Chapitre 79 : Camping à la belle étoile

9 minutes de lecture

Braségali, Type Feu
Fidèle compagnon de route

Estelle et la foldingue dorment près du brasier à moitié éteint. On part pour une nouvelle aventure, si j’ai bien compris. Nous sommes partis si vite ce matin que la jumelle avait pratiquement le feu au cul. Après tout ce que nous avons vécu lors du grand rassemblement où les humains nous ont confronté à d’autres Pokémon, je dois dire que cette soirée plutôt calme me donne l’occasion de réfléchir à tout ce que nous avons fait depuis que je connais mon humaine.

Je la comprends mieux qu’avant, ce qui est une bonne chose, mais j’ai aussi combattu aux côtés de cette femelle qui nous a donné beaucoup de fil à retordre par le passé. Kylie. C’est bête à dire, mais je saisis enfin comment elle s’appelle. Son frère s’appelle Scottie. Kylie et Scottie… Ces deux-là ont très généreux envers mon humaine.

Ce n’est pas comme cet abruti de dégénéré avec son instrument maléfique qui me donnait parfois envie de l’étrangler avec les cordes de celui-ci. Cet homme-là il a fait beaucoup de mal à Estelle. Je dois admettre que j’ai apprécié les sons qu’il a sortis pour la cérémonie, l’union des pères de mon humaine. Pikachu m’a dit que ça s’appelle un mariage. Je ne comprends pas ce que ça veut dire. Les humains et leurs coutumes peuvent être si étranges…

— À quoi penses-tu, mon enfant ? me demande une voix à ma droite, alors que j’observe le clair de lune.

Je baisse mon regard pour voir la vieille Grodoudou qui nous accompagne depuis quelques jours. Très gentille… sage, surtout. Elle veille sur Estelle comme une grand-mère. Moi aussi, d’ailleurs…

— Je repensai au jour où j’ai rencontré mon humaine, dis-je.

— Ah oui… je n’étais pas présente lorsque tu es sorti de ta Poké Ball pour la première fois avec Estelle, mais j’étais attachée à la ceinture de Monsieur Flint. J’ai tout entendu de ma position.

— Dis plutôt que tu étais emprisonnée dans cette foutue balle… Je ne comprendrais jamais pourquoi vous vous laissez faire, vous et les autres Pokémon. Je déteste ces foutues boules métalliques…

Grodoudou glousse avant d’observer la lune.

— Nous en avons déjà parlé, mon enfant. Pikachu était présente ce soir-là. Tu t’en souviens ?

— Oui, oui… On a eu ce débat assez souvent. Je dis juste qu’on… En fait… J’ai oublié ce que j’avais sur la conscience avant que tu ne me parles…

— Alors, ça ne devait pas être important.

La boule de poils rose a raison. Je me tracasse beaucoup pour rien sur des petits détails. Chose que mon humaine m’a transmise au fil des derniers mois.

— Quant à toi… es-tu sûre que c’est ce que tu veux ? je lui demande.

— Pardon ? fait-elle, confuse.

— Je veux dire, voyager avec nous. Je veux dire… N’es-tu pas...

— Je ne suis pas mourante, très cher, si c’est ce que tu insinues. Seulement, je sais qu’il ne me reste très peu de temps avant d’être rappelée auprès d’Arceus. J’ai décidé d’accompagner ma petite Estelle, une toute dernière fois. Je souhaite passer ces derniers mois avec elle.

— Ne crains-tu pas de lui briser le cœur quand tu…

Je m’interromps. Cette remarque est effrontée.

— Je crois qu’elle a compris que je vais bientôt disparaître, mon enfant. C’est pour cette raison qu’elle m’accorde ce dernier souhait.

C’est bête. J’ai commencé à m’attacher à cette Pokémon et déjà, je sais qu’elle approche la fin de son existence. Au moins, elle tiendra compagnie à Arbok, dans les étoiles.

Après un moment de silence, à observer le firmament étoilé, je décide de reprendre la parole. Je remarque que Grodoudou semble tout aussi fascinée que moi par ce qu’il y a dans le ciel.

— Dis Grodoudou… qu’est-ce qui nous attend quand on meurt… ? Je me suis toujours posé cette question, depuis la mort de notre ami serpent.

— Il s’agit d’Arbok, n’est-ce pas ?

Je hoche la tête avant de m’asseoir près du tronc d’arbre auquel je suis appuyé. De notre position, je peux voir Kylie qui gesticule dans son sommeil. Elle doit sûrement rêver à d’autres combats. Aussi obsédée que moi, lorsqu’il est question de remporter des victoires.

