Chapitre 3 - Kasula (2/3)

7 minutes de lecture

Après avoir enfoncé la dernière vis dans l'aileron, Dicey se releva et posa les poings sur ses hanches pour contempler son travail. Il s'était donné du mal pour remettre en état le vaisseau, mais c'était fait. S'essuyant le front, il referma sa boîte, puis s'immobilisa. Il venait d'entendre le bruit d'une branche qui se brise en provenance de la forêt. Il s'accroupit et rampa discrètement vers l'intérieur de la navette. Il chercha rapidement son pistolet et ressortit lentement.

Face à lui se trouvaient huit fusils d'assaut pointés dans sa direction. Il ne broncha pas, il abaissa son arme. Il ne prit même pas la peine d'alerter ses coéquipiers sur son ComDev, l'ennemi fondait déjà sur lui. Un petit coup sec sur la nuque le fit sombrer.

***

Dicey se réveilla dans une petite cage qui ne pouvait le contenir en entier, l'ayant forcé à se contorsionner. La prison était solidement construite, faite de bois et de cordes.

Face à lui se trouvaient deux silhouettes floues. En clignant des yeux, le pilote remarqua Bergins ligoté par les poignets et des chevilles, la bouche en sang, les mains coincées dans le dos. La créature en face de lui était un Kasula.

Loin d'être les créatures les plus clémentes, ils étaient xénophobes et sanguinaires. Ils vivaient en groupe et se mélangeaient peu avec les autres espèces. Le jeune homme n'avait absolument aucune idée de ce qu'ils faisaient ici, ni pourquoi ils les avaient capturés.

L'alien sentit le pilote se réveiller, et afficha un sourire carnassier. Puis il tourna de nouveau la tête vers sa victime.

— Pourquoi êtes-vous là ?

L'Humain ne répondit pas. Son bourreau s'accroupit et lui prit le menton entre ses griffes pour lui relever le visage et lui asséna une violente gifle. Dicey pensa, plus que la douleur physique, c'était l'orgueil du géant qui souffrait le plus. Il n'avait pas dû être ainsi maltraité souvent dans sa vie. Du sang commença à perler du coin de sa bouche. Bergins restait impassible. Le Kasula afficha une moue insatisfaite.

— Je répète ma question : Pourquoi êtes-vous là ?

— Je pourrais vous retourner la question, répondit le colosse, sur le ton d'un enfant qui cherche à provoquer ses parents.

Mauvaise idée. Une seconde gifle arriva sur l'autre joue. Elle devint aussi rouge que la première. La créature se releva sur ses deux jambes. Ses quatre grands yeux vides semblait scruter l'âme de l'Humain.

Dicey tourna la tête et observa les alentours. Ils se trouvaient sur une plate-forme en bois construite au milieu des arbres.

Denita avait été placée dans une boîte solide mais transparente. Deux ennemis restaient à côté pour garder un oeil sur le moindre de ses mouvements. Shad, quant à lui, était ligoté comme Bergins, mais étendu à terre, probablement inconscient. Ils avaient dû le torturer comme ils torturaient son acolyte maintenant, sans succès. Des taches de sang se trouvaient près de ses mains.

— Leur vaisseau venait des Swatrozis, maître Kel-Nox, peut-être devrions-nous l'interroger ? venait de dire l'un des Kasulas posté près de la boîte.

Le chef s'approcha de la boîte et toqua du poing. La jeune femme montra les dents comme une bête qui cherche à se défendre.

— Toi, tu ne veux pas me dire pourquoi vous êtes venus sur cette petite planète sans histoire qu'est Pricelia ?

Denita grogna en plaquant ses mains contre les parois de la boîte, ce qui fit sourire Kel-Nox.

Sans attendre de réponse de la part de la Swatrozi, probablement parce qu'il savait qu'elle ne lui en donnerait pas, le chef se tourna vers Dicey, et dit à ses acolytes :

— Sortez-le de sa cage et tenez-le moi.

L'un des Kasulas près de la boîte et un autre ouvrirent la cage du pilote et le saisirent fermement par les bras. Celui-ci se vit soulever de terre puis reposer violemment. Ses épaules étaient coincés entre leurs bras puissants. Il lui était impossible de bouger. Le mercenaire sentit toutefois le métal d'un trousseau de clés contre sa cuisse. Kel-Nox s'approcha de lui lentement en massant ses phalanges.

— Et toi ? Tu pourrais répondre à ma question ? Ne me fais pas répéter, fit-il d'une voix suave et douce, avec une pointe de fermeté.

Son interlocuteur baissa les yeux et ne répondit pas. Il s'y attendait, et ne fut pas surpris. Le coup partit et sa joue gauche prit une teinte cramoisie. Ses genoux le lâchèrent, mais les deux soldats le maintenaient debout. Kel-Nox prit son élan et envoya son poing dans l'abdomen de l'Humain.

La colère montait à la tête du chef qui faisait les cent pas sans cesser de fixer l'Humain.

— Vous vous prenez pour des héros ? leur cria-t-il. À risquer votre vie pour garder un secret, vous n'y gagnerez rien !

Dicey se rappela de l'entrevue qu'il avait eu avec Johnson dans la prison de Bellnitch. Il répéta faiblement.

— Plutôt que d'avoir quelque chose à gagner, nous préfèrons ne rien perdre en nous taisant.

Kel-Nox hurla de rage puis s'apprêta à envoyer un second coup dans le ventre du pilote, lorsque soudainement, un cri l'immobilisa.

