Chapitre 17

3 minutes de lecture

Bordés du dôme du quai aérien au sein duquel disparaissait la reine Sériane d’un côté et de l’immense transporteur de l’autre. Cormack, avec Ezéquiel à ses côtés, se sentait on ne peut plus minuscule. Bien sûr, le monstre de métal dont le profil dépassait bien de sept fois la largeur de la plate-forme à laquelle il était amarré - autrement dit, trois cent-cinquante mètres, au bas mot, d’un métal noir tel le charbon, comprenant près de vingt mats auxquels se trouvaient rattachées de dantesques voiles d’un blanc nacré – était certes intimidant. Cependant, aux yeux du Rolf, ce n’était guère la source d’inquiétude du moment.

— Alors… Vous partez, hein ?

Les mains derrière le dos, Leati conservait un garde à vous impeccable. Le regard fixé sur le vide entre les deux compères qui lui faisaient face. Mal à l’aise, Cormack se dandinait d’un pied à l’autre, tout en lançant de furtifs coups d’œil à Ezéquiel qui n’observait pas, pour une fois, son habituelle attitude nonchalante.

En ce moment même, il n’y avait plus rien de la pétillante brunette qu’ils avaient toujours côtoyée. En ce moment même, elle semblait sur le point d’exploser. Une explosion bien différente de celles dont elle était coutumière.

Le cœur du Rolf se serra à la vue de ce spectacle.

— Tu sais, tenta-t-il de la rassurer. Ce n’est qu’un petit voyage, en fin de compte… Nous serons vite rentrés…

Il se pétrifia alors que l’aspirante dardait sur lui un terrible regard.

— Enfin… c’est pour…, tenta-t-il lamentablement.

C’est, bien sûr, ce moment critique que choisit Ezéquiel pour s’éclipser. Faisant une fois de plus preuve de son courage légendaire.

— Bien ! s’exclama-t-il en se passant une main surement très moite dans les cheveux. Je vois que vous avez besoin d’un peu d’intimité. Leati, merci d’être passée. Ne t’inquiète pas, ton nounours sera très vite de retour. Si tu peux jeter un œil sur Marvin, de temps en temps bien sûr.

— J’y penserai, marmonna simplement Leati sans lui adresser le moindre regard alors que le jeune prince souriait en prenant son envol.

Comme le couard de fichu vautour que tu es, Ezéquiel ! Tu me laisses dans une belle m… Le Rolf interrompit ses récriminations intérieures. Leati venait de reporter son immense regard vert sur lui, le faisant tressaillir un instant. Ses yeux ne contenaient pourtant plus la moindre once de colère, seulement une tristesse à fendre l’âme ainsi qu’une inquiétude palpable.

— Tu prendras soin d’eux, hein Cormack ? demanda-t-elle au Rolf qui ne put s’empêcher de froncer les sourcils.

— Hein ? Eux ?

— Ezéquiel et Caes, bien sûr !

— Ezéquiel et Ca… ?! Une quinte de toux le prit alors qu’il peinait à croire ce qu’il entendait avant de réussir à ajouter. C’est ton frère qui nous escorte…

Il s’agissait d’une déduction et non d’une question, ce qui n’empêcha pas la jolie brune d’acquiescer. Cormack avala péniblement sa salive.

— Vous n’auriez pas pu avoir meilleur garde du corps, lâcha tristement Leati.

Ni meilleur assassin pour Ezéquiel, pensa Cormack en se gardant bien de l’exprimer à voix haute.

— Je sais qu’entre lui et Ezéquiel, ça a toujours été un peu compliqué, continua-t-elle en se tordant les mains, anxieuse. Mais je suis certaine que tous les trois, vous ferez de grandes choses…

— Oui, oui, fit distraitement le colosse en se grattant nerveusement la nuque, pinçant les lèvres.

— Et surtout…

Elle laissa un instant sa phrase en suspens, se mordillant la lèvre inférieure et fuyant le regard du colosse. L’hésitation dans ses yeux laissa pourtant vite place à une résolution que le Rolf lui connaissait bien. Malgré cela, il se figea lorsqu’elle replongea ce regard bien à elle dans le sien. Un regard avec un petit quelque chose en plus… Quelque chose que Cormack aurait dû remarquer bien avant.

— Surtout, reviens moi, termina-t-elle avant de lui passer la main derrière le cou pour l’attirer vers elle.

Le petit cri qu’il poussa alors qu’elle l’embrassait tendrement sur la joue n’eut rien de viril et arracha un sourire à la magnifique brunette. Sur ce, elle s’esquiva, prenant le chemin du retour de son pas décidé. Le laissant seul avec son rouge aux joues ainsi que ses jambes flageolantes et un cœur battant à la chamade.

Secouant la tête, il attrapa son sac. Tenant, à son tour, à monter le plus vite possible la passerelle. Dans un éclair de lucidité agrémenté d’une terreur aussi fugace que paralysante, il chercha Ezéquiel du regard, ou même Caes. Les deux lui inspirant des craintes aussi différentes qu’équivalentes dans le cas où ils aient pu être témoins de cette scène. Fort heureusement, parmi la foule, personne n’avait l’air de faire attention à lui. Le doute n’était cependant pas à exclure.

— Mais qu’est-ce qu’il vient de se passer, bon sang ? marmonna-t-il pour lui-même. C’était quoi ça… ?

Secouant de nouveau la tête, il entreprit de gravir la passerelle. Dans le même temps, résonnait la corne annonçant l’inéluctable départ.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Goji
Une bande de potes, une super soirée, ou presque.
1
2
0
2
Léonie Céleste
En l'honneur d'un fil...
3
6
1
1
Défi
L.O.Khâli
Quand on est enfermé 24h/7 avec la personne que l'on aime, il devient impossible de se cacher et les blessures du passé reviennent nous tourmenter.
9
8
22
5

Vous aimez lire t-sabe ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0