Track 2 - Phone Number

14 minutes de lecture

Lorsque j'ai commencé la musique, la première chose que l'on m'avait dite était que le talent était tout relatif, car on trouverait toujours quelqu'un de plus doué, mais que la passion, elle, personne ne pourrait influencer celle que je ressentais. Je n'avais pas vraiment cru mes entourages à l'entente de cette phrase, mais ce soir-là, j'avais vite compris ce qu'ils disaient, car le talent qui s'était développé devant moi était bien au-dessus du mien. Ce fameux guitariste qui n'en faisait qu'à sa tête avait immédiatement fait frémir toute la salle avec ses accords sauvages et son attitude de tombeur sur scène. Il m'avait envoûté à mon tour, si bien que je n'avais pas réfléchi et j'avais joué avec ce parfait inconnu, chantant pour son groupe car il ne semblait guère vouloir prendre le micro. J'avais mis tout mon cœur dans l'exécution de mes accords tout comme la justesse de ma voix mais par-dessous tout cela, une autre chose coulait sur la scène, et c'était l'indéniable talent de l'autre guitariste qui se tenait à mes côtés. Son expression était transformée, un grand sourire venant manger ce visage blanc, plissant ses yeux d'un vert délicat. Il balançait le manche de sa guitare au rythme de la musique, montrant son don tout comme sa passion sur scène.

Dans les groupes, en général, on voyait surtout le chanteur, mais là, tous les regards étaient tournés sur lui, et au fond de la salle on entendait sans cesse son prénom être hurlé par des jeunes filles au bord de l'évanouissement.

« Louis ! »

Était le seul prénom qu'on entendit tout le long de la musique, avant qu'enfin nous ne grattions le dernier accord. Il releva sa tête de son instrument, le visage mut par l'extase, la joie, et surtout le bonheur. Il tourna son regard amusé vers moi, souriant largement, mais étant toujours aussi époustouflant je n'avais put que retenir mon souffle un instant alors qu'il avait passé son bras autour de mes épaules, visiblement satisfait. Il s'appuya sur moi, amusé, riant doucement, me tirant forcément un sourire. C'est alors qu'Hiro avait saisit le micro à côté de sa batterie.

« Je tiens à préciser, que d'être dans le groupe de Louis est le plus grand calvaire de mon existence. »
Louis, riant, avait saisit mon micro pour le poser contre ses lèvres et dès lors mon cœur rata un battement. Sa voix était profonde, et elle avait provoqué une drôle de secousse dans mon être. « Yah, cesses donc, on a tous prit notre pied ! hein Akihiko ? »
Il se tourna vers moi tandis que le petit public s'était mis à rire doucement. J'avais bombé le torse, gonflant mes poumons, avant de saisir le micro par-dessus ses propres doigts, m'approchant de lui. Sur la pointe des pieds, j'avais pu amener mon visage au plus près du sien, parlant ainsi dans le micro, ne quittant pas son regard des yeux. « C'est vrai que c'était imprévu... Mais je dois dire que j'ai particulièrement apprécié la tronche de ton bassiste. »

Le grand brun se tourna alors vers le bassiste, qui, mécontent croisait les bras sur son torse. Le public l'encouragea alors tout en riant, le faisant se balancer d'un pied sur l'autre d'un air maladroit. Louis déposa le micro à sa place, et c'est alors qu'il se pencha à mon oreille avec lenteur. J'avais retenu mon souffle à nouveau -tout comme l'assistance- et il murmura avec douceur.

