Episode 2

6 minutes de lecture

Pour la énième fois, il relut l’article de journal de son premier meurtre : Lucie Cosby, 32 ans, institutrice à Mastertown ; retrouvée morte, découpée en morceaux, baignant dans son sang. Il sourit. L’article décrivait l’enquête de police qui stagnait à cause du manque de pistes et de l’extrême précaution du tueur à ne laisser aucune trace.

La photo de Lucie était accompagnée d’une de son mari, l’officier David Cosby, assis sur le parvis du poste de police, la tête entre ses mains. Bien que pris de loin, le cliché traduisait cruement la détresse de l'homme qui venait de découvrir le cadavre de son épouse. Il était dévasté, le visage blanc et les yeux agards. Magnifique.

Il ne put s'empêcher de caresser avec tendresse la silhouette du policier bien que celle-ci ne soit qu'imprimée sur le papier glacé du magazine. Puis, il passa à l'article suivant : Saphyr Beldonne, 23 ans, caissière dans un magasin de bricolage d’une petite ville de l’Iowa.

L'article était assez pauvre en informations et mettait surtout l’accent sur l’absence de lien entre les deux victimes. Séparés par des centaines de kilomètres, les deux crimes avait mis trois mois avant d’être corrélés et attribués au même tueur. Pourtant, cela lui paraissait évident. La découpe chiurgicale, les globes occulaires manquant, le bain de sang... autant de détails qui aurait du les mettres sur la piste. L’incompétence policière dans toute sa splendeur.

Il sentait l’excitation monter en lui lorsqu’il commença la lecture du troisième article : Diane Martin, touriste française d’une trentaine d’année, en visite dans l’état de Washington. Il appréciait le ton alarmiste du journaliste qui mettait les lecteurs en garde contre cet « imprévisible psychopathe ». David Cosby était pour la première fois cité en tant que Sherif en charge de l’enquête avec l’aide du FBI.

Lorsqu'il posa les yeux sur les photos de ses victimes, il commença à se sentir serré dans son pantalon. Il avait pris soin d’épingler aux côtés des coupures de journaux, par ordre chronologique.

Toutes de si jolies femmes ! Pourtant leurs corps n'étaient pas ce qui déclenchaient ses irréprésibles pulsions sexuelles,  mais plutôt le pouvoir qu'il exerçait sur elles : de leur capture à leur exécution. Cette douce ivresse de domination pure qui saturait alors ses veines. Un délice !

Une fois le crime commis, ce qu’il appréciait le plus c’était de voir le Sherif David Cosby échouer à lui mettre la main dessus malgré tous les indices délibérément semés. 

Il pressa sa paume contre sa virilité durcie et passa à l’article suivant : Queenie, une jeune prostituée mineure d’une ville voisine de Mastertown.  Toujours aucune piste.

Il commençait ses va-et-vient. Quand il lut les mots du journaliste, il laissa échapper des gémissements rauques: « une enquête impossible », « un tueur qui joue avec la police », « un marionnettiste professionnel, faisant des forces de l’ordre de simples pantins d’un spectacle macabre ». Le plaisir était si intense.

Nichole et Charlie, de magnifiques jumelles avec qui il avait pu avoir la joie de mélanger les membres découpés lors de sa mise en scène. Il pouffa lorsqu'il se remémora avoir mis deux jambes droites à Nichole et une main en plus à Charlie. Ce qu’il avait particulièrement apprécié dans ce combo, c’était de voir la souffrance de l’une faire écho à celle de l’autre.

Il avait pris d’énormes risques en tuant deux femmes d’un coup et le Sherif Cosby était remonté à bloc. Il faisait des heures supplémentaires pour enquêter seul, alors que le FBI avait été affecté à d’autres affaires en l’absence d’éléments nécessaires à l'avancement de l’enquête.

L'orgasme explosa quand il commença la lecture du huitième article, son préféré : Xeres Kohl, jeune avocate tout juste diplômée.

Durant la conférence de presse, le Sherif Cosby, visiblement intoxiqué,  avait dû se précipiter vers la poubelle la plus proche pour vomir. Le scandale du « héros déchu », de « l’homme vaincu par l’alcool » avait fait la une des journaux. L’enquête avait été de nouveau confiée au FBI, et le Sherif contraint de prendre des « vacances » pour une durée indéterminée.

Après avoir nettoyé les traces visqueuses laissées par ses caresses, le Marionnettiste parcourut en diagonale les autres articles. Il avait été déçu de la rapidité avec laquelle il avait détruit David, alors, il avait arrêté ses meurtres en attendant son retour.

