L'album photo

3 minutes de lecture

 Deauville est une agréable ville côtière de la Normandie. Depuis les années 1830, elle est un lieu de villégiature fort prisé par les Parisiens. Son immense casino et ses parcours de golf attirent de nombreux touristes. Une grande plage de sable assure sa renommée ainsi que la célèbre allée 'Les Planches' qui rivalise avec la promenade des Anglais à Nice.

 Le centre de la ville et les bords de mer sont parcourus par des femmes élégantes arborant les toilettes les plus chics. Elles trouvent à Deauville des boutiques de luxe pour y renouveler leur garde-robe. Elles rêvent d'un pied-à-terre dans ce paradis en admirant les somptueuses villas qui jalonnent l'itinéraire des promeneurs.

 En ce matin de juillet 1920 un peu frais mais ensoleillé, un distingué jeune homme, Alphonse Mercadet, gilet, pantalon et chaussures blanches, le journal local à la main, se promène l'air pensif le long des cabines de bain. Malgré le soleil, Il ne porte pas de chapeau et l'on peut admirer ses cheveux noirs d'ébène coiffés à la Marcel Proust, avec une raie médiane. Une autre particularité le singularise, son visage est glabre alors que la mode, toute puissante, impose la barbe ou les favoris. Un photographe lui propose d'immortaliser l'instant, afin de conserver un souvenir de son séjour à la station balnéaire. Alphonse se demande à qui il offrira cette photo, cependant, il accepte. Peut-être la gardera-t-il pour lui, tout simplement. Leurs regards se croisent, l'échange est bref, mais il provoque mutuellement une forte impression, comme une réminiscence. La photo est prise. Alphonse jette un œil sur la carte que l'homme vient de lui donner. Elle porte la simple mention : 'Néro' photographe. Il la met machinalement dans sa poche et reprend sa marche.

 Le jeune homme a vingt-sept ans et son avenir semble prometteur. Il travaille à Paris dans l'entreprise de menuiserie dirigée par son père. Il réside en banlieue parisienne, dans une belle et grande maison qu'il partage avec ses sœurs. Les affaires sont florissantes et la famille s'entend à merveille, il y a tout lieu de céder à l'optimisme. Pourtant, quelques ombres au tableau subsistent. La récente guerre a laissé des cicatrices. Le père d'Alphonse est mort il y a seulement quatre ans, dans la fleur de l'âge. Même si Alphonse n'entretenait pas avec lui les relations qui se tissent habituellement entre un fils et son père, il souffre de son absence.

 Un autre sujet le préoccupe. Il est encore célibataire et commence à songer qu'il est temps pour lui de trouver une compagne et fonder une famille. Il représente un bon parti, il est plutôt bien de sa personne, intelligent, cultivé et s'il n'a pas de fortune personnelle, son milieu familial pourrait lui offrir l'opportunité de s'en créer une. Il ne lui reste qu'à trouver la jeune fille idéale pour l'aider à avancer dans la vie. Il songe à son futur, il se voit entouré de ses enfants et petits-enfants. Pourra-t-il réaliser son rêve ?

***

 Néro Mercadet est passionné par la généalogie. Il regarde d'un œil attendri la photo de son aïeul de sixième génération ; 'le jeune homme à Deauville'. Elle représente un fragment de vie dans laquelle il a pu s'immiscer quelques secondes. Il est particulièrement satisfait de cette photo prise avec un appareil de l'époque. Il se félicite d'avoir réalisé ce voyage à la recherche de son ancêtre. Il a bien respecté les consignes ; ne pas créer d'interactions susceptibles de provoquer une modification du futur. Un simple cliché anonyme est sans conséquence. Pour le reste de ses investigations, il s'est montré très discret.

 Il note avec application ses impressions ainsi que les renseignements collectés, puis insère la photo dans l'album. Il songe maintenant à sa prochaine destination. Sa galerie de portraits est loin d'être complète et l'histoire de sa famille reste à écrire.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 19 versions.

Recommandations

Défi
Joy Leroy

Bonne année en anglais : happy new year
Bonne année en allemand : Frohes neues jahr
0
0
0
0
Défi
Anbaga

Il ouvre les yeux, tout se bouscule autour de lui. Il se sent, comme un tronc d'arbre tombé,des bucherons s'affairent et le nettoient.
Du bruit, beaucoup de bruit mais il perçoit difficilement les sons, ses sensations aussi se sont éloignées. Il ne sait si il a mal ou si la douleur est effacée, brumée,cachée,envolée.
Enfant, il aimait écouter les sons de la nature en s'imaginant des super-pouvoirs. Il était capable de ressentir l'air et de pouvoir enrager le ciel en tempête. A défaut de faire souffler le vent, il étudie les énergies et se renouvelle auprès de Brigitte.
Ses enfants lui ressemblent comme lui à de son père. Brigitte fait parti de sa vie, telle une veste chérie qu'on ne peut jeter. En pensant à sa femme, il se demande, s'il n'est pas passer à côté de son destin. Célibataire, il serait libre, capable de voyager et de multiplier les rencontres.
Il se voit humanitaire, et non utilitaire comme aujourd'hui.
- Aie !! Un sursaut lui déchire le coeur. Son corps s'allège.
- Oui !! Si c'était à refaire, il ferait différent.
Baptiste et Murielle sont beaux, il adore les voir s'épanouirent et vivre ce qu'il n'a pas pu vivre.
- Oui !! Il aime s'imaginer veillir auprès de sa famille si belle.
Il a besoin de rester. Il a envie de cette vie.
Pourtant, il s'efface. Tel un arbre sans feuille, il s'automne. Qui sait s'il pourra revenir au prochain printemps.
Sa route pourra être différente ou son destin n'est peut être que celui d'un homme heureux.
3
1
7
1
Défi
Mirabella
Les regrets, les peurs cachés au plus profond de l'âme, ils ne partent jamais, non ? Comment le pourraient-ils ? On dit que l'amour guérie les plus douloureux maux... Peut-être est-ce vrai ? Peut-être avec lui...
5
4
14
9

Vous aimez lire Gérard Legat (Kemp) ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0