Quand sonne l'heure nul ne s'échappe ? 4/7

2 minutes de lecture

Jasmine et Loukïan se concentrent et entendent le bruit de la foule, les pleurs d'un enfant hurlant à sa mère qu'il veut une glace de chez Stéphane et celle-ci qui cède au caprice de son bambin. Le guide continue tout en faisant les cent pas.

  • De plus respirer est très important ! Bah oui, sinon on serait mort ! Comment se fait-il que vous respirez ?

Jasmine, nez bouché pour cause le slip du guide qui sens mauvais, stoppe toute réfléction quand elle entends : Comment se fait-il que vous respirez ?

Elle a beau se torturer la cervelle à part un flash-back brouillé elle ne comprend pas comment ça se fait qu’elle respire et qu’en pire qu’elle puisse utiliser son audra à la perféction. Et en prime, sentir les différents odeurs émannant du slip du guide ne la pleine guère.

Loukïan par contre semble serein pensant à différents plats qui pourraient enfiler dans son ventre. Il ne remarque pas que Jasmine se sature la cervelle au point de tomber d’épuisement et de saigner du nez. Le guide inquiet de l’état de santé de Jasmine pose sa main sur le front de la femme. De son épaisse main jaillie une lumière blanche enveloppant petit à petit le corps de la jeune femme.

  • Je crois avoir trouvé la solution. dit Loukïan toujours en gardant les yeux fermés.
  • Heiiiiiiiiiiin ? lâche le guide, toujours à côté de Jasmine.
  • Nous sommes dans un monde à part ?
  • (Dans ses pensés) Ce petit m’impression ! (Fin ) D’accord, supposons que ça soit le cas… ça n’explique pas comment vous respirez !

C’est simple pourtant ! Sur la terre c’est pas possible mais ici à Indano oui ! Quand on est tombés, on a été à une certaine vitesse, cette vitesse a crée je ne sais comment une bulle d’air nous a entourés et qui nous à permis par la suite de respirer, et c’est cette bulle d’air qui nous maintient en vie en ce moment précis.

  • On va mourir si cette bulle d’oxygène s’enlève avant quand part d’ici ? Questionne Jasmine terrifiée par la découvert.
  • En théorie oui ! On va tous mourir ! sort Loukïan en ironisant.
  • Hah hah ! Tu es très futé gamin bravo, passons maintenant au touché ! sorti-il en pensant à toute autre chose. Mais d’où il sort ce môme ?

Loukïan reste concentré, Jasmine quant à elle va beaucoup mieux, elle ferme à nouveau les yeux pour faire face à la prochaine épreuve celle du touché.

  • Ok ! Vous sentez le vent autour de vous ? Pourquoi donc ? sort le guide en finissant par les agresser à la dernière phrase.
  • C’est grâce à la bulle qui nous entoure qui joue un rôle essenciel, car rappelant elle est fait de matière bien différante de celle que ce monde s'entour. Pour faire simple, dans ce monde il n’y a pas d'air, donc la sensation du vent n'existe pas.
  • Pas mal, pas mal. dit le guide sur le choque.

En effet, il pensait que Jasmine était une personne assez faible d’esprit mais face à cette révélation qui demande beaucoup de cogitation, il ne peut que voir qu’il avait tord.

  • Dernière question celui de la vue, donc comment êtes vous arrivés dans cette dimension ? demande le guide en les narguants un brin.
  • Comment est-ce possible que Loukïan et Jasmine sont passaient dans un autre monde ?

Malgré que les images défiler au creux de leurs cervelles, la seul réponse à cette question fut le sang. Synchronisés Jasmine et Loukïan sortent :

  • Part le pacte du sang !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

AlexTérieur
Cette histoire ce déroule en 2000 dans un univers où les dieux et les déesses vivent comme nous les humains mais, dans leur monde. Nous allons suivre les aventures de Reese Halloween, Bastimilien Noël et Emylianna alias Emy. Reese est le dieu du Chao d'Halloween, Bastimilien le dieu de Noël et Emy est une simple déesse qui n'as pas encore de rôle... Même si ils vivent en l'an 2000 ils sont plus avancés que nous pour énormément de choses...
2
4
11
35
Élydia S.

La vie c'est se battre contre le passé
C'est refouler la douleur
C'est d'espérer du futur
Quelque chose de plus que prometteur

C'est mordre chaque instant jusqu'au sang
Pour le goût de la vérité
Mais c'est aussi se tromper trop souvent
Et d'apprivoiser ce qu'on peut regretter

La vie c'est une leçon
À laquelle il faut s'habituer
À laquelle il faut donner
Quelque chose de plus fort que notre pardon

Ce n'est pas quelque chose qu'il faut comprendre
Pour arriver à avancer chaque jour
Mais quelque chose dont on doit prendre
Les plus terrifiants détours

La vie est une balade que l'on ne voit pas passer
Qui nous glisse entre les doigts mais qui refuse de nous lâcher
C'est un rêve éveillé auquel on refuse de s'attacher
Et pour ne pas être déçu on prend le temps de la laisser filer

2
5
2
1
andrea Louis

                                     SECRET FAMILLE 
Juin 1986


Il n'avait aucun bruit dans cette forêt verdoyante, au plante, et fleurs étrange. La neige qui tombait de manière féérique, recouvrait les banche d'arbres, aucun son ne pouvait troubler la tranquillité de cet environnement. Les curieux qui s'y aventuraient ,n'avaient que peu de chance  de ressortir vivants, et se feraient dévorer par les bête sauvages.
 

pourtant dans cette forêt qui avait l'aspect inhabitée, il avait au coeur de cette forêt une clairière   ou se trouver un chalet rustique, bien entrevue, une ambiance agréable émanait du chalet, qui appartenait a la famille Élis qui les était les seule a habiter cette forêt dangereuse. 


