Par de là les mers 2/3

8 minutes de lecture

Voguant sur l’océan depuis déjà deux jours entiers, Larias, le petit voilier du Capitaine Loukïan, doit s’arrête lorsque devant lui se trouve un énorme iceberg. Jasmine est obligée de contourner l’énorme glace.

En pleine nuit, ils se rendent compte que sur l’énorme roche glacial se trouve une jeune femme aux cheveux courts blancs, dans sa robe blanche assise sur le sommet du glacier, elle contemple l’eau sous ses pieds, mains posées en poing sur ses joues, elle semble triste.

Alors qu’une larme coule sur son minois, elle détourne brutalement son regard contre Loukïan, ses yeux bleus perçant, foudroient le Capitaine, qui ne semble guère intimidé par la petit femme. Elle se lève et reste en parfaite équilibre sur la pointe du glacier à pieds nus.

  • Mais… comment c’est possible ? Elle… elle a pas froid avec toute cette glace ? s’intrigue la navigatrice qui comprend enfin son importance dans l’équipage.

Volant dans la direction de Loukïan, la jeune femme se présente avant de parler dans une langue pour l’heure encore jamais entendu jusque là, que cela soit pour Rifuzuka ou Jasmine, qui toutes deux savent reconnaître tous les langues du monde :

  • Bonjour, je me nomme, Miradjanne, tous comme vous cher frère je manipule, un des quatre élément… celui de la glace. explique la jeune femme au timbre presque imperceptible, tout en touchant sa poitrine pour monter son aspect amical.

Mais Loukïan, ne lui offre même pas un regard, tous en se curant le nez il regarde l’horizon, quand son axe optique se pose sur la jeune femme, ce n’est pas ses yeux de biches qui prend le dessus mais bel et bien ses yeux beige, son aspect animal prend le dessus et brûle en à rien de temps la douce femme à l’accent russe.

Face à cette action barbare, Jasmine se met à réfléchir, il y a quelque chose dans le passé de Loukïan auquel il ne veut pas que quelqu’un le sache, ça le rend fou, on aurait dit, sur la façon à la quel il a brûlé la jeune femme, qu’il voulait la tuer, mais pas pour des raisons macabres, non il voulait qu’elle se libère d’une peine, peut-être que dans la langue avec laquelle elle lui à parler, c’est ce qu’elle voulait ?

Tout en dirigeant Larias, Jasmine repense à ça mais... quand elle vu les larmes de la jeune femme couler, elle comprit, elle comprit, qu’elle aussi ressentait la même douleur que son Capitaine, une douleur tel qu’ils ne peuvent en parler à qui que ce soit, ce même crève-coeur qui malgré le fait qu’elle connaît Loukïan que depuis peu, lui fait comprendre que quelque chose ne va pas avec lui.

Contournant la glace et continuant leur chemin sur l’océan, Loukïan s’endort jusqu’au petit matin, là où il sent quelques secousses, se réveillant en sursaut, il se fait surprend par un océan glacial, toute la route qu’ils doivent prendre est congelée, pourtant il ne perd pas son sang froid et saute sur la glace, poing en feu, tapant la glace d’un coup sec pour que l’océan se libère de l’emprisonnement. Ce qui se passe ainsi, un jeune homme en sort feu au fesse il hurle en se tapant le postérieur.

  • Bordel ! Vous avez foutu quoi là ! Si je vous revois faire ça, je me chargerai de vous ! menace l’homme aux yeux bleus ciels.

Face à la menace, Loukïan ne peut que lui répondre, mais à peine a-t-il le temps d’ouvrir sa bouche que l’homme a disparu.

  • Mais... il est passé où ? demande Loukïan tout confus à Jasmine, qui n’a pour l’heure pas encore dormi.
  • J’en sais rien. affirme-t-elle.

Continuant leur aventure, ils discutent tout deux avant de s’arrêter et regarder Rifuzuka toujours endormie dans les barils de rhum depuis maintenant deux jours et demi.

  • Dire que ça fait deux jours qu’elle est dans l’équipage et qu’elle n’a pas parlé. dit Loukïan à sa navigatrice épuisée.
  • Ouais. confirme Jasmine en baillant.
  • Tu devrais aller dormir, une pause te fera le plus grand bien, tu sais. explique le Capitaine en voyant l’état de son amie.

Elle le regarde et part dans la cabine conquérir un lit. Pendant ce temps, Loukïan s’installe sur la tête du dragon et ferme les yeux.

  • Hé ! Tête de pioche ! Alors on a un petit coup de mou ? demande une voix enregistré d’enfant.
  • Oh ! La ferme toi ! hurle aussitôt Loukïan en ouvrant ses yeux désormais rouge sang.
  • Tu peux pas lui pardonner, je me trompe ? interroge la garçonnet toujours pas présent en ses lieux.
  • Tu sais aussi bien que moi que c’est... compliqué. Il a massacré trop de personne, il faut que je le tue ! affirme Loukïan en regardant vers les cieux.
  • Pff... fais comment tu veux, mais le meurtre ne résoudra rien ! Tu veux pas plutôt qu’il te donne des explications de son acte ? demande l’enfant.

