Chapitre 50 : Et plouf, dans l'eau !

14 minutes de lecture

Estelle, 16 ans
L'enfant miracle

Vingt-trois heures et demie.

Comme prévu, j’ai montré la pièce aux jumeaux un peu plus tôt et la première réaction de Kylie a été de sautiller comme une folle près de l’équipement sportif, pour ensuite aller barboter ses pieds nus dans la piscine en s'asseyant sur le bord.

Scottie est bouche bée de voir que nous sommes si bien équipés.

— Maintenant je vois d’où viennent les biceps de son père… marmonne-t-il pour lui-même, alors qu’il ne me voit pas passer.

Près d’une demi-heure après la visite dans la salle de gym, nous sommes en train de relaxer dans la baignoire à remous, lui et moi. Je suis en maillot de bain et lui en short sportif. Mon père lui a passé ces derniers qu’il sert autour de sa taille avec un nœud solide. Kylie s’est absentée un moment avant de revenir, en sous-vêtements et le jacket en cuir sur elle.

Elle grimpe en de haut du tremplin, du côté creux de la piscine et nous salue en nous faisant des signes de cornes avec les deux mains, puis ôte le jacket, dévoile son ventre et sa poitrine, complètement nus outre le fait qu’elle porte le collier au squelette autour du cou. Je remarque qu’elle a les bottes de cuir aux pieds et qu’elle les dépose sur le bout du tremplin qui n’est pas pliable avant de s’élancer et de courir sur la planche et de bondir, pour finalement se laisser tomber dans la piscine.

Un instant plus tard, elle sort à la surface de l’eau et pousse un cri d’amazone avant de nous saluer. Elle replonge sous l’eau et profite de notre piscine pendant que son frère secoue sa tête. Il n’approuve pas l’esprit rebelle de sa jumelle.

— Qu’est-ce qu’elle fout avec les seins à poils ? grogne-t-il. Tellement indécente…

— Oh arrête, nous sommes seuls ! Ça ne dérange personne. Les domestiques n’ont pas vraiment le droit d’être ici lorsque nous nous servons de la pièce de toute façon. On leur donne le droit de venir s’amuser durant leurs congés, du moment que mon père et moi ne nous servons pas du gymnase, ni de la piscine.

— Vous êtes vraiment bons envers vos employés, en tout cas.

— Papa valorise leur bien-être par-dessus tout.

— JE SUIS LA REINE DU MOOONDE ! lance Kylie dans la piscine.

— Ouais, c’est ça et moi je suis son esclave, soupire Scottie, pour lui-même.

Pendant quelques minutes, nous nous reposons tous trois. Je discute avec Scottie de mes exploits aux arènes durant leur absence, lorsque Kylie monte par l’une des échelles pour retourner sur le tremplin. C’est alors que sortant des vestiaires des hommes, Papa et Gabriel se tiennent main dans la main et se regardent dans les yeux en se dirigeant vers la piscine. Lorsque Kylie est à la surface, elle s’arrête net en se tournant vers l’énorme ventre mou de Gabriel qui bondit sur elle.

Elle cligne quelques secondes avant de réaliser avec horreur qu’il était nu, tout comme mon père et qu’ils l’observent tous deux, alors qu’elle n’a pas de soutien-gorge pour se couvrir les seins.

— AAAAAAAAH ! lance Gabriel.

— OH MON DOUX, SEIGNEUR ! crie mon père.

— MES YEUX SAIGNEUH ! aboie Kylie en se retournant.

— Qu’est-ce que vous faites ici !? ajoute mon père. Vous auriez pu me prévenir, quand même ?!

Il se cache derrière Gabriel, complètement nu et gêné de se dévoiler ainsi devant Scottie et moi, ainsi que Kylie. La jumelle s’est recouverte les seins et les yeux avec deux bras et tente de s’échapper, mais glisse sur le bord de la piscine et tombe à l’eau, alors que le fiancé de Papa tremble de peur. Encore là, ça va. Lui on ne voit pas ses parties génitales tellement il est énorme, mais Papa, c’est une autre histoire.

— C’est quoi cette idée de se mettre tout nu dans cette piscine ? demandé-je en soupirant. C’est pas un peu… crade ?

