que de retrouver ses esprits.
- Moi c’est Tara. Euh… j’ai… J’ai aucun souvenir de ce qui s’est passé. C’est à peine si je sais qui je suis… Tu l’expliques comment ? Mais au fait, où on est ? Je ne reconnais pas l’endroit…
- Je ne sais pas et je ne sais pas. Il y a beaucoup trop de variables inconnues pour l’instant. Je suppose qu’on aura les réponses à nos questions un peu plus tard, le temps de retrouver la mémoire.
Et s’ils ne la retrouvaient jamais ? Je sais que le pessimisme est mal vu, mais encore faut-il qu’ils soient certains de ce qu’ils avancent ! Pour l’heure, ils n’étaient sûrs de rien. Ils ne savaient même pas s’ils étaient les seuls, ou si des personnes s’étaient retrouvées ici auparavant, ou finiraient par arriver…
En faisant le tour du propriétaire, ils aperçurent un feu de camp, ou plutôt ce qu’il en paraissait… Ils s’y précipitèrent, pensant trouver une autre personne, victime de cette mauvaise blague. Et ils ne furent pas déçus : un jeune homme de la même tranche d’âge qu’eux était présent, tentant désespérément de maintenir un feu en place. Le trait caractéristique qui pouvait le distinguer des autres, était qu’il portait des lunettes rectangulaires sur le nez – c’était sûrement grâce à ses verres qu’il put allumer ce feu, ne possédant a priori aucune qualité requise pour le faire à mains nues. Ouch… je commence à être méchant. Veuillez m’excuser, et reprenons.
- Hey… Alors comme ça je ne suis pas le seul… ? Ça fait plaisir. Dîtes-moi, vous aussi avez perdu la mémoire ?
Ils acquiescèrent, pourtant le nouvel inconnu ne baissa pas sa garde. Il se concentra davantage sur son feu que sur les personnes à interroger. D’ailleurs, il semblait ne pas s’en inquiéter plus que cela. Ce fut Tara qui prit l’initiative de prendre la parole.
- Euh… Comment tu t’appelles ?
- Kaito. Mais c’est la seule chose que je sais. De mémoire… j’ai dû voir ce nom quelque part, mais je ne peux affirmer de source sûre qu’il s’agit bel et bien de mon prénom. J’ai fait le tour des environs et n’ai trouvé aucun indice. Ils sont forts. Mais je me demande pourquoi ils iraient chercher des gars comme nous, ce n’est pas comme si on pouvait faire quoi que ce soit pour eux…
- Tu n’en sais rien. Peut-être bien que nous sommes spéciaux, genre riches héritiers, et qu’ils demandent une rançon en ce moment-même à nos familles.
- Ce serait idiot. Comment expliquerais-tu notre perte de mémoire, alors ? Pour faire une vidéo convaincante, il faut des émotions. Si nous avons perdu toute trace de notre héritage familial, comment penses-tu que nous pourrons leur en donner ?
A cet instant, Aryan intervint.
- Peut-être que la vidéo demandant une rançon a déjà été envoyée, et qu’ils n’attendent que le versement de nos parents pour nous libérer. Et que notre perte de mémoire serait comme une ultime punition à notre encontre. Peut-être qu’on a fait quelque chose par le passé qu’il nous faut payer aujourd’hui…
- Vous avez tout faux !
0
0
0
6
Défi
lala
Jeux de mots, jeux dangereux, origine douteuse...
C'est le début du marathon poétique !
10
20
0
0

Vous aimez lire lelivredejeremie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0