Chapitre 72 : Réunion sur la Route Victoire

18 minutes de lecture

Estelle, 16 ans
« Je crois en toi… Arbok… »


Juin est arrivé plus rapidement que je l’aurai souhaité. Je sens la fébrilité monter en moi alors que nous nous promenons à travers la Route Victoire. Jours et nuits, nous nous entraînons et nous attendons avec impatience pour que la Ligue Pokémon commence.

Dans quelques heures, nous serons arrivés à destination. À l’occasion, Kylie et moi on a décidé d’inclure Efflèche et Otarlette dans nos équipes. À notre grande surprise, ils ont tous deux évolués. Mon hibou est devenu un Archéduc et le phoque de Kylie est devenu un majestueux Oratoria.

Kylie semble avoir abandonné tout espoir d’en faire un Pokémon aussi puissant et cool que ses autres partenaires, mais elle doit avouer que celui-ci est de toute beauté.

Scottie semble parler de plus en plus à un certain Odin par téléphone. Je crois qu’il a rencontré ce dernier à Alola, lors de nos vacances. Je n’étais pas là lorsqu’ils se sont croisés mais il semblerait qu’il soit de passage à Kanto afin de venir voir la Ligue en spectacle.

Nous nous sommes perdus au milieu des montagnes et nous devons passer de grotte en grotte afin de chercher la prétendue sortie qui mène au Plateau Indigo.

— Fait chier… grogne Scottie qui s’écrase par terre, au bout de deux heures à tourner en rond.

— C’est un vrai labyrinthe, cet endroit, dis-je en me passant une main dans le front. Il fait une de ces chaleurs…

Je fais une pause avant de me tourner vers mon amie.

— Kylie… T’es sûre qu’on suit le bon chemin ? demandé-je.

Kylie est penchée sur une carte qu’elle a achetée au Centre Pokémon de Jadielle, c’est supposé nous aider à nous rendre au Plateau sans problème, mais les digues que nous avons empruntées jusqu’à maintenant ne ressemble pas vraiment à ce qu’il y a sur la carte.

— Ne me dis pas qu’on s’est encore perdu… lâche son frère en se tournant vers elle.

— J’crois qu’on s’est encore fait avoir, finit par déclarer la punk en fourrant la carte dans son sac. C’est de la camelote, cette merde !

Elle est visiblement vexée et découragée.

Elle appelle Noctali après quelques secondes.

— Eh toi ! Peux-tu nous flairer une sortie avec ton nez ? demande-t-elle.

L’étrange créature féline obscure hoche la tête, puis se mit à renifler des odeurs. Pendant qu’il mène son enquête, je me tourne vers Braségali qui essaie lui aussi de trouver une sortie pour nous. Son odorat est moins développé que Noctali, mais son ouïe est parfaite.

Nous venons de combattre quelques Nosteralto et il a souffert temporairement d’hallucinations à cause de leurs ondes sonores. Il s’en remet à présent avec les potions qu’on a appliquées sur ses blessures. Il semble avoir honte de s’être cogné à quelques reprises, mais je ressens son désir profond de vouloir nous aider. Il décide de suivre le Pokémon de Kylie en silence.

— Matoufeu, il peut aider ? déemandé-je en me tournant vers Scottie.

— Pas tellement, me répond Scottie. C’est un chat. Pas un chien.

— Et Papilusion ? Il ne pourrait pas nous aider avec les courants d’airs ? Roucarnage est trop gros pour que je le sorte de sa Poké Ball.

— Ah, ça par exemple, c’est une bonne idée !

Alors qu’il sortait le papillon de sa Poké Ball, j’ouvre mon smartphone et me rend compte que j’ai reçu quelques messages de la part de Yuki. Ils ont une longueur d’avance sur nous et campent près de la sortie de la Route Victoire. Ils sont partis de Jadielle avant-hier. Je ne sais pas comment ils font pour survivre dans cet endroit depuis deux jours. Les ondes wi-fi traversent à peine les lieux, alors je ne peux pas vraiment prendre le risque de lui envoyer de messages. Ça me prend au moins trente secondes avant d’ouvrir une page.

