Quand sonne l'heure nul ne s'échappe ? 2/7

3 minutes de lecture

Loukïan se défige mais pas la pauvre Jasmine, celle-ci reste crispée face à cette image.

  • C’est pas de ma faute ! J’arrive pas à mettre la paille dans se fichu berlingot ! Du coup j’ai mis du jus de coco de partout !

À ce moment là, Jasmine voit rouge elle enfonce ses talons dans le sable et marche vers le guide, jambe écarter, genoux fléchis et les bras arc bouté. Elle retrousse sa manche droite tient l’homme avec sa main robotisé et sort une machette de son bras. Loukïan intervient, mais Jasmine réussi à assommer le guide avec le manche de la machette.

  • Bon c’est pas tous, mais on est où là ? questionne la jeune femme plus sereine.
  • On aurait pu savoir, si tu avais pas sauvagement assommé le guide à coup de … machette ! Non mais sérieux ! Tu sors ça d’où ?
  • J’ai fais ça moi ? Quand ? Mais non ! Tu serais pas comment cacher un corps ?
  • Tu pourrais l’engouffrer sous le sable. Mais pourquoi ?

Elle retrousse sa deuxième manche et tire le corps du malabar, mais celui-ci est tellement lourd qu’il ne bouge pas. La jeune femme frappe le sable pour recouvrir le cadavre.

Loukïan intrigué par l’action de Jasmine la regarde en croisant les bras, il sort :

  • Et tu vas faire quoi quand il se réveillera ?
  • Il compte pas se réveiller ! Il est mort ! affirme Jasmine.

Quelqu’un se mit à tousser, alors qu’elle vient de finir de recouvrir le corps, la pyramide plate tremble et une tête en j’aille.

  • Mouais… t’as raison Jasmine, il est mort !
  • Vous avez tentez de me tuer ?
  • Oh tient ! Un mort-vivant ! Bonjour ! dit Jasmine en espérant qu’il oublie se léger détail. Dis Loukïan ça s’adpote un mort-vivant ?
  • Chais pas trop !

L’homme poêle part chercher une poele derrière le contoir il pousuit par la suite Jasmine, épuisé il reprend sa place derrière le stand.

  • Bande de sale gamins ! Vous allez p… que puis-je faire pour vous ? questionne le guide sans oublié qu’il est en service et qui ne peut donc pas insulter ses clients.
  • Excusez-moi, mais où est-ce que nous nous trouvons… au Paradis ? interroge Loukïan.

L’homme tousse avec agressivité avant de répondre :

  • Non mon petit, tout ceci est bien réel, vous vous trouvez dans les fonds marins à plus de 50’000 mètres sous l’eau de la terre ferme.

Il prend un gros cigare et l’allume avec une flamme bleu, flamme de même couleur que l’océan.

  • Commença ? Sous l’eau de la terre ferme ? demande Loukïan qui reçoit malheureusement pas de réponse.
  • Waouh ! Comment vous-avez fait ça avec la flamme ? questionne Jasmine intriguée.
  • Ah ça ! C’est simples, il existe plusieurs style de feu, comme par exemple, le rouge qui est le basique il y a le jaune , il y a également le vert et aussi le bleu et aussi le violet. Mais il faut savoir que le feu varie avec l’élément qui le touche.
  • Oui, j’en ai entendu parler. dévoile Loukïan agacé de pas avoir reçu sa réponse.
  • Etrange ce gamin ! Pense le guide, alors que peu de gens le savent.
  • Si ma question n’est pas indiscrète, si vous vous trouvez au milieu de nulle part c’est qu’il y a une île sous-marin quelque part non ?
  • Oui, pas très loin vous pouvez trouvez la ville d’Indano c’est une île qui à la particularité d’être sous une plaque tectonique, vous avez eu beaucoup de chance d’être tomber ici en cette période, sinon hahaha vous serez morts !

Loukïan se cure le nez, alors que Jasmine intriguée écoute avec attention le guide. Loukïan baille et sort :

  • Pas très intéressant tous ça. Ah ! C’est d’un ennui mortel !

Le guide part derrière le stand et pleure. Jasmine est coincée entre essayer de consoler le guide ou suivre Loukïan qui s'etir près à partir tête baissée vers l'incconu.

  • Hé bah ? Vous est guide ou quoi ? Vous nous faites visiter la ville ? Son histoire m’intrigue beaucoup.

L’homme qui écoute attentivement la parole de Loukïan change d’humeur.

  • Mais, c’est pas un peu contradictoire ? se questionne le guide dans sa cervelle.

L'homme à la chemise ouvert se lève et siffle. Un adolescence arrive de nul et marche vers la direction du guide.

Habillée de vêtements noirs avec une tête de mort sur son t-shirt il marche lentement.

  • Mais qu’est-ce qu’il est lent ! C’est pas possible ! Il doit aller à combien ? 1 cm par second ? Songe Loukïan en regardant l’homme marcher. Il enlève son doigt de son nez.

Ses cheveux longs et noirs le font ressembler à une serpillière. Il marche toujours à deux à l'heure, bras ballant, bouche grande ouverte. Il se fait stopper par Loukïan alors qu'il avance toujours droit devant lui.

