Chapitre 22 : Sourde confiance.

11 minutes de lecture

D’un geste prompt, Sky attrapa le dossier de sa chaise de bureau et la retourna avant de s’y jeter. Il utilisa les roues pour se rapprocher du milieu de la chambre. Kimi, encore debout, comprit qu’il attendait qu’elle s’assoie, alors instinctivement, elle s’exécuta et s’installa au bord du lit.

Sky, visiblement blasé, avait les jambes largement ouvertes et un coude enfoncé sur les côtés de sa chaise. Il glissa un doigt sur sa tempe, en pleine réflexion tandis qu’il utilisa son autre main pour replacer son jogging et d’une pierre deux coups, ses bijoux de famille.


  • Trés classe, lui balança Kimi en grimaçant.
  • Oh, ça va… lâcha-t-il en levant les yeux au ciel. On fait tous ça et c’est ma chambre… Donc, je fais ce que je veux.

Pourquoi fallait-il qu’il lui parle toujours aussi sèchement ? À la longue, ça devenait épuisant. Du coin de l'œil, Sky fut étonné de constater qu’elle passa de l’agacement à la résilience.


  • Bon… Tu voulais parler de quoi ? poursuivit-elle d’une voix faible.
  • Euh… Bah, je te l’ai dit dans les messages. Il faut qu’on se partage nos idées pour le futur conseil des délégués.
  • Déjà… ? Les autres délégués n’ont même pas encore été élus et… - Kimi repensa à ce qu’il avait dit à propos de Leroy -... Non rien, se reprit-elle.

Il n’y avait rien de plus déstabilisant qu’une fille triste. Malgré ses intentions cachées, Sky chercha d’abord à comprendre :


  • Tu allais dire quoi ? Dis-moi, insista-t-il en la voyant glisser ses bras entre ses cuisses, mal à l’aise.
  • Tantôt… Je t’ai parlé de créer un comité des fêtes et… Déjà, tu n’as pas pris mon idée en compte et puis… Tu t’es acharné sur Leroy…
  • Je ne me suis pas acharné. N’exagère pas, dit-il en roulant des yeux.

Kimi pinçant les lèvres, un creux se formant dans sa joue. Qu’est-ce qu’elle avait ? Sky était clairement déstabilisé.


  • Je… t’ai appelé pour qu’on en discute, figure-toi. J’ai réfléchi et je pense que… C’est une bonne idée, dit-il en s’arrachant la gorge.
  • C’est vrai ? s’exclama-t-elle, son visage s’illuminant.
  • Oui, mais… D’abord… enchaîna-t-il en la coupant dans son élan. Je voulais te parler de Leroy, justement.
  • Ah, je ne pense pas qu’il voudrait se joindre au comité…
  • Ce n’est pas ça.
  • Alors… C’est quoi ? demanda-t-elle, pleine d’appréhension.
  • Je n’ai vraiment pas apprécié son comportement tout à l’heure, déclara-t-il, sérieux.
  • … Comment ça… ? Attends, quoi ? s’énerva-t-elle presque. Il n’a rien fait de…
  • Hey, l’arrêta-t-il en aplatissant ses mains dans le vide. Je veux juste te dire qu’il faut qu’il se calme.
  • Mais pourquoi ??
  • … Tu me laisses parler ? répondit-il après un temps. J’ai l’impression que personne ne s’en est rendu compte, mais quand il a dansé avec cette fille, tu crois que ma sœur, elle a ressenti quoi ? Qu’elle s’est sentie comment ?
  • Oh.

Il fut heureux de voir dans ses yeux qu’elle comprit où il voulait en venir. Sky continua, un peu gêné de montrer qu’il se tracassait pour Lysen.


  • C’est quoi sa relation avec cette fille ?
  • Silka… C’est juste une copine.
  • Vraiment ? demanda-t-il, suspicieux.
  • Oui, vraiment… Ils sont juste amis, lui certifia-t-elle.
  • Personnellement, je ne touche pas mes amis de cette manière, la reprit-il.
  • Sky… C’est délicat, ok ? Ces deux-là sont trés liés, mais ils ne sont pas du tout amoureux…
  • En quoi ? Si je te touchais de cette manière, tu penserais pas que j’ai quelque chose derrière la tête ?

Kimi ne fit pas attention à la chaleur qui se logea dans son ventre et l’imagina une seconde. Elle pouffa.


