Quand sonne l'heure nul ne s'échappe ? 1/7

7 minutes de lecture

Alors que, Loukïan et Jasmine se font emporter par le courant. Laïla en face de la mer, panique sur la rive.

Loukïan ainsi que Jasmine dorment côte à côte.

  • Loooouuukïan… Loooouuukïan… Réveille-toi ! Cri une voix d’enfant enregistrée.

Celui-ci se réveille en sursaut et en hurlant. Jasmine à côté de lui, fait de même. Le jeune homme se calme après un court instant et observe les alentours. Il se lève avec difficulté et chante de douleur, pour cause son dos lui fait terriblement souffrir le matir.

  • Dis... tu crois qu'on n’est morts ? ne peut-il que questionner, en regardant son amie et essayant d'oublier sa terrible douleur dos.

Jasmine regarde à son tour les moindres recoins de ce monde si étrange, elle tourne sa face vers le questionneur et rétorque.

  • Non ! Impossible ! Tu serais pas là, sinon.
  • Bon… ou moins c’est clair, merci.

Le dompteur de flamme concentre toute son attention sur celui de la belle Jasmine.

  • Mmh… t'en as bavé … n'est-ce pas ?
  • Ouais… t’as pas idée, vivre avec des machos, pendant plus de 10 ans, tu perds la raison !

Loukïan se courbe et aide Jasmine accroupie sur le sable blanc, à se lever. Celle-ci perd alors l’équilibre. Pour cause, ses chaussures à talon s’engouffrent dans le sol. Loukïan l’a tire de plus en plus fort, pour qu’elle ne s’engouffre pas plus.

Après que la belle demoiselle, soit sauvée des griffes du terrible sable. Ils finissent par regarder dans deux directions différentes, avant de revenir face à face et se cogner la tête.

  • Excuse-moi, c’est à cause de ses … stupide chaussures à talons que je suis tombée.
  • Oh ? Ne t'en fais pas, tant que tu n’as pas mal, moi ça me dérange pas.

Jasmine crache sur le sol, elle essaye de voir si sa bave se mélange avec l’eau qui les entours, d’après son sens de l’analyse elle estime que si la bave qu’elle envoie et compatible avec l’atmosphère qui l’entour et bel et bien de l’eau. Son crachat s’élance, tourbillonne et atterri sur le sable, ce qui crée alors un énorme trou, entraînant les deux héros à l'intérieur.

Là dans le noir, les cheveux de Loukïan s’embrase. Jasmine en rit, jamais au par avant la jeune femme n’avait vu ça, des cheveux briller dans le noir.

  • Hé bah dis-donc, on est tomber bien bas. Génial ! On fait comment pour remonter maintenant ? Tu penses qu’il y a une autre sortie ? questionne la jeune femme pour détendre l’atmosphère.Alors qu’elle vient de remarquer que l’air qui entour n’est pas de l’eau mais bel est bien du N2 dite également diazote ainsi que 21 % de dioxygène soiten formule chimique O2 ainsi que 1 % d’autre gaz, mais pour l’heure, ils ne le savent pas.

Loukïan observe les environs tel un guetteur , après un long moment de silence, il finit par répondre à la belle qui ne l’attendait plu.

  • Y a pas l’air d’avoir de sortie, effectivement Jasmine.
  • Bah dis-donc, t'en as mit une plombe pour répondre ! On voit que tu as une sacrer vue, toi ! Bravo !
  • Non ! T’y es pas du tout ! Je me fis à mes sensations.
  • T'es quoi ? Tes sensations ?! Est-ce que c’est écrire âne sur mon front ? Ou mieux ! Je gobe tout ce que tu dis parce que je suis une imbécile ? questionne Jasmine furax. Tu sais qu’elle est bien bonne ta blague ! D’ailleurs, Laïla aurait adorée l’écouter, pour te refaire le porterait ! Enfaite elle est cette pimbêche ?

En effet Laïla, toujours sur la rive entrain d’hésiter pour sauver ses amis, certainement noyer depuis le temps, s’avance vers le bord de l’eau. Mais, à chaque fois que la vague arrive sur la plage, la jeune femme recule pour pas se faire emporter par l’eau qui la terrifie. Les va et vient qu’elle fait, ressemblent trait pour trait à celui du slow.

***

En dessous de ses pieds Loukïan, observe les beaux yeux de Jasmine, il revient à la raison tout gêné.

