Inattendu

13 minutes de lecture

Par un bel après-midi de printemps, le carrosse roulait à toute allure sur les petites routes des marches occidentales du royaume. À l’intérieur du véhicule, la princesse Lisitsa boudait. C’était d’ordinaire une adorable fillette, aimée de tous et rayonnante de joie. Hélas, la guerre frappait aux portes de la capitale. Le roi, inquiet pour l’avenir de son unique enfant, l’avait envoyée chez Mankas, un vieil et puissant ami qui vivait aux confins du pays, là où les envahisseurs ne parviendraient qu’une fois le reste du territoire soumis. Elle devait y demeurer jusqu’à ce qu’elle soit en âge de se marier, ou qu’un grand malheur arrive.

La guerre eut lieu, sanglante. Et les années passèrent…


*    *    *


Le grincement fut épouvantable, mais la porte ne bougea pas. Hubert l’Hyperandin contempla l’huis. C’était un lourd modèle en acier, accroché par des charnières robustes, conçu exprès pour résister aux traitements tels que celui qu’il lui infligeait à l’instant. Le regard du puissant guerrier glissa vers le cadavre du vieil homme qui, à trois pas de là, finissait d’épandre son sang sur les dalles.

Il songea qu’il avait été stupide, il aurait du demander la combinaison du coffre-fort au magicien avant de l’occire, mais c’était trop tard. Son ennemi était nécromancien, il aurait pu se ressusciter s’il avait été vivant – non, cette idée était ridicule : il était mort, il ne pouvait pas se réanimer lui-même. Le guerrier pensa qu’il devait cesser de réfléchir, car trop raisonner lui donnait des migraines. Il devait se dépêcher d’ouvrir cette porte s’il voulait partir avant le coucher du soleil.

Hubert s’arc-bouta sur le levier. Les pastèques de ses pectoraux et les melons de ses biceps roulèrent sous sa peau nue, la sueur colla ses longs cheveux blonds contre ses tempes, le rugissement d’effort résonna dans la pièce. La barre métallique céda. Le guerrier s’écrasa contre la table toute proche. Il lâcha une bordée de jurons.

« Pourquoi tant de grossièretés ? », fit une voix féminine étouffée. Elle provenait de l’intérieur du coffre-fort. Hubert scruta l’objet. Il était beaucoup trop petit pour contenir une femme ou même une fillette ; d’un autre côté, il se trouvait dans l’antre d’un magicien, lesquels savent enchanter des artefacts de manière à ce qu’ils parlent. Il accepta donc la situation.

La voix lui donna la combinaison.

Il l’essaya. Elle fonctionnait.

Elle était d’une beauté à couper le souffle. Mince, élégante, soignée malgré les circonstances, elle semblait légère comme une plume, souple et robuste à la fois. Il la devinait gracieuse et efficace, partenaire idéale de ses pérégrinations futures.

« Comptes-tu passer la journée à me fixer avec ces yeux de merlan frit ? »

En plus de tout ça, elle parlait.

Hubert se saisit de l’épée et de son fourreau qui, chose curieuse, la jouxtait. Maintenant qu’il l’avait en main, il savait qu’elle était tout à fait exceptionnelle. Ce n’était pas l’une de ces armes d’apparat faites pour impressionner le quidam ignare, mais le chef-d’œuvre d’un maître. Équilibrée, affûtée, graissée, et pourtant le nécromancien la conservait dans un coffre-fort au lieu de s’en servir. Bizarre, mais pas étonnant de la part d’un utilisateur des forces surnaturelles.

« Enchantée, je m’appelle Artémis.

— Hubert l’Hyperandin. À cause de mon pays d’origine. Enchanté.

— Je propose que nous sortions de ce trou sordide. Qu’en penses-tu ? »

Le guerrier musculeux ne put qu’acquiescer. Il rangea donc Artémis, puisque c’était son nom, dans son fourreau, fouilla en pure perte le propriétaire des lieux et entassa dans son sac quelques babioles cabalistiques qu’il savait se vendre un bon prix en ville.

Quelques minutes plus tard, il extrayait un papier et un crayon des fontes de son robuste étalon bai. Il plissa les yeux lorsqu’il se pencha sur la grande écriture anguleuse, mal éclairée par le soleil couchant.