— Alors, Scottie… commente sa sœur. C’est qui ce mystérieux Odin ?

— Juste un mec que j’ai rencontré à Alola alors que vous étiez en train de faire du shopping, dit-il. Il se spécialise lui aussi dans l’élevage de Pokémon Psy et a décidé de venir à Kanto une fois que les championnats commenceraient. Mine de rien, on a commencé à se parler plus souvent. Il est assez cool comme type.

— Dis plutôt que tu en pinces pour lui, blague sa sœur. On a tous remarqué comment tu lui parles au téléphone.

Son frère rougit sur le coup et tourne son regard vers nos Pokémon en essayant de cacher son expression à sa sœur.

— N’hésite pas à nous le présenter quand il va se pointer au Plateau, continue Kylie. J’aimerais bien voir à quoi il ressemble…

— Pour quoi faire ? Me ridiculiser devant lui ? grogne Scottie.

— Mais non ! Je veux simplement voir qui est ce fameux type qui fait battre le cœur de mon petit frère… Il est gay ?

Le jeune homme hausse les épaules et commence à se mordiller la lèvre inférieure.

— Est-ce qu’il sait que… poursuit sa sœur.

— Nan, coupe-t-il. Je n’en vois pas l’intérêt parce que j’ai toujours des risques de perdre des potes quand je leur dis que je suis homo.

— C’est stupide comme idée… dis-je. Pourquoi on te ferait ça ?

— Ça c’est parce que t’es privilégiée, ma vieille, me réplique sa sœur.

Je prends cette remarque comme une gifle dans mon orgueil. Mais en même temps, elle n’a pas tort. Les gens typiquement hétéros n’ont pas à avoir peur de se faire ridiculiser parce qu’ils n’aiment pas les gens du même sexe. Aussi, je suis la fille d’un multimilliardaire, donc nous sommes normalement bien entourés.

La moi de l’année passée aurait été offensée si une étrangère m’avait dit ce genre de chose. Mais puisque j’ai été une bonne copine pour ces jumeaux pendant presque un an, je commence à comprendre plusieurs petits détails qui normalement ne voudraient rien dire à l’œil ou à l’oreille des gens comme moi. Oui… je suis privilégiée.

Enfin, je ne suis pas certaine de ma propre sexualité. Je suis probablement bisexuelle, mais ce n’est pas important pour le moment. Je ne cherche plus vraiment à trouver le grand amour. Tout ce que je veux pour le moment, c’est me concentrer sur ma santé mentale et juste profiter de ce voyage pour m’inspirer et rencontrer plusieurs personnes. Je n’arrive pas à croire que ma première année sur la route touche bientôt à sa fin. J’ai l’impression d’avoir rêvé une bonne partie de tout ce parcours.

— Kylie, c’était vraiment pas gentil comme commentaire, gronde son frère. Estelle n’est peut-être pas comme nous, mais ça n’excuse pas comment tu viens de la traiter. Excuse-toi, tout de suite.

— Non, je comprends où elle veut en venir, dis-je. Ce n’est pas rare qu’un employeur congédie quelqu’un parce qu’il est ouvertement gay. Ça arrive plus souvent qu’on le pense. Tous les problèmes familiaux et d’amis reliés à un coming-out ne fait que prouver que certaines personnes ne sont pas encore assez ouvertes d’esprit afin d’accepter cette réalité.

— Flint a de la chance d’avoir de bons collègues de travail et qu’il soit PDG, sinon sa vie serait probablement plus stressante, soupire Scottie.

— Je suis d’ailleurs surprise qu’ils ont pris la nouvelle de son coming-out plutôt bien, ajouté-je. Bien sûr, on a tous vu la presse à scandale réagir sur son couple avec Papa Gabriel, mais ça c’est de l’histoire ancienne.