  • Eh bah alors… comment dire ça son te choquer... j’ai entre autre virer Laïla de l’équipage, pour lui sauver la vie.
  • Quoi !? Lui sauver la vie de quoi ? Elle est déjà morte !
  • Pendant que tu étais inconsciente, une vague nous a emportés.
  • Quoi ? Tu veux me faire croire quandc’est faits emportés par une sorte de mini tsunami ? questionne la jeune femme qui ne le croit pas.
  • C’est ça !
  • Mais ouais ! Prend moi pour une nouille pendant que tu y es l'agresse-t-elle.
  • Oui c’est ça ! Dit-il on ne l'écoutan. Euhhh… j’ai dis quoi moi ?
  • Peu importe ! Tu en as assez dis ... je crois !
  • On tout cas, ça ressemblaità un mini tsunami. Peu importe, tu sais à propos des sensations, tu dois juste être plus attentiveà certain détails c’est tous.

Loukïan s’approche de Jasmine et pose ses mains sur ses frêles épaules. Jasmine regarde Loukïan intriguée, avant de fixer ses grandes mains qui entourent ses épaules.

  • Supposons, que j’y crois pendant cinq minutes, ça consiste en quoi ton truc ?

Loukïan se mit à rire, et avec sa main droite il se masque la bouche et parle à l’intérieur.

  • C’est pas mon truc, ça consiste à savoir utiliser nos 5 sens.
  • développe ! Vas-y !
  • Ferme les yeux ! Aller ferme les yeux.

Elle ferme après court instant et écoute la voix de son Capitaine.

  • Entends-tu le sons des vagues ?
  • Non mais, tu te fou vraiment de moi en faite ! C’est pas possible d’entendre la mer, on n’est beaucoup trop bas ! dit-elle en posant sa main sur le visage de Loukïan et ouvre ainsi ses yeux.

Loukïan rigole et fronce les sourcils, la jeune femme au teint afro-américain, ferme à nouveaux ses yeux turquoises. À son grandétonnement, elle réussit à entendre le sons des vagues se taper contre des rochers. Elle s’imagine la scène, à sa droite se trouve ses roches brunes et noires, elle s’avance dans cette mer bleuté et plonge, elle nage vers son emplacement, dépassant ainsi tous les poissons qu’elle connaît. Jasmine arrive enfin à destination, elle se voit au centre de la pièce en tailleur respirant par la bouche, elle se fonce dessus .

  • Waouh !!! C’est étrange ce qui m'est arrivé ! sort-elle.

en ouvrant petit à petit ses yeux, Loukïan légèrement courbé fixe sa chevelure partant dans tout les sens.

  • Mmh… c’est bizarre. affirme le jeune homme en n’écoutant pas son amie.

Jasmine, prend ses cheveux et les remets à sa place. Elle part chercher son bandeau bleu-marin qui a explosé lors qu’elle méditait.

  • Ouais, à qui le dis-tu, ça doit être ce monde qui nous fait ça. suppose-t-elle, en serrant son bandeau.
  • Probablement… bon la sortie se trouve en haut. On-n’y va ? questionne-il en prenant Jasmine par sa taille.

Des flemmes bleus se forment sous les pieds de Loukïan, pour l’aider à voler. Arrivé à destination il pose Jasmine sur le sol et tombe d’épuisement. C’est à ce moment que Jasmine voit les énormes blessures sur le dos de son ami. Blessures qui ressemblent à des griffes de grizzlys. La jeune femme se remémore, le sauvetage qu’il à fait pour la sauver. Car, oui elle s’était réveillée.

  • Pourquoi !?
  • Pourquoi quoi ? question l’homme souffrant sur le sol.
  • Pourquoi tu m’as pas laissé prendre le coup dans le dos ?
  • Parce que tu étais inconsciente et beaucoup trop faible.
  • Tu insinues quoi ? Que je suis une femme et que les femmes sont beaucoup plus faibles que les hommes, c’est ça ?
  • Rien à voir !

La jeune femme à bout de nerf ne réplique pas. Loukïan toujours allongé sur le sable, observe au loin un stand, ou on peut il lire : Pour plus de renseignement commander un guide.

  • Hé Jasmine…
  • Quoi ? répond la femme, bras croisés en frappant du pied sur le sable.
  • J’ai des hallucinations ou il y a un stand là bas ? Demande Loukïan en pointant avec faiblesse l’échoppe tenant grâce à deux branche de bambou.
  • Euuuuh… non, c’est bien un stand, on n’y va chef ?

Jasmine aide Loukïan à se lever. Ils marchent tout deux vers la direction de l’emplacement de la boutique tombant en ruine à voir la pancarte de travers et le cantoir partant à l’intérieurpour cause les deux planches situées aux extrémitéqui le retient.

