Chapitre 3 - Kasula (3/3)

6 minutes de lecture

Bergins avait démarré le vaisseau et l'avait maintenu en position statique. Tout était prêt pour partir. Le pilote réussit à monter sur la plate-forme avec l'aide de Shad, et pénétra à l'intérieur de la navette. Denita continuait de tirer sur leurs poursuivants.

Dicey s'assit au poste de pilotage et enclencha les propulseurs pour décoller. Une secousse le fit toutefois sursauter. Le tableau de bord émit soudain un son alarmant.

— Ils ont touché le propulseur du réacteur déjà endommagé ! S'écria le pilote.

— Tu ne l'avais pas réparé ? Répondit Bergins, interloqué.

— Je l'avais remis en état, oui. Mais on a beau soigner une jambe blessée, en cas de mauvais coup, elle est toujours aussi fragile. Le réacteur droit est bousillé !

Malgré le manque de propulsion, Dicey réussit tout de même à faire partir le vaisseau qui décolla. Shad vit les Kasulas rétrécirent par le hublot, et les observa pendant qu'ils retournaient dans la forêt.

Le vaisseau sortit de l'atmosphère de Pricelia et erra dans le vide intersidéral. Dicey ne savait pas où aller. Voyant son hésitation, Bergins demanda.

— Que se passe-t-il ?

— On doit se poser quelque part, répondit le pilote.

Denita s'approcha des deux Humains, visiblement remontée, et s'exclama.

— Se poser ? Pour tomber à nouveau sur des Kasulas ou je ne sais quelle créature du

Néant ?

— Nous n'avons pas le choix, rétorqua Dicey, il est hors de question de retourner voir Shenin avec ce vaisseau. J'ai besoin de le réparer, et je n'ai pas les pièces qu'il me faut.

— Quel est le souci avec le vaisseau ? dit Bergins, intrigué.

— Je vous l'ai dit. Le réacteur droit est quasiment mort. Impossible de passer en vitesse supraluminique avec un seul, ce serait trop dangereux. Le vaisseau subirait un déséquilibre et il y a plus de risques de changer de trajectoire et de heurter un astéroïde que d'arriver sain et sauf à destination. Donc je vous le répète : il est hors de question de continuer en l'état. Il faut que nous nous posions sur une planète proche pour effectuer les réparations nécessaires.

La frustration l'avait levé de sa chaise et fait élever la voix. Il avait presque crié cette dernière phrase, mais le reste du groupe comprit rapidement la gravité de la situation. Avachi dans le canapé de la navette, Shad dit.

— Où pouvons-nous aller ?

— Ici, dit Bergins, qui regardait la carte du système d'Itaeran depuis le début du monologue de Dicey. Mosmo Era, c'est une planète désertique, mais c'est la plus proche du point où nous nous trouvons. Puis là-bas, nous n'y trouverons pas de Kasula, ils ne vivent que dans les endroits humides et tempérés, sur un climat similaire à Pricelia. Je ne sais pas ce que nous y trouverons là-bas, mais n'importe quel indice sera utile dans notre mission.

Dicey croisa du regard tous ses collègues, puis rentra les coordonnées de la planète après qu'ils aient tous acquiescé. Il enclencha le pilote automatique, et se leva pour se diriger vers sa chambre. Comme la navette ne possédait plus qu'un seul réacteur, sa vitesse avait considérablement diminué. Ainsi, malgré le peu de distance qui séparait Pricelia de Mosmo Era, le groupe bénéficiait de quelques heures pour se reposer et se remettre de ses blessures.

Dicey se laissa tomber sur son lit. Maintenant que l'adrénaline avait quitté son cerveau, il sentit sa joue le brûler et ses jambes trembler de fatigue. Il s'endormit rapidement.

Bergins n'arrivait pas à fermer l’oeil malgré l'épuisement et la douleur. Bien qu'il ait l'impression d'avoir la mâchoire complètement déchaussée et les genoux déplacés, la douleur physique n'était pas ce qui le faisait souffrir le plus. La douleur psychologique qu'il endurait était bien pire à ses yeux.

Toute sa vie, il avait été le plus grand, le plus fort. Celui dont on a toujours peur. Celui dont on évite d'embêter les amis, sous peine d'une correction.

Pourtant, l'espace d'un instant, il avait été pour la première fois de sa vie la victime de quelqu'un. Il avait été battu sans pouvoir se défendre ni même protester. Ce Kasula avait piétiné son orgueil et son estime de soi sans aucune considération. Son nom était gravé au fer rouge dans son esprit : Kel-Nox.