— Mm… commente Grodoudou. Je n’en sais pas plus que toi, mon petit. Je me suis toujours posé cette question, mais je crois qu’on retourne tous auprès de notre Créateur pour ensuite revenir au cycle de la vie.

— Je me demande si Arbok réussira à revenir parmi nous.

— Peut-être, mais il n’aura sûrement pas la même apparence qu’autrefois. Mes parents me disaient autrefois que le Grand Arceus aurait toutes les réponses à nos questions. Je crois que c’est pour cette raison que je n’ai pas peur de mourir.

— En voilà au moins un, parmi nous, qui soit rassuré…

Estelle se réveille en sursaut et éternue, avant de se rendormir aussitôt. Je remarque que je suis tendu car j’ai failli me lever d’un bond pour courir à son aide. Je ne pense pas me remettre de toutes ces attaques de la Team Boulette avant longtemps. J’ai encore ces images de la vilaine dame qui s’est faite tuer par l’un des Pokémon de notre ami ténébreux.

— Tout va bien, dit Grodoudou. Elle a seulement attrapé froid.

Je vise alors le brasier qui se trouve près de mon humaine et de son amie. Je prends un grand souffle avant de lancer une petite flamme en direction des branches déjà calcinée et tout doucement, il se rallume. Je me lève alors pour aller ajouter d’autres morceau de bois dans la pile et j’ajoute d’autres grosses pierres autour des flammes.

— Dis donc, tu te débrouilles bien, remarque la Pokémon près de moi.

— Le jumeau m’a montré comment prendre soin d’un feu de camp quand nous étions sur la route. Nous avons été obligés de dormir à la belle étoile, parfois, parce qu’il n’y avait pas de Centre Pokémon à proximité. Crois-tu que ce soit assez sûr pour les humaines ?

Grodoudou incline sa tête vers l’avant pour me dire que oui. Elle a beaucoup voyagé en compagnie de son maître, Monsieur Flint. Je crois qu’elle me dirait si jamais j’avais commis une erreur.

— Me voilà rassurer, soupiré-je.

— Quelque chose me dit que tu en as beaucoup sur la conscience, pas vrai ? J’ai remarqué que tu n’as pas beaucoup mangé, cet après-midi.

— On ne peut rien te cacher…

— Disons qu’avec beaucoup d’années passées à côtoyer les Pokémon et les humains, j’ai appris à comprendre beaucoup de choses, vois-tu ? Je crois qu’il y a quelque chose qui te tracasse. Tu m’as parlé de la mort, il y a à peine quelques minutes. As-tu des pensées… sombres ?

Incrédule, je l’observe en penchant la tête d’un côté.

— Je ne compte pas m’enlever la vie, si c’est ce que tu me demandes, je réponds. Seulement, je me fais du souci pour mon humaine. Voilà plus de douze lunes que nous voyageons ensemble et je me souviens l’avoir souvent entendu dire qu’elle se cherchait un objectif…. Un rêve… Et si elle n’y arrive pas, que dois-je faire ?

— Un rêve ? Estelle a toujours été une enfant éclatante, curieuse et agréable à fréquenter. Je crois que tu t’en fais beaucoup trop pour elle. Un jour, elle comprendra où est sa place en ce monde. Ton devoir est de l’accompagner et de lui donner tout l’amour et le support moral dont elle a besoin. C’est tout ce dont elle a besoin.

— Nos humains sont si étranges…

Je m’installe en position du lotus devant le brasier et Grodoudou s’assoit à côté de moi. Mon amie prend une brindille, y accroche une guimauve et la fait rôtir au feu de camp. Je remarque qu’Estelle et Kylie ont oublié de ranger certains sacs de nourriture. Elles étaient trop fatiguées et se sont couchées bien assez vite, après avoir débattu sur les plans des prochaines journées. Apparemment, nous nous sommes perdus dans les nombreux sentiers qui mènent à Bourg Geon et Kylie insiste pour qu’on continue sur la même route alors qu’Estelle pense plutôt contourner les bois. Finalement, elles se sont entendues à emprunter un autre chemin, avec espoir que nous sortirons bientôt de cette forêt.

— Ils se chamaillent tout le temps pour un oui et pour un non, poursuivé-je. Souvent, c’est à nous, les Pokémon, de prendre la relève. On dirait qu’ils sont incapables de régler leurs disputes avoirs recours à nos pouvoirs. Ne trouves-tu pas ça marrant ?

— En effet, ricane Grodoudou. Mais Estelle et Kylie semblent bien s’entendre. Elles sont de très bonnes amies.

