Chapitre 46 : Chez Gabriel

15 minutes de lecture

Estelle, 16 ans
S’ennuie de Céladopole


Après avoir discuté avec leur mère, les jumeaux ont appris que leur père était à un stade terminal de cancer de la prostate, ce qui explique pourquoi il voulait rencontrer ses enfants avant de mourir.

Kylie n’a montré aucune émotion en apprenant cette nouvelle, mais Scottie a exprimé de la rage et de la tristesse en même temps.

— Tu n’es pas obligée de venir avec nous, m’a dit Kylie alors que nous étions à la gare de Céladopole. Je n’ai pas envie de t’imposer ça.

— Je vous attendrai ici, tout le temps qu’il faudra. Appelez-moi lorsque vous serez arrivés à Bourg Geon, OK ?

— Ça risque de nous prendre au moins deux jours, dit Scottie.

— Soyez forts pour votre mère…

Après leur avoir donné un câlin, Kylie et Scottie se sont dirigés à l’intérieur de la salle d’attente où ils ont attendu pour l’arrivée de leur train. Braségali et moi, nous sommes restés de l’autre côté de la vitre, à l’extérieur du bâtiment, jusqu’à ce que le train arrive enfin. J’ai ressentis un énorme vide lorsqu’ils ont embarqué dans celui-ci. Je me sentais soudainement abandonnée et délaissée, même si je savais que ce n’était pas de leur faute.

À peine arrivés à Céladopole, je n’ai pas eu la chance de présenter les jumeaux à mon père, ni à Ludo.

La ville a à peine changée depuis mon départ, mais je vois des décorations de Noël un peu partout dans les rues. On n’est pas encore décembre, je déteste ça. Pourquoi les gens ne sont-ils pas capables de respecter que ce n’est pas tout le monde qui aime ces décorations ?

Je marche le long d’un trottoir, menant en direction du centre commercial, mais je n’ai pas envie d’aller magasiner.

J’ai faim… Je suis perdue dans mes pensées lorsque je percute quelque chose de mou.

— Salut Estelle, dit une voix forte et chaleureuse. Bon retour en ville !

— Oh, salut Gabriel. Papa est dans le coin ?

— Non, il survole Hoenn en ce moment pour la livraison d’un colis.

— Ah bon… ? Dommage.

— Je vois que ton Pokémon a bien grandi, dis donc !

Gabriel n’a pas tellement changé depuis la dernière fois que je l’ai vu. Grand, bedonnant et barbu. Il porte un chandail de laine festif sous son large manteau rembourré. Son jean est un peu abîmé par les années, mais a l’air toujours assez propre pour être porté.

Il dégage une odeur de cannelle et de bonbons, sûrement parce qu’il a passé une partie de la journée à confectionner des pâtisseries. Sa chevelure châtaine est un peu plus courte, contrairement à la dernière fois où je l’ai vu. Ils étaient en bataille, et volaient dans tous les sens dans l’une des photos de mon père, sa barbe était plus longue aussi.

Il pose son regard sur Braségali et lui serre la patte.

— Content de te revoir, toi ! formule-t-il. Et dire que tu n’étais qu’un bébé lorsque je t’ai rencontré. Je me souviens t’avoir porté dans mes bras lorsque tu venais à peine de naître. Ça me fait plaisir de voir qu’Estelle et toi êtes en bonne compagnie. Tes parents seraient fiers.

— Ses parents ? demandé-je, confuse.

— Ah ouais ! Je suis l’éleveur de sa mère, une Galifeu qui travaille avec moi dans mes boutiques. Son père est un Lucario, en passant, donc je crois qu’il a hérité de l’une de ses attaques.

— Je croyais que Braségali venait du laboratoire de M. Séko… Papa m’a-t-il menti ?

— Pas du tout ! Mes Pokémon sont hébergés à Hoenn, pour la plupart. Ma Galifeu et mon Lucario sont tombés amoureux et le Professeur m’a proposé d’offrir le bébé à un nouveau Dresseur. Ton père était de passage à Bourg-en-Vol et c’est là que nous avons décidés de voyager ensemble pour revenir à Kanto.

— Ah… Et que faisais-tu à Hoenn durant tout ce temps ?

— Mmm… Je viens de Kalos, mais j’ai ouvert une boutique à Bourg-en-Vol pendant quelques années. Puisque j’avais envie de changer de décor, j’ai vendu ma boutique à mes employés et j’ai décidé de venir m’installer à Kanto. Voilà comment j’ai assisté à la naissance de ton Pokémon. Je n’en reviens toujours pas comment il est grand !