Quelques mois après, le Sherif reprit ses fonctions, et le Marionnettiste ses crimes. Le duel avait repris, pour son plus grand bonheur.

Désormais, il préparait son prochain coup. Cela faisait quatre mois qu’il n’avait pas arraché les yeux d’une victime sans défense, qu’il n’avait pas découpé de membres, qu’il n’avait pas tué. Il s'impatientait de recommencer, de ressentir ce pouvoir immense de posséder le contrôle absolu. Placer les globes oculaires sanguinolents sur une chaise, tel un public factice de son grand spectacle de torture, était son moment préféré. Il tranchait bras, jambes, tronc. Du cou à aux phalanges, tout finissait en pièce. Puis, il agenceait méthodiquement son puzzle humain, toujours sous la supervision des sphères aux pupilles éteintes. S’il était possible d’extraire les images imprimées sur les rétines sans vie, la police l’aurait depuis bien longtemps capturé. C’était ça l’ironie du crime : offrir à la police le meilleur des témoins ! Il rit de son génie, puis se dirigea vers la salle de bain et sauta sous la douche.

Il était le Marionnettiste. Pourtant, ses voisins étaient persuadés qu’il était monsieur tout le monde, souriant et serviable, toujours le mot pour rire lors des barbecues de quartier. Il enfila sa veste et commença sa journée normale, comme un homme normal, à la vie normale.

***

L'équipe avait reprit vie depuis que Chase était arrivé au poste. David s'agaçait de voir tout le monde de si bonne humeur, souriant et avenant. C’était la première fois depuis longtemps qu’il avait dû autant interagir avec ses pairs. Heureusement, Mathilda restait la même, lunettes vert pomme sur le nez, vernis bleu sur les ongles. Ils n’avaient pas évoqué l’incident mais ils n’en ressentaient pas le besoin. Mathilda avait été là avant Lucie et après Lucie. Mathilda était et serait toujours là, quoi qu’il advienne. En revanche, David n’avait qu’une seule envie : voir déguerpir ce chiot qui lui courait entre les pattes.

Tous les jours, Chase ne pouvait s’empêcher de demander l’accès aux dossiers de l’enquête sur le Marionnettiste. Peu importe le nombre de refus, il revenait à la charge. David avait beau lui signifier que l’enquête était suspendue, qu’ils avaient d’autres chats à fouetter et que de toute façon, c’était son affaire, le bleu n’en démordait pas.

« Tu sais ce qu’il faudrait pour que je te donne accès à ce dossier ? Que cet enflure refasse surface ! Et crois moi petit, t’as pas envie que ce soit le cas ! »

Sur ce, David claqua la porte de son bureau. Le coup fut si fort qu'il délogea une des vis de la plaque avec son nom, au point qu'elle se mit à pendouiller pathétiquement. Chase prit son courage à deux mains et toqua à la porte, juste assez fort pour que la plaque oscille en grinçant sur sa vis restante. Le Sherif lui autorisa l’entrée dans un bougonnement d’ours mal léché.

« Sherif, je sais que pour le moment vous vous demandez ce qu’un petit jeune comme moi pourrait apporter à l’enquête, mais laissez-moi vous prouver que je peux être utile ! J’ai été major de promo et en criminologie je me suis spécialisé sur le comportement des tueurs en série … Je pense que je peux apporter mon analyse à la résolution de cette affaire… Je ne vous décevrais pas. De toute façon, qu'avez-vous à perdre ? »

David examina cet audacieux blanc bec, incrédule. Jamais on ne lui avait parlé sur ce ton, du moins pas depuis Lucie. Il ne comprenait plus rien et n’avait pas envie de comprendre. Il soupira bruyamment.

« Très bien… Va voir Mathilda de ma part. Elle te donnera accès au dossier. »