  • Dis-moi, t’as conservé ça depuis combien de temps ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

AlexTérieur
Cette histoire ce déroule en 2000 dans un univers où les dieux et les déesses vivent comme nous les humains mais, dans leur monde. Nous allons suivre les aventures de Reese Halloween, Bastimilien Noël et Emylianna alias Emy. Reese est le dieu du Chao d'Halloween, Bastimilien le dieu de Noël et Emy est une simple déesse qui n'as pas encore de rôle... Même si ils vivent en l'an 2000 ils sont plus avancés que nous pour énormément de choses...
2
4
11
35
Agapé
1897, Paris.
Aux Mains de Fées est la mercerie la plus renommée de toute la capitale, et Melinda ne pourrait guère être plus fière d'y être apprentie.
Mais son maître, Loup, est-il aussi honnête qu'il ne le fait croire ?
605
1010
802
55
Sappho

Je suis là, à l'affût
De tout bruit, de quelque âme qui vive
Mais rien; rien à trois kilomètres à la ronde.
Pourtant je les perçois, je les sens
Au travers des frondes des fougères
La biche, le cerf doucement s'approchent
De la ville en suspens
L'ombre de leurs bois s'étendent
A mesure que les branches des bois se confondent et s'étalent
Jusqu'à ne plus former, au-dessus des bâtisses
Qu'un couvert végétal

La nature reprend ses droits.

Mais la menace n'est pas là.

Un autre danger gronde,
Plus profond, plus destructeur
Sorti des entrailles de la ville
Et des tréfonds de la nature humaine.

Et je crains, qu'après des mois privés de liberté les humains
Victorieux de leur sortie attendue depuis des semaines
Se croient obligés de clammer trop fort leurs droits
Et de faire subir au monde une vengeance inhumaine.

Et si nous essayions de retrouver l'équilibre
Entre l'essence de la nature et notre essence-même
Toutes deux nées d'une quintessence terrestre ?

Cette planète à qui nous avons essayé d'imposer notre marche folle
De la faire tourner au rythme de nos pas que nous-mêmes nous ne maîtrisions pas
Mais nous avions beau faire
La terre ne suivait pas
Et ne pouvait faire autrement que de tourner sur elle-même

Suivant ses ères, en somme.

Si elle avait pu parler, cette vieille mère
Nous aurait enjoints, pauvres enfants que nous sommes
A réfréner nos déplacements frénétiques
Et voici que, par cette même liberté de mouvement
Nous voici contraints de restreindre nos déplacements
De contribuer
A l'enfermement généralisé
Pour l'effort de guerre
Contre un ennemi délétère
Par nos soins importés
Et exportés par insouciance.

Bientôt la fermeture des ports
Déjà ici tout est fermé, tout est dit :
Voilà notre sort.

Mais nous en serons sortis,
Et nous pourrons aller dehors filer
Et vivre comme alors
Ivres de liberté
De mouvements jamais arrêtés.

Mais si cette liberté que vous revendiquez
Ne se trouvait pas dans le déplacement, mais dans le temps ?
Si le temps est mouvement, il est régulier
Infini
Délié de la terre sur laquelle se meuvent de pauvres hères
Pauvres êtres que nous sommes et qui courrons sans but
Suivant un rythme abrupt
Imposé par un ennemi pluriel et délétère
L'économie de brutes et la compétition de marchés
Qui exaspèrent

Et nous ont fait perdre le sens du temps.

Pas celui des aiguilles d'une montre, d'une horloge, d'un cadran
Solaire ou numérique, ce temps-là ne compte pas
Puisqu'il est compté.

Je parle du Temps, long, qui s'étire et s'étend à l'infini
Libre du jour
Comme de la nuit
Qui survole les nuages, les siècles et les vies
Qui se rit des aiguilles qui trottent à tout-va
Et fait fi des horloges
Auxquelles vous vous fiez
Les rythmes des algorithmes il n'en a que faire
A l'heure du numérique où tout ce que l'on doit faire
Est de compter, prédire, calculer, chronométrer et gagner du temps

Le temps ne se gagne ni ne se saisit
Il ne se perd que parce qu'on ne l'a pas suivi

En termes d'aujourd'hui il s'agirait de prendre son temps
Mais il serait plus juste d'accompagner l'instant
Chaque instant qui compte
Pour nous réellement

Laissez-vous porter par le temps
Comme lui étirez-vous, étirez-vous à l'envi
Contre les personnes de leurs intérêts imbues

Il est temps de rattraper le temps perdu
A compter ses heures
Et à s'essouffler
Attrapez, saisissez l'instant qui passe
Comme un train en marche
Et conservez-le
Conservez votre place
Et laissez-vous bercer par son mouvement
Accompagnez-le, ce temps qui passe,
Et prolongez-le
Jusqu'à l'infini
Jusqu'à retrouver votre souffle

Et votre vie

Et respirer enfin...

Et espérer
Jusqu'à la fin des temps et de ce temps séparés
Des êtres que vous aimez
Vous vous retrouverez
Et vous trouverez unis dans l'infinie source du temps

Et dans mon intarissable message d'espérance je vous promets
Que dans tous les temps à venir et d'autant qu'il nous en souvienne
Vous ne trouverez rien de pire, dans l'histoire humaine,
Que ce qu'il y aura eu auparavant.



0
0
0
3

Vous aimez lire Rifuzuka15 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0