— Mêles toi de tes affaires, boude mon père. On voulait passer une soirée en amoureux dans la baignoire à remous.

— Oh Arceus… Oh Arceus… Oh Arceus, couine Gabriel pour lui-même.

— Kylie, ça va ?! demandé-je en élevant la voix.

Celle-ci revient à la surface, mais se tourne dans ma direction.

— J’ai perdu mes p’tites culottes ! grogne-t-elle. Sont-ils encore là !?

— Euh… Ouais ? Je suis chez moi, ici ! boude mon père.

— J’ai tellement honte… soupire son partenaire.

— MAIS QU’EST-CE QU VOUS FOUTEZ LÀ !? beugle Kylie. JE SUIS TOUTE NUE !

Gabriel s’empresse de prendre mon père par le poignet et le tire dans sa direction alors qu’il retourne aux vestiaires pour se changer. Je sens une perle de sueur couler sur ma joue alors que je tourne mon visage vers Scottie. Celui-ci était aussi rouge qu’une tomate et sourie bêtement, alors qu’il essaie de se cacher sous les bulles savonneuses du bain. Inutile de lui demander ce qui ne va pas, je sais qu’il a adoré se rincer l’œil sur eux. Je suis vraiment entourée de gens bizarres, maintenant que j’y pense.

Puis je vois Scottie se tourner vers moi en montrant une longueur de ses doigts en marmonnant le mot :

— Woooooooooow… de sa bouche.

— Tu ne penses vraiment qu’au sexe, ma parole ! m’exclamé-je.

— Non mais t’as vu… ça ? Pas étonnant que Gabriel se plaise avec lui.

— Tu parles de mon père… Ta gueule…

— Pardon, réplique-t-il en rougissant.

Il me rend inconfortable. Je sais que ce n’est pas de sa faute, il aime ce qu’il aime, mais c’est quand même mon père dont il parle.

— J’imagine que ça doit être marrant sous la couette, dit-il en ricanant.

— SCOTTIE, grogné-je, en me couvrant le visage.

— Haha, désolé… Mais waouh…

Il semble aux anges, je soupire en me levant.

Je décide d’aller rejoindre sa folle de sœur dans la piscine qui a enfin retrouvé ses petites culottes. Celle-ci les met de côté sur le bord de la piscine et se laisse flotter sur la surface de l’eau.

— Alors, tu me donnes combien ? dit-elle sur un ton moqueur.

Elle me fait une grimace.

— Ta gueule, répliqué-je en sautant dans la piscine.

— Pouahaha! Pruuuu-

Je n’ai pas vraiment entendu une partie de cette phrase parce que je suis à présent sous l’eau. Je me mets à nager pendant quelques secondes avant de remonter à la surface. Kylie vient de grimper le plancher en céramique afin de retourner sur le tremplin. Son frère, quant à lui, sortait de la baignoire à remous et se dirige vers les vestiaires. Mais qu’est-ce qu’il fout celui-là ? Je préfère ne pas lui demander ce qu’il fait. Je suis de mauvais poil et je n’ai pas envie de lui parler pour le moment.

Je me laisse donc flotter sur le dos, essayant d’oublier l’embarras dans lequel mes deux amis viennent de me mettre avec mon père.

Kylie se laisse tomber dans l’eau et m’éclabousse le visage.

— Waaaaahouuu ! lance la jeune femme en remontant quelques secondes plus tard.

Je ne dis rien, trop froissée par leur façon d’agir. Kylie est beaucoup plus casse-pied que d’habitude. Son frère ? On dirait un puceau en chaleur qui aurait besoin d’un bon coup de pied dans le cul. Grrr… Me voilà qui parle comme sa sœur. Ras le bol ! Ils m’énervent. Certes, je les adore, mais des fois ils sont vraiment… allés trop loin.

— Tu boudes ? dit alors la punk qui s’approche de moi.

— Combien de fois va-t-il falloir que je te le dise, Kylie ? Je ne suis pas…

Je me lève dans sa direction, prête à lui lancer ses quatre vérités, lorsque je réalise qu’étrangement, les reflets de lumière sur son visage et sa peau me font oublier pourquoi je suis furieuse. Elle est en fait très jolie, malgré son caractère de cochon. Sa chevelure pourpre commence à revenir brune, il serait temps pour elle de les teindre à nouveau. Les perçages de ses lèvres me paraissent moins laids que d’habitude. Je sens un nœud se former dans ma gorge alors que j’essaie de lui expliquer pourquoi je suis si frustrée, mais je n’y arrive pas. Elle a un air de chien abattu maintenant.