Il se tourne vers Braségali et le gratte sous le menton, ce qui le fait roucouler. Mon poulet semble le reconnaître. Je cligne des yeux, écoutant le gros monsieur m’expliquer son histoire. Il est jovial et plein d’énergie, ce qui ne colle pas à l’image qu’on se fait des gens de son genre. Je commence à comprendre pourquoi Papa le voit dans sa soupe.

— Au fait, je vais te présenter ses parents ! dit-il en cherchant dans ses poches. Elles sont juste… ici… Minute… Où ai-je me leurs Poké Balls ?

— Gali ? couine Braségali en penchant sa tête vers la droite.

— Ah ! Les voilà ! Carmen et Loki ! Venez dire bonjour à votre fils !

Je ne m’attendais pas à ça, mais il me présente une Galifeu chromatique et un Lucario qui sont un peu plus petits que Braségali. Ces derniers sont âgés mais en santé. Carmen affiche une expression sereine en admirant son fils qu’elle n’a pas revus depuis des mois et Loki l’observe en silence, les bras croisés. Celui-là a un air sévère mais admiratif.

--Gali… couina mon Pokémon en s’inclinant devant sa mère qui bondit dans ses bras, le serrant aussitôt. Gali, gali, gali !

— Eh bah, elle s’est ennuyée, dis-je.

— Évidemment ! dit Charlie. Elle était sous le choc lorsqu’elle a appris qu’elle devait le donner à un nouveau Dresseur, mais lorsque je lui ai dit qu’il serait entre bonnes mains, elle était rassurée.

— J’en déduis qu’ils ont passés quelques semaines ensemble, au moins.

— En effet. Tu l’as reçu alors qu’il n’avait qu’un mois, je crois.

Loki s’approche de sa partenaire et met une main sur l’épaule de son fils, fier de sa croissance. Je sens que Blaségali était très gêné par cette affection soudaine de ses parents, mais je suis heureuse de voir que tout se passait bien jusqu’à présent. Loki et Carmen… Voilà de jolis surnoms pour ces Pokémon. Je me demande toutefois pourquoi la mère de mon Pokémon n’a pas atteint sa dernière évolution. Sans doute qu’elle n’en avait pas envie.

— Ça te dit de venir manger un morceau ? me propose Gabriel. Ma boutique est tout près et j’allais justement y faire un tour pour voir si tout va bien avec mes employés. Aujourd’hui j’ai fait préparer plusieurs gâteaux, ainsi que de la brioche.

— Du gâteau ? Pourquoi pas. J’ai un peu faim…

— Nous avons aussi des sandwichs et des croissants tout chauds. Nos clients aiment bien notre café et nos nombreuses tisanes. As-tu une préférence en particulier avant qu’on commande ?

— Mmm, j’ai bien envie d’un chocolat chaud…

— Ça tombe bien, nous en avons.

Il me montre alors d’un signe de tête la boutique en question. Elle se trouve à quelque mètre près de la gare. Elle est assez grande et recouverte de couleurs pastelles. Sur l’affiche principale, on peut lire :

Café Charlie : Confiseries et Pâtisseries.

Ça me fait penser que Kylie adore les bonbons, donc je crois que je vais lui en acheter une poignée.

— C’est joli comme bâtiment ! remarqué-je en clignant des yeux.

— Attend de voir l’intérieur ! On a rénové ça pour que ça ressemble un peu au côté stylé de Kalos.

— Comment vont les affaires, sinon ? Est-ce que ça fonctionne ?

— Oh, très bien en fait ! Ton père a engagé d’excellents journalistes pour venir nous aider dès l’ouverture. C’est pour cette raison que nous offrons quotidiennement de nouvelles recettes afin d’attirer de nouvelles critiques. Nous n’avons pas peur de changer les choses.

— Eh bah, à t’entendre, tu as touché le gros lot, m’exprimé-je. Ça me donne envie d’essayer quelques desserts…

Nous décidons de laisser nos Pokémon se promener un peu à l’extérieur alors que nous entrons à l’intérieur du Café. Un fort arôme de thé et de gâteaux me chatouille les narines quand je fais quelques pas dans le bâtiment. Je constate que la salle à manger a une ambiance plutôt vieillotte, mais branchée. Il y a un jukebox près de l’entrée. Les tables et les chaises m’ont l’air d’être sorties des années 50 ou 60, la période de nos grands-parents ou de nos arrière-grands-parents. Malgré l’ambiance vieillie du restaurant, ça restait tout de même moderne et branché.