« Le reste nous jouons des musiques de notre compo... mais fais-moi plaisir, regarde-nous bien encore... »

Pour seule réponse, j'avais redressé mon menton, les pommettes rougies. Il prit cela comme une réponse convenable et il attira à nouveau l'attention de son public, qui fut bien vite captivé à nouveau par ce type sur scène. Pour ma part j'avais quitté finalement les planches, prenant une grande inspiration lorsqu'enfin je ne sentais plus cette lumière aveuglante. Mais je n'avais pas envie de partir tout de suite, et me tenant sur le côté de la scène, je m'étais adossé au mur le plus proche pour assister à la performance de ce petit groupe. Louis avait prit ma place derrière le micro, et ce même s'il ne chantait pas, mais je supposais qu'il voulait le garder au plus près pour parler entre chaque chanson. Cela importait peu, il restait bon et même pas dérangé par la présence du micro. Il joua avec toujours autant de passion dans le regard, les jambes pliées sur l'instrument qu'il maniait à la perfection. Il joua des effets de sa pédale, pressant sur le petit boitier chaque fois qu'il le fallait pour rendre la musique plus profonde, nous gardant en haleine plus longtemps encore.

Pour un joueur de guitare, il n'avait pas cherché à être plus excentrique que cela. Enfilant simplement un t-shirt au col large et un jean bleu. Pas un piercing, pas une seule excentricité, ce qui faisait un grand contraste avec son batteur, ainsi que son bassiste aux nombreux tatouages sur les bras. Louis, lui, se démarquait par son simple talent, et pour cela je l'admirais déjà.
Il avait d'ailleurs su garder le regard du public rivé sur lui, et cela jusqu'à la fin de sa prestation, ce qui signa pour moi le moment de retourner en loge. J'avais rangé mon instrument dans sa housse, essuyant mon front transpirant au passage, avant de simplement enfiler ma veste et de prendre la porte. Cela avait été au final une bien plus belle soirée que je ne l'aurai cru, et l'air de l'extérieur ne vint que me rendre plus heureux encore. J'avais pris une longue inspiration, inhalant les fragrances du printemps, qui étaient chargées d'une douce odeur de jasmin.

« Akihiko !!! »
Je m'étais tourné lentement, mais la seule chose que je pus voir avant d'être englouti dans une vague d'affection, furent les cheveux rouges d'Hiro.
« Wah ! t'as été super ! puis t'étais pas mal vu de dos sur scène ! Tu te donnes carrément à fond ! Le patron m'a dit qu'il allait t'envoyer tes images par mail quand il les aura arrangées ! »
Me dégageant de son étreinte chargée en transpiration je lui avais donné un grand coup dans l'épaule. « Idiot ! tu as été super aussi. Merci d'avoir bien voulu m'accompagner, ça m'a fait trop de bien ! »
Hiro se mis à sourire avec plus de largeur alors, prenant à présent un air taquin. « Alors, c'était comment de jouer avec Louis ?... T'as carrément pris ton pied toi ! »
Devenant aussi rouge qu'une tomate mure, je lui avais décoché un nouveau coup dans l'épaule. « Qu'est-ce que tu racontes toi ! Va au diable ! »
Il se mis à rire, et je ne pus m'empêcher de le suivre dans son hilarité. Il enroula lentement son bras autour de mes épaules, tournant son regard vers le ciel. « Moi aussi j'ai été étonné qu'il te force à jouer avec nous. J'ai eu grave la trouille que tu te chies dessus, mais au final tu as su assurer sans entraînement sur la musique. »
« C'est une musique que ma mère adore, ça a été l'une des premières que j'aie jouée. »
Hiro hocha de la tête avant de se reculer doucement. « Je vais te laisser, à plus tard ! si tu veux t'entraîner, n'oublie pas de m'envoyer un message avant. »

Il me quitta sans un mot de plus alors que j'avais pris une longue inspiration. Hiro était une bonne personne avec une personnalité aussi éblouissante qu'agaçante. J'avais repris ma marche en chantonnant, mais évidemment, je m'étais à nouveau fait stopper, une main s'était cette fois nouée à mon poignet. Réajustant la position de ma guitare sur mon dos je m'étais tourné vers le possesseur de cette main, et à nouveau, mon corps entier fut pris d'une soudaine tétanie. Le grand brun se tenait là, devant moi, une main dans la poche alors qu'il semblait soudainement changé. Il avait troqué son t-shirt et son jean contre une chemise dont le col laissait entrevoir cou et clavicules, sans oublier son pantalon droit parfaitement passé. Et... étrangement... il était encore plus fascinant comme ça ! J'avais frôlé le pet de cerveau, lorsqu'il rejeta ses cheveux vers l'arrière, dirigeant ses yeux vers le ciel.

