Transmission

6 minutes de lecture
Axiome de la Bor’And’Ja : “La colère, quelle qu’en soit sa cause, sa justification ou son équité, ne peut que mener vers la défaite.”

Insensiblement mais régulièrement, la petite foule du Sy’t’Ax s’était resserrée, créant comme un cocon chaud, attentif et avide.

« Quoi d’autres justement, reprend Ee’No’Ch. Il semble qu’ainsi la matérialisation, peu importe sa consistance, soit superflue. Une quasi-perte de temps

— Pour un gain d’esprit, réponds Esc'Hac'Iel en souriant sans relever la provocation.

— Pourtant, reprends Av’Ra’Hm, un air faussement naïf sur son visage, si vous voulez bien m’autoriser à revenir au point de départ, tradition égale obscurantisme, blocage et extrémisme ? »

Ni Esc'Hac'Iel, ni Ant’Oti’Nel ne répliquent. Ils laissent le silence prendre le pas. Il ne dure pas.

« Mauvaise foi, intervient J’Hy’Us, ne tournons pas autour du pot, toutes traditions naissent de valeurs. Elles les figent dans une vaine tentative d’éternité illusoire. Avec les effets corrélatifs !

— Poursuis, l’encourage Esc'Hac'Iel.

— Positif/négatif, glisse Eh’Ald’Riah en lieu et place de J’Hy’Us.

— Deux faces d’un bloc, approuve Ant’Oti’Nel.

— Ou, quand la valeur oublie d’évoluer avec son environnement et devient un rite. Absurde parfois, mortel à d’autres, stupide le plus souvent quel que soit l’aspect, y compris festif, qu’il prend, enchaine J’Hy’Us.

— Equitablement, elles peuvent permettre une certaine forme de liant social et culturel ? dit Av’Ra’Hm décidé à se faire l’avocat du diable jusqu’au bout.

— Vous souvenez-vous de vos leçons d’historiologie ? lui renvoie Esc'Hac'Iel sans tomber dans le piège tendu.

— Bien sûr !

— Le bizutage ?

— L’examen de passage ou le rite, répond Av’Ra’Hm toujours dans la provocation.

— Dans cet ordre, réplique Ant’Oti’Nel sans sourciller.

— Je concède, s’avoue soudainement vaincu Av’Ra’Hm.

— La volonté de base peut ou pouvait être louable mais l’immuabilité ainsi créée, sous justificatif de perpétuation, devient un facteur régressif et (dé)progressif ; ce qui revient exactement au même. Bien souvent ces rituels ne sont que concrétisation et formalisation d’un malaise. En quoi passer des épreuves ridicules et humiliantes est-il nécessaire pour appartenir à un groupe ?

— L’exemple parfait de ce que nous disions au départ. Le bizutage était à la fois contenant et contenu, le verre et le liquide. Il s’auto-bloquait, inaccessible aux changements et à l’évolution. Être moi n’est pas être toi ! Ce qui était hier n’est pas ce qui est aujourd’hui.

— À rapprocher de valeur et principe…

— Bien vu là, continue.

— La valeur est l’abstrait, le principe, son concret. Une sorte d’habillage, comme tel il peut s’user. Qui porterait le même vêtement toute sa vie ? Il s’use, se troue, s’élime, se décolore, déteint. Le raccommoder lui permet de reprendre un air semblable. Pourtant il est devenu différent. Il poursuit son cycle jusqu’au moment où il faut en changer, sans obligatoirement modifier le style !

Particularisme vs globalité, égoïsme vs égocentrisme…

— Oui, la valeur, sa symbolisation en tant que concept, est évolutive ou n’est pas. Le principe qui peut, pas toujours, en être une concrétisation, ne doit pas prendre le pas sur cette dernière. Quand cela se produit, nous arrivons à la tradition. La valeur en tant que telle n’est qu’une utopie ; comme toute globalité… Elle doit nécessairement s’adapter pour tendre au maximum vers cette image de l’idéal et de la perfection qu’elle serait, s’il était possible et souhaitable de l’atteindre. Quel est le point commun ?

— Une somme de défauts… »

Ant'Hdr'Aes vient de prendre la parole non sans, l’espace d’à peine une seconde, se tourner vers Eh’Ald’Riah. Un regard, comme pour prendre une gorgée d’oxygène pur, sans qu’il y recherche un encouragement ou une approbation.

« … une recherche biaisée dès le départ, une quadrature du cercle ! Elle n’existe pas sans l’équilibre. Pourtant et pour autant en devient-elle équilibrée ? À mon sens, la réponse est non. Posons le postulat d’une éventuelle nécessité ? L’atteindre ne devient-il pas une impasse ? Mortelle… »

Il s’interrompt et tout naturellement Eh’Ald’Riah prend le relais.

« … La perfection est une impasse, sans issue possible autre que l’effacement. De là à dire que la mort est la seule perfection, c’est un pas que je ne franchirais pas. L’atteindre demande immédiatement une remise en causse, soit par soi-même, soit par l’autre. Sa réalisation, toujours éventuelle, ne peut qu’être personnelle. Ou, autrement dit, la perfection n’est pas une réalité mais un sentiment. Tel le bonheur, sa grande sœur en fait, elle donne naissance à un instant fugace, éternel dans son souvenir, intemporel. Un baume à usage immodéré qui, appelé, soulage quasi instantanément les multiples plaies accumulées. »

Ant’Oti’Nel sent le regard d’Esc’Hac’Iel certain, que tout comme lui, elle a noté soigneusement la Abj’N’Dra, cette complicité mélange d’intimité, d’harmonie et de connaissances intuitives.

