n°1

Une minute de lecture

Dans l'obscurité compacte d'une nuit sans lune, des bruits secs se font entendre : craquements sinistres, grincements secs, chocs sourds... tout semble mener une vie mystérieuse alentour. Pourtant, nul autre son ne perce les ténèbres glaciales. Mais l'aube blanche approche, et petit à petit, des formes se devinent, des ombres gigantesques, serrées comme les colonnes de quelque temple obscur. Progressivement, la grisaille remplace la nuit, révélant les piliers à l'écorce noire qui s'élancent vers le ciel blanc. Plus le regard monte, et plus les troncs disparaissent sous leur ramure épineuse couverte de neige. Car c'est une forêt, une forêt de sempervirents qui s'étend aussi loin que porte la vue.
Et les craquements, les grincements, les chocs résonnent davantage dans le froid d'albâtre du matin hivernal.
Là-haut, au-delà des sommets pointus des arbres austères, un point noir survole le paysage. Que voit-il, l'aigle majestueux qui plane au-dessus des pins noirs tachés de blanc ? Jusqu'où s'étendent les arbres mornes et figés ? Mais le rapace est indifférent à ce paysage glacial : au loin, la plaine vide et immaculée se rapproche petit à petit. L'oiseau de proie la survole bientôt, et aperçoit ce qu'il cherche.
Il s'abat... Le sang éclabousse la neige.

Le 06/11/2010

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
1941
4075
405
217
TheWingsOfDreams
Prologue :
“Qu’est-ce qu’on fout là ?”

La pièce était blanche illuminé par la lumière du soleil qui perçait par la petite fenêtre. Seul deux lits y était installé mais seulement ça.

Un homme s’approcha à travers le rideau fin, il tenait des bandes de pansement avec des produits pour nettoyer et désinfecter les plaies. Il se rapprocha d’Evy mais elle se recula vivement, remarquent le geste il s’arrêta.

“Ne vous inquiétez pas, tout va bien.”

“On est où?” demandai-je, perplexe.

Il nous regarda avec un petit sourire sournois puis jeta un coup d’oeil d’où il venait puis repris son sérieux pour nous dire.

“Bienvenu au Panthéon de la vérité. Votre Jugement Dernier.”
1
3
78
6

Vous aimez lire Elodie Cappon ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0