Eveil

4 minutes de lecture

Axiome de la Bor'And'Ja : La facilité, comme toute chose, comporte deux facettes égales. L'une d'elles est la difficulté !

F’Lm’Dig ouvrit les yeux qu’il referma aussitôt submergé par une nausée. Il voulut ouvrir la bouche pour expulser ce vomissement mais en fut incapable. Elle était prise dans un masque. La sensation était plus que désagréable. Son cerveau cherchait désespérément une relation de cause à effet. Aucun souvenir récent ne venait l’éclairer. Il rouvrit les yeux et vit que tout son corps était bardé de tuyaux, capteurs et autres perfusions. Il connaissait ces mots sans pour autant bien en comprendre le sens. Il était nu, humide d’un liquide épais sans être vraiment visqueux. Il ne pouvait donc être que dans un automédic mais aucun souvenir quand à une maladie, une blessure ne lui revenait. Le fait de n’avoir aucun souvenir récent augmentait son malaise et sa nausée. Il se sentait en profond décalage mais sans en déterminer les éléments protagonistes. Il reconnaissait parfaitement l’endroit. Il connaissait les usages des instruments qu’il voyait. Il pouvait mettre un nom sur tout mais sans rien y comprendre, sans savoir, ou plutôt sans se rappeler, l’utilité réelle. Il était allongé sur un lit pas tout à fait en position horizontale lui ouvrant la possibilité de voir presque à 180°. Il était seul dans une salle vide dont le centre était occupé par une cuve. Ses parois translucides laissaient apparaitre des formes à l’intérieur qu’il ne reconnut pas. Il ressentit un léger frémissement dans le lit. Avec douceur, tout l’appareillage qui lui recouvrait le corps commença à se débrancher. Aucune douleur au vrai sens de terme n’accompagnait ce processus. Pourtant, il en ressentit une violente quand le masque qui recouvrait sa bouche et son nez laissèrent passer l’air jusqu’à ces poumons. Il éructa violemment et toussa comme un damné pendant quelques secondes. L’effet ne dura guère mais le laissa vidé. Un souffle tiède vint caresser tout son corps accompagné par une sensation de massage. Il avait l’impression qu’on lui passait du sable sur tout le corps avec une douceur extrême. On était en train de le laver. Là encore il connaissait le but mais ignorait la raison. Un écran surgit en face de lui. Il lut : être F’Lm’Dig - paramètres imuniques. Suivait une liste de facteurs qu’il reconnut comme paramètres vitaux de la vie avec plusieurs chiffres en face de chacun. Il aurait bien été incapable de déterminer l’utilité de chaque élément. Simplement un réflexe lui faisait regarder et vérifier que chaque ligne s’affichait en vert. Le défilement s’arrêta pour laisser place à un texte : être F’Lm’Dig - paramètres imuniques sans distorsion – aptitude normale – entité opérationnelle. Il relut plusieurs fois avant d’enfin comprendre. F’Lm’Dig, le nom lui revint comme un boomerang, comme une mauvaise surprise qui n’aurait pas dû en être une mais qui l’était quand même alors qu’elle était pensée loin, très loin et en espérant n’avoir jamais à en subir les foudres. Il reculait le moment de l’intégration complète mais sans pouvoir repousser une question lancinante. Pourquoi ? Moi ? Ce réveil ? Sans s’en rendre compte, il avait prononcé ces mots à voix haute. La réponse, venue de nulle part, n'aurait pas pu, ni du, le surprendre.

— Tout simplement c’est ton tour, F'Lm'Dig ?

Un cervmaître avait dit cela sans la moindre ironie. Il aurait pu ! Sans que F’Lm’Dig se vexe. Oui, il avait oublié ou, plutôt, il aurait bien voulu le faire ! Il s’était laissé débordé, autre contrevérité. La réalité était qu’il avait laissé monter sa mauvaise humeur sans chercher à l’évaluer comme son mécontentement et son niveau d’amertume. Les trois ? Va Savoir…

Chaque « renaissance » devenait un peu plus compliquée. Ils erraient depuis bien trop longtemps. Une période emplie de souvenirs, de déceptions, empilées en une tour qui penchait de plus en plus. Leurs consciences immédiates s’y noyaient, submergées par le nombre et la masse de Périodes incalculables depuis le Départ. Chaque phase d’éveil prenait un peu plus de temps. Nullement dans la réalisation technique maîtrisée depuis autant de temps, non, juste faire passer ce moment d’amertume intense auquel aucun d’entre eux n’échappait. Les cervmaîtres les bichonnaient secondés par les technybers. Ils multipliaient attentions, gestes et, bien sur, pharmacopées ; afin de ne pas plonger directement sur la route du suicide ! Pour leur permettre d’avoir le temps de prendre le recul nécessaire et faire jouer le réflexe, le sens de la mission et recouvrés la faculté de subjectivité objective. Définitivement il avait été injuste et inique. Une fois de plus les cervmaîtres avaient réussi.

— Accepte mes regrets.

— Accepté.

Ce petit échange, d’apparence futile, prouvaient qu’ils avaient eu totalement raison d’établir un protocole non atelempathique. La sensation d’intrusion dans leurs cerveaux aurait occasionnée des dégâts probablement terribles. Clairement, une simple parole entendue à la renaissance s’avérait bien plus bénéfique, permettant une plongée immédiate dans la réalité. Au pire, le cervmaître principal détenait la possibilité de se relier en mode atelempathie limitée à la souciance. Même limitée, l’idée le faisait frémir.

Du travail l’attendait. Un fait s’était produit, probablement un repérage lointain d’une planète aux paramètres laissant penser à une possibilité. Ce n’était ni la première fois, probablement pas la dernière fois. Leur quête d’une nouvelle planète était pavée de cet espoir. Chaque fois déçu ! Pour des multiples raisons… Cette fois ? Devait-il considérer d’avoir eu comme premier interlocuteur le cervmaître principal comme positif ou négatif ?

Il ne tarderait pas à le savoir !


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Adrien de saint-Alban

Le français ordinaire doit se sentir honteux devant sa télé en voyant des gilets jaunes défiler chaque samedi sans faiblir pour l'avenir du pays.
Ils ressentent la honte qu'un lâche doit ressentir en fuyant devant une noble cause. Une honte bien française que des millions de Poissonnard agenouillés devant BFMTV à regarder des hommes et des femmes extraordinaires dire NON à la dictature.

Adrien , gilet jaune
4
2
0
0
PsychoDraconian
Des voyages au cœur de mots.
Ces pensées prêtées par l’inspiration et partagées par une conscience au milieu d’autres.
Elles sont cuisinées par de simples intentions celles de les faire vivres au travers des autres consciences.
67
5
0
10
Mathieu Chauviere
Réflexions, Aphorismes et autres délires.
163
94
5
2

Vous aimez lire JPierre ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0