« Alors… tuer le nécromancien, c’est fait. »

Il biffa une ligne, la quatrième et avant-dernière.

« Ensuite… Ra… meu… neure…

— “Ramener la princesse”. Il y a écrit “Ramener la princesse”.

— Oui ! C’est ça ! La princesse Lisitsa ! Elle est en haut d’une tour, gardée par un redoutable dragon. Son père, le roi, m’a demandé de la ramener au château.

— Eh bien ! Moi qui craignais de me retrouver dans les mains d’un minable ! Voilà une surprise agréable ! »

Quelque chose n’allait pas. Cette inquiétude tricota le cerveau du vigoureux combattant. Tout à coup, il fixa la poignée qui dépassait du fourreau. Rien ne la différenciait d’une autre épée décorée avec goût.

« Comment as-tu fait pour lire ma liste ?

— Facile ! Je suis une épée instruite. Je parle couramment cinq langues et sais en lire trois.

— Non. Je veux dire, tu n’as pas pu voir les lettres. Donc…

— Je n’ai pas de bouche et pourtant je te parle. Ne pose donc pas de questions auxquelles tu n’auras pas de réponses. »

Cette explication sembla contenter la montagne de muscles, qui monta en selle.


*    *    *


Les contreforts des Montagnes de Plomb, situés en bordure ouest du royaume, séparaient l’antre du magicien et le donjon. Aucune route ne traversait cette région inhabitée, seul un petit sentier serpentait à travers la vaste forêt décidue. Hubert aimait bien ce chemin. Certes, ce dernier manquait de bière et de filles en tenue légère, mais au moins il était tranquille. Il pouvait imaginer en toute quiétude ce qu’il ferait de la récompense. Ses songes impliquaient de grandes quantités d’alcool et de femmes plantureuses fort peu habillées, et peut-être une princesse. Les princesses des légendes étaient toutes accortes et follement amoureuses de leurs libérateurs, mais il n’en avait jamais sauvé. En réalité, il n’en avait même jamais vu. Par contre, il avait aperçu des portraits de la défunte mère de Lisitsa, et si elle avait hérité ne serait-ce que de la moitié de sa beauté…

Ce soir-là, ses fantasmes impliquaient aussi des gâteaux au miel, parce que c’était son péché mignon, et qu’il avait repéré une ruche sauvage. Il avait donc posé son bivouac près de l’antique châtaigner qui abritait les abeilles. Il sautait entre les racines, les doigts encore collants, lorsqu’un hurlement strident monta du fourreau dans la nuit.

« Derrière toi ! »

Derrière lui, il y avait deux rangées de crocs et une dizaine de griffes comme des poignards, le tout prolongé par un gigantesque grizzly. La bête était immense, imposante dans son épaisse fourrure grise sous laquelle roulaient des muscles capables de le ridiculiser, lui. Elle avait senti le miel et requérait sa part. Le genre de demande que l’on ne peut pas refuser.

Hubert esquiva un coup de patte, se redressa d’un bond, prit son courage d’une main et Artémis de l’autre, hurla son cri de guerre et se jeta sur la créature.

L’instant d’après, le monstre gisait au sol, un flot de sang sombre jaillissait de sa gorge tranchée. Le guerrier regarda son adversaire d’une seconde, dubitatif. Il était certain de ne pas avoir visé le cou. Son bras avait été tiré, comme si… l’épée se dirigeait elle-même ? Mais n’était-ce pas le cas ? Il questionna Artémis.

« Eh ! Je suis magique ! Qui suis-je si je ne te simplifie pas la vie ? »

Une arme qui vise seule les points vitaux : pratique. Satisfait, il essuya la lame et la rangea dans son fourreau.


*    *    *


Hubert avait bivouaqué à moins d’une lieue de son objectif et se leva très tôt ce matin-là. Il allait sauver une princesse, ce qui impliquait un minimum de préparation. Il sélectionna son plus beau pagne, se rasa de près, tressa ses longs cheveux blonds et sa barbe de même, puis oignit son torse d’une huile destinée à mettre en valeur sa vigoureuse musculature. Artémis lança quelques plaisanteries où il était question d’assaisonnement, de cuisson et de dragon.

