Episode 1

7 minutes de lecture

La cigarette se consumait au rythme du whisky... Ses yeux étaient cernés de noir à force d'accumuler les nuits sans sommeil. Une photo abîmée par le temps dans une main, un badge en forme d'étoile dans l'autre, David prit une énième gorgée sans sentir la puissance de l'alcool. La bouteille de liquide ambré était déjà aux trois quarts vide, posée sur la table de chevet poussiéreuse, avec pour seule compagnie un cendrier rempli à ras bord.

La cigarette se consumait au rythme du whisky... Mais le shérif n'en avait plus rien à faire, il était dans un état second, l'alcool engourdissait son esprit et l'entraînait dans des limbes poisseux. Il était quatre heures du matin et il tentait en vain de fuir ses cauchemars. Des corps blancs, froids. Du sang. beaucoup de sang ! Et ces membres, découpés avec une précision chirurgicale. Le pire c'étaient les regards, ou plutôt leur absence, car les cadavres avaient tous les orbites vides, leurs globes oculaires gardés en trophée par cet enflure. Ce psychopathe s'amusait à les envoyer au poste de police pour signaler un nouveau crime, les narguant d'être toujours libre.

La cigarette se consumait au rythme du whisky... David se souvenait très bien du premier. A l'époque, il n'était même pas shérif mais officier chargé de la circulation. Pourtant, il avait été entraîné dans cette affaire car le tueur avait déposé en personne la première boîte contenant les yeux arrachés et que David l'avait réceptionnée. Lui seul aurait pu en donner une description mais ses souvenirs lui avaient fait défaut. Souillée de sang, une lettre avait été découverte au fond : une énigme et une signature. Le Marionnettiste. Ce putain de Marionnettiste.

La cigarette se consumait au rythme du whisky... Et le goût de l'alcool était bien plus agréable que le goût de la bile qui avait empli sa bouche à la découverte du premier cadavre. Le premier de sa carrière mais sûrement pas le premier de cet enfoiré. Malgré les amputations et les creux à la place des yeux, David avait reconnu instantanément la victime. Baignant dans une quantité folle de sang rouge-noir, la peau blanche de la jeune fille paraissait encore plus laiteuse. David avait vomi. Il avait vomi face à cette horreur. Il avait vomi toutes ses tripes, les crampes tordant son ventre même une fois qu'il n'avait plus rien eu à vomir. Pourquoi ? Pourquoi elle ? Les crampes s'étaient faites plus intenses, son cœur avait cessé de battre, sa tête lui avait tourné, et il s'était évanoui.

La cigarette se consumait au rythme du whisky... Lucie, c'était son prénom. Lucie... Il balança son badge à l'autre bout de la pièce dans un accès de rage, la photo broyée dans le creux de son autre main. La lumière blafarde de la pièce réussit à faire luire l'alliance à son doigt, une autre bague pendait à la chaîne de son cou. Six ans que sa femme était morte. Six ans que ce monstre était libre. Libre de tuer, de torturer. Six ans que le sommeil l'avait quitté. A quoi bon devenir shérif... Il avait travaillé corps et âme sur cette affaire. Mais rien. Pas une piste. Nada. Lucie, Saphyr, Diane, Queenie, Nichole, Charlie, Xeres, Regina, ... La litanie des noms ne le quittait plus et il ne se souvenait que des quelques premiers...

La cigarette s'était consumée au rythme du whisky... La bouteille était désormais vide et le mégot avait rejoint les autres dans le cendrier. Une larme roula sur la joue du shérif. Il la sentit couler, froide, s'étonnant que ses sens soient encore capables d'un tel exploit avec trois grammes dans le sang. L'alcool ne lui faisait plus rien... Il défroissa la photo coincée dans son poing fermé à s'en blanchir les phalanges. Il regarda ce sourire, ces cheveux bruns soyeux, cette peau laiteuse et ces yeux bleus. D'un flash, l'image du cadavre de Lucie vint se superposer à son portrait. C'en était trop. Il porta le petit anneau-pendentif à ses lèvres pour y déposer un baiser. Il laissa glisser la photo sur le parquet peuplé de moutons de poussières et se leva du lit, brisant le silence d'un grincement sinistre. David tangua jusqu'à la commode, ouvrit le premier tiroir et sortit son Colt.