Face à sa remarque, Loukïan voit rouge il se lève du crâne de la tête du dragon chinois, et respire à plein poumon avant de cracher du feu, pour calmer sa colère.

Deux heures plus tard, Loukïan essaye dans se calmer, faisant des allers-retours sur le pont, il voit Jasmine qui se lève de son sommeil, poing gauche sur sa bouche, il s’arrête et regarde la jeune femme bailler et s’étirer, elle émane un petit ah, qui fait rapidement comprendre qu’elle vient de se réveiller, aussitôt Loukïan ne peut que sortir ce fameux :

  • Bien dormi ? T’as assez dormi !? demande choqué le Chef.
  • Ouais, pourquoi ça te choque autant ? questionne la semi-robot ne comprenant pas.
  • Bahhhh... c’est le simple fait que tu aies dormi deux heures de temps alors que ça fait plus de vingt-quatre heures que tu n’as pas dormi, donc oui... sa me surprend. explique Loukïan en se touchant la lèvre inférieur.
  • Ah ? ne peut-elle que sortir surprise par sa réaction.

Jasmine, qui part en direction du gourvenail, voguant sur l’océan depuis plus de deux heures, la semi-robot arrête Larias lorsqu’elle se retrouve en face d’un chemin menant dans deux régions du monde différent en face de ce chemin se dresse une imposante colline, qu’on pourrait confondre avec une montagne.

  • Heuuu ? On prend quelle direction ? demande alors la jeune femme.
  • Fonce dans la montagne, ça te créera un autre chemin.
  • Mais... je vais pas foncer dans la montagne ! Ça va pas ? affirme la jeune femme voix couinante et sourire aux lèvres.

Ne comprenant pas le raisonnement de Loukïan elle ne peut que rire, ce qui vexe le jeune homme.

  • Bah, alors prend à droite. s’adresse le Capitaine, bras croisés et donnant son dos à Jasmine.
  • Je pense qu’on devrait prendre à gauche.

Alors qu’ils se disputent, Rifuzuka se réveille de son profond sommeil, pas à cause des hurlements du jeune couple d’ami non car, elle vient de sentir au fond de son coeur que quelque chose vient de heurter son bébé. Marchant tel un babouin et plantant ses talons dans le bois, elle est bien décidé à tabasser la chose qui a osé la réveiller, voir même la tuer.

Mais arrivée au crâne du dragon en bronze, elle s’éclate de rire, lorsqu’elle voit un homme aplatie contre la sous-barbe du bateau, elle ne peut que le nargué en disant :

  • Hé bah le charmeur, t’apprend à embrasser ? demande la jeune démone.

Le jeune homme à la corpulence de mannequin, extrait sa tête du bateau et regarde la jeune démone en dessus de lui :

  • Oui, c’est pour mieux t’embrasser, ma belle. affirme le jeune italien.
  • C’est plutôt maladroit, mais mignon. explique la jeune femme en regardant les yeux bleus ciels du jeune homme, au teint bazané.

Sur le point de tomber dans l’eau la nephilim le récupère par la main. Elle le prendre avec ses deux mains et s’envolent grâce à ses ailes démoniaques sur le pont, là avec la plus grande délicatesse de son asspect démoniaque elle pose l’homme à terre. Toujours entrain de se chamillent sur la direction, Jasmine et Loukïan se stoppent lorsqu’ils entendent Enzo tombé comme un vulgaire sac à patate tout en chantant cette mélodie que n’est celle de la peur.

  • Moi, c’est Rifuzuka. apprend la démone au charmeur tout en tenant sa main. Enchantée Enzo.
  • Mais... comment t’as su que ... comment le nouvel arrivant avant de se faire intrompre.
  • Ton bandeau, “Le plus beau c’est Enzo” si ça fait pas ventard ça, alors je suis plu la future reine des démons.
  • Ah ! Mais ça c’est ma marque de fabrique. explique-t-il tous géné en passant sa main sur son badeau.

En tenant la main de la femme, il se lève et ne tard à embrassé sa main.

  • Mais... vas-y te gêne pas. sort furax la démone en enlevant immédiatement la main du jeune drageur.
  • Bien sûr que non, une princesse doit être bien traitée. confit-il en faisons la révérence.
  • Même, la future reine des démons ? questionne Jasmine.
  • Hein ? Quoi !!? ne peut que sortir le charmeur, en regardant la deuxième femme.

En mâtant Enzo, Rifuzuka bras croisés jambe gauche pliées et bassin poussant à droit, elle remarque que l’homme à torse nu à des plaques de chocolats assez bien développées pour son âge, des fines épaules droites recouverts par un gilet ouvert bleu royal, avec en prime deux sabres dans la garde à un morceau coupé qui passe par le cul du manche et se termine par le début, le morceau est doré, sur le côté gauche on retrouve la même arme sauf que la pointe vise le bas. Elle remarque qu’il a un petit fessier musclé, des cuisses musclés comme un joueur de football ainsi que ses mollets, son sarrouel bleu a sur les côté des cuisses, deux pochettes scratches, mais il y a aussi des poches vers ses fines hanches. Pour couronné le beau spécimen il porte des chaussures de style militaires en cuir noir.