« Tu es jalouse ».

L’épée éclata d’un rire cristallin. Elle n’était qu’un objet. Avait-on déjà vu un objet ressentir une telle émotion ?

Une petite heure plus tard, ils approchaient du pied de la forteresse. Sise au sommet d’un volcan éteint, c’était une construction de basalte titanesque, taillée sur mesure pour l’être qu’elle abritait et ses serviteurs humains. Le cratère tout entier formait une cour spacieuse en pente douce, ceinte de murailles naturelles rehaussées par des remparts crénelés. En son bord le plus élevé se dressait, fier, l’immense donjon carré, monstrueux symbole de puissance virile visible à des lieues à la ronde. L’architecture générale, sobre, massive, fonctionnelle, semblait conçue pour impressionner le voyageur et dissuader l’importun.

Nullement intimidé, Hubert attacha son cheval et s’avança d’un pas rapide sur le gigantesque pont-levis, puis accéda à la porte principale. Le dragon devait se sentir en sécurité dans un pareil antre : le pont baissé, la herse levée et les battants ouverts ; c’en était presque accueillant.

« Au fait, as-tu un plan ?, demanda l’épée alors qu’ils dépassaient la redoute déserte.

— Bien sûr ! Je vais entrer, tuer ce dragon, sauver la princesse Lisitsa et la ramener au roi son père. Comme récompense, il me la donnera en mariage avec la moitié du royaume. Après, les bardes chanteront ma gloire.

— Je vois. Un programme fin, subtil et délicat, quoiqu’il me paraisse basé sur des hypothèses hasardeuses et assujetti à des conjectures quelque peu fantaisistes.

— Arrête avec tes mots compliqués, tu me donnes mal à la tête. Si tu as quelque chose à dire, parle. Mais sois simple.

— Les dragons sont des êtres dangereux. As-tu songé à la négociation ?

— Je ne connais pas ce mot-là.

— Ça signifie que…

— Je sais ce que ça veut dire. Mais c’est lâche. C’est pour les faibles.

— Oh. »

Hubert s’arrêta devant le pont-levis, tira Artémis au clair, inspira un grand coup et franchit d’une traite le fossé, la grille, la barbacane vide et arriva dans le cratère. En face, de l’autre côté de la cour, le donjon. À gauche, les communs, à taille humaine. Appuyés sur le mur nord, des appentis aux dimensions de cathédrale et aux toitures vitrées. Un puissant ronflement assourdi montait de l’un d’eux.

« Et que penses-tu de la discrétion ?, murmura l’épée. On libère la princesse et on part sans faire de bruit.

— Un vrai guerrier ne fuit pas le combat. Serais-tu peureuse ?

— Non, mais quelque chose ne me plaît pas ici. C’est… trop calme.

— Je te propose un marché : je te brandis, et tu te tais. »

Le redoutable combattant avança d’un pas ferme au milieu de la cour, puis scruta les alentours. Son épée avait raison sur un point, ce château était très calme, ou pour être précis, vide. Aucun signe de vie dans le petit matin, mis à part les vrombissements intenses et quelques chariots bâchés à demi déchargés dont personne ne s’occupait. Le dragon en avait sans doute dévoré les conducteurs et les bêtes de somme.

« Hé ! Gros reptile stupide ! Sors de ton trou ! Viens te battre ! »

Si dragon il y avait, il ne répondit pas aux invectives. Tout au plus y eut-il un grognement noyé dans les ronflements.

« Tu bouges, lézard, ou je viens te chercher ? »

Il n’y eut d’autre réaction qu’un bruissement, telle une voile que l’on affale.

« Tu l’auras voulu, minable ! »

Hubert décrocha une corne de sa ceinture, prit une inspiration profonde. Le son puissant, grave, rebondit contre les parois dans de multiples échos. Les ronflements se turent, et une porte s’ouvrit dans un long grincement.