Derrière lui, Shad s'était relevé et, d'un bond, avait planté ses crocs acérés dans la nuque d'un garde. Lui arrachant un morceau de chair conséquent, il réussit à lui faire lâcher son arme. Le mercenaire hérissa ensuite les pics sur ses poignets et ses chevilles et gigota pour trancher ses liens. Il envoya un coup de pied dans le torse d'un autre qui tomba dans le vide. Il saisit l'arme du premier et la pointa vers ceux qui tenaient son allié. Deux balles suffirent pour les tuer. Le pilote eut le temps d'attraper les clés.

Se voyant désavantagé, Kel-Nox fonça vers le bord de la plate-forme et se laissa tomber dans le vide.

Le Zantry posa l'arme puis alla défaire les liens de Dicey et de Bergins, qui se massa les poignets et s'essuya aussitôt la bouche en tournant la tête par honte de ce qu'il venait de subir. Le pilote se précipita sur la cage de Denita et trouva une serrure sur la partie supérieure de la boîte. Il fit rentrer l'une des clés et tourna. La Swatrozi fit aussitôt éclater la porte et sortit en s'étirant. Époussetant sa tenue, elle s'exclama.

— Ce Kasula, j'aimerais tellement lui faire bouffer toutes les racines de cette forêt maudite !

— Ce ne sera pas nécessaire, la calma le géant, d'une voix plus faible que d'habitude, au moins, aucun de nous n'a vendu la mèche. Maintenant, il ne nous reste plus qu'à rentrer pour faire notre rapport à Shenin.

Dicey récupéra le pistolet que les assaillants lui avaient pris avant de l'assommer. Le groupe trouva une échelle pour descendre de la plate-forme, et l'utilisa tout en restant sur leurs gardes : Kel-Nox était toujours dans les parages.

Shad atterrit le premier se camoufla dans un grand buisson. Il observa les alentours mais ne vit aucun ennemi. D'un signe de la main, il indiqua à Denita de descendre et de le rejoindre. Le reste suivit. Entre les feuillages, le colosse chuchota.

— Comment on va faire pour retourner au vaisseau ? On a aucune idée d'où on se trouve.

La jeune femme montra son dispositif ComDev.

— Avec ça. J'ai enregistré les coordonnées du vaisseau dessus lorsque nous sommes partis. Il faut croire que ça va nous être utile.

Dicey eut envie de la prendre dans ses bras, puis se résigna en se rappelant l'attitude froide de la Swatrozi. Il se contenta d'exprimer seul sa joie.

— Denita ! Mais c'est génial ! Il ne nous reste plus qu'à suivre le signal.

— Exact, le vaisseau se trouve au nord. Et assez proche apparemment. Nous ne sommes pas très loin de la ville.

Un son de corne enleva toutefois toute joie sur le visage du pilote.

— Kel-Nox, fit-il, décomposé.

— Possible, répondit Bergins, mais n'attendons pas d'être sûrs, fuyons !

Il avait prononcé ces derniers mots en sortant du buisson et en commençant sa course entre les arbres. Le reste du groupe le suivit de très près. Ils détalèrent sans demander leurs restes.

Après quelques minutes, l'ex-détenu, moins robuste que le reste du groupe, entendit des bruits de feuillages et des branches craquer derrière lui.

— Nous sommes suivis ! cria-t-il à ses acolytes, à bout de souffle.

— Tiens bon, lui répondit Denita, on y est presque, encore une centaine de mètres.

Un bruit sourd retentit et une balle s'enfonça dans l'arbre le plus proche du pilote. Celui-ci sursauta mais n'arrêta pas sa course. Épuisé, il continuait quand même de courir, essayant du mieux qu'il pouvait de tenir le rythme de ses collègues.

De nombreux tirs continuèrent de pleuvoir dans son dos. Il se courba et se faufila vers les buissons pour se camoufler. La silhouette du Zantry se faisait de plus en plus lointaine, mais le pilote rassembla ses dernières forces pour accélérer de nouveau.

— Dicey ! Vite !

Le message venait de Bergins sur le ComDev. Il n'en fallait pas plus au pilote pour se motiver. Relevant la tête malgré la menace derrière lui, il sprinta sur une distance qui lui parut une éternité, avant de quitter soudainement la forêt et d'arriver dans la clairière où se trouvait leur vaisseau.

Le colosse se trouvait déjà à l'intérieur, tandis que la Swatrozi était placée, armée et prête à tirer, sur la plate-forme d'entrée. Shad se trouvait quelques mètres devant lui, luttant pour avaler les derniers mètres.

Dicey haletait pour les rattraper. Ses jambes étaient faibles mais son cerveau criait au danger. Il vit Denita tirer sur des cibles derrière lui, et celles-ci lui répondre. Les balles l’effleuraient, mais il ne s'arrêta pas.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 9 versions.

Recommandations

Maggie Noël
Pas beaucoup de mots, pas beaucoup d'actions, mais beaucoup d'idées. C'est l'histoire d'un cœur brisé.
1
5
0
2
Jacques Dykens
Comment peut-on encore accepter aujourd’hui, dans une société prétendue démocratique, que l’homme ne soit rien de plus qu’un objet d’aliénation, que son travail soit organisé de telle sorte que ce qu’il fait soit un travail d’esclave visant à enrichir une autre classe sociale ?
3
4
1
21
pierre françois

Le temps d'un poème ?
Le crissement d'un stylo ;
le sang d'une plume.
0
0
0
0

Vous aimez lire SaltyKimchi ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0