Chapitre 2

7 minutes de lecture

Lorsque son réveil sonna — pour la cinquième fois ce matin-là —, elle grogna, et se résigna à ouvrir les paupières, tout en éteignant machinalement l’engin de malheur. Elle s’assit en s’étirant, puis se frotta les yeux. Elle était encore fatiguée de son exploit de la nuit et quelques heures de sommeil supplémentaires auraient été les bienvenues. Mais il était presque neuf heures et, malgré ses horaires de travail flexibles, elle avait quand même certaines obligations, l’une d’elles étant un rendez-vous téléphonique quotidien.

Fanny, la rédactrice en chef de « L’Actu Autrement », avait décidé de faire un point tous les jours sur les articles en cours d’écriture pour le journal. Même dans ses pensées, Megan faisait toujours attention de ne pas dire le blog, bien que cela fût plus proche de la vérité. Fanny avait toujours insisté pour ne pas dévaloriser la qualité de leur travail en utilisant des termes comme blog ou site amateur.

Ce qui avait commencé comme un petit site d’actualité — un exercice pratique lors de leurs études de journalisme — avait petit à petit pris de l’ampleur, et surtout acquis une relative notoriété. La ligne directrice avait quelque peu évolué depuis l’université, pour prendre une tournure professionnelle. Grâce à quelques bandeaux publicitaires discrets, et d’occasionnels articles sponsorisés, le journal rapportait suffisamment pour rémunérer Fanny, Megan, ainsi que Philippe, un autre rédacteur.

La jeune femme attrapa son laptop sur sa table de nuit, et sans quitter son lit, le sortit de sa veille. Presque machinalement, elle ouvrit quelques onglets pour lire les informations du jour. Son visage s’illumina instantanément lorsqu’elle découvrit l’information en tête des actualités.


Qui sera la prochaine victime du Sorcier de Paris ?

Avec le vol survenu samedi dernier au domicile d’André Lescarmure, le Sorcier en est à son treizième larcin. Président des entreprises Lescarmure depuis le départ à la retraite de son père en 2013, et proche du député Frayssens, la victime déclare que le préjudice s’élève à près de trente mille euros en liquide. L’appartement parisien où le crime a été commis portait la signature désormais célèbre du voleur : un pentacle gravé sur le parquet.

Le parquet de Paris a annoncé que cette affaire est la priorité première de tous les enquêteurs, mais a refusé de commenter l’état d’avancement de l’enquête. Selon nos informations, le malfaiteur a réussi à s’introduire sans signes apparents d’effraction, et a forcé le coffre-fort qui contenait les billets.

Tout comme huit des précédentes victimes, le nom de Lescarmure était apparu dans les documents publiés lors de l’affaire Belize Leaks. André Lescarmure fait également partie de la liste des cinquante plus grandes fortunes françaises, à l’instar de cinq des autres victimes. Les enquêteurs n’ont pas voulu faire de déclaration publique pour le moment, et n’ont pas confirmé avoir de piste sur l’identité du coupable. Cependant en se basant sur ces tendances, on peut émettre des suppositions sur les prochaines cibles du Sorcier.

Vous pouvez les découvrir sur notre top 10 des prochaines victimes du Sorcier.


Megan nota mentalement que les forces de l’ordre devaient également faire le lien entre les victimes, elle devrait donc changer de techniques pour son prochain coup, mais rien ne pressait. Elle parcourut en diagonale d’autres articles sur le sujet. La plupart reprenaient les mêmes informations, parfois à la virgule près. Elle ne fut pas surprise qu’aucun article ne fasse mention des bijoux. Elle avait vu juste concernant leur but, et cela diminua sa culpabilité de les avoir dérobés.

Elle fut tirée de ses pensées par une sonnerie, annonçant l’appel de Fanny. Elle accepta, tout en bloquant le signal vidéo. Inutile de montrer à ses collègues qu’elle était toujours au lit, emmitouflée dans sa couette, alors qu’eux devaient déjà être levés depuis plusieurs heures.