L’Hyperandin, fasciné par les légendes colportées par son peuple, avait toujours imaginé les dragons comme de gros sauriens ailés ventripotents, puants, vils et sales, qui passaient leur vie à dormir au fond de trous sur leurs tas d’or. Mais ce fut une silhouette longiligne, à la tête et aux proportions parfaites qui franchit l’immense huis ; un être qui dégageait une puissance subtile, mais implacable. Ses écailles mordorées d’une propreté impeccable luisaient sous les flots de lumière. Plus dures que le roc, aussi lisses qu’un miroir, elles s’articulaient entre elles sans le moindre jeu et avec la souplesse d’une soierie fine. Les yeux étrécis par le sommeil et la clarté, le dragon dévisagea Hubert.

« Te voici enfin ! Meurs, immonde créature !

— Une seconde, étranger !, déclara le dragon d’une puissante voix de baryton. Qui êtes-vous ? Pourquoi m’attaquez-vous ? »

Surpris par cette réflexion impromptue, le guerrier marqua un arrêt avant de répondre :

« Je suis Hubert l’Hyperandin, ton pire cauchemar venu ici pour te détruire ! Tu vas payer de ta vie ce que tu as fait à la princesse Lisitsa ! »

Sans attendre d’autre réaction, il se jeta sur l’être reptilien dans un terrible cri de guerre, l’épée en avant.

« Stop ! »

Artémis se planta dans la terre battue de la cour, entraînant la montagne de muscles dans une culbute qui l’assomma à moitié. Le dragon recula de deux pas, l’œil rivé sur la scène, intrigué et goguenard.

« Il me semble, reprit l’épée, que nous sommes ici entre êtres intelligents, donc qu’il n’est pas nécessaire de nous occire mutuellement sans raison. J’ai la certitude que nous pouvons arriver à un accord qui n’engendrerait pas d’effusion de sang – et le cas échéant, il me semble que messire Dragon ici présent a le droit de connaître la cause de son passage dans l’autre monde.

— Voici une manière de penser qui me plaît, dit le dragon. Êtes-vous l’un de ces aventuriers perdus dans une vaine quête de gloire, ou aviez-vous, en venant ici, une idée en tête différente de l’habituel assassinat de ma personne ?

— Vos mots sont trop compliqués, à tous les deux, dit Hubert qui se relevait. Tu as emprisonné la princesse. Le roi m’a chargé de te tuer et de la sauver »

Un panache de fumée s’éleva des naseaux du titanesque reptiloïde, qui fixa ses adversaires, immobile. Le guerrier tenta de reprendre son arme, en vain : Artémis aurait aussi bien pu n’être qu’une extension du sol.

« Je doute fort que notre seigneur ait usé de tels termes, dit le dragon, car c’est un vieil ami. Mais je veux bien croire qu’il vous ait mandé pour ramener Lisa au palais, puisque ses serviteurs sont déjà là et ont commencé à empaqueter ses affaires. »

D’un geste de la tête, il désigna les chariots alignés au fond de la cour.

Le guerrier cessa de tirer sur l’épée.

« Je ne comprends plus rien.

— Moi si, fit Artémis. Souviens-toi : la note demandait de ramener la princesse. Le roi a dû t’expliquer qui la gardait, mais c’est toi, Hubert, et toi seul qui as imaginé cette histoire d’enlèvement, de séquestration et subséquemment d’assassinat de messire Dragon.

— Donc, pas de princesse à sauver ?

— Non.

— Pas de tête à rapporter en trophée ?

— Non plus.

— Mais vous serez connu comme celui qui a ramené la princesse à son père, fit le dragon dans un puissant murmure. »

Ainsi donc, Hubert grimpa le monumental escalier de basalte qui menait au premier étage du donjon. Voûté sous le poids des nouvelles, il avait négligé de remettre Artémis dans son fourreau et la traînait, sa pointe crissant sur le sol. Mais l’épée ne pipa mot. Arrivé devant la porte de la suite royale, appartements de la princesse Lisitsa depuis presque une décennie, il se redressa, gonfla ses muscles et actionna le heurtoir.