***

Le grand jour était enfin arrivé. Chase poussa les portes du poste de police le sourire aux lèvres, prêt à commencer sa première journée officielle dans les forces de l’ordre. A vingt-six ans, il était sorti major de promo. Grâce à sa réussite, il avait pu choisir son affectation. C’est ainsi que la petite ville de Mastertown, Indiana, avait pu l'accueillir un lundi matin ensoleillé de début de mars.

Chase s'adressa au bureau où une dame blonde à la chevelure folle faisait cliqueter ses ongles vernis de bleu sur un clavier d’ordinateur obsolète.

« Bonjour, je suis Chase Cornick, la nouvelle recrue. »

La femme, entre deux âges, releva lentement la tête et repositionna ses lunettes vert pomme sur son nez en trompette. Elle sembla l’examiner sous toutes les coutures avant de lui offrir son sourire le plus chaleureux, les yeux pétillants sous le lourd maquillage criard.

« Mais bien sûr, Chase ! Bienvenu, mon chou ! Ca fait du bien de voir des nouvelles têtes dans ce bâtiment tristoune… Tu m’as apporté toute la paperasse ? »

Chase fut un peu dérouté et, après un coup d'oeil au badge accroché à la poitrine de sa collègue, décida que cette Mathilda devait être l’excentrique de la bande. Il avait hâte de commencer. Il se pressa de sortir le dossier de son sac pour en finir au plus vite avec les formalités administratives.

« Par-fait ! Je te rentre dans le système dans la journée. En attendant, je vais te faire faire un petit tour. David n’est pas encore arrivé mais tu le rencontreras d’ici peu. »

Mathilda quitta son fauteuil dans un mouvement de tissus bariolés, attrapa le jeune homme par le bras et l’entraîna dans le couloir du fond. A chaque nouvelle personne, Mathilda faisait des présentations rapides puis agrémentait la visite de petits ragots sur les différents employés du poste. La nouvelle coupe ratée de Virginie, le scandale du trio amoureux gays ou l'obsession de Patrick pour les canards en caoutchouc étaient autant d'information inutiles que Chase écouta d'une oreille distraite. Après dix longues minutes, ils arrivèrent enfin devant une porte : « Sherif Cosby ». Chase sentit des frissons lui parcourir l’épiderme. Il avait attendu ce moment depuis si longtemps.

Lorsque Mathilda ouvrit la porte, une forte odeur de tabac froid et de renfermé leur prit les narines de plein fouet. Chase eut un mouvement de recul mais la standardiste, visiblement habituée, entra dans la pièce sans hésitation. Elle se dirigea vers l’ordinateur, jeta un œil à la tasse de café froid en grimaçant, puis soupira face aux piles de papiers étalées en désordre. Elle rangea un peu le bureau avant de s’assoir lourdement sur le fauteuil de cuir élimé.

« Bon… Je m’en doutais… On va chez lui le sortir de sa tanière et tu m’accompagnes. »

Impatient, il grimpa avec Mathilda dans une vieille voiture rose qui les emmena bruyamment jusqu’à un petit lotissement calme. Elle gara son bolide, ouvrit sa portière mais suspendit son geste et se tourna vers Chase, le regard lourd.