Après les salutations d’usage, chacun exposa les articles en cours d’écriture, et ceux qui pourraient faire l’objet de recherches. Distraite, Megan n’écoutait que d’une oreille, son regard examinant sa chambre. Face à la fenêtre, une penderie encastrée dans le mur contenait l’intégralité de ses possessions. En plus des vêtements, livres, quelques DVD, une platine et des vinyles hérités de sa mère, il y avait aussi un carton rempli de ses notes prises à la Faculté — et qu’elle n’avait jamais relues —, mais qu’elle gardait quand même, on ne sait jamais.

Sur le mur face à son lit, un miroir trop petit pour qu’elle se voie convenablement, entouré d’un pêle-mêle de photos. Elle, petite à la plage, entourée de ses parents. Fanny et elle, s’essayant à la cuisine, toutes deux couvertes de farine. Son père, quelques mois plus tôt, derrière les manettes d’un avion biplace, un CP 1320 Saphir, lorsqu’il avait fait son premier vol en solo. Une photo d’elle, à son anniversaire, affublée d’une tenue d’infirmière ridicule et beaucoup trop courte à son goût. Il y avaait aussi le faire-part de naissance d’un petit cousin, et une invitation à une soirée de charité prévue quelques semaines plus tard.

Se rendant compte qu’elle avait manqué presque cinq minutes de leur conversation, elle tenta de reprendre le fil en proposant un sujet qu’elle souhaitait faire sur le système scolaire français. Celui-ci fut très vite validé par la rédactrice en chef. Contrairement à d’autres journaux en ligne, l’Actu Autrement avait décidé de privilégier des articles de fond, et le plus souvent éloignés des actualités. Fanny disait à qui voulait l’entendre qu’il fallait laisser du temps pour que les faits décantent, et donner ainsi une vision pertinente des informations.

Philippe avait fini par comprendre et accepter ce point de vue, et s’arrangeait pour chercher et suggérer des sujets sérieux pour lesquels il était possible de prendre du recul. C’est pourquoi Megan ne put retenir un hoquet de surprise lorsqu’il proposa de faire un dossier sur le phénomène qui enthousiasmait toutes les rédactions francophones depuis des mois : le Sorcier de Paris.

— Ça ne te parait pas un peu tôt ? demanda Megan d’un ton qu’elle voulait neutre. Je veux dire qu’on devrait peut-être attendre que la police l’ait arrêté non, plutôt que de faire des hypothèses foireuses. Quasiment tous les journaux se sont lancés dans des suppositions et s’y sont cassés les dents.

— Je suis d’accord, surenchérit Fanny. Il n’y a pas assez d’éléments factuels pour en faire un article. Et colporter des « on dit » et des « peut-être » ne rentre pas dans notre ligne éditoriale.

— Bon moi je proposais cela justement pour varier un peu. Le Sorcier fait le buzz depuis des semaines, ce serait dommage de louper ça. Et on pourrait justement faire le point sur les différentes hypothèses en proposant une analyse critique, sans émettre d’hypothèses nous-même, mais simplement rappeler les faits.

Pendant un instant, chacune resta silencieuse, évaluant cette idée. Puis Fanny fit une moue avant de donner son verdict.

— Je ne suis pas totalement convaincue. Cela dit, tu as raison, on peut utiliser l’attrait du sujet pour booster un peu nos statistiques. Cela ne veut pas dire qu’on va publier quoi que ce soit, mais tu peux commencer à monter un dossier. Propose-moi quelque chose, on verra si cela marche.

— Je vais le faire ! intervint Megan.

Elle regretta presque aussitôt d’être intervenue. Autant les enquêtes de la police ne l’inquiétaient que modérément, autant que quelqu’un qui la connaissait bien scrute les détails risquait de lui poser des problèmes.

— Heu… Pourquoi ? demanda Philippe. J’ai proposé le sujet, et j’ai déjà commencé à y réfléchir.