*    *    *


Trois heures après, le robuste guerrier et la demoiselle chevauchaient de conserve vers la capitale – la caravane de chariots les rejoindrait plus tard. Hubert songeait que son périple n’était pas vain : il avait vu une princesse, et n’avait pas été déçu. Lisitsa était une jeune femme dynamique de taille moyenne. Avec ses longs cheveux noirs et raides, son teint hâlé et ses yeux d’un brun très sombre, elle ne ressemblait pas au cliché habituel de la fille de haute noblesse. Habillée d’une robe bleue décolletée qui mettait en valeur la beauté sauvage qu’elle avait héritée de sa mère, la demoiselle plaisait beaucoup à Hubert.

Celui-ci se prit à songer à l’avenir. Ils avaient plusieurs jours de route pour rejoindre le palais, peut-être succomberait-elle à ses charmes ? Il connaissait l’effet que produisait sa musculature sur la gent féminine, mais c’était là son dernier espoir. L’Hyperandin avait escompté que le dragon montre le moindre signe d’agressivité, menace fugace qu’un combat homérique aurait changé en gloire. Hélas ! C’était la princesse qui s’était jetée auprès du titanesque monstre.

« Adieu, Lisa, avait-il soufflé.

— Ce n’est qu’un au revoir, Mankas, avait-elle répliqué entre deux sanglots. J’ai adoré ces années ici, je te jure de revenir ».

Tout puissant qu’il fut, l’être ne put retenir une larme.

Dix années de protection n’étaient pas une décennie de détention, il n’y avait pas le moindre risque – pas la moindre chance ? – que le dragon agresse la princesse de quelque manière que ce soit.

Tout le trajet, Hubert l’Hyperandin roula des mécaniques. Lisitsa ne montra pas le plus petit signe d’intérêt.


*    *    *


Un immense cortège les accompagna sur la dernière lieue. Entre les remparts et le palais, ce ne fut qu’une fabuleuse procession, une fête populaire, une explosion de joie sans nom : on avait retrouvé la princesse, disparue depuis si longtemps, et elle allait se marier.

Le roi accueillit Hubert en grande pompe : une longue cérémonie avec la cour, une encore plus longue avec le peuple, un banquet et un bal. L’or contenu dans le coffret qu’il reçut en paiement de ses services lui permettrait de bien vivre au moins un an. L’épée eut le bon goût de se taire tout ce temps.

Mais Hubert ne se maria pas.

Le roi ne lui offrit aucune terre.

La princesse ne daigna même pas le remercier.


*    *    *


Le lendemain soir, au coucher du soleil, le guerrier athlétique déambulait au hasard dans la ville.

« Tu sais, Artémis, c’est sans doute mieux ainsi. Je suis un combattant, un mercenaire dont on s’arrache les services. Je n’aurais pas supporté la vie de famille.

— Et maintenant ?

— Je vais chercher de la bière. Et des femmes. Pour oublier. »

Ils arrivèrent dans une rue décorée par une multitude de lampions rouges, qu’une jeune dame en petite tenue allumait une à une. Une femme de taille moyenne à la beauté sauvage, avec ses longs cheveux noirs et raides, son teint hâlé et ses yeux d’un brun très sombre. Elle enflamma une demi-douzaine de lumignons supplémentaires avant qu’il ne bouge de nouveau. Il poussa un profond soupir, et demanda l’avis de l’épée.

« Elle a douze ans de trop, des poignées d’amour, et il lui manque plusieurs pouces. Mais tu ne trouveras personne qui lui ressemble plus. »


— FIN —

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
le henaff alain


La délicieuse Alice, cheveux au vent, descendait en gracieux bonds juvéniles la faible pente conduisant à l’étang.
Sa tante, assise dans un confortable rocking-chair lui demanda de courir moins vite et de rester sur la berge sud, peu profonde. Ce qui fit sourire la jeune enfant, forte de ses dix ans.
« Tata gaga, fredonna t’elle mezzo voce, je nage bien mieux que toi ! »
L’eau de l’étang, par cette calme journée de juin, dispensait sa quiétude sous l’ombre d’un grand orme plusieurs fois centenaire. Pas une ride n’en troublait la surface.
Alice se saisit de la vieille épuisette rangée contre le tronc de l’arbre, s’assit au bord de l’eau et commença à scruter du regard les profondeurs liquides dans l’espoir d’y apercevoir une grenouille.
Quelques heures auparavant, sa tante lui avait lu un conte des frères Grimm “le roi grenouille“ et l’enfant avait été frappé par la transformation du prince en batracien.
…..