Alors même que Kylie allait me répondre quoi que ce soit, son Noctali se tourne vers nous et couine pour attirer notre attention. Il vient de repérer une sortie et nous demande de le suivre. Nous nous hâtons donc de ramasser nos affaires, puis suivons nos Pokémon dans une autre pièce, beaucoup plus grande et aérée que celle que nous venions de traverser. Je ne pense pas que nous sommes passés par ici. Je ne reconnais pas les murs, ni les milliers de stalactites au plafond. En face de nous, à plusieurs mètres de là, se trouve la lumière du jour.

— Putain ! lâche Kylie. Prions pour que ce soit la bonne sortie !

Langage, Kylie. Langage !

Enfin, ses tics verbaux sont moins mauvais qu’avant, mais quand même…

— Sinon, vous y croyez à ces rumeurs que la Team Rocket circule dans les parages ? demande Scottie, alors que nous sortons de la grotte.

— Je ne l’espère pas, dis-je. Ils ont sûrement envie de s’attaquer aux visiteurs de la Ligue. Je sais que de nombreux flics seront sur place pour tout le tournoi.

— C’est obligé, ils sont toujours présents lors des évènements importants.

— Tâchons d’être prêts dans ce cas, si nous ne voulons pas ce qui s’est passé à l’usine se reproduise.

Il hoche la tête, puis je tombai nez à nez avec une jeune demoiselle aux cheveux roses qui courait dans notre direction. Elle est en vêtements sportifs et a attaché sa chevelure en queue de cheval. Elle est un peu plus musclée aux mollets et aux bras depuis la dernière fois que je l’ai vue, mais Yuki est en parfaite santé. Elle me serre dans ses bras, puis m’entraîne près du site de campement où Akira et elle ont passé les derniers jours.

— Dis donc, t’as changée toi ! remarqué-je. Tu pètes de santé.

Elle pouffe de rire, puis s’éloigne à côté du jeune homme de son partenaire de route. Akira porte aujourd’hui une chemise blanche et un pantalon noir. Son Dracaufeu chromatique dort paisiblement près de leurs affaires. Je vois qu’ils sont bien équipés…

— Je fais beaucoup de cardio, dit Yuki. Mon thérapeute me l’a recommandé. Ça m’aide à garder mes idées en place et surtout, ça me permet de créer des chorégraphies plus longues. Aki m’aide beaucoup là-dessus. Pas vrai, mon chou ?

Elle se tourne vers le jeune homme qui rougit timidement avant de hocher la tête.

— Toujours excitée à te rendre à l’école des arts ? formulé-je.

— Oh que oui ! s’exclame-t-elle avant de se tourner vers nous. J’ai hâte !

Braségali décide de s’appuyer contre une paroi rocheuse en silence, alors que Scottie rappelle Papillusion. Kylie fait de même pour Noctali. Mon amie aux tendances rebelles n’a toujours pas oublié comment Yuki m’a rendu folle durant plusieurs semaines, mais c’était loin derrière moi tout ça. L’adolescente aux cheveux roses fait beaucoup d’efforts pour se faire pardonner. J’ai entendu dire qu’elle a même envoyé un panier de fruits à Martyr et Yanis, accompagné d’une note pour s’excuser de son sale caractère. Martyr n’a pas l’air de vouloir lui reparler, mais il a mentionné qu’il acceptait ses excuses. Yanis est indifférent, parce qu’il n’a pas vraiment d’ennemis en ce monde.

— Avez-vous fini par trouver la sortie qui mène au Plateau ? demande Kylie, en s’adressant à Akira. Ça fait des heures qu’on la cherche.

— Ouais, il suffit de prendre le chemin à notre droite et de nous enfoncer dans le tunnel pour nous retrouver face au Centre Pokémon de la Ligue. On a décidé de camper ici afin de poursuivre à notre entraînement. Dracaufeu ici présent vient d’abattre plusieurs Grolem qui rôdaient dans les grottes à notre gauche, alors on a décidé de prendre une pause pour qu’il récupère.