« Tu as été bon tout à l'heure sur scène, j'ai vraiment beaucoup aimé jouer avec toi. J'ai aimé le son que tu as apporté à la musique, et puis tu as une voix qui allait parfaitement avec la chanson. » Son regard plongea dans le mien à nouveau, et son visage s'illumina. « Et je suis sûr que ça t'a plu aussi... » Il me tendit alors son téléphone portable. « Tu me donnes ton numéro ? »
J'avais secoué ma tête longuement avant de pencher la tête sur le côté. « C'est-à-dire que... on se connait pas trop... »
« Oh excuse-moi ! » il se mis à rire longuement, relâchant son bras pour qu'il tombe le long de son corps. « Je m'appelle Louis, je suis le guitariste des Glimpse. Je voulais savoir si ça te tenterait d'aller dîner avec moi un soir. »
Je sentais la fumée me sortir par les oreilles tellement ce type avait réussi à faire fondre mon cerveau. Il avait réussi en un minuscule laps de temps, à me faire passer par des dizaines de questionnements, puis il avait réussi à me faire penser qu'il était dingue, avant qu'enfin je ne finisse par mourir de joie et de honte en même temps à l'idée de dîner avec un garçon de sa carrure.
Ne voyant pas de réponse venir de mon coté il avança ses lèvres dans une petite moue. « Disons que ce sera juste un repas pour me faire pardonner de ce soir, j'ai dû te rajouter un stress monstre... »
Sa phrase eut l'effet d'un électrochoc alors que j'avais secoué vivement la tête. « Non ! j'ai beaucoup aimé jouer dans ton groupe ! Et j'avoue que le stress c'est pas exactement ce que j'ai ressenti. »
Prenant un air encore plus intéressé, il s'avança vers moi, penchant la tête sur le côté. À cette distance l'odeur de son parfum m'était parvenu à nouveau et l'excitation de la scène remonta en moi comme un feu d'artifice. « Alors c'est quoi que tu as ressenti, Aki ? »
« Tu m'as fasciné. » Il sembla se figer alors que j'avais senti la pâleur prendre mon visage. POURQUOI FALLAIT-IL QUE JE SOIS AUSSI HONNÊTE ?!
Il se mis pourtant à rire avant qu'il ne saisisse ma main. Il y déposa son téléphone. « Accepte au moins de me donner ton numéro. »

Encore perturbé par mon excès d'honnêteté j'avais accepté d'entrer mon numéro de téléphone dans son mobile. Satisfait, il m'avait immédiatement envoyé un message pour être sûr qu'à mon tour j'avais bien son numéro. Lorsqu'il entendit ma sonnerie retentir il fut radieux, plissant ses yeux en deux fentes vertes. Il sorti alors de sa poche les clefs de sa voiture jouant avec un instant.

« Alors on se dit demain soir, je viendrais te chercher. »
« H-Hein ?! »
Il se mis à sourire, me tournant le dos. « On va dire que c'est pour me remercier de t'avoir fait passer un si bon moment ! »

Enfin, il se détourna et s'éloigna. Toujours perturbé, j'avais fait quelques pas en arrière avant de me décider à reprendre ma route. Je ne savais pas quoi penser de cette rencontre, et encore moins de ce que j'allais pouvoir faire pour lui dire que je n'étais pas intéressé de dîner avec lui. Ou l'étais-je ? Enfonçant mes écouteurs dans mes oreilles, j'avais encore plus fait la moue. Je n'osais croire qu'en réalité j'étais séduit par cette idée de partager un repas avec ce garçon qui m'avait encore plus persuadé que j'étais un fou de musique.
Je ne pouvais pas le cacher, sur le retour, je n'avais fait que sourire en repensant à cette soirée, si agitée, mais si superbe à la fois.