La chute de l’astronef semblait ne jamais vouloir prendre fin. Son pilote, un Chram du onzième satellite, tenta une dernière fois, sans plus de succès que lors des essais précédents, de signaler ses ennuis.
Il activa la balise de sécurité qui marquerait sa position pendant deux mille cycles, puis passerait automatiquement en mode silencieux pour définir cet emplacement comme potentiellement dangereux.
Après quoi, il consacra toute son attention à la conduite de l’engin en difficulté.
Il descendait ainsi depuis huit bons cycles, en panne de propulseur, dans l’espace gravitationnel de cette petite planète, troisième satellite d’une étoile jaune de moyenne grandeur.
L’entrée dans l’atmosphère nimba l’astronef d’une lueur spectaculaire, liée à l’échauffement non contrôlé de la chute. Heureusement, les amortisseurs catalytiques transformèrent cette chaleur en énergie, fort utile pour le futur.
L’impact, très amorti par le contact avec de l’eau, n’affecta guère le Chram, entrainé à de pires contraintes.
Rapidement, il fit le point de la situation.
Le disfonctionnement de ses réacteurs à plasma, provenait du fait qu’il n’avait plus de plasma. Il était pourtant convaincu d’avoir fait le plein lors de sa dernière rotation. La confection d’une nouvelle unité de carburant, suffisante pour retourner à sa base demanderait un temps important au convecteur de bord.
Chram lança quelques sondes pour savoir s’il y avait des notions à acquérir dans l’optique d’une attente supérieure à son espérance de vie.
La planète était entrée dans sa quatrième phase post volcanique. Son atmosphère, mélange parfait d’oxygène, d’azote et autres gaz nécessaires aux échanges vitaux des indigènes convenait idéalement à sa propre race. La température, remarquablement constante, permettait à l’eau de rester sous sa forme liquide, à quelques exceptions près.
A ce jour, aucune exoplanète n’avait réuni aussi parfaitement ces critères de colonisation.
La civilisation occupante croupissait à un stade aussi scientifiquement primitif que celui de l'étude imprécise du noyau des particules.
— Ce sera leur rendre service que les soumettre car ils se feront rapidement nucléariser eux-mêmes avec leurs incertitudes et leurs imprudences, pensa le Chram.
Après avoir rapidement assimilé le langage local, dans l’optique d’une invasion future, il s’allongea sur son tapis de stase et configura un coma contrôlé de cinquante mille cycles, avec interruption automatique en cas d’évènement soudain.
..…

— « Ce doit être amusant de voir un prince se transformer en grenouille pensa la jeune Alice.
J’aimerais assister au spectacle. »
Cette pensée cohérente pénétra le cortex du Chram ainsi que les nombreux automatismes gérant sa stase.
Immédiatement opérationnel, il intégra les éléments présents :
Il ne s’était passé que vingt-cinq mille cinq cent quatre-vingt-treize cycles depuis le début de son coma.
La réserve de plasma était déjà suffisante pour le ramener chez lui.
Une entité, cohérente semblait-il, émettait à faible distance une onde déchiffrable.
……
­
— « Mais l’inverse doit être encore mieux, reprit cette pensée. Un beau prince que j’embrasserais pour qu’il soit amoureux de moi ! »
Dans le cortex du Chram se forma l’image d’une grenouille et de sa transformation humaine. Ce qui lui donna l’idée de s’emparer de l’entité pour la présenter aux anciens afin d’améliorer les conditions de leur invasion future.
Il n’eut guère de difficulté à prendre l’aspect du batracien qu’Alice rêvait de capturer. D’autant qu’il avait sensiblement la même masse et une apparence relativement proche, bien que moins harmonieuse.
Il se positionna dans l’épuisette et se mit en attente.
Alice aperçut immédiatement la petite rainette et remonta promptement son filet.
Puis elle sortit un minuscule ciseau de couture d’une poche de sa blouse et d’un geste assuré, sectionna en deux parties, le corps de la bestiole, entrainant une mort immédiate et sauvant de ce fait l’humanité, pour les quelques millénaires à venir, d’un abominable asservissement.
­— « Quand je pense que certains enfants prêtent foi à ce genre de loufoqueries, sourit-elle en repartant vers sa maison. En tout cas cette grenouille, à défaut de se transformer en prince, sera délicieuse avec un beurre persillé. »
3
2
0
3
Dumas