— Des Grolem ? Ils sont rares, remarqué-je. Ça m’étonne d’entendre qu’ils sont de retour près de la Route Victoire. C’est le Professeur Chen qui va être content.

— Si au moins on pouvait se débarrasser de ces fichus Nosferalto, grogne Scottie. J’aurai dû mettre un autre Pokémon Psy dans mon équipe au lieu de me fier à Qulbutoké. Celui-là est bien efficace pour les contrattaques, mais il devient trop imprévisible lorsqu’il devient confus avec les ondes sonores de ces maudites chauves-souris !

— As-tu pensé à utiliser la capacité Rune Protect ? suggère Yuki.

— Ouais, mais les Nosferalto sont plus rapides que Qulbutoké et leurs crocs sont puissants. Quand j’essaie d’utiliser Riposte ou Voile Miroir, sa vitesse de réaction est beaucoup trop lente.

— Tu ne l’entraînes pas assez, soupire sa sœur.

— Ce n’est pas l’occasion qui me manque, je n’ai seulement jamais eu de chance avec lui, c’est tout, grogne-t-il.

— De toute façon, son nom l’indique, rajoute sa sœur. Il est toqué. Je crois honnêtement que tu devrais l’échanger pour un autre Pokémon.

— Tu déconnes ?! C’est un cadeau de Morgane, réplique Scottie, heurté.

— Ouais bah, les cadeaux comme ça, je n’en veux pas…

On décide de nous arrêter quelques minutes avec Akira et Yuki afin de manger nos collations. Le Dresseur ténébreux décide de reprendre son entraînement avec Dracaufeu alors que son amie rose bonbon, de son côté fait des saltimbanques et du jogging sur place. Je la vois faire quelques pirouettes alors que nous dégustons nos pommes. Kylie consulte ses textos, puisqu’on arrive à recevoir des ondes dans cette montagneuse, puis Scottie de son côté peigne Braségali qui est recouvert de poussières. Mon Pokémon se laisse faire, tranquillement.

— Braségali est toujours aussi majestueux, constate Yuki qui commence à présent à faire des redressements assis. C’est un bel oiseau, tu en prends bien soin.

— Ouais, mais sa phobie des Poké Balls n’est toujours pas passée, dis-je en riant. Il passe ses journées à marcher à nos côtés et à chasser des proies lorsqu’il a faim. Il sera toujours dans mon équipe pour cette raison.

— Sinon, comment ça se passe avec ton Archéduc ? On n’a jamais eu la chance de rencontrer vos Pokémon d’Alola, Aki et moi…

— Lui et les autres se portent à merveille, quoi qu’ils fussent déstabilisés par la température de Kanto lorsque nous sommes revenus de voyage.

— J’imagine… Vous me donnez trop envie d’aller visiter ces îles, soupire-t-elle. Ça serait trop bien !

— Moi aussi j’ai envie d’y retourner, dit Scottie. Il y a plusieurs Pokémon Psy que je n’ai pas eu la chance d’attraper. Notre ami Jake m’a dit qu’il essaierait de m’en dénicher quelques-uns avant que j’ouvre mon arène à Bourg Geon. J’ai bien hâte de voir ce que ça sera !

— Ah ouais, Jake… C’était pas le hippie, par hasard ? demande Yuki. C’est bizarre qu’il ne soit pas avec vous.

— On a oublié de vous dire qu’il a un emploi là-bas, expliqué-je. Il est en route pour venir nous voir à la Ligue par contre. Son avion devrait arriver d’ici ce soir à l’aéroport du Plateau Indigo.

— Ouais, on a prévu une session de thé avec lui, dit Kylie. Il a intérêt à nous ramener des malasadas d’Ekaeka. Leurs desserts sont fameux !

— Tu ne penses qu’à manger, ma parole… grogne son frère.