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Enigma


Juliette a décidé de partir. Elle déteste ses études, ses parents, concentrés sur leur boulot, l’avocate et le banquier, comme elle les appelle, n’ont plus de temps à lui consacrer. Son père l’a forcée à intégrer une grande école de commerce. Comment peut-il être à ce point aveugle ? Comment peut-il même une seule minute, l’imaginer dans ce domaine ? Il n’a rien compris à sa propre fille !
Elle leur laisse un mot sur le frigo, ils ne communiquent plus que par textos ; mais là, elle veut se laisser une longueur d’avance. Une fois, là-bas, ils n’auront pas le temps de venir la chercher et ils se parleront par écrans interposés. Elle y arrive mieux comme ça de toute façon, elle ne peut pas les affronter en face, c’est au dessus de ses forces.
Elle rejoint ses amis d’enfance, restés à Marseille, tandis qu’elle déménageait à Paris à la fin du collège. Elle glisse dans sa valise, en plus de quelques vêtements, un carnet de croquis, ses pastels, de l’aquarelle. Sur elle, son portable et son casque, objets indispensables qui ne la quittent pas. Elle hésite mais finalement se saisit de son roman en cours de lecture : "L'étranger" de Camus, malgré la certitude que ses potes se moqueront de ses étranges occupations d'intellectuelle.
Les inséparables de l’époque ont tous abandonné leurs études et vivent de petits boulots. Manon et Pauline, désavouent les promesses faites dans l’enfance de devenir des femmes libres et autonomes. Juliette compte bien les leur rappeler.
Le voyage en train est assez spécial. Ce virus apparu en Chine et qui se répand dans le monde en faisant de nombreuses victimes stresse tout le monde. Certains personnes portent des masques ce qui rend l’ambiance anxiogène. Juliette a hâte d'arriver à destination.
A son arrivée, elle découvre les petites cachotteries de ses copines : Manon entretient une relation avec un homme marié, beaucoup plus âgé et va de déconvenues en déconvenues. Blonde sexy, aux formes avantageuses, elle paraît beaucoup plus que ces dix-neuf ans et attire ce genre de messieurs. Juliette ne comprend pas pourquoi elle persiste dans cette voie sans issue. Quant à Pauline, avec son physique de madone italienne, brune gracile à la peau claire et aux yeux de braises, elle collectionne les amants.
Entre ses deux copines, Juliette se demande si elle est normale. L’adolescente se trouve moche et grosse, ses yeux bleus ne font craquer personne. Elle ne supporte plus ses cheveux bouclés. Elle les a d’ailleurs coupés très courts il y a quelques semaines, cet acte ayant suscité des remarques contradictoires dans son entourage. Contrairement à ses copines, elle n’a pas d'amoureux. Pour leur donner le change, elle a inventé une vague histoire avec un certain Timothé.
Sa désapprobation ne l’empêche pas de les suivre malgré tout dans leurs pérégrinations nocturnes. Ses parents ont essayé de l’appeler plusieurs fois, elle ne leur parle que par message. Son père est furieux et veut venir la chercher. Il lui a envoyé un mail incendiaire déplorant son année gâchée et le possible renvoi de l’école. Sa mère s’inquiète de cette nouvelle maladie la COVID-19 et voudrait la voir revenir surtout depuis qu'il est question d'un possible confinement de la population. Elle leur a répondu longuement ce matin pour expliquer son désir de changer de voie.
Elle n’arrive pas à penser à autre chose depuis, appréhende leur réaction. Ce soir, dans la discothèque, le bruit lui vrille les oreilles, le rap est omniprésent, elle ne supporte plus d’entendre ce flot agressif.
- Putain mais qu’est-ce que je fous là !
Juliette s’en veut de penser que cette boîte est remplie de dégénérés. Les corps se frôlent sur la piste, les regards sont insistants, certaines filles sont fringuées, maquillées comme des pétasses. Les hommes apostrophent les « biatches » qu’ils trouvent « trop bonnes ». L’atmosphère est surchauffée, la jeune fille se trouve mal, comme détachée du moment présent. Elle ressent un vertige général, son cœur se met à battre de plus en plus vite, il faut qu’elle sorte de là ! Elle attrape un copain de la bande par le bras, lui demande de l’aide. Une fois dehors, l’air frais la requinque un peu, mais elle éprouve toujours cette sensation de flottement.
- On t’a mis un truc dans ton verre, c’est pas possible ! Ça va ? Tu veux de l’eau ? s'inquiète le garçon.
- Non, c’est pas ça. T’inquiète. Mais ramène-moi, s’te plaît, implore Juliette.
Ces derniers jours ont été une torture. Le vide intersidéral occupe toute la place dans la tête de ses potes, obnubilés par les vies des stars de télé-réalité « Les Anges » et autres insanités qu’elle s’est toujours refusé à regarder.
Les soirées du groupe sont rythmées de fumette et d’alcool. Manon et son homme marié qui a l’âge de son père et maintenant Pauline qui leur a annoncé qu'elle était enceinte ! Juliette ne peut s’expliquer sa décision d'avoir un môme à dix-neuf ans. Pour elle, l’avenir de la jeune femme est tout tracé : bobonne à la maison avec trois mioches. Son copain ne vole pas haut, serveur dans un bar de quartier, un peu macho sur les bords, il se la joue, homme de la situation. La jeune fille a de la peine pour son amie, d’autant plus que cette dernière possède les capacités pour réussir mais son environnement la tire vers le bas.
C’en est trop pour Juliette, elle ne veut plus rester avec eux, elle ne rentrera pas non plus chez ses parents. Elle veut être libre de choisir. Elle pense se réfugier chez sa grand-mère dont la maison n’est qu’à quelques kilomètres.
- Qu’est-ce que tu fous Juliette ? s’inquiète Manon, la voyant faire sa valise.
- Je m’en vais. J’en ai trop marre de vous voir faire que des conneries ! rugit Juliette qui n'arrive plus à se contrôler, les larmes au yeux, les battements de son cœur retentissent jusque dans son crâne.
- T’as craqué ou quoi ? Tu me parles pas comme ça ! siffle Manon entre ses dents, quelles conneries ?
- Vous vous foutez en l’air, tous. Vous baissez les bras et vous vous contentez de cette vie de merde ! vocifère Juliette emportée par le torrent de ses émotions, tu réalises que c’est une famille que tu vas détruire en t’agrippant à ce mec !
- J’m’en bats l’œuf. J’pense à moi d’abord ! Il m’a dit qu’il allait quitter la daronne, qu’il n’en pouvait plus de ses marmots et de sa tronche.
- Tu sais ça m’étonnerait qu’il laisse ses enfants comme ça, il tire son coup avec toi et puis c’est tout. Tu vas encore souffrir ! Putain, laisse-le tomber. Inscris-toi à la fac de droit comme tu l’avais envisagé, ne sois pas bête.
- Ça sert à rien les diplômes, j’vais pas me frapper cinq ans d’études pour finir caissière. Ma mère n’a pas les thunes et j’peux plus la supporter de toute façon. Faut que j’me casse ! Et puis toi, la grosse bourg, tu te calmes ! On est pas assez bien pour toi ? C’est sûr que tu as le choix, toi, entre ton appart du seizième et la villa de ta mémé friquée. D’ailleurs, je vois pas ce que tu fous ici ! T’y’a cru quoi, là ? Va faire tes dessins de merde et lire tes bouquins pourris ! Avec tout ça, tu n’es même pas foutue de te trouver un mec !
Manon lui crache à la figure ce qu’elle a toujours pensé. Juliette a le cœur cassé en mille morceaux.
17
46
186
12
LaudaQuoi
Ma première participation au Prix Pépin.