A l'intérieur de se chalet La dispute familiale  troublait le silence de l'environnement . Le fils aîné de la famille venait d'annoncer une nouvelle qui avait choqué tous les membres présents, personne ne s'y s'attendait à cette nouvelle, la mère de famille  était dans un état hystérique et ne faisait que crier sur son fils, le père était assis, et  semblait ne pas être présent. Le salon vaste était maintenant rempli d'une atmosphère électrique.


la mère reprit plus calmement ;
-Tu as pensé à nous  dit la mère. Cette femme qui jadis avait une apparence irréprochable, et joyeuse ,était l'opposée de se qu'elle renvoyait à ce moment précis , ses yeux bleus étaient baignés de larmes , et sa peau de porcelaine était rougie par l'énervement , et la déception., elle regarda son fils comme si c'était la première fois qu'elle le voyait.


-Et moi avait répondu le fils aîné, je ne peux pas toujours suivre vos désirs , et passer les miens en dernier, il n'était pas assez naïf,  pour croire que la nouvelle allait enchanter ses parents, il s'était préparé à faire accepter son choix. Son père hagard  prit la parole, le regard vide et la voix faible, il regarda son fils et dit .


-Ta mère a raison Arthur, nous sommes les derniers de cette lignée, on ne peut pas prendre ce genre des décisions sans penser  aux conséquences, il n'y a pas que nous dans l'histoire fils, mais les autres... Il n'avait pas fini sa phrase que son fils aîné l'interrompit.


-Papa, je vous l'ai déjà dit, cela ne sert à rien de garder les titres le temps n'est plus, il faut un temps ou il faut un renouveau. Pour lui, toute cette histoire de lignée n'était qu'un conte à dormir debout son bonheur devait passer en premier maintenant.


-Tu ne comprends pas avait éclaté une voix de son petit frère, il avait décidé de prendre la parole. Le visage pâle que montrait celui-ci indiquait  qu'il n'allait pas mieux.  Depuis petit, il était de santé fragile, et ne pouvait se permettre de sortir de son lit, il continua sa phrase après une longue  une pause.


-Elle n'est pas comme nous, elle ne peut pas comprendre qu'il y a des risques... Sans laisser le temps à son frère Thomas de finir sa phrase,  Arthur interrompit son frère car cette discussion pour lui ne menait à rien .


-se n'est qu'un détail,sans importance elle n'a pas besoin de savoir . Replica Athur.


-Thomas ! Remonte te coucher avait dit la  mère. En  réalisant que le fils cadet était sorti de sa chambre . 


Mais l'intéressé balaya cette plainte par un mouvement de la main.


-Je ne compte pas discuter de ma décision encore longtemps, je ne changerais pas d'avis le ton brusque, et autoritaire qu'avait utilisé le fils aîné montrait ,que la discussion était close. D'un, mouvement souple, il se leva du siège, il se dirigea ver la porte , il fut arrêté  par la voix de son frère, il ne comptait, pas le laisser, partir sans avoir vidé son sac.


-Tu ne comprends rien à tes devoirs, avait crié Thomas, il ne pouvait pas concevoir que son frère allait faire un choix complètement irréfléchi. Je suis trop faible et je ne peut continuéee cette lignée, mon espérance de vie et de un a deux ans , mais toi, tu es peut-être le dernier à pouvoir nous sauver ,et tu risques de tout foutre en l'air pour une fille qui n'en vaut pas un dixième de notre monde.


-Tu ne la connais pas, avait rugi le frère aîné, il ne supportait pas que l'on dise du mal de sa future femme. Tu ne peux pas en parler comme si tu connaissais tout de sa personne, tu as toujours jugé, et pensé que tu  a la  vérité absolue.


Mais le frère cadet ne se laissa pas démonter, il regarda son frère droit dans les yeux et dit d'un ton assuré.


-Je comprends des choses essentielles, parce que je ne peux pas m'attarder sur des choses superficielles, Arthur pour une fois écoute-moi ! La fin de sa phrase se termina dans un murmure.


Mais l'intéressé s'en n'alla sans se retourner.
Sa famille ne comprenait pas le choix qu'il venait de faire, il l'avait choisi elle et c'était le plus important pour lui. La vraie vie se trouvait dehors et pas ici,  où il a toujours vécu dans cet endroit froid, et dangereux,  il a toujours voulu fuir et l'amour lui permet enfin de sortir de cette cage, son choix était définitif, il ne  comptait pas changer d'avis même si au fond de lui très profondément, il savait qu'il y aurait des conséquences sur ses choix, mais les ignorer n'étaient-elles pas la meilleure chose à faire quand on voulait être heureux?


Sans une autre pensée, il disparut dans le froid polaire, il ne prit pas la peine de regarder les environs, il avait grandi dans ces terres blanches, où le seul paysage était la neige de plus, il n'allait jamais revenir ici, sa vie était devant lui et non derrière. 




 À suivre .......
0
1
33
4

Vous aimez lire Rifuzuka15 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0