— Woah… Ca sent sucré, dis donc ! m’exclamai-je.

— Effectivement, déclare Gabriel en pouffant de rire. Notre Café est aussi un casse-croûte reconnu pour ses nombreuses odeurs qui plaisent à nos clients, mais aussi pour ses nombreuses saveurs. Nous servons du café aux noisettes, thé à la menthe, tisanes, café noir, café au lait, etc.

— Oh, une mille-feuille aux pommes ! dis-je en regardant par une vitrine. Ça fait des lustres que j’en ai mangés avec Papa.

— Je t’en offre un morceau, si tu veux ?

— Mmm… Faudrait que je déjeune avant. Minute… Vous avez des bagels gratinés… ? Wow… Oh mon doux ! Les nombreuses garnitures…

Charlie s’esclaffe en remarquant ma réaction alors que j’observe les nombreux choix qui s’offrent à moi. Je détecte une odeur de soupe venant de la cuisine. Décidément, Charlie sait ce qu’il fait. Une soupe avec un sandwich avec un dessert n’est pas trop chère, si j’en juge les prix sur les panneaux au-dessus de ma tête. Je décide donc de prendre un combo avec un chocolat chaud. Le petit ami de mon père m’offre alors d’aller m’asseoir où je désire, puis va rejoindre ses employés en cuisines.

Assis au fond de la pièce, un jeune homme vêtu dans une chemise rouge aux motifs de flammes partage une brioche aux pommes avec son Reptincel. Ses cheveux mauves sont attachés en queue de cheval. Je remarque que ses yeux sont de la même couleur que ses yeux. Sur la table, à côté de lui, je vois un jacket noir avec une tête de squelette couronnée. C’est un cycliste, je crois, à en juger le reste de ses vêtements. Ses souliers noirs avec des rayures rouges ont beaucoup servies. Près du jacket, je vois un objet étrange que je n’ai pas l’habitude de voir… On dirait une montre, mais je ne pense pas que c’en est complètement une.

— Bon, on y va mon p’tit Rep ! dit-il à son Pokémon.

— Tincel… grogne son partenaire.

— Allons, le devoir nous appelle. Faut qu’on circule.

— Tsst, reptin, reptincel.

— Ne rouspète pas ou l’Union va encore nous réprimander pour notre manque d’assiduité !

Le Reptincel se croise les bras et lève son pif dans une autre direction, soufflant un peu de fumée à travers ses narines. J’entends mon estomac qui grogne, toujours en cherchant une place où m’asseoir.

— En retard pour le boulot ? demandé-je.

— Ouais, je suis un Ranger, explique le jeune homme. Lui, c’est mon partenaire, Reptincel.

— Ah, vous êtes de l’U.R.K. dans ce cas ?

— C’est ça. Mais en fait, je viens d’Hoenn. J’ai été transféré par ici après qu’on m’a expliqué que la Team Rocket s’en prend aux Pokémon sauvages. J’enquête présentement sur le braconnage de Pikachu.

— Ah bon !?

L’U.R.K. ou plutôt, l’Union des Rangers de Kanto, est connue pour assister les policiers dans la nature, en ce qui concerne les crimes commis envers les Pokémon. Ils sont aussi entraînés pour aider les Pokémon sauvages dans certaines tâches, comme cesser certains combats ou bien transférer certaines espèces de locations s’ils sont en danger. Je crois que le bidule près du jacket pourrait être un CapStick… Ce genre d’objet a la faculté de capturer des Pokémon temporairement, le temps de quelques ordres puis les Rangers les relâchent dans la nature. Je ne comprends toujours pas comment ça fonctionne, mais lui, sûrement.

— Ouep, me répond le jeune homme. La forêt au nord de Jadielle a été terrassée par la Team Rocket il y a quelques mois et d’après mes pistes, leur base serait cachée quelque part dans cette ville ou à Safrania.

— La base de Céladopole a déjà été vidée l’an dernier… Je me souviens que ça a fait les manchettes lorsque Giovanni a pris la fuite.

— Mm… Donc mes pistes sont froides, ça veut dire.

— Oui, mais aux dernières nouvelles, la Team Rocket est passée par Safrania pour libérer quelques sbires qui étaient emprisonnés dans les cellules de la ville, dit Gabriel qui s’approche de nous avec mon plateau.

— Je sais, j’y étais, mentionné-je.

— Ah bon ?

— Ouais, j’étais coincée dans un ascenseur quand c’est arrivé. La panne et tout. Je n’ai pas vu l’évasion, par contre.