  • He… Pourquoi tu te moques ? He !
  • C’est juste que tu ne sais pas aussi bien danser, rigola-t-elle.
  • On a déjà dansé ensemble pourtant.

Les souvenirs de la Californie remontèrent à la surface. Elle devait lui donner raison. Parfois, elle avait tendance à oublier qu’ils avaient voyagé tous les deux en Amérique. Ils avaient aussi partager la même chambre. Kimi se souvenait de leurs retrouvailles, de leurs disputes… Des chaleurs tapantes sur leurs épaules, du désert, du tournage, de son regard posé sur elle quand elle formait un couple avec Billy. De l’avion. C’était le grand luxe. En boîte, Sky avait fait semblant d’être son petit ami. C’était vrai. Plutôt que de danser, ils avaient remué ensemble après cet événement. À ce moment-là, tout allait si bien. Ils vivaient encore dans l’ignorance des cachotteries de leurs parents. Elle n’avait pas encore connaissance de la promesse qui pesait sur sa tête. Elle ne savait pas encore à quel point Dossan avait été amoureux de la mère de Sky et à quel point, il pouvait être de mauvaise foi. Dans ce passé, où elle avait rit avec le Richess le plus influent de Saint-Clair, elle ne se sentait pas encore menacée que le sien remonte à la surface.

Kimi baissa la tête :


  • Tu ne comprends pas, redevint-elle plus sérieuse. Quand deux personnes danse ensemble et deviennent partenaires... C’est un lien unique qui se crée. Ça ne veut pas pour autant dire qu’ils s’aiment.
  • Tu as dit qu’ils étaient liés, n’en démorda-t-il pas.
  • Mais Sky, t’es chiant ! Oui, c’est le cas, Leroy et Silka ont vécu pas mal de choses ensemble. C’est une des premières personnes à qui il a fait confiance et c’est pareil pour elle. Ils sont devenus amis et puis partenaires de danse, c’est tout.
  • Et pourquoi il n’a confiance en personne ?
  • Ça... je ne peux pas te le dire, lâcha-t-elle en secouant la tête.
  • Pourquoi ?
  • Sky…
  • Pourquoi ? se buta-t-il. Je veux savoir, déclara-t-il ensuite en se levant. J’ai jamais eu confiance en lui et ça m’a pas plu de voir ce que j’ai vu !
  • Il n’est pas amoureux…
  • Je m’en fou ! C’est pas la première fois que tu dis des trucs bizarres sur ton frère ! Et je trouve que ces comportements ne sont pas normaux ! Il est tout le temps derrière toi, à mal regarder les gens, il évite tout le monde, mais non, ma soeur, là, il y a pas de problème ! Il fallait que ce soit ma sœur et qu’elle tombe amoureuse en retour de ce… Il ne m'inspire vraiment rien de bon ! Je suis inquiet pour elle ! Inquiet qu'il ne soit pas sincère !

Cette dernière réflexion brisa le cœur de Kimi. Il l’était pourtant. Sky, quant à lui, dévia son regard, mort de honte. Il s’en voulait de s’énerver, mais une force l’obligeait à s’en prendre à Kimi. Il n’arrivait pas à lui parler calmement.


  • Je te jure que s’il refait un truc de ce genre, je vais...
  • Tu ne feras rien du tout ! Arrête d’être si agressif ! s’exclama-t-elle en quittant le bord du lit. Tu es tout le temps dans la menace, je… C’est vraiment… J’ai même plus envie de te parler, dit-elle en se détournant. Je pensais que tu m’avais fait venir pour qu’on parle de nos rôles de délégués, mais tu voulais juste… faire des reproches à mon frère et me crier dessus, comme d’habitude. Je ne suis pas sûr de pouvoir supporter ça encore longtemps...

Le pas qu’elle fit vers la porte poussa Sky à la retenir. Une main sur son épaule, il se plaça devant elle :

  • Attends. J’ai rien contre toi, dit-il difficilement en la trouvant blessée. Je veux juste comprendre. C’est ma sœur… annonça-t-il d’un ton presque suppliant.
  • Tout d’un coup… Tu t'inquiètes pour elle, alors que vous vous disputez tout le temps…
  • C’est vrai, mais… Oui, je veux être sûr qu’elle sorte avec quelqu’un de bien, avoua-t-il en rougissant.
  • Pourquoi tu ne lui montres pas un peu plus que tu l’aimes ? mit-elle les pieds dans le plat.

