Dernières minutes de calme

Une minute de lecture

La camionnette régie était stationnée non loin du portail du manoir où bientôt la nouvelle fournée de candidats s'introduirait pour la dixième année consécutive.

Le réalisateur se rongeait les ongles, anxieux de découvrir les nouveaux visages. Il avait beau avoir l'habitude, le premier jour le stressait toujours. À chaque fois, il redoutait que la mayonnaise ne prenne pas, que les egos soient surdimensionnés, bon ça, ce n'était pas un problème, les ménagères aimaient quand les beaux mâles se bagarraient ! Cependant, il appréhendait la cohésion du groupe à l'arrivée. Ensuite, peu importait, le public choisissait ses chouchous et les autres disparaissaient au fur et à mesure.

« Hey John, arrête de planer. Ils ne vont pas tarder à arriver. »

Le réalisateur lança un regard noir à Spencer, l'un des caméramen attitré du programme. Heureusement, c'était sa dernière saison, car il ne supportait plus ses réflexions. En tant que grand manitou du programme, s'il voulait rêver, il en avait le droit. Toutefois, il devait respecter les consignes de la direction. Ses patrons lui avaient promis une belle récompense après avoir passé une décennie à tourner ses images insipides. Normalement, il aurait dû obtenir un droit de regard sur le montage, mais il avait signé une clause dans son contrat le lui interdisant. Cela le frustrait énormément, tandis que Spencer semblait en savoir plus que lui, et lui promettait qu'il manquait quelque chose. Il s'imaginait poser une lame sur la gorge de cet imbécile pour lui soutirer les dessous du programme, ces fameux immanquables. Lui aussi méritait de s'amuser.

Il est temps de réagir. Pense à la récompense. Ils ne vont pas tarder à se pointer.

Quelques secondes plus tard, il aperçut au coin de la rue le premier postulant. Une baraque ambulante. Sa démarche peu naturelle lui offrit son premier sourire de la journée.

Il fit signe à Spencer de sortir. Ce dernier s'exécuta, grand sourire aux lèvres et caméra à l'épaule.

Le grand show pouvait commencer !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Didi Drews
Val-de-Marne, dans un monde semblable au nôtre. Le « Boucher des jolis cœurs », tueur en série insaisissable, se rend auprès de l’inspecteur Lucien Damartiel, flic au passé trouble qui débarque tout juste en ville. Mais des ombres planent au-dessus de l’inspecteur, et quand il a droit à une agression salée sur le chemin du retour, il fait la rencontre de Damien et Mia, les deux gérants d’un bar aux allures clandestines, à deux pas de chez lui.

C’est alors que Matthieu Langevin, petit malfrat sans grande envergure, a la mauvaise idée de se faire tabasser à mort dans la cour d’un petit restaurant de Vincennes. Car ce meurtre sordide, mais a priori banal, porte la signature de la pire bande criminelle du coin : un réseau de contrebande dont le chef, héritier d’une lourde histoire familiale, a été récemment libéré de prison, sans que lui-même ne sache par qui ni pourquoi. Pour couronner le tout, Lucien a la joie contenue de reconnaître deux nouveaux amis dans la foule de visages criminels, prêts à torpiller sa carrière, ou à lui coûter la vie, cela reste encore à voir…

Kamel Sayad, de son côté, traîne dans les pattes d’une jeune procureure adjointe aux intentions obscures. Sa route croisera bien vite celle de Lucien, quand ils se retrouvent tous deux empêtrés au centre de sales embrouilles, à la veille d’embraser les milieux criminels franciliens…

Et si tout cela était l’œuvre d’un vaste complot ? À qui profite le crime ? L’agression de Lucien était-elle fortuite ? Quel lien un tueur en série déchu peut-il bien cultiver avec le crime organisé ? Plus important encore : comment Lucien et Kamel se sortent-ils de leur soupe à problèmes respective ?
49
136
472
109
L'Insaisissable
Il tombe amoureux trop facilement. Il est entouré par tellement de haine, de gens qui l’insultent et le détestent, que la moindre personne qui est un peu gentille avec lui le rend dingue. Je ne peux pas lui en vouloir, il m’a rendue si heureuse.
147
341
359
116
Eros Walker
Une série de meurtres, Ange Segafredi, jeune commandant de police est chargé de l'affaire. Une enquête qui pourrait être banale si le Ministre de l'Intérieur n'avait pas décidé de faire briller l'image de la police judiciaire.

Cette histoire se déroule quelques temps avant Route 66 et l'on apprend comment certains personnages se sont rencontrés.

-- Oeuvre terminée --
235
147
134
137

Vous aimez lire moonbird ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0