Chapitre 7 - Tyran et Justice (2/4)

5 minutes de lecture

Edward prit le ComDev et l'attacha à son poignet. Il se regarda une dernière fois dans le miroir de la salle de bain. Ses cheveux avaient beaucoup poussés depuis son départ, ils lui arrivaient maintenant à l'épaule. La cicatrice sur sa joue, bien que légèrement estompée par le temps, était encore clairement visible. Mais il n'y prêtait plus attention maintenant.

Aujourd'hui, si tout se passait bien, il serait vengé de son bourreau.

Il avait tout de même une dernière affaire à régler avant de quitter cette planète de malheur. Il lui fallait à tout prix retrouver sa mère et sa soeur, et les sortir de leur situation. L'adolescent voulait les emmener avec lui dans un autre système. Il espérait pouvoir arriver jusqu'à Saon et recommencer une nouvelle vie, oublier son passé.

On toqua à la porte et le garçon ouvrit. Le groupe était prêt à partir. Ils avaient tous enfilés des vêtements sobres et neutre qui pouvaient passer partout. Ils avaient révisé le plan la veille et tout était en place.

Edward allait se placer à l'extérieur de la maison tout en guidant le groupe une fois que celui-ci sera entrer chez l'aristocrate.

Ils descendirent les escaliers pour atteindre la réception et sortir de l'hôtel. Bobson interpella l'adolescent qui se retourna.

— Edward, vous partez déjà ?

— Oui Bobson, on ne peut pas rester plus longtemps, je suis vraiment désolé.

Le Taeil parut attristé par la nouvelle mais fit comme s'il n'en était rien.

— C'est pas grave, je ne comptais pas vous forcer à rester non plus. C'était quand même bon de te revoir après tout ce temps. Si tu as plus de temps la prochaine fois, n'hésites pas à repasser ici.

L'Humain mit sa main sur l'épaule cornée du propriétaire et lui dit.

— Je n'y manquerais pas.

Il fit volte-face et suivit le groupe qui sortit de l'hôtel.

Il savait très bien qu'il ne reviendrait pas.

Le sable s'infiltrait dans ses chaussures trouées et le grattait entre les orteils. Ses cheveux longs lui tombaient devant les yeux et lui donnaient un air plus féroce. Il faisait danser son fusil avec précaution et le faisait passer de main en main droite à sa main gauche.

Sven leva la tête lorsqu'il entendit le grondement d'une voiture s'approcher. Le véhicule s'arrêta devant lui et deux hommes en descendirent, les mains vides. L'Humain fronça les sourcils.

— On peut savoir pourquoi vous revenez bredouilles ?

— On y peut rien, chef, fit le plus gros des deux, prénommé Fred, on a fait tous les pièges des alentours, aucun butin nulle part.

Sven se leva brusquement, laissant tomber son fusil par terre, et fixa un à un les deux hommes.

— Vous allez me dire que depuis ces trois derniers jours, vous n'avez rien trouvé à manger, parmi tous les pièges que l'on a posé ?

— Rien du tout chef, affirma le plus petit des deux, Conrad.

— Et qui me dit que vous ne volez pas le butin pour vous engraisser, demanda soudainement le chef.

Ce dernier dépassait d'une tête les deux autres hommes, et son ton ferme leur donnait des frissons. Une goutte de sueur dégoulina le long de la tempe de Conrad qui répondit, perplexe.

— Quoi ? Mais enfin, nos femmes et nos enfants sont ici, pourquoi ferions-nous ça ?

Sven regarda le sable. Le petit avait marqué un point. Mais il ne comprenait toujours pas pourquoi ces derniers temps, le butin se faisait de plus en plus en rare.

Il tourna la tête et regarda à l'intérieur de la grotte où le groupe venait de passer la nuit.

Une dizaine de femmes s'amassaient autour d'une marmite en y ajoutant des morceaux de viande. Sven jeta ensuite un coup d’oeil aux denrées qui s'épuisaient chaque jour. Les hommes du campement n'arrivaient plus à renflouer les vivres qui servaient à nourrir tout le groupe, y compris les enfants. Ces derniers gambadaient à l'intérieur de la grotte, très jeunes pour la plupart. Ils lui rappelaient son fils et sa fille perdus.

L'eau ne manquait pas, ils avaient trouvé un puits où se ravitailler non loin de là. Mais la nourriture manquait de plus en plus.