Parce qu’il en était incapable, pensa-t-il.


  • C’est pas la question…
  • Quoi que je te dise sûr Leroy, réfléchit-elle. Tu ne seras pas content de l’apprendre.

Kimi pensa même que ce serait pire. Il valait mieux arrêter la discussion.


  • Je vais y aller.
  • Non, l’arrêta-t-il. Attends, vraiment, parce que… si toi, tu ne me le dis pas… Il me suffira de demander à quelqu’un d’autre…

Contrairement à ce qu’elle pouvait penser, Sky n’était aucunement fier de parler de cette manière. Fâchée, elle se planta à quelques centimètres de lui. Elle fouilla son regard tandis qu’il se figea. Pouvait-elle vraiment lui faire confiance ? Quelque chose en Kimi voulait y croire.


  • Si je te le dis… Tu promets de comprendre ?
  • Je…
  • Promets.

Longuement, Sky hésita. Ses yeux dans les siens, il observa tout son visage, puis déglutit. De temps à autre, Kimi avait l’air vraiment féroce. De ces fois-là, il ne pouvait que lui faire confiance.


  • Promis.

***

Sous son pull noir, Kimi transpirait malgré le froid cinglant. La buée qui sortait de sa bouche s'écrasait en gouttelette sur son écharpe et venait mouiller désagréablement son menton. Au milieu de la rue sombre, elle s’arrêta abruptement, les mains attachées à ses cuisses. Sa toux lui arrachait la gorge, épuisée de courir.

Autour, les membres de ne perdaient pas de leur ferveur :


  • Faut l'attraper !
  • Par là !

Parallèlement aux petites ruelles, ils détalaient comme des chiens en furie.

Tiger, la caméra en main, arriva en trottinant derrière Kimi. Il la contourna pour capturer son visage de l’objectif. Son jeune visage aussi pâle que l’hiver était rougi au niveau des joues.


  • Tu abandonnes ?
  • Ah… fit-elle entre deux respirations, puis en relevant son regard déterminé dans le sien. On peut pas !
  • Ici ! s’écria Kennedy, peu habillée pour la saison.
  • Ne… chercha de la retenir Kimi en vain.

Cette dernière s’engouffra dans l’étroit passage privé de lumière. Mike et Nadeije sur ses arrières, elle se déplaça à l'aveuglette dans la ruelle.


  • Hey, murmura-t-elle. Minet… Où tu te caches ? Gentil minet…

Doucement, elle continua de l'appeler en claquant sa langue sur son palais. C’était un cul-de-sac. Il ne pouvait pas être bien loin. Au fur et à mesure qu’elle s’enfonçait, un silence troublant s’installa.


  • Tu le vois ? chuchota Mike, sur ses gardes.
  • Non, mais… C’est bouché, donc…
  • Là ! s’écria Nadeije en pointant un conteneur du doigt.

En même temps, ils entendirent un “bong”. La silhouette minuscule qu’ils poursuivaient avait sauté sur la poubelle métallique qui faisait deux fois sa taille. Kennedy, rapide, réussit à la rattraper par la cheville. Dans son poignet, elle se rendit compte à quel point elle était fine. Ce moment de réalisation lui valut un coup de pied dans la figure. La douleur lui fit relâcher sa prise et tomba les fesses au sol. Ses deux compagnons vinrent à la rescousse, entourant le conteneur. De là, il ne pouvait pas s’échapper. Au moment où il le comprit, Nadeije le vit chercher désespérément une issue. En croisant la lueur de ses yeux dans la pénombre, elle se figea. Les ongles plantés dans le mur, il se laissa glisser à genoux, les jambes tremblantes sur la paroi lisse et le nez rivé vers le ciel. Ainsi, il ressemblait à un animal prit au piège.


  • Hey, l’interpella Mike en s’appuyant à la poubelle.
  • Attent… !

Le visage attrapé entre ses ongles, celui-ci hurla de douleur :


  • Aaah ! Putain !!
  • Mon dieu, s’horrifia Nadeije en constatant les griffes profondes sur sa joue.