  • Euhh... oui c’est exact je suis la future reine des démons. bafouille timidement Rifuzuka, peur qu'il ne voit qu'elle le contemple.
  • Oh ! C’est trop cool ! affirme l’homme.

En enlevant ses mains de ses poches et redressant son dos courbé vers le bas, il prend son collier avec une dent de requin et commence à la frotter contre sa bouche lisse et légèrement pulpeuse. Il fixe son regarde contre Rifuzuka et lui dit :

  • La femme de mes rêves, vous comptez aller où ? questionne le jeune homme de sa voix envoutante.
  • Euhh ? J’en sais rien. affirme-t-elle de sa voix grave, coupant tout le moment romantique.
  • Nous contentons aller sur Air-Rongo. explique Loukïan.
  • Et la jeune demoiselle à côté de toi, elle s’appelle comment ? demande Enzo en tournant son regard vers la montagne qui s’approche à grand pas de Larias.
  • Je... je m’appelle Jasmine. sort intimidée la semi-robot en se cachant derrière Loukïan.
  • C’est un très jolie prénom. Air-Ronge ? C’est pas le pays... qui... qui a une des porte qui mène au monde des nuages ? demande Enzo regard figé sur le haut de la colline.
  • Oui, affirme Loukïan. Tu sais comment y aller ?

Il ne répond pas, et part vers le gouvernail, il tourne à droite :

  • Non ! Mais je connais un endroit sympas pour bouffer. explique-t-il.
  • Ouais, peut-être mais tu bouges de mon gouvernail ! s’énerve Jasmine en montrant son poing robotisé au semeur de trouble.

Jouant le singe, sautant par dessus le gouvernail, allant de droite à gauche avec, Enzo perd rapidement la main-d’œuvre la paroi gauche du bateau se heurte contre le haut de la montagne, pour se tirer de là Enzo utilise son pouvoir de glace, mais en faisant ça des morceaux de glace rebondissent contre la colline et rentre à l’intérieure de la coque du bateau, face à ça, Rifuzuka ressent comme un poignard dans le creux de sa poitrine, du sang sur les extrémités de sa bouche en sort se tenant le coeur, elle perd l’équilibre et tombe à terre.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Camille M.
Charlotte est en train d'étouffer. Sa vie l'emmerde éperdument. Entre un job redondant et un petit ami dont elle n'arrive pas à se débarrasser, Charlotte rêverait de tout envoyer balader.
Un jour, elle reçoit une nouvelle qui va tout changer.
Et finalement, peut être que sa petit vie bien tranquille lui manquera.


N'hésitez surtout pas à laisser un commentaire, votre avis m'intéresse ! Bonne lecture ;)
68
63
303
46
R. F. Castel
Deuxième volet de "7ème" (résumé en première partie).

Le Monde change. Sans que personne ne puisse y apporter réponse, il décline. Qui ne s’est jamais demandé d’où provenaient réellement les changements climatiques, ascensions de violences inexpliquées ou accroissements des maladies mortels en cette époque où tout apparaît soignable en un claquement de doigts ? Et si cela n’était dû qu’a une seule chose, l’oubli !
Déformation de l'histoire, persécutions, craintes ancrées dans le plus profond de nos gènes et idéologies tournés sur un avenir prolifique en sont les causes.
Vous qui prenez connaissances de cette trilogie, attendez-vous à voir un tout autre regard sur le Monde. Apprenez à le voir tel qu’il est en vérité. Car à l’heure où histoire et présent se confondent, les mythes et légendes du passé nous dévoilent ce qu’il adviendra du futur. Un avenir que l'on pourrait même considérer comme proche.

Deux histoires que tout devrait opposer ! L’une en 2025 qui suit sont petit quotidien et l’autre en 420 qui prophétises l’avenir sous formes de nouvelles et d'aventures. Bienvenu dans le Monde des réalités qui vous a trop longtemps été caché !


La bande annonce du second tome et visible sous :
https://www.youtube.com/watch?v=PpOpWGrN3dk

Les divers protagonistes sont visualisables sous :

Cartographie :
https://www.facebook.com/RFC.7eme.books/media_set?set=a.117610549073140.1073741829.100024725868809&type=3

Caricature :
https://www.facebook.com/pg/CastelR.F/photos/?tab=album&album_id=1485444761546504
502
885
1292
1359
Yaëlle
Noémia a dix-neuf ans, Tristan en a vingt-et-un. Ils se croisent tous les jours, ils se plaisent, c'est évident.
Mais Noémia est étudiante et Tristan est sans abri. Entre eux, il y a le froid et la société ; entre eux, il y a la rue. Et s'ils réussissaient à la traverser ?

Ce texte est la réécriture de La rue qui nous sépare. Encore un grand merci à tous les lecteurs qui m'ont aidée lors du premier jet ! C'est parti pour l'étape suivante :D

C.V, évidemment.
1178
2169
2996
372

Vous aimez lire Rifuzuka15 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0