Arrête de pleurer je viens te sauver 2/3

9 minutes de lecture

  • Alerte ! Alerte ! Le célèbre Voyageur Du Temps, Juan Calistophe est sur nos terres ! Je répète, le célèbre Voyageur Du Temps Juan Calistophe est sur nos terres. Déployez vos armes bande de crétins ! nasille une femme dans les hauts parleurs du navire.

Bien décidé à venger Jasmine, Loukïan court le long du bateau en hurlant le nom de la pauvre malheureuse, regardant dans tous les recoins, il ne prête pas attention à la mise en garde, c’est n’est en l’entandant la seconde fois, que ses yeux noisettes s’écarquillent, il finit par hurler de joie :

  • J'y ... J'y crois pas ! Juan ... Juan Calistophe est sur ce tas de ferraille, le célèbre Voyageur Du Temps qui a disparu juste après avoir eu Kalionna on sa possession... est là ! Mais qu'est-ce qui vient foutre ici celui-là ?

Sous une danse euphorique, il s’avance à la recherche de ce voyageur temporel, étrangement malgré les nombreuses recherches ce personnage ne semble présent en ses lieux.

Sans succès toutefois, Loukïan, qui bien trop occupé, n’a pas pris garde que les marins le suis depuis une dixène de minutes. Accélère le pas, jusqu’à être obligé de courir, l’homme tourne à de nombreuses reprises autour du pont du bateau, mais alors que ces poursuivants continuent de le malmener, lui s’arrête subitement lorsqu’il appreçoit l’abomination accrocher au mat du galion.

Son sang ne fait qu’un tour, une flamme jaune apparait au centre de son iris puis ses yeux deviennent beiges, des crocs sortent au extrémitiés de sa bouche, ce qui l’a énervé, n’est autre que Jasmine accroché t’elle une sacrifé au plus haut mat du navire, restant ainsi en sous-vêtements, recouverte de bleus et de son sang, elle reste pourtant inconciente.

Mais alors qu’il trouve cette scène abject, un homme vient la rendre encore plus qu’elle ne l’est. Ce personnage semble être le Capitaine du navire, très grand et très imposant ainsi que baraqué, il mesure 1m95 et est vêtu d’un uniforme blanc de Capitaine. L’homme sort de sa poche un sécateur et s’avance en direction de Jasmine. Il lui tient les joues et enfonce la lame dans les côtes de son côté droit.

Celle-ci ouvre subitement ses yeux turquoises, qui s’écaquillent à cause de la douleur. Deux lignes de sang se dessiner sur les extrémités de sa bouche, le sang longe le long de sa bouche et finit par se transformer en gouttes vers sont menton, puis ils se déverssent part la suitent sur les bottes noirs de son Chef. Ne pouvant plus contenir le sang à l’intérieur de sa gorge la jeune Jasmine n’a pas d’autre choix que de recrache d’un coup tous son contenu. Sous la forme de petites bullles, le sang ce gicle sur le visage de l’homme en face d’elle, le peinturant alors depuis ses cheveux jusque qu’en haut de son torse.

  • Allez en enfer Cap’taine ! sort la jeune femme en riant.

Fustré par le manque de sérieusité venant de l’un de ces hommes, le Chef aux yeux grisés reprend les joues de la jeune femme, et lui enfonce profondement la pointe de la lame, en haut de son front du côté gauche. Puis dans un acte abjecte, il se met à rire et commence à découpe violement le visage de la jeune femme, dessinant ainsi avec son sécateur, une cicatrice partant du haut de son front gauche et se terminant sur sa joue droite, passant par son nez. Heureusement pour la jeune femme, l’homme pend soin de ne pas touchés ses yeux.

Loukïan, énervé par l’action abominable du Capitaine, saute contre une corde, se hisse à l’aide de ses bras en haut du mat et finit par faire un salto avant et t’atteri sur une planche, là où figure Jasmine et son Capitaine. Loukïan fait deux pas rapide et octroie alors un violant coup de pied dans la main qui tient la lame. L'homme aux cheveux foncé avec quelque touche de gris, lâche l’arme qui fait deux tour sur elle même et finit par ce péforer après avoir chute de cinquante mètres sur le pont du bateau.

Surpris par l’arrivé de cet inconnu, l’homme penche la tête et foudroit Loukïan du regard. Puis dans un accès de colère, il fonce contre le sauveur, qui est bien trop occupé à détacher Jasmine. Tournant la tête du côté du Capitaine, Loukïan remarque qu’il s’apprête à l’étrangler, ne pouvant rien faire il sent alors l’horrible personnage faire pressiant sur sa jugulaire. Loukïan répousse son agresseur du mieux qu’il peut, mais n’ayant néonmoins plus de souffle, ses jambes tremblent et le nouvel arrivé ne peut que perdre l’équilibre et tomber dans le vide, avec son ennemi, toujours accroché à son cou.

