5 - Première rencontre

4 minutes de lecture

Rajendra passa de la fascination au stress. Un nombre incalculable de regards se posaient sur elle. Dans leurs yeux, il y avait principalement du mépris et du dégoût, mais quelques-uns étaient fascinés par son aspect étranger : elle était bien plus grande que Shān malgré le fait qu’elle regardait le sol et agrippait fermement la manche de sa supérieure pour ne pas tomber. La jeune femme marchait avec un pas peu assuré et tentait de cacher au maximum sa brûlure en replaçant constamment le tissu.

Alors qu’elle suivait le pas de Shān, celle-ci s’arrêta brusquement devant une table basse. La jeune femme se tourna vers elle et, en posant une main sur son épaule, la força à s’asseoir. Puis, elle salua quelqu’un en se baissant et en joignant la paume de sa main droite au poing de sa main gauche. L’Égyptienne posa un regard furtif devant elle pour la première fois et vit un homme assis sur un gigantesque piédestal.

Il avait les cheveux affreusement longs et d’où elle était, elle pouvait voir son regard braqué sur elle. Elle remarqua tout de suite sa prestance et la forte aura qui émanait de lui. Il devait être très fier et important pour avoir autant de sujets et une aussi grande maison.

Une poignée d’hommes se rapprochèrent de lui après un signe de main et ils discutèrent un court instant avant que l’homme ne prenne la parole.

— Alors c’est elle l’égyptienne ?

Shān se releva et acquiesça, montrant de la main Rajendra qui ne cessait de regarder ses mains posées sur ses genoux.

— Oui, votre Majesté. Elle est arrivée ce matin au port, on l’a changée et lavée avant qu’elle n’entre au palais.

L’Empereur releva la tête et haussa un peu le ton lorsque l’égyptienne ne le regardait toujours pas les yeux, agacé qu’elle soit aussi banale. Cependant, il remarqua le foulard blanc qui enveloppait la moitié de son visage et ordonna l’esclave de le retirer.

— Pourquoi porte-elle un foulard ? Enlève-lui !

L’esclave eu un court sursaut et s’exécuta avec la main tremblante. Elle retira doucement le tissu blanc et la brûlure ainsi que l’œil aveugle se montrèrent à l’ensemble des personnes. L’Empereur eu un léger mouvement de recul et Rajendra se dépêcha de cacher sa blessure avec sa main. Il sourit et lui intima de présenter ses respects.

— Viens donc, jeune fille. Viens présenter tes respects à ton maître.

Il fit un mouvement de la main pour lui dire de s’exécuter. Rajendra ne comprit pas tout de suite ce qu’il voulait, mais, lorsque sa supérieure lui prit le bras pour la lever, elle s’avança vers l’Empereur. Un grand homme en armure, dans la trentaine, lui barra la route avec son épée. Contrairement aux autres, ses cheveux étaient blonds et ses yeux étaient bleus. Il n'était pas Chinois. Une cicatrice transversale longeait sa joue jusqu’à l’arrête de son nez. Il était beau, surtout ses yeux glacés qui avaient des légers tons gris.

Elle en oublia l’ordre de son maître et ne cessai d’admirer les iris de cet homme mystérieux. Curieuse, fascinée, elle lui frôla la joue, le faisant sursauter lorsqu’elle traça de son doigt le chemin de sa cicatrice. Il la rejeta doucement, avant de la regarder avec dureté. Rajendra se rendit compte de son geste et rougis de honte, et, alors qu’elle commençait à partir dans la direction opposée, il la retint du poignet et la poussa doucement vers l’Empereur.

La jeune fille se retourna vers lui et ne comprenait pas pourquoi il l’avait empêchée de venir vers l’homme puis incitée. Quant à l’Empereur, il était amusé par la tournure des évènements et rassura ses sujets et gardes d’un geste de main. L’égyptienne gravit les trois marches qui la séparaient de son maître et, lorsqu’il se trouvait juste devant elle, assis, transpirant la confiance, elle prit délicatement sa main gauche et plaqua son revers sur son front. Elle se baissa au maximum, le plus élégamment possible et écarta sa jupe.

— Maitre, je vous remercie.

Puis, elle baisa la bague qui était sur son annulaire, avant de reposer sa main lentement là où elle l’avait prise. Toute l’assemblée fut surprise de son geste, au point qu’ils se regardaient avec des yeux écarquillés. L’Empereur, lui, se mit à rire à gorge déployée et se leva de son trône. L’homme se rapprocha de l’égyptienne et frôla de son pouce la brûlure, puis la paupière de son œil afonctionnel. Il regardait la jeune fille tendrement, avec une lueur de douceur, contraire à celle de l’homme aux yeux bleus, mais toute aussi charmante.

— Mei. Ton nom sera Mei Feng. Tu es d’une Beauté indéfinissable. Tu es le Phoenix.

L’Empereur caressa tendrement les cheveux de Rajendra et l’invita à s’asseoir en face de lui. Son air tendre se durcit un instant puis, il se rassit sur son trône. Il croisa les jambes et posa sa joue sur son poing accoudé.

— Apportez-lui des collations, et passons aux choses sérieuses.

Annotations

Recommandations

Ryan Rmm

Si j'étais un animal, je serais un chien car il est inoffensif et cherche qu'on s'intéresse à lui.
Si j'étais une plante, je serais un cactus car il frappe au moment où tu penses qu'il t'arrivera rien.
Si j'étais une couleur, je serais le bleu, car il définit ce que je suis.
Si j'étais une musique, je serais je suis pas fou (le rappeur c'est jul, vous comprendrez pourquoi, si vous écoutez cette musique)
Si j'étais un acteur, je serais Vin Diesel.
Si j'étais un métier, je serais un serveur car je cherche la rapidité et la classe.
Si j'étais un objet, je serais un diamant car malgré les qualités et les défauts qu'on a c'est unique donc rare.