Après quelques minutes de longues marches, Loukïan enlève la main de Jasmine de son épaule et il la pousse sur le sable avant de courir telle un psychopathe sur sa proi.

Jasmine, allongée sur le sol, regarde Loukïan sautillé de gauche à droite et s’approche avec un visage défigurait et apeurant vers sa destination.

  • Mais… il est con ! C’est pas possible là !

Arrivé vers la ruine, avec son visage anesthésié, Loukïan attend que le guide le remarque.

La jeune femme aux yeux turquoise, se lève et marche sans se stresser. Arrivée vers Loukïan elle ne peut que constater l’accoutrement assez étrange du guide. Il porte une chemise jaune canari avec des ananas dessus. Sans oublier le magasin coquin qu’il détient au creux de sa main droite, son autre main gigote toute seule. Soudain du liquide blanc non identifié se déverse suivi de très près par un son assez embarrassant. L’homme plonge son regarde sur les deux personnes devant lui. Ces deux personnes sont dégoutées de voir ce qu’il trame, le guide tout gêné ne peut que sortir pour sa défense :

  • Attendez ! Ce n’est pas n’est que vous croyez !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Défi
Océ L
Réponse au défi "La lettre"
15
16
1
1
Défi
Marie Louvrier

L'amour est une liberté que prend le coeur sans nous consulter. La jalousie, elle, est une liberté de l'esprit.
La jalousie est une peur qui trahit les âmes en peine.
Lorsque nous sommes accomplis au plus profond de nous même, les peurs s'évanouissent et laissent place à la confiance. Et quand bien même votre partenaire de route s'égarerait... Il ne tient qu'à vous d'être fataliste en vous disant qu'il a des besoins auxquels vous ne pouviez peut-être pas répondre. À partir de là, posez-vous la simple question de savoir si il est bon pour vous et votre relation de rester ou de partir pour vous accomplir un peu plus ailleurs.
L'idée que l'autre vous aime plus car il est de nature jalouse, je n'y crois pas. Je trouve bien plus belle l'idée de laisser la liberté aveugle à sa moitié. Ça n'est pas parce que vous trouvez beau un oiseau qu'il vous faut le capturer et l'enfermer dans une cage... Laissez lui quelques miettes de pain dans votre jardin et laissez y calme et confort, si il s'y sent bien, il reviendra soyez en sûr !
Si il ne revient plus, c'est que ça n'était pas son jardin. Mais rassurez-vous si il fait bon vivre chez vous, un autre prendra rapidement sa place!
Ainsi, l'amour s'installe sans nous demander notre avis, alors vivez légers, aimez bien, aimez fort, restez vous mêmes et laissez l'autre le rester. Il vous sera fidèle car il en aura l'envie et non l'obligation, ce côté "contractuel" que la société à instauré. Il n'y a pas de femmes ou d'hommes plus belles/beaux que vous, il y en a d'autres, des différents. C'est ça qui fait toute la beauté de la chose car quelque part quelqu'un vous correspondra. Après voyez la jalousie différemment, si votre conjoint plaît à d'autres, faites en une fierté, pas une maladie.
C'est pour celà que je souhaite dissocier ce beau sentiment qu'est l'amour de cette gangrène qu'est la jalousie.
V
2
0
0
1
morgaane-mnt


Tu sais, la mort c’est un train qui passe. On doit le prendre à l’heure, au bon moment. On ne doit pas arriver trop tard, ou on loupe le train et on attend tout seul trop longtemps en s’ennuyant, ni trop tôt, ou on part de la gare bien avant l’heure prévue.
Moi je l’ai pris trop tôt.
J’espère que tu prendras le tien à l’heure.
Si je suis partie comme ça, c’est parce que je pense que je n’appréciais pas la station de train où j’étais. Il y avait bien des gens auxquels je tenais, comme toi, et c’était justement pour ça. Pour ne pas vous faire plus de mal que j’en ai déjà fait. Donc je me suis dit, autant partir maintenant. Alors j’ai sauté dans le train qui passait, et maintenant, je suis au terminal.
Mais à l’heure où j’écris, ma main fatigue.
Alors je vais cesser d’écrire, poser mon stylo et fermer les yeux. Ça ne prendra pas plus de trois minutes, je ne me battrai pas, je laisserai me s poumons prendre feu.
Passe une bonne vue parce que c’est en crevant que je me suis rendue compte que j’aurai dû respirer et t’aimer un peu plus.
0
0
0
1

Vous aimez lire Rifuzuka15 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0