Une fois à la maison, Je fus vite accueillit par Haruki qui se plaça devant moi, les mains nouées dans le dos. Voyant mon visage, elle avait souri en coin, murmurant un joyeux « je veux tout savoir. ». Évidemment, je ne lui avais rien caché lorsqu'enfin je m'étais installé dans la cuisine pour manger les restes du dîner cuisiné par notre mère. Elle, grignotait une pâtisserie de son côté, les yeux grands ouverts lorsqu'enfin, elle m'entendit décrire le fameux grand guitariste qui m'avait forcé à le joindre dans son groupe pour rien qu'une musique. Immédiatement elle se pencha vers moi, les lèvres couvertes de crème.

« Et tu dînes avec lui demain !!! »
« Hummm... Il m'a pas lâché... en fait il m'a même pas laissé le choix. »
Elle hocha de la tête, prenant son menton entre son pouce et son index. « Oh ! Mais ça veut dire que tu as joué dans un groupe ce soir ! et que ça a été filmé ! ET QUE JE VAIS POUVOIR LE VOIR ! »
Grognant j'avais pressé ma paume sur sa bouche pour la faire taire avant qu'elle ne grogne un « Tes mains sentent le métal de tes cordes, recule » étouffé par ma main.
« Je te montrerai quand j'aurai les images, mais là, le concert est même pas fini, et le patron doit encore arranger les images. Je doute les avoir avant deux trois jours. »
Elle repoussa ma main lentement. « En tout cas, ce Louis a su révéler une partie de toi visiblement. J'étais même pas certaine que tu sois capable de monter sur scène quand tu es parti tout tremblant et tout incertain. »
« C'était ma première scène, fallait s'y attendre. »
Elle hocha de la tête avant de finir son gâteau. « J'ai hâte de le voir demain quand il viendra te chercher ! J'espère qu'il aura plein de piercing et de tatouages ! »
Elle se mis à rire et avant même que je ne lui réponde, elle fila dans sa chambre, riant comme une diablesse.

Haruki était une gamine qui aimait bien trop les histoires de cœur, et qui passait le plus clair de son temps à lire des romans à l'eau de rose, et je savais déjà ce qu'elle imaginait. Cela fit rougir immédiatement mes joues avant que je ne chasse ces images de mon esprit, il voulait juste me côtoyer pour la musique, rien de plus, seule Haruki se montait la tête !
Ce furent sur ces belles pensées que je m'étais répétées pour la millième fois, que j'avais trouvé le sommeil.

Le lendemain matin, j'avais été réveillé par le désagréable son de mon téléphone portable vibrant sur le sol de ma chambre. Titubant, je m'étais traîné jusqu'à celui-ci, avant de m'écrouler à même le parquet, le téléphone contre l'oreille.

« Allô ?... »
Les cheveux en vrac et les yeux encore à moitié fermés j'avais écouté Hiro me hurler dessus à l'autre bout du fil, trop enthousiaste pour un lendemain de concert. « LES IMAGES ! »
« Qu'est-ce que tu racontes, crétin ? »
« Le patron m'a envoyé les images de la veille, je crois que tu as dû les recevoir aussi ! »
Immédiatement, plus de fatigue ne comptait et sans même chercher à comprendre je m'étais jeté derrière mon bureau, allumant mon ordinateur. « Comment c'est ? »
« J'aurai jamais cru que je pourrais être aussi beau sur une vidéo, hummmm. Je devrais envisager de faire du porno ! » s'exclama Hiro à l'autre bout du fil, avant que je ne roule des yeux et n'ouvre ma boite mail.
« Je l'ai !! »
« Cool ! regardes alors ! Tu passes ton temps à mater Louis espèce de pervers. »
J'avais grandement ouvert les yeux face à sa dernière affirmation, et il ne me fallut pas une seconde de plus pour ouvrir le document.

