n°3

Une minute de lecture

Inspiration. Expiration. Un souffle profond, lent, lourd résonne, magnifié par l'écho d'une poitrine fatiguée.
Inspiration. Expiration.
Dans l'obscurité épaisse comme la terre qui pèse sur le torse des morts, un son aigu, bref, tombe goutte à goutte dans l'oreille de l'homme : "bip ! bip ! bip bip !"
Inspiration. Expiration.
L'entend-il, ce bruit lancinant qui perce les paupières closes d'éclairs rouges ?
Inspi...ration. Expir...ation.
Le souffle hésite tout à coup, se suspend, reprend.
Ins...piration. Expir...ation.
Le souffle laborieux tente de déchirer le linceul étouffant de l'obscurité, par à-coups brusques, nerveux.
Ins...pi...ration.
Et tout à coup, l'étouffant linceul cède, et le souffle jaillit comme un fleuve enragé qui vient rompre un barrage.
Inspiration, expiration, inspiration, expiration.
La sonnerie sèche et rouge accélère, emportée par le courant. "bipbipbipbipbipbip"
Inspiration, expiration, inspiration, expiration, inspiration, expiration, inspiration...
Le souffle est trop rapide, la pluie sonore s'emballe, la poitrine se crispe, se soulève, se bloque... "Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip !"

Expiration.

Silence.

Le 16/11/2010

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
MARQUE
On ira. Où tu voudras, quand tu voudras. Et on flânera encore même quand le jour sera mort. Toute la nuit on sera rois, on sera chiens, on emmerdera Darmanin. Toi ma douce, moi ton venin. Et tous nos demains seront écrins.
1
0
0
0
É. de Jacob

nous jouons avec les rimes
autant qu’avec la prose
nous pouvons faire rire
ou simplement pleurer
nous flottons dans le ciel
nageons dans le sang
la guerre et les tourments
nous aimons les amoureux
ou les détestons
les fleurs nous émerveillent
tout comme les histoires d’horreur
peuvent nous plaire
nous escaladons des montagnes
voguons sur les océans
pénétrons dans les cœurs
devenons sœurs d’âme
nous sommes oiseaux
conscience
ou désespoir
nous choisissons d’être beaux
ou cruels
ou romantiques
passé présent ou futur
nous appartiennent
nous vous laissons la vie sauve
du moins pour un temps seulement
78
128
17
16
É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
1968
4100
408
220

Vous aimez lire Elodie Cappon ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0