Amour naissant
Oiseau chantant
Fleur poussant
Annoncent le printemps 
0
0
0
0
Alvine

"Arrêtes, on va réveiller les voisins ! Cria la jeune femme qu'il tenait dans les bras en montant les escaliers. Il l'avait rencontrée un peu plus tôt dans la soirée.
Son odeur florale envoûta les narines de son compagnon d'un soir.
_ Ca leur rappellera le temps où ils étaient jeunes ! Dit-il en enfonçant la clef dans la serrure de son appartement, harcelé des baisers de la magnifique créature qu'il tenait dans ses bras. À peine la porte ouverte, elle courut à l'intérieur en agitant les bras telle une enfant.
Il soupira.
Cette fille était charmante. Le jeune homme sorti une photo qu'ils avaient pris tous les deux au photomaton du coin avant de la poser sur le bar. Le résultat était assez comique : lui, fermait les yeux et esquissait une mimique des lèvres assez originale. Il avait les cheveux en pétards comme s'il venait de se lever. Elle, par contre, souriait de ses dents maladroitement alignées mais d'un blanc éclatant. Et ses yeux ... Elle fixait la caméra d'une manière si intense qu'on aurait dit que son regard allait aspirer votre âme. Ses iris étaient d'un bleu comme on en trouve dans les nuances de l'océan.
Elle était envoutante.
Le jeune homme finit par quitter la photo de papier pour rejoindre la vraie femme qui faisait palpiter son cœur.
Il marcha jusqu'au salon tout en ôtant son blouson. Il ne vit personne.
"Elena ?"
Pas de réponse.
"T'es où ?" Demanda-t-il en se dirigeant vers la chambre à coucher.
" Peu importe où tu te caches, je vais bien finir par te ..."
Elle était là. Allongée sur son lit, battant l'air de ses jambes comme si elle avait quatre ans. Elle regardait le ciel nocturne par la fenêtre.
"... Trouver !"
Elle ne cilla pas. Il s'assit sur le bord du lit et lui caressa le dos. Lorsqu'il s'approcha pour lui déposer un baiser au creux de la nuque elle se releva brusquement et s'assit en tailleur.
_ Qu'est-ce que t'as ? Dit-il.
_ Il faut que j'te montre quelque chose. T'aurais pas ... T'aurais pas un jeu de cartes ?
L'homme fût surpris. Étrangement, lui n'avait pas trop envie de jouer aux cartes.
La femme insista, alors il se leva en soupirant.
" Un jeu de cartes. Sérieusement ?"
Il le sorti du tiroir à côté du canapé et retourna vers sa dulcinée, qui l'attendait les yeux toujours levés vers le ciel.
_ Et si non, tu fais quoi dans la vie ? Demanda-t-elle en mélangeant les cartes à la façon des croupiers américains.
_ J'suis enseignant.
_ Cool.
_ Nan, je sais que c'est pas un job super sympa ni bien à la mode, mais c'est plus facile pour l'instant.
_ La sécurité de l'emploi.
_ J'en ferais pas ma vie.
_ Non, mais pour l'instant c'est bien.
_ Oui. Pour l'instant ... Pour l'instant c'est bien. Et toi, qu'est-ce que tu fais ?
Elle parut réfléchir.
_ Je fais des tours de magie. En quelque sorte.
_ En quelque sorte ?
Elle souri tout en étalant les cartes sur la couverture.
_ Marc Edouard Gilles Charbonnier, croyez-vous en la magie ?
_ Comment est-ce que tu connais mon nom entier ?
_ Tu n'as qu'à prendre ça comme ... Une entrée en matière, le premier acte d'un genre de spectacle ... répondit-elle avec son sourire toujours accroché au visage.
_ Choisis une carte.
Marc en piocha une au hasard, plus intéressé par la dame que par ses tours de passe-passe.
Un dix de cœur.
Il la replaça dans le paquet exactement comme elle le demanda.
_ Et tu vas faire quoi, après ?