Il lui ferait payer cet affront, quitte à aller le retrouver au fin fond de la forêt de Pricelia. Sur sa vie, il se le promettait à lui-même. Il payerait.

Denita observait Bergins, la tête posée sur l'accoudoir du canapé. Shad et Dicey étaient partis se coucher, mais, tout comme l'Humain, elle n'arrivait pas à fermer l’oeil.

Le Kasula avait réveillé en elle des souvenirs qu'elle aurait préféré garder ensevelis. Il l'avait traitée comme un vulgaire animal de foire, que l'on garde en cage et que l'on sort pour divertir les passants.

C'était ainsi que l'on avait traité ses parents. Son enfance avait été marquée par leur capture par un marchand d'esclave Taeil. Elle avait réussi à s'échapper grâce à ses pouvoirs. Elle avait huit ans à l'époque. Encore aujourd'hui, elle se rappelait du visage cruel et sadique du Taeil lorsqu'il avait emmené ses parents et avait cherché à la prendre. Cette expression, elle l'avait retrouvée chez le Kasula.

Elle allait faire en sorte que ce Kel-Nox ne se délecte plus de sa souffrance, ni de celle de qui que ce soit. Sur sa vie, elle se le promit à elle-même. Il payerait.

Dicey se réveilla peu de temps avant l'arrivée du vaisseau sur Mosmo Era. Il sortit de sa chambre et retourna au poste de pilotage. Il y trouva Bergins et Denita, pensifs et hébétés. Il prit le relais du pilote automatique. Ses blessures légères ne le lançaient plus et il se sentait beaucoup mieux. Il pénétra l'atmosphère de la planète, lorsque soudainement, une secousse le surprit. Le tableau de bord se mit à clignoter et le vaisseau ne répondit plus. Il commença à descendre en piqué. Cela eut pour effet de réveiller Bergins et Denita qui s'exclamèrent en coeur.

— Qu'est-ce qui se passe ?

Dicey s'affola.

— Le propulseur du réacteur gauche n'a plus d'énergie ! Il s'est arrêté !

— Les hommes de Shenin n'ont pas dû remplir le réservoir à fond, pensant qu'on ne resterait pas longtemps ici, s'exclama Bergins.

Le vaisseau continuait de prendre de la vitesse sans que Dicey ne puisse plus rien contrôler. Ils approchaient dangereusement du sol.

— Active le propulseur de secours, s'écria Denita, il y en a toujours un sur les vaisseaux Swatrozis.

Dicey tenta de tirer la manette de secours, mais celle-ci était coincée. Il s'acharna, sans succès, tandis que le vaisseau continuait sa chute. Le groupe était en train de plonger dans une étendue sableuse qui s'étendait à perte de vue.

Tout à coup, Bergins attrapa la manette. Il tira sèchement et activa le propulseur de secours à quelques mètres du sol. Dicey eut pour réflexe de relever la manette de navigation et le vaisseau se redressa juste avant l'impact. Toutefois, n'ayant pas vu la dune, la proue s'enfonça dans le sable.

Par chance, personne ne fut blessé. Shad s'était néanmoins réveillé et affichait une mine intriguée.

— Il s'est passé quoi ?

— Rien, répondit Bergins, petit problème de réacteur, tout est en ordre maintenant.

— En ordre ? rétorqua Dicey, on va avoir un mal fou pour sortir le vaisseau du sable.

— Occupons-nous de s'en sortir nous-mêmes déjà, on verra après.

Le groupe ouvrit la plate-forme et sortit après avoir rempli leurs sacs de provisions. Seule la poupe dépassait de la dune. Avant que Dicey ne puisse trouver un moyen de le retirer de là, un grondement l'immobilisa. La seconde d'après, il y eut comme une explosion dans la dune et le groupe se retrouva propulsé à quelques mètres. Le vaisseau fut projeté un peu plus loin, sans trop de dégâts. Dicey vit la dune se faire engloutir comme dans un sable mouvant, sans comprendre ce qui s'était passé.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Maggie Noël
Pas beaucoup de mots, pas beaucoup d'actions, mais beaucoup d'idées. C'est l'histoire d'un cœur brisé.
1
5
0
2
Jacques Dykens
Comment peut-on encore accepter aujourd’hui, dans une société prétendue démocratique, que l’homme ne soit rien de plus qu’un objet d’aliénation, que son travail soit organisé de telle sorte que ce qu’il fait soit un travail d’esclave visant à enrichir une autre classe sociale ?
3
4
1
21
pierre françois

Le temps d'un poème ?
Le crissement d'un stylo ;
le sang d'une plume.
0
0
0
0

Vous aimez lire SaltyKimchi ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0