Pour en savoir plus sur ce concours de micro nouvelles, voir ici > https://www.scribay.com/talks/19005/prix-pepin-2020

Image de couverture : Image par simisi1 de Pixabay
4
3
0
0
Didi Drews
Val-de-Marne, dans un monde semblable au nôtre. Le « Boucher des jolis cœurs », tueur en série insaisissable, se rend auprès de l’inspecteur Lucien Damartiel, flic au passé trouble qui débarque tout juste en ville. Mais des ombres planent au-dessus de l’inspecteur, et quand il a droit à une agression salée sur le chemin du retour, il fait la rencontre de Damien et Mia, les deux gérants d’un bar aux allures clandestines, à deux pas de chez lui.

C’est alors que Matthieu Langevin, petit malfrat sans grande envergure, a la mauvaise idée de se faire tabasser à mort dans la cour d’un petit restaurant de Vincennes. Car ce meurtre sordide, mais a priori banal, porte la signature de la pire bande criminelle du coin : un réseau de contrebande dont le chef, héritier d’une lourde histoire familiale, a été récemment libéré de prison, sans que lui-même ne sache par qui ni pourquoi. Pour couronner le tout, Lucien a la joie contenue de reconnaître deux nouveaux amis dans la foule de visages criminels, prêts à torpiller sa carrière, ou à lui coûter la vie, cela reste encore à voir…

Kamel Sayad, de son côté, traîne dans les pattes d’une jeune procureure adjointe aux intentions obscures. Sa route croisera bien vite celle de Lucien, quand ils se retrouvent tous deux empêtrés au centre de sales embrouilles, à la veille d’embraser les milieux criminels franciliens…

Et si tout cela était l’œuvre d’un vaste complot ? À qui profite le crime ? L’agression de Lucien était-elle fortuite ? Quel lien un tueur en série déchu peut-il bien cultiver avec le crime organisé ? Plus important encore : comment Lucien et Kamel se sortent-ils de leur soupe à problèmes respective ?
60
168
570
146

Vous aimez lire Claire Zuc ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0