— J’ai un ami qui travaille à la police criminelle de Paris, je pense pouvoir obtenir des informations plus fiables et peut-être même des exclusivités.

— Ah bon ? Mais pourquoi tu n’en as pas parlé plus tôt ?

— Tu sais très bien, on a toujours dit « pas d’actualité trop récente ». Alors je me suis dit que j’en parlerais le moment venu. Et puis…

— Très bien, l’interrompit Fanny. Travaillez-y à deux. Philippe, tu prépares la structure de l’article, tu listes toutes les théories que tu peux trouver sur internet, même les plus fumeuses. Megan, tu te charges de récupérer un max d’info factuelle.

Une fois la réunion terminée, la jeune femme se laissa tomber en arrière. Pourquoi avait-elle sorti cette idiotie ? Un ami qui travaille à la police ? Elle avait bien un ancien ami du lycée qui avait effectivement rejoint la police criminelle, mais ils s’étaient plus ou moins perdus de vue. Elle avait eu de ses nouvelles par des amis communs quelques années plus tôt, mais elle ne lui avait pas parlé depuis presque dix ans. Elle allait devoir jouer serré.

Elle reprit son laptop et lança son réseau social favori, cherchant parmi les anciens élèves de son lycée, en vain. Elle revoyait très bien son visage boutonneux, un petit duvet au menton au sortir de l’adolescence, des cheveux bruns en bataille. Mais alors, impossible de se souvenir de son nom de famille.

— Il s’appelait Guillaume… Guillaume De… Du… Du quelque chose…

Et soudain, elle vit son nom apparaitre au milieu des autres membres du groupe.

— Guillaume Duchesne !

Elle cliqua sur son profil afin de voir ce qu’il advenait de son ancien camarade. Sa photo de profil attira aussitôt son attention. Le petit adolescent un peu gauche avait laissé place à un bel homme, rasé de près, des lunettes de soleil remontées sur ses cheveux courts, faisant un grand sourire à une personne hors champ. Le cliché avait été pris sur une plage, probablement sur la côte Atlantique.

Il avait rempli très peu de renseignements, et notamment n’avait pas précisé son métier. Impossible de savoir s’il était toujours policier. D’après ses messages et ses photos, il était célibataire, ce qui pourrait fortement jouer en la faveur de Megan. Peut-être qu’en usant d’un peu de charme, elle parviendrait à soutirer des informations confidentielles.

Cette idée à peine formée la mit aussitôt mal à l’aise. Jouer ainsi avec les sentiments de quelqu’un lui paraissait pire que les vols qu’elle commettait depuis le début de l’année. Elle cliqua tout de même sur le bouton « Ajouter comme ami » en espérant ne pas avoir à aller vers de tels extrêmes.

Annotations

Recommandations

Lucivar
Des petits textes pondus au fur et à mesure des idées, dont certains dans le cadre du bradbury du confiné.
148
425
581
137
Khia
Recueil de nouvelles rédigées dans le cadre du Challenge le "Bradbury des confiné(e)s"
94
145
397
84
korinne
Réponses au défi "Bradbury des confiné(e)s"
un défi par semaine jusqu'à la libération...

Semaine 1 - À dos les sens
Semaine 2 - La bonne affaire
Semaine 3 - Ainsi font font font...
Semaine 4 - La dernière pluie.

"Le Bradbury des confiné(e)s" devient le "Bradbury déconfiné" :))

Semaine 5 : Pourquoi ?
Semaine 6 : La prophétesse
Semaine 7 : T'es toi
Semaine 8 : Un coup de génie
Semaine 9 : L'artiste engagé
Semaine 10 : Trahison
Semaine 11 : La crise
Semaine 12 : Tous écolos
Semaine 13 : Cheminement
Semaine 14 : Obsession
Semaine 15 : Myrton
Semaine 16 : Sagesse ancestrale
219
495
491
51

Vous aimez lire Eric F. Oakenart ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0