Le Ranger claque des doigts en se parlant à lui-même, vexé de ne pas avoir été sur place lorsque ça s’est produit.

— Je vais donc devoir poursuivre mes recherches là-bas, dit-il avant de prendre une dernière bouchée de sa brioche. Merci pour l’indice !

Il se lève alors d’un bond, ramasse ses affaires, puis sort du restaurant en vitesse alors que son Reptincel le suit de son mieux. Il ne m’a même pas laissé lui donner des détails concernant le kidnapping des Pikachu.

Tant pis.

Je m’installe à la table près de celle qu’il vient de quitter avec son partenaire, puis Gabriel s’assoit devant moi. Il est tellement large qu’il dépasse la petite table des deux côtés lorsqu’il s’assied. Il est même tellement grand que je ne peux même plus voir le comptoir derrière lui. Je cligne des yeux en prenant une bouchée du sandwich. Il sirote une tasse de thé et nous échangeons quelques phrases afin de faire un peu plus connaissance.

Je constate qu’il est un amateur de films d’actions et d’aventures et qu’il s’intéresse aussi à des trucs geeks comme des jeux vidéo ou des bandes dessinées, à entendre certaines de ses expressions. Il s’entendrait bien avec Scottie et Jake, dans ce cas. C’est surtout sa passion pour la nourriture et les gâteaux qui me font remarquer pourquoi Papa s’entendait bien avec lui.

Papa a toujours adoré cuisiner et il est aussi un amateur de films. C’est sûrement pourquoi ils s’entendent si bien. Lorsqu’il termine son thé, il me demande si tout est bon. J’hoche la tête, bien que je n’aie pas encore goûté au mille-feuille. Celui-là, j’ai hâte de le dévorer.

— Dis Gabriel… demandé-je.

— Oui ma chère ? réplique-t-il en levant le petit doigt pendant qu’il boit son thé, afin de me faire rire surtout.

— Euh… T’es un vrai clown, en fait…

— Hi hi hi, oui… dit-il en rougissant.

— Enfin, je voulais te demander comment ça se passe avec mon père… Est-ce que vous avez planifié d’aller plus loin… dans votre relation ?

— Euh… Enfin… C’est étrange à dire mais plus je passe du temps avec lui, plus j’ai l’impression que nous sommes faits pour être ensemble. Il est tellement romantique et affectueux avec moi, un vrai gentleman.

— Tant mieux, Papa a passé trop d’années sans amour dans sa vie.

Je prends une gorgée de mon chocolat chaud et détecte une légère saveur d’arachide… C’est un café noisette.

— Oh, à en juger ton expression, nous nous sommes trompés sur la commande, dit Gabriel en grimaçant.

— Ce n’est pas grave, expliqué-je. J’aime bien.

— Ma caissière est encore en entraînement, soupire-t-il. L’autre a dû s’absenter pour une semaine car elle est en visite chez une amie malade. La nouvelle est très nerveuse, mais elle est ponctuelle.

— Essaie de la complimenter lorsque c’est nécessaire, je crois que ça pourrait lui remonter le moral. Je sais que c’est pas vraiment ton job, mais ça aide les employés de savoir lorsqu’ils sont sur la bonne piste.

— Ta manière de parler me fait penser à ton père, remarque-t-il en souriant. Vous avez passé beaucoup de temps ensemble, pas vrai ? Je constate qu’il t’a appris plusieurs trucs sur l’entreprenariat.

— Évidemment. Il m’a appris des trucs en ce qui concerne l’emploie de nouvelles personnes et lorsqu’il est nécessaire de les congédier dans une quelconque compagnie. La majorité des gens qu’il emploie dans la sienne ont tous commencés en bas de l’échelle et il a dû se montrer patient chaque fois qu’il faisait leur formation. Au bout de plusieurs gaffes, Papa donne des avertissements, mais au bout de trois avertissements, il congédie les gens s’ils échouent l’épreuve des trois mois.

— C’est en principe ce qui arrive dans les compagnies exigeantes comme la sienne, mais c’est beaucoup moins strict dans un dépanneur ou bien un centre commercial, je crois.

— En effet, dis-je après une gorgée. Il faut toujours s’assurer d’être à la hauteur des attentes de son employeur et de ses clients. C’est dur sur le stress de Papa lorsqu’il voyage, mais il est toujours fier de lui lorsqu’il revient à la maison.

— Je trouve ça quand même étrange qu’il est le fondateur de sa compagnie et qu’il décide quand même de piloter. Il passerait beaucoup plus de temps en ville s’il se limitait aux papeteries.