— Pourquoi compliques-tu tout entre nous !? finissé-je par dire en levant les mains dans les airs, pour ensuite frapper l’eau. Tu me rends folle !

— Bah… Toi aussi tu me rends folle…

— Quoi, parce que je te fais trop penser à Vicky !?

— Non… Parce que… C’est impossible entre nous d’avoir une histoire d’amour. C’est tout. T’es l’une des filles les plus belles que j’ai rencontré de toute ma vie et ton âme est tellement pure que ça me tue de te voir gâcher tes émotions amoureuses pour un type qui ne te désire même pas.

— Ah… Parce que tu es jalouse maintenant ?!

— Ouais, je suis jalouse. Je suis jalouse de ne pas avoir de pénis et de testicules ! grogne-t-elle. Si ce n’était pas de ma stupide apparence, j’aurais des chances avec toi. Mais non, on a fait de moi une meuf avec des nichons et une chatte !

— Bah, tu me dégoutes! Tu m’écœures et je… Ta gueule !

Je m’élance vers elle, sur l’émotion et je la tire vers moi avant de l’embrasser pendant quelques secondes. Je tremble. J’enrage, je ne veux rien savoir de tout ça, mais elle me rend complètement folle. Mon corps agit, ma pensée est en panne. Je la repousse, puis je fais volte-face dans la piscine. Je réalise que je viens d’agir comme une conne.

J’ai le goût de m’enfuir. Je suis furieuse autant que je suis en extase. Elle est tout ce que je ne suis pas : libérée, brave, aventurière, marrante, un sex symbol… J’ai l’air d’une fillette à côté d’elle et ça m’énerve. Elle ne comprend pas que je l’idolâtre depuis quelque temps. Elle m’énerve et pourtant, je me sens mal lorsqu’elle n’est pas là.

— Mais… Qu’est-ce que ça veut dire ? demande-t-elle.

Je ressens de la crainte dans sa voix.

— Tu n’arrêtes pas de me dire que t’es hétéro… commente-t-elle. Donc... Fais-toi une idée quoi ! Je ne comprends pas. Tu dis que je te dégoûte et tu fais tout le contraire…

— Je ne sais pas ce que je suis… Je n’ai que seize ans, grogné-je. Vous avez déjà dix-neuf ans, moi j’ai rien vécu…

— Tu veux rire ?! déclare-t-elle en riant. Tu as déjà beaucoup plus d’expérience que nous dans plusieurs domaines. T’es plus mature que je ne le serais jamais.

— Ouais mais tu t’es regardée dans la glace récemment ? soupiré-je.

— Euh… Ai-je l’air si moche que ça ?

Je secoue ma tête, toujours le dos tourné à Kylie. Elle est vraiment lente d’esprit, celle-là.

— Quand je te vois, j’ai l’impression de voir une star… dis-je, en levant ma tête. Une étoile filante qui détruit tout ce qu’il y a de dégueu sur son passage, laissant une nouvelle voie derrière elle pour les étoiles qui n’ont pas encore eu cette chance de briller… Tu es ma muse. Tu es comme cette personne qui a un potentiel énorme de lever des foules avec sa voix et tu ne t’en sers même pas… Et ta beauté… Tu te sous-estimes, Kylie. Tu es très belle… Tellement belle que ça me perturbe des fois. Oui, ton comportement est digne d’une gamine… Mais tu as tant souffert que derrière chacun de tes rires, je pleure à l’intérieur car je sais que ta vie n’a pas été facile… Tu n’as pas idée à quel point je t’adore… et en même temps, mes sentiments sont éparpillés en mille morceaux parce que je découvre à peine comment je me sens... Suis-je lesbienne ? Suis-je hétéro ? Je ne sais pas… Papa m’a toujours enseignée de suivre mon cœur et pour le moment, je me sens sciée en deux… Qui suis-je vraiment ? Dois-je sacrifier notre amitié ou dois-je…

Elle s’avance dans ma direction, puis me prend par la taille. Elle me tourne alors vers elle et me regarde avec une expression inquiète.