« Tu as sûrement dû en entendre parler, mais David a perdu sa femme il y a six ans. C'est une victime du Marionettiste. Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de sa mort. Cela fait six ans que David enquête sur cet enfoiré et l’enquête n’avance pas. Le Marionnettiste est sa Némésis et David ne trouvera la paix que lorsqu’il aura obtenu des réponses à ses questions. Cet homme est brisé et la seule chose qui le maintient encore en vie, c’est son désir de justice, ou de vengeance, à toi de choisir ton camp. Il est parti de rien et il est devenu Sherif par sa force de volonté. Il se tue à la tâche, sa vie c’est son boulot. Tu te demandes peut-être pourquoi je te fais ce long discour? Eh bien, sache que l’homme que je te décris là, est bien différent de l’homme que l’ont va trouver derrière cette porte. Toute pièce a son côté pile et son côté face. Ne te laisse pas berner par les apparences, même le plus apprécié des hommes peut cacher de terrible secrets. »

Sur ces paroles graves, ils descendirent tous deux du véhicule. Mathilda extirpa de son ample poche un trousseau de clefs et vint ouvrir la porte de la maison. La même odeur de tabac froid et de renfermé leur arracha un hoquet de dégoût. Les effluves étaient si forts qu’ils semblaient imprégner les murs et les meubles. La standardiste se dandina jusqu’à la pièce la plus éloignée de l’entrée, poussa la porte et dans un cri lâcha son sac. D'un bond elle disparut à l’intérieur de la chambre, laissant Chase dans l’incompréhension la plus totale. Il s’empressa de rejoindre sa collègue.

Il dut retenir un haut-le-cœur devant la vision d’horreur qui l’attendait dans la pièce sombre. Un homme, d’une quarantaine d’années environ, gisait dans sa propre urine, un Colt baignant dans le vomi qui dégoulinait de sa bouche. Mathilda le secouait vivement, lui donnait même des claques, mais les yeux vitreux étaient vides et sans vie. Chase remarqua la poussière, le badge en étoile dans un coin de la pièce, le cendrier plein, la bouteille vide. Son attention fut attirée par la photo froissée sur le sol. Il la prit et observa longuement le beau visage de Lucie avant de la fourrer dans sa poche. Derrière lui, le Sherif David Cosby reprenait connaissance au plus grand soulagement d’une Mathilda en pleurs.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
Enigma