Sa sœur décide de l’ignorer, puis décide de sortir la Miaouss de Scottie afin de la prendre dans ses bras. Son frère n’apprécie pas qu’elle joue ainsi avec ses affaires personnels, mais Miaouss n’a pas l’air de s’en soucier alors qu’elle ronronne dans les bras de sa tante. Ça me fait penser que je me demande toujours quand Matoufeu va enfin évoluer. Scottie ne combat pas tellement avec lui, ces derniers temps.

Miaouss quant à elle est beaucoup plus forte qu’autrefois et arrive à mener un combat de quelques minutes contre ma Pikachu. Toutefois, elle est encore trop faible contre mes autres Pokémon. Scottie essaie surtout de renforcer les défenses de son Qulbotoké, malgré toute la frustration que cela implique.

— J’ai des barres protéinées aux fruits dans mon sac si vous en voulez, dit Yuki. Ça ne remplace pas des repas complets, mais ça aide !

— Oh cool ! lance Kylie en se tournant vers la Coordinatrice. J’en veux !

— Et dire que c’est la seule fois où tu te montres gentille envers elle, grogne son frère. Tu es sans scrupule, frangine.

— Oh tais-toi… réplique l’autre.

— Ça ne fait rien, dit Yuki qui rigole en écoutant les jumeaux. J’ai conscience que je suis une peste. Mais bon, avec l’aide de mon psy, je travaille là-dessus pour me corriger.

— On a déjà remarqué, formulé-je. Tu es beaucoup plus sereine que la dernière fois qu’on t’a vu à Safrania.

— Ouais… Ça m’a vraiment fait du bien de m’ouvrir à cet homme.

Elle sort les barres de fruits de son sac et en lance une à Scottie, puis une autre à Kylie. Alors qu’ils ôtent les emballages de leurs friandises, elle se tourne vers moi et se penche la tête d’un côté.

— Et toi, est-ce que Monsieur Plante a réussi à t’aider pour tes propres soucis ? demande-t-elle. Tu m’as vraiment inquiéter quand tu m’as demandé de le contacté pour toi. Je ne sais pas c’est quoi le problème, mais…

J’hoche la tête. Je ne lui ai pas expliqué que je souffrais d’un choc post traumatique relié à mes nombreuses rencontres avec la Team Rocket. Je ne voulais pas l’inquiéter alors qu’elle avait déjà ses propres problèmes à régler.

À cet instant, elle me fonce dedans sans que je sache pourquoi. J’entends un coup de feu venant d’en arrière de moi alors que je tombe sur mes fesses. Je me lève rapidement pour voir Yuki qui tombe par terre, la main sur son bras ensanglanté. Aussitôt, je fais volteface et lève mon regard au-dessus de la sortie de caverne d’où nous venons de sortir. Perché derrière un rocher, je vois Diana Lambert en uniforme de la Team Rocket, accompagnée d’un tireur d’élite et de quelques sbires.

— Tuez-les tous ! ordonne-t-elle. Et prenez leurs Pokémon !

Je me tourne instinctivement vers Yuki, sous le choc.

— Oh Arceus, oh Arceus, oh Arceus… couiné-je.

— Ne t’inquiète pas pour moi, cours ! lance Yuki.

— Mais je… insisté-je.

Braségali me rattrape en vitesse et bondit derrière un rocher afin de me protéger. Pendant ce temps, Scottie et Kylie sortent leurs Pokémon de leurs Poké Balls et combattent contre les sbires. Braségali retourne rapidement chercher Yuki et revient à notre cachette. Mon cœur bat à une vitesse folle alors que je coupe le bas de ma jupe afin d’en faire un pansement. Je n’ai pas d’alcool ni aucune pince, mais la balle est encore coincée dans l’épaule de Yuki. Bordel… Fallait que ça tombe sur nous ! J’entoure la blessure de celle-ci, tremblant de rage.

— Tout ça c’est de ma faute ! grogné-je. Cette femme a une dent contre moi !

— Mais comment a-t-elle fait pour vous suivre !?

— Je n’en sais rien, d’après moi elle nous traque avec un GPS, mais… mais…

— Mais quoi!?