— Pas besoin de faire une tirade aussi longue pour me dire que tu m’aimes, petite nunuche, dit-elle.

— Bah, c’est de ta faute… grogné-je. Tu me rends folle.

— Le sentiment est partagé…

Alors… Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Je fige un moment avant de marmonner :

— Jake…

— On s’en fout de lui…

Elle pose un doigt sur mon menton en ricanant. Arrête de me regarder comme ça, vilaine… Tes yeux sont si… Mince, pourquoi ai-je autant d’attirance pour elle ? Pourquoi maintenant ? Après tout ce temps ? Je ne comprends honnêtement pas ce qui se passe dans ma tête. Mes sentiments pour Jake sont profonds mais Kylie…

— Euh… Qu’est-ce que vous faites-la, toutes les deux ? lance Scottie qui nous observe, hébété.

Quand on réalise qu’il était là depuis un instant, Kylie et moi nous nous séparons et regardons toutes deux dans des directions opposées. Je suis toujours rouge. Mon cœur bat à cent mille à l’heure dans ma poitrine alors que je vois dans ma tête des images de Kylie et de Jake qui tournoient à une vitesse folle.

— Elle avait un truc sur la conscience, explique Kylie.

— Hein !? Quoi ça ?!

— Secrets de filles ! réplique sa sœur.

Kylie s’éloigne et monte sur l’échelle, me laissant flotter à la surface, alors que j’essaie de me remettre de mes émotions. Il n’a pas tout vu. Une chance… Parce que je n’ai pas envie de lui expliquer mon embarras soudain. J’ai besoin d’être seule.

Je garde à ma gauche et remarque que Kylie ramasse ses affaires pour ensuite l’observer alors qu’elle se rend dans les vestiaires pour femmes. Scottie nous observe en silence, ne comprenant pas pourquoi nous avons agi ainsi. Je n’ose même pas imaginer ce qui lui trotte dans la tête. Il est aussi hormonal que sa sœur, ce soir. Il se contente de hausser des épaules, puis s’assied au bord de la piscine pour patauger ses pieds tranquillement.

— T’es allé faire quoi, tantôt ? demandé-je.

— Ah, ça ? J’ai été demander à Gabriel et ton père s’ils n’étaient pas ouverts pour une partie de jambes en l’air à trois.

— Euh… Pardon !?

— Mais non, je plaisante ! Haha ! Si tu voyais ta tronche, en ce moment !

Je suis furieuse et je cache une partie de mon visage sous l’eau. Je sors ensuite mes narines afin de me permettre de respirer.

— Plus sérieusement, j’ai été leur demandé s’ils ne voudraient pas m’aider à me trouver un rencard, dit-il. T’en fais pas, ils étaient habillés lorsque je les ai retrouvés.

Je fais quelques bulles avec ma bouche et grogne légèrement. J’entends ses pieds patauger sous l’eau, avec les moteurs de filtres qui se trouvent un peu partout dans notre piscine. Scottie a vraiment l’esprit tordu, ce soir. Sa sœur déteint beaucoup sur lui.

— Quoi que… m’essayer avec Flint et Gabriel… mentionne-t-il en levant la tête, distant. Je me demande comment ça serait…

Je tourne les yeux et grogne un peu plus fort.

— Eh, j’ai le droit de les trouver attirants, OK ? rajoute ce dernier en boudant.

— Ouais, mais c’est mon père et son mec, alors pas touche, grogné-je en remontant à la surface.

— De toute façon, ils ont l’intention de nous emporter dans un club gay de la ville pour aller danser, Kylie et moi. On compte faire ça demain soir.

— Flûte, je suis mineure…

— Bah, on pourrait peut-être te faire rentrer, qui sait ?

— Ça ne doit pas, dis-je. Je connais ce club et les portiers sont stricts.

— Bah, crotte…

Le voilà qui parle comme sa sœur… Il glousse et plonge à l’eau.

— Tu réalises ce que ça veut dire, Estelle ? demande ce dernier.

— Non quoi ?

— Je vais me faire des potes gays ! exprime celui-ci avait de faire une petite danse de la victoire.