Elena mélangea les cartes avec soin.
_ Comment ça ?
_ Eh bien dans 5, 10 ou même 20 ans ?
_ J'en sais rien.Je vais essayer d'économiser pour aller voir mes amis au Québec. J'aurais sûrement une femme ... ( Il la regarda avec insistance). Et je veux deux enfants. Un garçon et une fille.
_ Tu devras acheter une grande voiture.
_ Peut-être.
_ Tu veux un chien ?
_ J'suis allergique.
_ Dommage, répondit-elle.
_ Pourquoi ?
Elle se redressa en faisant virevolter ses cheveux aux nuances de miel.
_ Un peu plus, et tu rentrais parfaitement dans le moule de celui qui a réussi.
Marc fronça les sourcils.
_ Mais si, tu sais ! Dit-elle en lui tapotant la cuisse. "L'homme parfait" ! Une grande maison, une belle femme, un chien, deux ravissants enfants ainsi qu'un monospace pour embarquer tout ce beau peuple en vacances deux semaines par an.
Elena regarda les cartes qu'elle avait étalé sur le lit et en prit une, qu'elle retourna.
Le dix de cœur.
_ Pas mal.
_ C'est ta carte ?
_ Hmmm.
Elle s'arrêta quelques secondes.
_ T'as pas vraiment l'air impressionné.
_ Bah c'est juste que ... Ce tour, c'est du vu et revu. Depuis qu'on est gosses, c'est toujours la même chose. Hop, choisis une carte, bravo repose-la, j'te fais un mélange, tu crois qu'elle est paumée à l'intérieur mais moi je sais exactement où elle est et hop ! Je l'ai retrouvé. Magique, non ?
_ Pourtant regarde-toi. Toi, qui pars cinq jours sur sept travailler dans une monotonie qui en tuerait plus d'un. Tous tes jours sont pratiquement similaires, pas vrai ? Tu te lèves, tu pisses, tu te laves rapidement et enfiles des vêtements qui puent la clope et la pollution ambiante. Ensuite tu avales un p'tit déjeuner fade et sans saveur qui te donne la fausse impression d'être rassasié. Ensuite tu prends ta voiture que tu as acheté avec ton propre argent et dont tu es assez fière d'ailleurs. Tu prends cette voiture pour aller te perdre dans le trafic parisien au milieu de personnes exactement comme toi. Tu bosses la journée en n'attendant que le soir où tu serais loin de tous ces gens fades eux aussi, et que tu n'apprécies pas vraiment d'ailleurs. Tu rentres et tu vas sur les réseaux sociaux pour apprécier la vie des autres à travers des photos retouchées et des commentaires mensongers. Et à la fin du mois tu es bien content de recevoir ta paye qui te permet à peine de payer ton loyer et de t'amuser un peu. Tu as passé trente jours à bosser contre ta volonté pour enrichir ton patron qui en plus te trouve peu reconnaissant pour quelqu'un à qui on a gracieusement offert ce genre d'opportunité.
_ Je ne vois pas le rapport.
_ Tous les jours, c'est comme le même tour de magie que l'on répète, encore et encore. T'en as pas assez ? Tu ne voudrais pas changer, un peu ?
_ Pourquoi est-on obligés de parler de ça maintenant ? Dit-il en s'approchant lentement ... On pourrait bien reporter ça à plus tard ...
Il déposa sa main sur la cuisse de la jeune femme, qui se décala.
_ Non mais attends, c'est important !
_ Quoi ?
Elle se replaça en tailleur.
_ Et si tu pouvais changer ?
_ Ca sert à rien de lancer des "et si ?" À tout va, ça ne va changer strictement rien à part te donner de faux espoirs. Est-ce qu'on peut continuer ?
_ Bien sûr.
Il lui baisa la nuque et commença à déboutonner sa chemise.
_ Marc ?
Il soupira.
_ Quoi ?
Elle posa sa main gelée sur sa tempe droite.
_ Dors."

12
14
29
15

Vous aimez lire SpaceFox ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0