Je me lève la tête en réfléchissant à ce qui est en train de se produire. Mon sac à dos, je n’ai pas pris la peine de le vider depuis l’incident de l’usine. Il doit sûrement y avoir une puce électronique à l’intérieur. Ça explique pourquoi ils ont essayé de me tuer à Parmanie et aussi pourquoi ils nous ont traqués jusqu’ici.

— Ils ont trafiqués mon sac ! dis-je entre mes dents.

Derrière nous, on peut entendre le rugissement du Dracaufeu d’Akira. Ils ont fait demi-tour alors qu’ils ont entendus les coups de feu. Je lève rapidement la tête par-dessus le rocher qui nous sépare des bandits et je vois que le tireur d’élite est tombé en bas de la falaise, inconscient. Son arme lui a échappé des mains alors que Diana envoie ses Pokémon attaquer ceux des jumeaux.

— Yuki ! lance Akira. Où est Yuki ?!

— Elle est ici ! hurlé-je par-dessus le rocher.

— Dracaufeu, descendons!

L’énorme lézard le pose alors à quelques mètres de ma cachette, puis assiste les Pokémon des jumeaux à nous défendre. Akira se précipite à côté de moi pour prendre Yuki dans ses bras. Il est en état de choc alors qu’elle est toute calme.

— Mais qu’est-ce qu’ils t’ont fait ! grogne-t-il.

— Ils allaient tuer Estelle, alors je lui ai foncée dedans… explique-t-elle. J’ai la tête qui commence… à tourner…

— Non… ne t’endors pas, dit Akira en lui donnant des petites tapes sur les joues. Reste réveillée. Bats-toi !

— Elle a perdue beaucoup de sang, expliqué-je… Ce n’est pas bon signe… Il faudrait l’emmener d’urgence au Centre Pokémon pour qu’elle puisse avoir des premiers soins.

Fou de rage, Akira ne m’écoute pas et dépose Yuki dans mes bras avant de retourner dans la mêlée. Il saute sur le dos de Dracaufeu et lui ordonne quelque chose que je n’entends pas. Aussitôt, la grosse créature noire s’envole et fonce en pleine vitesse sur Diana qui lève un flingue dans sa direction. Dans l’espace d’une seconde, tout est finie. Je vois la gueule de Dracaufeu se refermer sur le corps de Diana, puis il le brise en deux.

Il déchiquète ce qui reste du cadavre et jette les restes dans un précipice. Voyant ce qui vient de se passer à leur chef, certains sbires tentent de prendre la fuite, mais Akira ordonne à son Dracaufeu de les exterminer.

Je regarde la scène avec horreur alors que les jumeaux lui crient d’arrêter. Mais rien à faire. La rage d’Akira est si intense que le carnage continue pendant plusieurs minutes.

Lorsqu’il a terminé de tuer les sbires de la Team Rocket, ainsi que la plupart de leurs Pokémon, le jeune homme nous lance un ultime regard, puis s’envole dans les airs avec son Pokémon. Quelque chose me dit que c’était la dernière fois qu’on allait le voir de toute notre vie… Dans l’espace d’une seconde, toute sa vie venait de changer. Il est à présent un assassin fugitif et la police va sûrement se mettre à ses trousses…

Je tourne ma tête en bas de la falaise et je vois la tête inanimée de Diana Lambert qui roule jusqu’au sol, près de ses Pokémon terrifiés. J’ai le sang qui bouille dans mes veines en voyant cette scène, et je ne sais plus trop comment réagir. Braségali soulève Yuki et la transporte avec lui. L’adolescente aux cheveux roses est tout aussi choquée que moi et n’arrive plus à parler. Elle est sur le point de me dire quelque chose, en me prenant le bras, avant de perdre connaissance.

— Mince, dis-je. Il faut l’emmener au Centre et plus vite que ça !

— Mais qu’est-ce qu’on fait de ces cadavres !? lance Scottie.

— Pas le temps, laissons les flics s’en occuper ! réplique sa sœur.

— Mais les Pokémon…

— On s’en fout !