Juliette a décidé de partir. Elle déteste ses études, ses parents, concentrés sur leur boulot, l’avocate et le banquier, comme elle les appelle, n’ont plus de temps à lui consacrer. Son père l’a forcée à intégrer une grande école de commerce. Comment peut-il être à ce point aveugle ? Comment peut-il même une seule minute, l’imaginer dans ce domaine ? Il n’a rien compris à sa propre fille !
Elle leur laisse un mot sur le frigo, ils ne communiquent plus que par textos ; mais là, elle veut se laisser une longueur d’avance. Une fois, là-bas, ils n’auront pas le temps de venir la chercher et ils se parleront par écrans interposés. Elle y arrive mieux comme ça de toute façon, elle ne peut pas les affronter en face, c’est au dessus de ses forces.
Elle rejoint ses amis d’enfance, restés à Marseille, tandis qu’elle déménageait à Paris à la fin du collège. Elle glisse dans sa valise, en plus de quelques vêtements, un carnet de croquis, ses pastels, de l’aquarelle. Sur elle, son portable et son casque, objets indispensables qui ne la quittent pas. Elle hésite mais finalement se saisit de son roman en cours de lecture : "L'étranger" de Camus, malgré la certitude que ses potes se moqueront de ses étranges occupations d'intellectuelle.
Les inséparables de l’époque ont tous abandonné leurs études et vivent de petits boulots. Manon et Pauline, désavouent les promesses faites dans l’enfance de devenir des femmes libres et autonomes. Juliette compte bien les leur rappeler.
Le voyage en train est assez spécial. Ce virus apparu en Chine et qui se répand dans le monde en faisant de nombreuses victimes stresse tout le monde. Certains personnes portent des masques ce qui rend l’ambiance anxiogène. Juliette a hâte d'arriver à destination.
A son arrivée, elle découvre les petites cachotteries de ses copines : Manon entretient une relation avec un homme marié, beaucoup plus âgé et va de déconvenues en déconvenues. Blonde sexy, aux formes avantageuses, elle paraît beaucoup plus que ces dix-neuf ans et attire ce genre de messieurs. Juliette ne comprend pas pourquoi elle persiste dans cette voie sans issue. Quant à Pauline, avec son physique de madone italienne, brune gracile à la peau claire et aux yeux de braises, elle collectionne les amants.
Entre ses deux copines, Juliette se demande si elle est normale. L’adolescente se trouve moche et grosse, ses yeux bleus ne font craquer personne. Elle ne supporte plus ses cheveux bouclés. Elle les a d’ailleurs coupés très courts il y a quelques semaines, cet acte ayant suscité des remarques contradictoires dans son entourage. Contrairement à ses copines, elle n’a pas d'amoureux. Pour leur donner le change, elle a inventé une vague histoire avec un certain Timothé.
Sa désapprobation ne l’empêche pas de les suivre malgré tout dans leurs pérégrinations nocturnes. Ses parents ont essayé de l’appeler plusieurs fois, elle ne leur parle que par message. Son père est furieux et veut venir la chercher. Il lui a envoyé un mail incendiaire déplorant son année gâchée et le possible renvoi de l’école. Sa mère s’inquiète de cette nouvelle maladie la COVID-19 et voudrait la voir revenir surtout depuis qu'il est question d'un possible confinement de la population. Elle leur a répondu longuement ce matin pour expliquer son désir de changer de voie.
Elle n’arrive pas à penser à autre chose depuis, appréhende leur réaction. Ce soir, dans la discothèque, le bruit lui vrille les oreilles, le rap est omniprésent, elle ne supporte plus d’entendre ce flot agressif.
- Putain mais qu’est-ce que je fous là !
Juliette s’en veut de penser que cette boîte est remplie de dégénérés. Les corps se frôlent sur la piste, les regards sont insistants, certaines filles sont fringuées, maquillées comme des pétasses. Les hommes apostrophent les « biatches » qu’ils trouvent « trop bonnes ». L’atmosphère est surchauffée, la jeune fille se trouve mal, comme détachée du moment présent. Elle ressent un vertige général, son cœur se met à battre de plus en plus vite, il faut qu’elle sorte de là ! Elle attrape un copain de la bande par le bras, lui demande de l’aide. Une fois dehors, l’air frais la requinque un peu, mais elle éprouve toujours cette sensation de flottement.
- On t’a mis un truc dans ton verre, c’est pas possible ! Ça va ? Tu veux de l’eau ? s'inquiète le garçon.
- Non, c’est pas ça. T’inquiète. Mais ramène-moi, s’te plaît, implore Juliette.
Ces derniers jours ont été une torture. Le vide intersidéral occupe toute la place dans la tête de ses potes, obnubilés par les vies des stars de télé-réalité « Les Anges » et autres insanités qu’elle s’est toujours refusé à regarder.
Les soirées du groupe sont rythmées de fumette et d’alcool. Manon et son homme marié qui a l’âge de son père et maintenant Pauline qui leur a annoncé qu'elle était enceinte ! Juliette ne peut s’expliquer sa décision d'avoir un môme à dix-neuf ans. Pour elle, l’avenir de la jeune femme est tout tracé : bobonne à la maison avec trois mioches. Son copain ne vole pas haut, serveur dans un bar de quartier, un peu macho sur les bords, il se la joue, homme de la situation. La jeune fille a de la peine pour son amie, d’autant plus que cette dernière possède les capacités pour réussir mais son environnement la tire vers le bas.
C’en est trop pour Juliette, elle ne veut plus rester avec eux, elle ne rentrera pas non plus chez ses parents. Elle veut être libre de choisir. Elle pense se réfugier chez sa grand-mère dont la maison n’est qu’à quelques kilomètres.
- Qu’est-ce que tu fous Juliette ? s’inquiète Manon, la voyant faire sa valise.
- Je m’en vais. J’en ai trop marre de vous voir faire que des conneries ! rugit Juliette qui n'arrive plus à se contrôler, les larmes au yeux, les battements de son cœur retentissent jusque dans son crâne.
- T’as craqué ou quoi ? Tu me parles pas comme ça ! siffle Manon entre ses dents, quelles conneries ?
- Vous vous foutez en l’air, tous. Vous baissez les bras et vous vous contentez de cette vie de merde ! vocifère Juliette emportée par le torrent de ses émotions, tu réalises que c’est une famille que tu vas détruire en t’agrippant à ce mec !
- J’m’en bats l’œuf. J’pense à moi d’abord ! Il m’a dit qu’il allait quitter la daronne, qu’il n’en pouvait plus de ses marmots et de sa tronche.
- Tu sais ça m’étonnerait qu’il laisse ses enfants comme ça, il tire son coup avec toi et puis c’est tout. Tu vas encore souffrir ! Putain, laisse-le tomber. Inscris-toi à la fac de droit comme tu l’avais envisagé, ne sois pas bête.
- Ça sert à rien les diplômes, j’vais pas me frapper cinq ans d’études pour finir caissière. Ma mère n’a pas les thunes et j’peux plus la supporter de toute façon. Faut que j’me casse ! Et puis toi, la grosse bourg, tu te calmes ! On est pas assez bien pour toi ? C’est sûr que tu as le choix, toi, entre ton appart du seizième et la villa de ta mémé friquée. D’ailleurs, je vois pas ce que tu fous ici ! T’y’a cru quoi, là ? Va faire tes dessins de merde et lire tes bouquins pourris ! Avec tout ça, tu n’es même pas foutue de te trouver un mec !
Manon lui crache à la figure ce qu’elle a toujours pensé. Juliette a le cœur cassé en mille morceaux.
17
46
186
12
LaudaQuoi
Ma première participation au Prix Pépin.