— Oh… En effet. Ça ne te ferait pas de tort de rentrer quelqu’un…

— Rentrer… ?

— Je veux dire rencontrer ! couiné-je, réalisant mon erreur.

— Pouahaha ! Oh Estelle, si tu voyais ta tête !

Scottie est plié en deux alors qu’il se laisse caler dans l’eau de la piscine. Je le vois qui remonte, un moment plus tard, après avoir donné quelques coups de jambes et de bras dans l’eau. Je ne peux pas vraiment lui reprocher sa bonne humeur… mais en même temps, je suis un peu déçue qu’il ait interrompu ma conversation avec Kylie.

— Tu sais, je ne suis pas dupe, dit-il. Je t’ai vu embrasser ma sœur.

Je fige sur place et ne sait pas trop comment réagir.

— Mais c’est clair que toi et elle, vous avez des choses à régler, hein ?

— Tu n’avais pas à te mêler de tout ça, soupiré-je.

— Écoute Estelle, tu l’as dit toi-même. Tu n’as pas envie de briser ton amitié avec elle. Puis qu’est-ce que tu fais de Jake ?

Il se laisse flotter sur le dos et m’observe.

— Je ne sais pas… dis-je. Je… Je ne sais plus.

— Qu’est-ce que ta tête te dit ?

— Que… Je veux être avec lui ? Non… Elle… Non… Lui…

— Et le reste de ton corps, qu’est-ce qu’il te dit ?

— Je ne sais pas comment interpréter tout ça… Ces sentiments sont tout nouveaux. Mon admiration pour ta sœur ne date pas d’hier, mais ce soir… J’ai ressenti l’envie de me rapprocher d’elle.

— Mais qu’est-ce qui t’en empêche dans ce cas ? Personne ici ne va te juger. Surtout pas moi.

— Alors, pourquoi nous as-tu interrompues ?

— Parce que t’étais en détresse…

Il se redresse, s’approche de moi me pousse la jambe de deux doigts.

— Les amis, c’est fait pour ça, hein ? dit-il en riant.

— Oh merde… J’ai l’impression d’avoir fait une grosse bêtise…

— Écoute… Ce n’est pas grave si tu n’arrives pas à comprendre ce que tu ressens vraiment ou avec qui tu veux avoir des relations amoureuses. T’es encore toute jeune pour découvrir qui tu es. Et puis… Si tu te rends compte que les filles, ce n’est pas pour toi, je serais toujours là pour te consoler… Ne t’en fais pas.

— C’est plutôt d’elle que j’aurais aimée entendre ça…

Il hoche de la tête puis hausse les épaules.

— Ma sœur peut être chiante, c’est vrai, mais elle comprend plus qu’elle ne le prétend. Si ce n’est qu’une simple attirance passagère, je crois qu’elle va être frustrée pour quelque temps, mais ça va vite passer. Elle finira par te pardonner. Toutefois, si tu sens qu’elle est vraiment pour toi… Qu’est-ce que t’as à perdre ? Ton père t'aime, t’as un futur beau-père qui n’attends qu’à t’aimer, puis tu nous as Jake et moi pour t’accompagner dans le reste de ton voyage.

— Ah… Parce que tu crois que Kylie va vouloir partir, si je…

— Probablement, mais elle finira par revenir.

Il se met sur le dos une autre fois et nage en sifflant un petit air joyeux. L’idée qu’il va enfin rencontrer d’autres mecs le rend heureux… C’est amusant de le voir ainsi, mais ça ne m’empêchait pas de me sentir déchirée à l’intérieur.

Si Maman était encore vivante… Qu’est-ce qu’elle me dirait ?

La soirée va être longue…

Annotations

Recommandations

Kentyn
Enfin Haïkus il n’y en a pas beaucoup... plutôt mokis et bribes poétiques libres..
84
90
1
1
ElliePyroFire
Kali mène une vie qui devient pesante. À travers ses souvenirs, la jeune femme revit ses traumatismes et tente de s'accrocher, d'avancer en espérant que son cauchemar se termine enfin...
(Inspiré de faits réels)
75
50
60
29
Rêves de Plume

Fixer l'infini
Dessous le ciel étoilé
Rêverie nocturne
274
127
4
1

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0