De tout son élan, elle vit celui qu’elle qualifia monstre faire un bond impressionnant pour rejoindre le sol mouillé où il perdit son équilibre. Abandonnant Mike, elle courut dans l’espoir de l’empoigner une bonne fois pour toutes. Elle réussit à s’accrocher à son vêtement. Le cri qu’il poussa lui perça les tympans et le coup qu’elle se prit dans le ventre la fit se plier en deux. Elle vomit. Quelle mission de merde. Nadeije pensa qu’ils n’auraient jamais dû lui courir après. C’était un échec total.


  • Stop.

Les deux bras tendus, de manière à toucher du bout du doigt les deux murs parallèles de la ruelle, Kimi se planta à la sortie de celle-ci, la respiration courte. Tiger qui filmait derrière, abaissa sa caméra. Cela faisait longtemps qu’il n’avait plus eu envie de capturer un moment de ses propres yeux. Ceux de Kimi restèrent bloqués sur sa figure qui n’en était plus une. Sa poitrine se serra en le voyant s’affoler sous ses boursouflures. La tête cabossée, tâchée par les croûtes de sang qui s’émiettaient au-dessus des hématomes, il était un bleu géant. Frêle, la peau sur les os, il tremblait comme une feuille. Ses lèvres gonflées, percées, laissaient échapper du sang et grelottaient de froid. Sans doute, de peur également.

Quand elle fit un pas vers lui, sa chaussure raclant le pavé, elle entrevut la couleur de ses yeux, de ses paupières qui s’ouvrirent en grand. Kimi captura son regard. Il chercha à reculer, sans le quitter également, sa tête s'enfonçant entre ses minces épaules.


  • Non, fit Kimi d’un ton ferme quand Mike et Nadeije se rapprochèrent dans son dos. Je vais y aller...

Le menton bas, le petit garçon, cherchait à disparaître en se repliant de plus en plus sur lui-même. Voûté, il fixa le sol et resserra ses doigts devant son visage pour se protéger quand elle s’avança doucement. Millimètre par millimètre, Kimi gagnait du terrain et découvrait chaque parcelle de son corps. Sous ses vêtements devenus trop larges, la saleté recouvrait des blessures récentes.

Elle tendit légèrement son bras en avant pour voir sa réaction. Il se hérissa, pris de spasmes et sa respiration s’accéléra.


  • T’approche pas trop, grommela Mike derrière, la paume sur sa joue abîmée.

Kimi ne l’écouta pas, soudainement obnubilé par ses réactions. Et si elle lui donnait sa main ? Il se recula du plus qu’il pouvait, terrorisé.


  • Kimi, essaya-t-il encore de la prévenir.

Toujours rivée sur le petit garçon, elle n’entendait plus rien. Du plus loin qu’elle pouvait, elle étendit ses doigts vers lui. Ses pupilles devinrent minuscules et une plainte sortit de sa gorge. Il agrafa son bras. Kimi retint un cri et l’emporta dans sa chute en plantant ses doigts dans son épaule. Sous ses mains, elle le sentit se tendre. En essayant de se débattre, il poussa des bruits qui lui brisèrent le cœur. Des larmes se logèrent dans ses yeux quand elle essaya de l’entourer. Cette petite chose souffrait tant. Elles s’arrêtèrent de couler en sentant une vive douleur entre son épaule et son cou. Il y avait planté ses crocs.


  • Hey !!! hurla Tiger en voulant venir les séparer.
  • Je suis là…

Il stoppa son élan en l’entendant. Une main dans sa chevelure sale, en ventilant à cause de la douleur, elle lui répéta à l’oreille : “Je suis là”. Bouche bée, son ami relança sa caméra. Kimi était une héroïne. Alors que cet animal ne lâchait pas sa chaire, les nerfs au-dessus de son nez se tortillant, elle le garda dans ses bras jusqu’à ce que son regard abrupt et sauvage s’apaise. Jusqu’à ce que sa respiration se calme et qu’il lâche sa peau trouée, d’où du sang dégoulina. Jusqu’à ce qu’il relâche sa prise. En sentant ses ongles se dégrafer, puis ses doigts se raccrocher, elle eut un sanglot. Malgré la douleur qui la traversa quand il se recroquevilla dans ses bras en blottissant son nez au niveau de sa blessure, elle refusa de le quitter.

  • Je suis là, répéta-t-elle en continu, la gorge serrée.

Les grosses larmes qu’il laissa tomber dans son dos, la voix qu’il avait perdu le contraignant à crier silencieusement et son étreinte désespérée, la firent bien plus souffrir. 

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0