Prenant une grande inspiration, il fit signe aux deux hommes qu'ils pouvaient disposer, et fixa l'horizon en réfléchissant.

Lorsque tous ces gens avaient accepté de quitter la capitale, Ladine, pour suivre sa route, il s'était juré de faire en sorte que leur nouvelle vie soit meilleure, qu'ils ne regrettent pas leur décision d'avoir quitté la souveraineté du Parfumeur pour un destin de nomade. Ou de pilleur, selon certains.

Mais pour des survivants comme eux, le pillage n'était plus une question de moral mais de besoin. Sans ça, peu d'entre eux serait encore là aujourd'hui. Depuis toutes ces années, il avait erré dans le désert et avait ramassé et aidé tous les gens qui souffraient comme lui. Il avait tout quitté pour avoir sa liberté et ne regrettait rien.

Afin d'honorer la promesse faite à tous ces gens, il se décida à passer à l'action. Il ne souhaitait plus voir tous ces gens souffrirent à ces côtés, rongés par la misère et la famine. Il voulait agir et retourner la situation, leur offrir toutes les richesses qu'ils méritaient.

Rassemblant tout le monde autour de lui, il annonça.

— Bon, tout bien réfléchi, cette vie ne nous convient plus, nous arrivons de moins en moins à subvenir à nos besoins quotidiens.

— Ça c'est bin vrai ! S'exclama Maria, la cuisinière du groupe qui s'occupait d'exploiter un maximum les nutriments des ressources, d'habitude j'utilisais du sanglier vorace pour mon ragoût, mais v'la bin une semaine qu'n'en a pu. J'suis obligé de le remplacer 'vec du p'tit ver des sables mais l'goût est pô le même.

— Cela ne fait que confirmer la situation précaire dans laquelle nous vivons actuellement, acquiesça Sven, et ce n'est plus possible. C'est pourquoi j'ai décidé que nous allions dès maintenant mettre le cap sur la capitale et reprendre les terres qui nous reviennes de droit.

Tout le monde eut un mouvement de recul.

— Maintenant ? Dit l'un des hommes.

— Oui, affirma Sven, prenez vos affaires, on a de la route.

Il avait un ton calme mais ferme. Il vit l'homme hésiter un moment, comme-ci ce dernier avait choisi de rester ici et de ne pas le suivre.

Mais un autre éleva la voix.

— Sven a raison ! Pourquoi devrions-nous mordre la poussière pendant que le Parfumeur s'engraisse dans une tour que NOUS avons construit ? Pourquoi devrions-nous fuir les murs d'une cité que NOUS avons bâti de nos mains ?

Aucune raison ne nous pousse à nous cacher, ni aucune ne nous empêche de revenir. Celui qui venait de parler se révéla être Rupert. Après Sven, c'est lui qui avait le plus d'influence au sein du groupe, grâce à sa forte corpulence et son ancienneté. Il avait rejoint Sven quelques mois après sa fuite et ne l'avait jamais quitté depuis.

Avec l'accord et l'enthousiasme de Rupert, Sven était presque sûr que le reste du groupe allait les suivre, et il eut raison. Chacun acquiesça sans un mot et commença à être motivé par l'idée. Ils se dirigèrent tous vers l'intérieur de la grotte pour rassembler les affaires éparpillées dans le campement. Une dizaine de minutes plus tard, tout était terminé, ils pouvaient repartir en direction de la capitale, non loin de leur position.

En voyant la ville illuminée au loin, Sven songea un instant à l'avenir qui avait été réservé à sa femme et ses deux enfants, après son départ. Il le saurait sûrement en arrivant là-bas.

Pour l'heure, il fallait se concentrer sur la route.

— Prépare-toi, Parfumeur, chuchota-t-il en souriant, la cavalerie arrive.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Maggie Noël
Pas beaucoup de mots, pas beaucoup d'actions, mais beaucoup d'idées. C'est l'histoire d'un cœur brisé.
1
5
0
2
Jacques Dykens
Comment peut-on encore accepter aujourd’hui, dans une société prétendue démocratique, que l’homme ne soit rien de plus qu’un objet d’aliénation, que son travail soit organisé de telle sorte que ce qu’il fait soit un travail d’esclave visant à enrichir une autre classe sociale ?
3
4
1
21
pierre françois

Le temps d'un poème ?
Le crissement d'un stylo ;
le sang d'une plume.
0
0
0
0

Vous aimez lire SaltyKimchi ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0