Elle prend son frère par le bras et l’entraîne dans le tunnel qui mène au Plateau Indigo, leurs Pokémon à leurs trousses. Braségali les imite rapidement, conscient qu’il a la vie d’une humaine à sauver. Il tient toujours Yuki fermement, dans ses bras.

Mon regard se pose à nouveau sur la tête sanglante de la femme qui a fait de ma vie un véritable enfer durant ces derniers mois. Je ne sais pas ce que je ressens. Un mélange d’horreur, de rage et de peine… peut-être aussi, un peu de soulagement.

Ce qui m’inquiète, toutefois, c’est l’expression perdue de ses Pokémon qui n’arrivent pas à réaliser que leur Dresseuse est morte.

— Vous êtes libres ! lancé-je. Elle ne peut plus vous ordonner de faire des choses contre votre gré ! Vous pouvez partir maintenant ! Vous méritez mieux !

L’Ursaring de Diana se tourne vers moi et secoue sa tête. Elle est en larmes. Le Magmar prend celle-ci dans ses bras alors que les autres Pokémon de leur équipe baissaient leurs regards vers la tête décapitée de leur maîtresse.

Je sens des larmes couler le long de mes joues, non parce que je suis heureuse qu’elle soit morte, mais parce que leur douleur, je la ressens. J’ai vécu la même chose quand Arbok s’est fait tuer. Une partie de moi voulait se réjouir, mais l’autre trouvait cette situation cruelle. Je ne sais pas trop comment réagir. Ils ne sont plus habitués à la vie sauvage et ont sûrement été maltraités par Diana durant toutes ces années… Ils se tournent tous les six vers moi et hésitent entre m’attaquer ou bien à me laisser tranquille.

Je n’ai pas envie de les laisser seuls. Je m’approche donc vers Ursaring et je la regarde dans les yeux.

— Sois forte pour tes amis, ils vont avoir besoin de toi, dis-je.

Autour de nous, les corps déchiquetés des sbires et des autres Pokémon commencent à sentir très fort. Je ne peux pas supporter cette odeur, alors je crois que je vais devoir partir d’ici et rejoindre les jumeaux. De plus, je ne supporte plus la vision de tous ces tripes et de tout ce sang.

— Ursaaaaa, grogne Ursaring en m’arrêtant.

Je me tourne vers elle, puis elle m’observe avec inquiétude. Elle essaie de me faire comprendre quelque chose. Elle ne veut pas que je l’abandonne. C’est ce que je ressens en l’observant elle et ses compagnons. Leurs Poké Balls ont été détruites durant le carnage de Dracaufeu et ils sont libres de faire ce qu’ils veulent, mais comme je l’ai prédit, ils ne risquent pas de s’en sortir sans un Dresseur.

— C’est bon, suivez-moi, dis-je. Je vais vous adopter à condition que vous ne me causiez pas d’ennuis. Mais pitié, il faut qu’on parte de ces lieux.

Ursaring hoche de la tête, puis me soulève dans les airs avant de me poser sur ses épaules. Ensuite, elle s’enfonce en direction des tunnels dans lequel les jumeaux et Braségali se sont dirigés. Les autres Pokémon de Diana nous suivent à la queue leu-leu. Ce qu’ils ont vécus dans les dernières minutes risque d’affecter leur santé mentale autant que la mienne, mais qui suis-je pour les abandonner dans ce moment de détresse ? J’espère que le Professeur Chen saura m’aider...

Annotations

Recommandations

Kentyn
Enfin Haïkus il n’y en a pas beaucoup... plutôt mokis et bribes poétiques libres..
84
90
1
1
ElliePyroFire
Kali mène une vie qui devient pesante. À travers ses souvenirs, la jeune femme revit ses traumatismes et tente de s'accrocher, d'avancer en espérant que son cauchemar se termine enfin...
(Inspiré de faits réels)
75
50
60
29
Rêves de Plume

Fixer l'infini
Dessous le ciel étoilé
Rêverie nocturne
274
127
4
1

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0