On rêve tous d'être ce qu'on pense mais nous voulons toujours être mieux que les autres, pourquoi pas mais nous savons que parler et nous faisons rien car on a pas le courage.

Si j'étais un fruit, je serais une fraise car elle ressemble à un cœur.
Oui car rien est plus beau qu'un grand cœur mais beaucoup de gens le brise sans connaître sa valeur.

Moi, c'est le cœur qui parle car je l'écoute toujours même si j'ai peur, malgré le nombre de fois qu'il a été brisé mais il faut toujours rester là tête haute car il se doit d'être solide.

Ne jamais baisser les bras et allez de l'avant malgré les coups.

Mon cœur c'est mon diamant, car peu de gens connaissent la valeur que j'ai, c'est dommage car un diamant ne se refuse pas.

Ne jamais abandonner, ne jamais tomber pour l'inutilité, ne jamais croire les autres, mais la femme qui t'as porté, ne dis jamais non, sans connaître la personne car elle peut être l'ami(e) que t'as toujours rêvé d'avoir.

Si j'étais un homme (car oui, je suis un jeune homme) je serais la raison, car j'aimerais que tout le monde s'entendre malgré les différences, les mentalités, les cultures, les valeurs, car oui nous voulons tous être meilleur que l'autre, mais nous cherchons tous la même chose,

LE RESPECT et réussir notre VIE.
LA CHANCE, elle est pour tout le monde, donc pourquoi se priver.

Soyez vous même.
Malgré les différences.

SI J'ÉTAIS VOUS, J'ÉCOUTERAIS MON CŒUR.
La vie est courte pour faire des compromis.
2
3
2
2
FriandiseCoquette
"Il n'y a rien de plus précieux en ce monde que le sentiment d'exister pour quelqu'un."

Du haut de ses dix-neuf ans, Mia Lates semble être l'archétype de l'étudiante so british. Et pour cause : brillante, jolie et mature, Mia possède toutes les qualités requises pour parfaire au bonheur de sa famille. Mais sous ces apparences distinguées se cache une jeune fille brisée, perdue et mal dans sa peau, qui ne cherche qu'à s'échapper de cette réalité oppressante. Alors, bien décidée à reprendre sa vie en main, Mia plaque tout du jour au lendemain et rejoint son meilleur ami, Adam McCall, en France, là où est resté son cœur des années auparavant. Toutefois, lorsque Adam doit se rendre aux États-Unis pour y régler certaines affaires familiales, Mia doit faire face à un nouvel ultimatum : retourner en Écosse et redevenir celle qu'elle était autrefois, ou bien se laisser porter là où son cœur le désire réellement, auprès de l'unique garçon où elle se sente vivante.
4
2
0
8
Défi
Lescure . D

J'étais là , ici . Seul dans le noir , perdu dans le néant , brûlé par des signes rouges et lumineux . J'ouvris ma porte molle et je vis là une lumière bien plus grande ! Si grande que mes habilles vert et tachetés marron me réchauffaient tout le long . Je semblais être porté par une chose immense qui braillait dès qu'il en avait l'occasion . Devant moi , en face , une autre chose immense tout en bleu et qui s'était amusé à caché son visage, cria :" c'est un garçon ! " Je sortais d'un noir profond pour aller passer une journée chez ces choses ! Mais ma porte se referma de force et je me retrouvais à nouveau seul avec un "garçon"qui me portait sur son haut , au-dessus du trou qui émettait ce son criard . Puis subitement la lumière revînt ! Tout était vert . Et j'avais mal ! Je transpirais de chaleur , et je me mis à rétrécir . Je devais prendre de plus large vêtement , mais il y avait que du vert et pas de marron .... Je regardais alors ces choses verte qui pendaient sur des longues tiges marron , la chose suivait ce qui semblait être son supérieur qui lui tenait la main . Il marchait sur une terre sinueuse toute poudreuse , et où pleins d'épines sortaient , entremêlées à des feuilles vertes . Son supérieur avec des bras marrons et plus souple qui pendaient de sa tête . Comme ces grands "arbre" ils disaient , son supérieur avait un tronc , avec d'autre moi ! Oui ! J'avais des gens qui me ressemblaient ! Ils étaient beaux ! Ils étaient bleu . Jamais je n'avais vu des êtres aussi beaux que cela ! D'autre part je savais d'où je venais . Je regardais alors un peu vers le haut . Le supérieur appelé ceci le "ciel" . Il était bleu , tout bleu , vraiment bleu ! Et il y avait des cotons ,blanc , tout blanc, vraiment blanc . Il y avait même un rond qui me brûlé , heureusement que le truc qui me portait baissa sa grosse tête de "bébé" je crois que l'on dit . Mais la lumière me brûlant, je me sentis partir , ma porte molle se ferma alors . Je me retrouvai dans un truc mou gluant mais tout douillé . J'arrivais  à savoir ce que la chose pensait . J'arrivai à sentir, à goûter , et enfin à voir ! Après m'être endormie pendant toute une adolescence , je me réveillai , et revins m'installer prêt à ouvrir les portes . Mais quand ce fus le cas , tout avait changé ! Il y avait de grand trucs gris et durs , le machin qui me portait était trois fois plus grand , des trucs qui roulaient faisaient du bruits en permanence , le "ciel" je crois que l'on appel , était gris , et ce qui me faisais mal ne se voyais plus trop . 
1
4
1
2

Vous aimez lire Free ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0