Pour en savoir plus sur ce concours de micro nouvelles, voir ici > https://www.scribay.com/talks/19005/prix-pepin-2020

Image de couverture : Image par simisi1 de Pixabay
4
3
0
0
Didi Drews
Val-de-Marne, dans un monde semblable au nôtre. Le « Boucher des jolis cœurs », tueur en série insaisissable, se rend auprès de l’inspecteur Lucien Damartiel, flic au passé trouble qui débarque tout juste en ville. Mais des ombres planent au-dessus de l’inspecteur, et quand il a droit à une agression salée sur le chemin du retour, il fait la rencontre de Damien et Mia, les deux gérants d’un bar aux allures clandestines, à deux pas de chez lui.

C’est alors que Matthieu Langevin, petit malfrat sans grande envergure, a la mauvaise idée de se faire tabasser à mort dans la cour d’un petit restaurant de Vincennes. Car ce meurtre sordide, mais a priori banal, porte la signature de la pire bande criminelle du coin : un réseau de contrebande dont le chef, héritier d’une lourde histoire familiale, a été récemment libéré de prison, sans que lui-même ne sache par qui ni pourquoi. Pour couronner le tout, Lucien a la joie contenue de reconnaître deux nouveaux amis dans la foule de visages criminels, prêts à torpiller sa carrière, ou à lui coûter la vie, cela reste encore à voir…

Kamel Sayad, de son côté, traîne dans les pattes d’une jeune procureure adjointe aux intentions obscures. Sa route croisera bien vite celle de Lucien, quand ils se retrouvent tous deux empêtrés au centre de sales embrouilles, à la veille d’embraser les milieux criminels franciliens…

Et si tout cela était l’œuvre d’un vaste complot ? À qui profite le crime ? L’agression de Lucien était-elle fortuite ? Quel lien un tueur en série déchu peut-il bien cultiver avec le crime organisé ? Plus important encore : comment Lucien et Kamel se sortent-ils de leur soupe à problèmes respective ?
60
168
570
146

Vous aimez lire Claire Zuc ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0