— Je dirais plutôt que la jumelle veut se rapprocher d’Estelle… Il est clair qu’il y a quelque chose qui se forme entre elles.

— Ah bon, tu crois ? Raconte ! Je veux tout savoir !

Grodoudou me regarde avec deux yeux ronds comme de grosses baies Oran juteuses. Elle semble soudainement intéressée à ce que j’ai à raconter sur les anecdotes de mon humaine. C’est bête... J’ai oublié à quel point elle aime les ragots, celle-là. Pas étonnant que Rondoudou ne peut pas la supporter et qu’elle passe la plupart de son temps dans sa Poké Ball.

Alors que je récite quelques petites histoires de notre aventure, Grodoudou retire sa deuxième guimauve des flammes. Elle me tend la première qui a déjà refroidi. Je la refuse poliment. Je n’aime pas les sucreries autant que mes autres camarades de la route. Elle fait mine de ne pas s’en faire et dévore les deux friandises en couinant de plaisir.

— Ça m’a manqué, faire du camping, déclare-t-elle. C’est justement ce dont j’avais besoin pour mes derniers mois…

— C’est un peu morbide de penser à la mort autant, non ?

— Eh ? Pas vraiment. J’ai accepté ma vieillesse, mon garçon. Il est vrai que je ne sois plus capable de me battre autant qu’avant, mais il n’y a rien de mieux que de vagabonder une toute dernière fois avec des gens que j’aime. Je suis heureuse de faire ce dernier voyage avec vous.

Elle ne se soucie pas de mourir et pourtant, elle était si triste quand mon humaine était sur le point de repartir sur la route. Grodoudou est assez particulière, comme compagne de route. Elle nous aidait beaucoup à cuisiner certains repas et à ramasser des ingrédients dans les arbustes, mais à part cela, elle n’avait pas combattu une seule fois.

Au bout d’un moment à l’observer, je remarque qu’une petite larme coule le long de sa joue. Elle l’essuie rapidement avant de me dire :

— Bref, ne t’en fais pas pour une vieille Pokémon comme moi. J’ai vécu une belle vie et j’espère en profiter encore pour un certain temps. Seulement… j’aurais une requête à te faire, si tu le veux bien.

— Une… requête ?

L’aînée de notre groupe me regarde alors d’un air sérieux. Je sens que le ton de sa voix va changer, si ça se trouve.

— Tu dois me faire la promesse de toujours prendre soin de ma petite Estelle, en mon absence. D’accord ? J’ai été là pour elle depuis qu’elle était un tout petit bébé… Ça me chagrine de devoir bientôt la quitter.

— Je… je ferais de mon mieux.

— Mauvaise réponse. Tu es son partenaire. C’est le devoir de tout bon Pokémon de venir en aide à son humain !

Elle me regarde d’un air sévère, puis prend alors une expression sereine quand elle remarque mon malaise. Elle pouffe de rire, cette vilaine !

— Allons, je ne fais que taquiner, mon enfant. Je sais très bien que tu n’abandonneras jamais Estelle. Tu ne la quittes jamais d’une serre depuis que tu l’as rencontrée. Seulement, j’avais envie de te l’entendre dire…

— Que je serais toujours à ses côtés ? Bien sûr…

— Dans ce cas, elle sera bien accompagnée. J’ai foi en toi, Braségali.

Et vous savez quoi ? Cette conversation avec Grodoudou m’a rassuré. Je crois que je n’ai plus à m’en faire pour Estelle. Je serai à ses côtés, quoi qu’il se passe. Après tout, c’est ce que je fais depuis notre rencontre. Je ne vois pas pourquoi je changerai pour autant.

Elle et moi, nous formons une équipe du tonnerre. Qu’elle soit une combattante ou bien une simple civile, je m’assurerai toujours de la protéger et de la chérir ! Bien sûr, je compte aussi sur l’aide de ma petite amie Pikachu. Ensemble, nous nous assurerons que notre humaine soit toujours saine et sauve.

Je crois qu’il est temps pour moi d’aller me coucher. Je suis épuisé…

Fais de beaux rêves, Estelle. Demain, on reprend la route.

Je salue Grodoudou et je ferme les yeux. Je m’endors aussitôt.

Annotations

Recommandations

Kentyn
Enfin Haïkus il n’y en a pas beaucoup... plutôt mokis et bribes poétiques libres..
81
90
1
0
É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
2471
4627
445
248
ElliePyroFire
Kali mène une vie qui devient pesante. À travers ses souvenirs, la jeune femme revit ses traumatismes et tente de s'accrocher, d'avancer en espérant que son cauchemar se termine enfin...
(Inspiré de faits réels)
74
48
60
29

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0