Malgré la chute, le Capitaine de Jasmine n'a pas lâché sa proie. Étant de masse beaucoup plus lourde que Loukïan l'issu et fatal pour le jeune homme. Le sauveur pousse sur ces jambes et envoie valser l'homme avec une telle puissance, que celui-ci finit par tombé dans l'océan.

Quant à Loukïan, lui tombe pour son compte sur le bois du bateau. Il reste paralysé sur le sol, les marins en profite et l’encercle, le jeune homme et part la suite enchaîné de ces mains jusqu’à ses chevilles, mais il finit par se lever avec défficulté et finit par ce dire :

  • Argh ! Mais dans quoi je me suis encore fourré moi ? Argh ! Loukïan, Loukïan, Loukïan ! ce demande-t-il à haut voix en se grondant à la fin.

Après cette révélation il baisse son minois et commence à rire tout seul comme un fou, puis de la fumée jaillissant de nul part, englobe les poignets du jeune homme ainsi que ses chevilles, après un court instant, le plomb ce dissouds et tombe à terre, finissant par se transformer en liquide. Le jeune homme touche alors ses poignets, puis dans une voix toute enjouit sort un : Ahhh ! Ça fait du bien d’être enfin libre ! Après cette phrase, le jeune homme relève la tête et fixe les soldats avec ses yeux beiges et la flamme jaune qui anime son iris.

  • Y on a deux ou trois qui vont passer aux barbecs ! sort Loukïan d’une voix rock avant de rire et de frapper son poing droit contre la paume de son autre main, sous l’impact des flammes se crées brûlants ainsi tout le bras gauche du jeune homme.

Son prévenir Loukïan saute dans la folle et ce bat avec agressivité, tappant chaque personne avec sa main non enflammée. Pourtant, alors qu’il est entrain de gagner, il s’arrête lorsqu’il entend une faible voix, englobant toute la surface.

  • Pitié... aidé moi ! Je vous en prit n'importe qui aider-moi !

Alors que Loukïan cherche cette frêle voix provenant des airs, il avise le Capitaine du gailon, entrain d’enlacer la femme au teint hâlé. Il reattache la jeune femme mais cette fois non avec des cordes mais belle et bien des menottes en plombs, alors que la jeune femme est attaché des chevilles et des mains, Loukïan lui remonte grâce à la même corde en haut du mat où se trouve Jasmine.

Arrivé après dix mintues de grimppades sur la petit plat de forme collé au mat, l’homme au regard meurtri, hurle d’un air triomphant :

  • Alors... Gros tas ! Ça te plaît de t'en prendre à une jeune femme qui ne peut même pas se défendre ? demande-t-il alors que ses yeux virent petit à petit au jaunes.

L'homme au attention mauvaise, lance la jeune femme contre le bas.

  • Oups ! Elle m'a glissé des mains… navrais.

Les yeux de Loukïan deviennent entrièrement jaunes, il saute dans le vide, prend la corde en face de lui, puis il part à l’encontre de la jeune femme, là où il l’a prend vers la taille et la dépose sur le pont du navire maritime. Il remonte par le biais de la corde et saute à l'encontre de l'homme tel un animal.

Il s'élance avec une telle puissance, que les deux hommes terminent tous deux dans l'eau. Loukïan se fait manipuler telle une marionnette par le Colonel de Jasmine. La jeune femme court en direction de Loukïan et dans un dernier souffle hurle :

  • Attention ! Il peut rentrer dans ton esprit et te manipuler ! C'est un manipulateur et également un...

Elle n’a pas le temps de terminer sa phrase, que l’un des marins l’a prend part les cheveux avant de la lancer violemment contre le sol en bois du galion.

Pendant ce temps, Loukïan dans les airs reste à se balancer de gauche à droite, pour cause le pouvoir étrange de l’homme. Il perd pour son compte beaucoup d’énergie, il sent son corps qui l’appel dans l’eau. Pourtant malgré cette préscion, il reste à léviter dans les airs grâce au pouvoir du Capitaine de la marine, permettant de pénétrer dans les pensés de qui il veut.

Malgré ce combat non équitable, Loukïan permet d’avoir le dessus lorsque l’homme se reçoit un gros sac de pomme de terre sur le crâne. Le balafré remonte sur le navire, grâce à une échelle en bois prévu pour le Chef du bateau.

