Causerie

2 minutes de lecture

Axiome de la Bor’And’Ja : Le début de la fin n’est toujours que la fin d’un début !

Nous en étions dans un de ces jours qui était devenu notre quotidien. Nous picorions parmi les archives, voletant de l’une à l’autre sans vraiment nous fixer sur l’une en particulier. Nous n’étions pas concentrés, sortis de nos guides que nous avions auparavant parfaitement respecté. Il était difficile de savoir vers quoi se diriger. Ou retardions-nous purement et simplement d’attaquer le fond des choses. Jusqu’à présent nous avions plongé dans l’histoire, celle qu’ils appelaient historiologie, tellement différente de notre manière d’aborder le passé ; si proche aussi. Tout reposait sur des histoires particulières, de parfaits inconnus, de régions par forcément importantes, d’évènements qui paraitraient totalement mineurs à nos historiens mais, qui, chacun, contenait forcément une leçon. Soit le leitmotiv général de la vie zhoumaine telle que nous l’avons comprise jusqu’à maintenant.

Nous ne nous parlions pas mais savions que nos pensées volaient dans le même segment de ciel. C’est à ce moment que pénétrèrent une demie douzaine de zhoumains. Ils s’installèrent enfin tentèrent car Amelyne, en verve, leur adressa directement une demande, particulièrement vague et générale :

— Parlez-nous de vous !

Réponse aussi vague et imparable :

— Tu/vous voulez savoir quoi ?

C’était la première fois qu’ils s’adressaient à eux en accolant les pronoms.

— Tu, enfin pardon, vous,

Amelyne n'eut pas le temps de terminer.

— L'excuse ne sert à rien d'autant que, dans le langage zhoumain, la différence entre vous et tu n'existes pas. Si vous voulez une égalité, ne créez pas de différenciation de désignation dans le langage. C'est simple et imparable. La marque d'intimité est l'accolement de pronoms. Ainsi si je parle à ma compagne et que ce que je dis la concerne directement dirais-je-nous/je… Donc ?

Comme nous le faisions depuis déjà quelques temps, j’embrayais en parfaite continuité.

— Qu’est donc l’éducation zhoumaine ?

— Vaste question ! Fausse question ! Me permettez-vous d’opérer une sélection historiologique ? Que nous visionnerons ensemble ! Que vous pourrez interrompre à tous moments pour toutes les questions qui vous sembleront pertinentes !

— Bien sur !

— Rendez-vous demain ici alors.

Ils sortirent sans plus de façon. Nous nous regardions, posant et répondant à une question muette :

— Nouvelle étape ?

— Nouvelle étape !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Adrien de saint-Alban

Le français ordinaire doit se sentir honteux devant sa télé en voyant des gilets jaunes défiler chaque samedi sans faiblir pour l'avenir du pays.
Ils ressentent la honte qu'un lâche doit ressentir en fuyant devant une noble cause. Une honte bien française que des millions de Poissonnard agenouillés devant BFMTV à regarder des hommes et des femmes extraordinaires dire NON à la dictature.

Adrien , gilet jaune
4
2
0
0
PsychoDraconian
Des voyages au cœur de mots.
Ces pensées prêtées par l’inspiration et partagées par une conscience au milieu d’autres.
Elles sont cuisinées par de simples intentions celles de les faire vivres au travers des autres consciences.
67
5
0
10
Mathieu Chauviere
Réflexions, Aphorismes et autres délires.
163
94
5
2

Vous aimez lire JPierre ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0