Chapitre 9 - Fantômes du Passé (3/3)

2 minutes de lecture

Encore et toujours le même rêve qui hantait le sommeil de Denita. Elle se revoyait petite fille, en robe à fleur, gambadant dans les champs de son père.

S'ensuivit l'arrivée de ce qu'elle avait pris à l'époque pour des esclavagistes, qui n'étaient en réalité que de curieux scientifiques souhaitant effectuer des atrocités sur les gens de son espèce.

Elle revit les combats, le feu, le sang, les cris. Puis sa fuite. Ces années d'errance solitaire pour échapper à la capture.

Ce rêve, qui était en réalité un cauchemar, était revenu la torturer depuis Mosmo Era. Elle avait longtemps pleuré à cause de lui, impossible de changer le cours des évènements.

Un flash aveuglant lui fit ouvrir des yeux creusés par la fatigue. Elle se trouvait assise dans un coin de sa cellule, adossée au mur. La vitre était toujours là, mais personne ne se trouvait plus derrière. Elle était enfin libre de ses mouvements mais n'avait aucune envie de bouger.

La Swatrozi était épuisée. Elle ignorait depuis combien de temps elle était retenue captive. Elle n'était éveillée qu'à seulement deux moments précis. Sur la table d'opération, juste avant que le scientifique ne lui injecte un nouveau sédatif afin de l'endormir pour effectuer des prélèvements, ainsi qu'après les-dits prélèvements, une fois de retour dans sa cellule.

Le reste du temps, elle était soit inconsciente, soit endormie. Les scientifiques lui avaient déjà prélevé de nombreux gènes, et beaucoup de sang, lui retirant toute son énergie. Elle se sentait ainsi toute molle et incapable de lever le petit doigt. Elle avait perdu tout son dynamisme et sa vigueur d'antan.

Cela faisait également une éternité qu'elle n'avait ni mangé, ni bu, et elle était étonnée d'être restée encore en vie avec les traitements qu'elle subissait. La Swatrozi soupçonna que les scientifiques lui injectaient des nutriments dans le sang afin de la maintenir en vie, mais uniquement le strict minimum, ce qui la rendait continuellement amorphe, tel un légume.

Il lui était incapable de préciser si elle avait revu le médecin avec qui elle avait discuté la première fois, car ceux qui s'occupaient des opérations portaient des masques et parlaient peu. Elle savait en revanche qu'ils effectuaient des roulements car elle voyait à la fois des Humains et des Taeils, ainsi que des Karins la charcuter.

Des larmes chaudes avaient coulé le long de ses joues durant son sommeil. Elle ne savait pas encore combien de temps elle allait devoir subir cet enfer. Elle espérait juste que ses parents étaient encore en vie.

Quelqu'un toqua à la vitre. Elle tourna la tête mais la lumière l'aveuglait. Cette lumière constante qui l'empêchait de connaître les cycles de jour et de nuit et qui déréglait son sommeil.

Une silhouette apparut en contre jour. Denita vit une blouse flotter. Elle se douta alors qu'il était à nouveau temps pour des prélèvements. Sa peau, dont le vert perdait de sa brillance jour après jour, venait à peine de cicatriser des précédentes opérations.

Sa vue se brouilla. Elle n'avait pas la force de se lever. S'ils voulaient la charcuter de nouveau, ils allaient devoir venir la chercher eux-mêmes. Elle s'effondra sur le côté et ferma les yeux, impuissante face à son destin.

Elle entendit la porte de sa cellule s'ouvrir et plusieurs personnes entrer. L'abominable routine reprenait.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Maggie Noël
Pas beaucoup de mots, pas beaucoup d'actions, mais beaucoup d'idées. C'est l'histoire d'un cœur brisé.
1
5
0
2
Jacques Dykens
Comment peut-on encore accepter aujourd’hui, dans une société prétendue démocratique, que l’homme ne soit rien de plus qu’un objet d’aliénation, que son travail soit organisé de telle sorte que ce qu’il fait soit un travail d’esclave visant à enrichir une autre classe sociale ?
3
4
1
21
pierre françois

Le temps d'un poème ?
Le crissement d'un stylo ;
le sang d'une plume.
0
0
0
0

Vous aimez lire SaltyKimchi ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0