Alors qu’il pose pied de nouveau sur le bateau l’alarme refait surface, laissant alors tout les marins courir à son encontre, pourtant étrangement, alors qu’il court sur le bois, il remarque que Jasmine n’est plus présente sur le bateau, il s’arrête et en déduit qu’elle a dû fuir les lieux, il part alors vers la tête du bateau et est sur le point de rejoindre Laïla, lorsqu’il entend :

  • Hey ! le sauveur de ces dames ! Tu n’oublies pas quelque chose part hasard ? demande l’homme dans l’eau avec Jasmine dans les bras.
  • Pi...pitié ! Sauvez... sauvez moi !
  • Non mais c’est pas possible comment peut-on se faire avoir deux fois par le même homme ? Elle est nouilles ou quoi ? Mais... attend... comme ça se fait qu’elle se retrouve dans ses bras elle ?

Alors que Loukïan est en plein cogitation, il se remémore chaque plan.

  • Alors... en premier je suis monté sur le bateau... elle était dans les airs... je suis monte vers elle... j’ai désarmé le pas beau... il est remonté... il l’a lancer... lancer ? Oui ! C’est ça !

C'est après de longue réflextion que Loukïan comprend, il comprend que la jeune femme a finit dans les bras de l’homme parce que les marins l’a lancé par dessus bord, manque de chance pour eux, ils se sont certes débarassés de Jasmine mais on maladroitement assomés leur Chef, ce qui a pu le liberer.

Après ce court instant d’inattention de sa part, Loukïan foudroie l’homme du regard et hurle :

  • Tu perds rien pour attendre ! Relâche là ! Si tu veux pas avoir à faire à Loukïan Dasunio !

Toujours coincée aux cru des bras de son Chef , Jasmine affaiblie le regarde puis d’une voix grave sort :

  • Je veux pas te vexer mais ... t'es qui au juste ? ne peut-elle que sortir.

Loukïan, triste par la révélation de Jasmine, phrase qui le fait clairement comprendre qu'il n'est pas connu. Il regarde droit devant et sourit des crocs en sort à chaque côté de sa bouche. Son sourire radieux s'estompe, lorsqu'il voit une lame crée par le doigt de l'homme et se diriger à l'en contre de sa nouvelle amie.

Choqué part cette étrangeté, mais étrangeté qui lui fait comprendre que l’homme qui se trouve en face de lui n’est autre que Fain Marigno plus connu sous le pseudonyme de L'homme métamorphe. Oui, car malgré qu’il a la capacité de manipulé à sa guise des vulgaires pantins grâce au fait qu'il pénètre dans l'esprit de celle-ci, il a également la capacité de changer d'apparence comme par exemple de changer une simple parti de son corps pour y incorporer des armes. Cette compétence fait de lui un ennemi redoutable pour ses ennemis pirates.

Fain finit par rentrer délicatement son doigt en forme de lame dans le ventre de la jeune femme, puis à l’intérieur de celle-ci il transforme son index en mini canon, il tire sur la gâchette. Jasmine se voit propluser à plus de trente mètres de l’emplacement ou figure Fain.

Elle saute trois fois sur l’eau tel un caillou, puis finit par s’arrêter et couler dans l’eau. Malgré qu’elle se débat comme une lionne pour remontrer à la surface, la pauvre Jasmine n’a pas d’autre choix que de coûler à cause de ses menottes en plombs.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

AlexTérieur
Cette histoire ce déroule en 2000 dans un univers où les dieux et les déesses vivent comme nous les humains mais, dans leur monde. Nous allons suivre les aventures de Reese Halloween, Bastimilien Noël et Emylianna alias Emy. Reese est le dieu du Chao d'Halloween, Bastimilien le dieu de Noël et Emy est une simple déesse qui n'as pas encore de rôle... Même si ils vivent en l'an 2000 ils sont plus avancés que nous pour énormément de choses...
2
4
11
35
Agapé
1897, Paris.
Aux Mains de Fées est la mercerie la plus renommée de toute la capitale, et Melinda ne pourrait guère être plus fière d'y être apprentie.
Mais son maître, Loup, est-il aussi honnête qu'il ne le fait croire ?
605
1010
802
55
Défi
MAZARIA
Haïku
Ce poème comporte traditionnellement trois segments DE 5-7-5 Syllabes
Le haïku doit donner une notion de saison (kigo).

Moki
Si le haïku n'indique ni saison, ni moment particulier, on appelle ce poème un moki ou encore un haïku libre.
178
113
5
2

Vous aimez lire Rifuzuka15 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0