n°9

Une minute de lecture

Dans la grisaille matinale, le flux et le reflux des vagues grondent.

La mer

respire,

inspire,

expire,

et son feulement régulier résonne autour des falaises, et son souffle salé fait ployer la bruyère, là-haut, sur les sommets de la muraille assiégée.

Vont

et viennent

les flots frangés de pâles écumes où chantent les sirènes et les esprits des vents.

Ils gémissent,

ils sifflent,

ils supplient

les falaises d'ouvrir leurs portes de pierre, et de livrer passage au peuple de la mer.

Mais le granit sourd les ignore en silence et ne cède guère à la colère des vagues rugissantes. Leur acier fondu ne l'ébranle pas, leur bouche écumante se brise sur sa chair, ses hurlements furieux ne l'effraie nullement.

Vont

et viennent

les flots frangés de pâles écumes où chantent les sirènes et les esprits des vents.

Parfois ils se retirent, abandonnent le siège en murmurant tous bas des projets de revanche. Ils laissent derrière eux des galets ronds et durs, des fragments de rochers, que leur assaut patient arrache à la falaise, preuve que leurs efforts ne sont pas impuissants. Et seul demeure le vent marin, qui gifle les joues rosies des promeneurs heureux, et agite les cheveux des enfants

qui crient

qui rient

et ramassent en riant les plus jolies des pierres polies par la mer.

Le 15/04/2011

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
1941
4075
405
217
TheWingsOfDreams
Prologue :
“Qu’est-ce qu’on fout là ?”

La pièce était blanche illuminé par la lumière du soleil qui perçait par la petite fenêtre. Seul deux lits y était installé mais seulement ça.

Un homme s’approcha à travers le rideau fin, il tenait des bandes de pansement avec des produits pour nettoyer et désinfecter les plaies. Il se rapprocha d’Evy mais elle se recula vivement, remarquent le geste il s’arrêta.

“Ne vous inquiétez pas, tout va bien.”

“On est où?” demandai-je, perplexe.

Il nous regarda avec un petit sourire sournois puis jeta un coup d’oeil d’où il venait puis repris son sérieux pour nous dire.

“Bienvenu au Panthéon de la vérité. Votre Jugement Dernier.”
1
3
78
6

Vous aimez lire Elodie Cappon ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0