Dès lors, les images prirent mouvement, et le son les accompagnèrent avec harmonie. Je pus alors me voir, jouant seulement avec Hiro, le front transpirant mais la passion dans mon regard ne faisait aucun doute. Je passais mon temps à lécher mes lèvres ou à mordre ma langue, et jusqu'à présent je ne m'en étais jamais rendu compte que j'avais ce genre de toc. Enfin, au moins à réécouter, je sonnais juste, et surtout, ma voix s'accordait bien au rythme que moi et Hiro nous étions imposés. Enfin, arriva la scène d'entrée du second guitariste, et immédiatement mon cœur se serra. HIRO AVAIT RAISON !

Dès lors où il m'avait tiré jusqu'au micro et ce jusqu'à la fin du morceau, je ne faisais que tourner mon regard vers l'autre guitariste, et dans mes yeux brillaient une admiration certaine. Je jouais avec toujours autant d'enthousiasme mais il était certain qu'il avait une prestance qui avait su attirer tous les regards, et le mien compris.
La paume de ma main trouva mon front avant qu'Hiro ne rit à nouveau.

« Je t'avais dit que tu le matais ! »
« C'est pas ça Hiro. Louis a une présence sur scène, on peut voir sur son visage qu'il est passionné, et il est doué. Vraiment doué... »
Hiro prit alors un ton sérieux. « Louis est un bon gars. Les gens le jugent mal quand ils le rencontrent la première fois à cause de sa sale tête. Mais il est bien plus que ça. Enfin bon ! je te laisse ! Je dois aller à la répèt avec le groupe. »
« Mais vous avez joué hier ! »
Hiro se mis à rire doucement. « Ordre du grand chef Louis, Ugh. »
J'avais ris doucement. « D'accord, alors bon courage Hiro, à plus tard ! »
« Bye bye ! »

Il raccrocha joyeusement et dès lors, je n'avais fait que passer et repasser les images de la veille en boucle, fier. Haruki, entendant au travers de la porte les notes qui s'échappaient de mon ordinateur, avait foncé à l'intérieur de ma chambre sans même demander la permission, se jetant devant l'écran comme une sauvage. Elle me fit tout repasser depuis le début, et elle regarda tout en silence avant que quelque chose ne s'allume dans ses yeux lorsque Louis entra sur scène. Souriant j'avais penché la tête sur le côté, je savais ce que ça faisait aussi de voir un personnage comme Louis pour la première fois.
Lorsque la musique prit fin elle planta son doigt au milieu de mon front.

« T'as carrément craqué sur Louis ! »
Dès lors je m'étais mis à fondre sur mon siège. « Dis pas de conneries, Haru. »
« C'est ça oui... Enfin bon. Tu as été super Aki ! Mais par contre arrête de jouer le beau gosse sur scène. »
Je m'étais redressé la poussant vers l'extérieur de la pièce, la faisant exploser de rire.
« Allez oust, j'en ai assez entendu ! »
Elle avait fini par sortir de la pièce, prenant un sourire tendre. « Je suis fière de toi, Aki. »

Elle me laissa là, un grand sourire aux lèvres pour mieux aller préparer le café de ma mère. J'avais pu alors m'enfermer à nouveau dans ma chambre, prenant ma guitare sur mes genoux pour travailler mes accords à nouveau. J'y avais passé bien du temps, me demandant si j'étais enfin prêt à composer, lorsque mon téléphone vibra. J'avais vite compris qu'il s'agissait d'Hiro jouant encore à l'idiot, tandis qu'il m'avait envoyé une photographie de son petit groupe regardant le concert de la veille. Dessus, Louis avait pris son menton entre son pouce et son index, l'air très concentré, tandis que le bassiste avait déjà l'air épuisé à l'idée de répéter.

La photographie était accompagnée du message suivant.
« Chef Louis, être très intéressé par prestation de toi. Ugh. »

Mais quel crétin...

// j'espère que ce chapitre 2 vous a tout autant plu que le précédent! Je vous remet de nouveau le lien vers l'histoire Wattpad pour les images (qui sont les personnages et donc ile st plus aisé de se les imaginer )
Plein de bisous!
https://www.wattpad.com/916282951-first-track-track-2-phone-number

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Igotbangtans ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0