Icht'Rye

4 minutes de lecture
Ul’Sto’R : “La signature par la cible d’un contrat de guerre n’est pas obligatoire mais ne l’exonère ni du respect de la procédure, ni de sa présence sur le champ de bataille !”

Derrière la fenêtre de l’Ui’Sta, St’Il’Dp, esc’or’ier d’Icht'Rye – l’ancêtre des R’A’Bun –, regarde s’éloigner la délégation aseynöte. Le masque impassible de son visage ne laisse pas déchiffrer ses sentiments. Amertume ou colère ? Ou plutôt froideur implacable née du constat inéluctable que l’avenir présage d’auspices désagréables !

Leur statu-quo prédominant depuis de très longues périodes, cette tranquillité presque inconcevable en ces temps de fureur et d’obscurité culturelle – et cultuelle… – s’achève. Volatiliser en quelques mots, à peine deux phrases !

Une image cauchemardesque fuse comme un météore. La ruine et la destruction d’Icht’Rye, des longues files de prisonniers filant vers un avenir sombre, encadrés par une armée de soudards incultes et uniquement guidés par la soif de conquêtes. Au nom d’un dieu immatériel et d’une chimère ésotérique !

Rayer des cartes, Icht’Rye, ce petit état enchâssé entre mer au sud, montagnes au nord et à l’est et désert à l’ouest, d’une superficie de cinq cent treize kilomètres carrés et une population d’environ cinquante mille âmes.

Jusqu’à maintenant, Icht'Rye, état ignoré à l’exception de quelques voyageurs, troubadours ou marginaux, passé au travers des tumultes communs de l’époque, n’intéressait personne. Même pas les commerçants itinérants et leurs caravanes qui s’y arrêtaient parfois pour ne plus jamais y revenir. Rebutés par ce pays où la plus grande agglomération regroupait dix maisons, même pas cinquante habitants.

Icht’Rye détonnait dans le paysage zhoumain de ce moyen-âge, ouvertement neutre et pacifique, elle ne disposait ni de monnaie, ni de commerce, encore moins d’une économie structurée ou d’industries. Inutile d’y chercher une infrastructure routière, une armée ou une police. Sans gouvernement clair, les orientations, actions ou résolutions passaient par l’Ot’Ri’Thl’assemblée décisionnaire – où leur évaluation, opportunité, acceptation ou refus devaient répondre à l’Abj’N’Dra. Cette connaissance de l’harmonie ou harmonie de la connaissance impliquait, entre autres, qu’aucun acte ne devait donner lieu à l’ouverture des portes de l’inzhoumanité et de la barbarie. Qu’il devait s’intégrer parfaitement dans le concert harmonique universel.

Ses voisins frontaliers la protégeaient en toute inconscience. Soit peu enclins à engager des sommes substantielles pour l’annexer ; soit trop heureux d’avoir un tampon pour certains. ; ou pur mépris, la considérant comme un bien récupérable d’un claquement de doigt. Au-delà, les informations et échos reçus ne rencontraient qu’indifférence.

Une tranquillité qui prenait fin à l’arrivée d’A’Sey à leur frontière ouest après sa dernière expansion ! Les icht'ryens dès la nouvelle connue avaient craint le pire. Les motivations aseynötes ne s’embarrassaient d’aucune considération, quelle qu’elle soit. Seul comptaient l’annexion, le territoire et la soumission à leur idéologie.

Totalement impréparée, Icht’Rye fut soulagée d’obtenir un répit, inattendu, mais à la cause connue tant A’Sey n’en faisait pas mystère, une pause entre deux conquêtes pour régénérer les forces vives de la nation. Les périodes passèrent et le moment fatidique de la reprise de son extension. La nouvelle leur parvint par l’entremise des troubadours. Quand la délégation se présenta, ils n’eurent pas de surprise. N’empêche…

« L’heure de Dru’ste a sonné… »

Les mots tombent sur l’Ot’Ri’Th icht'ryenne comme gouttes de lave en fusion, incendiant les esprits. Sur le visage de St’Il’Dp pas un muscle de son visage impavide ne bouge. Seuls ses yeux fixent la délégation aseynöte. Un peuple étrange et rustre produisant un cynisme même pas conscient comme si tout un chacun sur la planète était au fait de leur culte d’Ö.

« …en conséquence et conformément à l’article I d’Ui’Sto’R, A’Sey assigne Icht’Rye au champ de bataille. »

Masque toujours de marbre, St’Il’Dp, sans un mot, leur tourne le dos et s’en va, aussitôt imité par le reste de l’assemblée. Un acte délibéré que les aseynötes vont percevoir comme une humiliation, double de surcroit, indifférence et mépris. Qu’en d’autres temps, d’autres lieux, d’autres conditions, seul le sang versé aurait pu laver. Un comportement qu’A’Sey ne peut plus se permettre – à regrets parfois… – en tant que signataire du code de la Guerre. Transgresser ce dernier pour une vengeance mesquine aurait conduit à faire face à une coalition d’armées dont le seul objectif serait alors de réduire A’Sey en poussières.

Pour l’avoir visité à plusieurs reprises, nul besoin pour l'ex'co'rier de beaucoup réfléchir pour imaginer leur état d’esprit, nourri des recommandations ultimes reçues avant leur départ.

« Ne cherchez pas à comprendre cette verrue qu’est Icht'Rye. Vous n’y trouverez rien d’honorable et de séant ! Votre mission est de trouver la structure dirigeante et de leur délivrer notre déclaration. »

Probablement n’avaient-ils pas utilisé ces mots mais le sens y était. Les aseynötes, cet étrange mélange de contradictions, ont une fâcheuse tendance à négliger tout ce qui n’a pas un rapport, direct ou indirect, avec la guerre et ce qu’il nomme le chemin d’Ha’Aï. Il sait la valeur d’honorabilité et d’orgueil attachée à ce genre de mission.

St’Il’Dp et ses concitoyens auraient pu tirer un plaisir mesquin de cette paire de jours au cours desquels ils transformèrent la mission aseynöte, et son aura d’honorabilité et d’orgueil, en corvée. Elle n’avait rencontré qu’indifférence à leur présence et à leurs questions.

Ils auraient pu ! Mais non, les conséquences allaient être trop importantes. À commencer par une première pour Icht'Rye, ne pas maitriser une situation impliquant l’avenir quelque soit son terme et sa finalité. Une dichotomie entre fait connu et anticipé et confrontation avec la réalité de celui-ci !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
une2006égarée
Mon frère de rêve.
3
0
1
1
Défi
Jean-François Garounours
Aujourd'hui, CHAT! petit texte sur mon chat... en toute chat-plicité !
6
5
0
1
Valencia Herry
Ce n'est pas un roman, mais une oeuvre ou je parlerai de différents sujets, avec mes points de vue, mon expérience. Ce sera propice à bien des débats. En quelque sorte, je vous ouvre la porte de mon esprit. Venez si vous êtes curieux !
1
1
5
2

Vous aimez lire JPierre ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0