J’hoche la tête. Mais Papa ne se sentirait pas à son aise s’il restait cloué sur place trop longtemps. C’est un aventurier dans l’âme et piloter son avion ou bien des jets privés lui permet de visiter quelques endroits lorsqu’il travaille. En ce qui concerne les papiers importants, il a plusieurs employés qui travaillaient là-dessus lorsqu’il s’absente.

Gabriel a un petit sourire lorsqu’il remarque quelque chose par-dessus ma tête. Je me tourne donc vers la grande vite derrière moi et vois Loki et Braségali qui se chatouillent et luttent en s’amusant. Ils semblent rire et passer du bon temps, ensemble. J’imagine que Carmen est heureuse de retrouver son fils et de le voir s’entendre si bien avec son père.

— Il faudrait les réunir plus souvent, ces trois-là, dit Gabriel. Il leur a cruellement manqué, tu sais ? J’imagine que tu ne pourras pas passer souvent à Céladopole, pour les prochains mois, alors je ne vais pas te forcer de revenir avant que tu aies terminé ton aventure.

— De toute façon, Papa compte m’emmener à Alola cet hiver. Tu devrais en profiter pour venir avec nous.

— J’y ai pensé, effectivement… Mais j’ignore si mon adjointe sera disponible pour ces semaines.

— Dommage. On te rapportera des souvenirs.

— Il n’empêche que j’aimerais bien aller bronzer au soleil… Je m’ennuie déjà de l’été avec cette fichue température.

On croirait qu’il aurait chaud avec tout ce qu’il a autour de la taille, mais il semblerait que Charlie soit quelqu’un qui aime la chaleur. Intéressant. La porte du restaurant s’ouvre alors et on entend un bruit de clochette. Je l’ai oublié, celle-là.

Gabriel se lève aussitôt, pousse la table accidentellement avec son bedon et s’éloigne vers la caisse à monnaie après qu’il se soit excusé. J’imagine qu’il veut aller aider la caissière et accueillir le client. Il y a quelque chose de particulièrement charmant chez lui, malgré ses maladresses et son côté légèrement niais. C’est un bon vivant, comme on dit.

Je crois que Papa a bien choisi son petit ami, s’il est de cette manière.

Je goûte donc au mille-feuille et tout à coup, c’est comme si le paradis est venu s’installer dans ma bouche. Ohhh… excellente texture ! Ce léger goût des pommes caramélisées sous la croûte et la crème chantilly me donne presque envie de chanter, tellement je suis aux anges !

Cette recette est un succès, ma parole ! Je comprends maintenant pourquoi cet endroit fait un tabac. Kylie va adorer ce restaurant… Son frère aussi, maintenant que j’y pense !

Je reçois aussitôt un texto et je lève mon téléphone de ma poche. J’appuie sur l’écran tactile pour dévoiler un texto de mon amie.

Ça fait tout bizarre de ne pas t’avoir avec nous. Prend soin de toi, Est’.

Je souris, puis lui envoie un selfie de mon mille-feuille.

Elle me répond, alors :

Ah bordel de couilles ! Tu me donnes faim, maintenant. Je te boude !

Cette phrase est accompagnée d’un émoji de grimace, afin de me montrer qu’elle n’est pas du tout fâchée. Cela me fait rire.

Je finis par lui envoyer un texto pour lui parler du restaurant, alors que Gabriel revient à ma table. L’autre client a été servi.

Il me demande si j’ai besoin d’autre chose. Je fais signe que non, puis il repart en cuisines pour aller aider ses employés. Il a oublié son thé sur la table, c’est bête… Dommage. Aussi, je ne peux pas m’empêcher de croire que Gabriel me cache quelque chose… Sa façon de me regarder depuis toute à l’heure et de me parler me laisse sous-entendre quelque chose et je ne sais pas ce que c’est… Peut-être que je me fais des idées aussi…

Je crois que je vais rendre visite au manoir une fois que j’aurai terminé mon repas. Il est temps pour moi de rentrer chez moi.

Annotations

Recommandations

Kentyn
Enfin Haïkus il n’y en a pas beaucoup... plutôt mokis et bribes poétiques libres..
84
90
1
1
ElliePyroFire
Kali mène une vie qui devient pesante. À travers ses souvenirs, la jeune femme revit ses traumatismes et tente de s'accrocher, d'avancer en espérant que son cauchemar se termine enfin...
(Inspiré de faits réels)
75
50
60
29
Rêves de Plume

Fixer l'infini
Dessous le ciel étoilé
Rêverie nocturne
274
127
4
1

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0