« La perfection, ainsi que l’équilibre, serait dont une globalité. Atteints, finis, ils versent aussitôt dans le particularisme et se déséquilibrent. La quête recommence(rait). À moins qu’elle ne continue, achève Ant’Hdr’Aes.

— Soit le contraire de la tradition, reprend Av’Ra’Hm, qui pourtant se targue, comme ces écrits des livres saints d’antan, d ‘être un garant moral, un vecteur de progression vers un mieux vivre des sociétés en des âges primitifs et sauvages.

— Tant qu’elle ne s’est pas confrontée à l’écrit. Tant qu’une tradition n’est véhiculée que par l’oral, la transmission de paroles à paroles, elle s’adaptera toujours aux conditions particulières d’un lieu et de ses habitants. C’est elle qui sera adaptée pourvu qu’elle démontre son bien fondé. Devenue écrite en tant que loi, elle sera devenue, de fait, qu’interprétation·s. Elle deviendra tendance immuable et intemporelle et elle réfutera avec une persévérance insoupçonnée l’adaptation et deviendra vecteur d’iniquité ou d’invraisemblance. Et tout aussi fondation de déviances propres à favoriser l’égocentrisme de quelques-uns !

— Pourtant n’est-ce pas un moyen de diffuser ou de se rappeler ce qui a fonctionné un jour ? reprend Av’Ra’Hm.

— Rappeler, diffuser ? commence Ant’Oti’Nel, des armes à double tranchant, sous couvert du même principe, la perpétuation pour le bien commun. Quel que soit le moyen de transmission, la subjectivité zhoumaine fera qu’il y mettra sa touche, sa vision et sa compréhension personnelles, réplique Ant’Oti’Nel.

— Faisons abstraction de la motivation, bienveillante ou malveillante, pour simplifier, prolonge Esc'Hac'Iel, ainsi telle fête où le gri’ftin apparaît comme emblème à l’ouest se verra à l’est remplacé par le gr’usta parce que l’autre n’existe pas chez eux. Ou encore, au nord, les zhoumains se vêtent de telle façon que pas une once peau n’apparaissent pour se protéger du froid polaire. Supposons que cette manière devient coutume et s’exporte au sud ? Qu’est ce qui est du domaine du légitime ? Les imiter et crever de chaud ?

— Quand un zhoumain émigre pour un havre plus accueillant, reprend Ant’Oti’Nel, emporte-t-il les germes de l’échec par tradition ? Qui de bonne foi voudrait recréer les conditions de ce dernier ?

— Une confusion entre tradition et culture, dirent presque ensemble Ant'Hdr'Aes et Av’Ra’Hm.

— C’est arrivé et comment ne pas le qualifier de crétinisme exacerbé ! Irrespect de la dimension Zhoumaine ! Portes ouvertes aux malveillances. Une tradition s’impose là où la culture s’osmose. On nous a rebattus les oreilles avec les traditions en tant que vecteur culturel ou comme identifiant des racines.

— Ce n’est qu’aboutir à des intolérances et des inversions comportementales et éthiques. Comme le droit du sol et le droit du sang. Quel est le mieux, le pire ? Une fois inclus dans la tradition ?

— Les deux vont mener à l’impasse, ghetto, repli sur soi et dénégation de l’autre.

— Encore une fois nous sommes en face d’une simplicité zhoumaine : l’équilibre ! Il est le seul à même d’apporter des résultats positifs où l’interaction, l’échange et l’adaptation se feront en harmonie. Sur cette fin de boucle, suffit pour ce soir.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
phillechat
Jules raconte une histoire.
2
5
1
4
Seigneur chihuahua !
Voici une rédaction sur un sujet d'imagination que j'avais fait en troisième. J'espère que cela vous plaira !

/Oeuvre terminée/
4
4
0
2
Sterc

À toi, l'enfant apeuré,
Ce que tu as connu, au début,
De ta délicieuse vie,
N'a pas été évident, aisé, confortable,
Mais je voudrais te dire qu'aujourd'hui,
Tu n'as plus de vraies raisons,
D'avoir cette peur qui s'enracine,
Davantage en toi, quand tu es en colère,
Tant que tu ne l'auras pas explosée,
En prenant confiance en toi,
Et en t'ouvrant sur le monde,
Oui, pendant des années,
Pour survivre, tu t'es construit,
Une armure, indestructible,
Tel Le destructeur au Royaume d'Asgard,
Sauf que cette armure, commence,
À me tuer à petit feu, en surface,
Certes, tu es effrayé par le pire de l'Homme,
Mais si tu continues ainsi,
Nous allons passer notre vie à fuir,
Et nous finirons comme les esprits,
Des pirates, condamnés à voguer éternellement,
Dans Pirates des Caraïbes,
On sait pertinemment, que nous le voulons pas,
Alors avant de tirer cette énième fusée de détresse,
D'appeler des renforts à la radio, qui n'arriveront,
Qu'après que nous fûmes massacrés,
Par l'impitoyable peur, sommeillant en nous,
Que tu as du mal à renfermer dans une boite de Pandore,
Avec une épée de Damoclès par-dessus,
Prends ma main et,
Fais moi confiance,
Nous serons invincibles tous les 2,
Par notre courage impérieux,
Et notre confiance en nous
1
0
0
1

Vous aimez lire JPierre ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0