Chapitre 40 : La panne d'ascenseur

13 minutes de lecture

Estelle, 16 ans
« J’ai capturé un canard ! »


Après le diner, j'ai décidé de me rendre au centre commercial afin d'aller ramasser quelques articles dans l'un des magasins que j'ai vus l'autre jour, lorsque Jenny et son groupe était en ville. Malheureusement, quand je suis arrivée à l'étage, je me suis rendu compte que la boutique était fermée et que j'aurai dû me présenter un peu plus tôt. Déçue, je fais demi-tour et prend l'ascenseur.

Puisque Braségali et Psykokwak sont toujours au Centre, en train de se faire soigner, je n'ai que Carabaffe, Rondoudou, Mystherbe et Nosferapti avec moi. Pikachu se repose au laboratoire du Professeur Chen après plusieurs jours d'entraînement. Elle l'a bien méritée.

Comme nous comptons reprendre la route demain matin, j'ai l'intention d'entraîner ce que j’ai présentement alors que nous nous rendrons à Céladopole. Bien entendu, mon œuf n'a pas encore eu la chance d'éclore et je ne sais pas ce qu'il contient, mais je doute que ça soit un Pokémon très rare. Scottie est dans la même situation que moi.

L'ascenseur s'arrête au quatrième étage et Jake entre me rejoindre.

— Ah, t'es allé faire un tour à la boutique de guitares, finalement ? je demande, alors qu'il s'appuie sur l'un des murs métalliques.

— Ouais, le modèle que je voulais voir a malheureusement été acheté hier soir. Manque de bol… Ma bonne vieille Baby Sue va bientôt rendre l'âme à force de la raccorder et de jouer avec son bois.

— Baby Sue ? T'as donné un nom à ta guitare ? demandé-je en ricanant. Ça ne m'étonne pas de toi à vrai dire.

— C'est de ma nièce, explique-t-il. Susan.

— J'ignorai que tu es parrain…

— À vrai dire, c'était Tommy qui devait être le parrain de Sue, mais il était en dehors de la ville lorsque sa cousine a fait le baptême de son enfant. Je me suis donc porté volontaire pour prendre la place de mon pote. Depuis cet évènement, je nomme toutes mes guitares Baby Sue, afin de me rappeler de cette journée.

— C'est… marrant, je dois l'avouer.

Il passe une main dans sa longue chevelure chocolatée qui dépasse de son bandana roulé, autour de la frange et lève sa tête vers le plafond.

— Minute… dit-il. C'est quoi ce bruit ?

L'ascenseur s'arrête à mi-chemin entre le deuxième étage et le premier étage. Les lumières s'éteignent aussitôt et sont remplacées par un clignotant rouge au-dessus de nos têtes.

— Génial, il ne manquait plus que ça, je grogne. Une panne de courant.

Je sors mon smartphone de ma poche de manteau et remarque qu'il n'y avait a signal, malgré que la batterie soit pleine. Jake me montre que lui aussi n'a aucun signal sur son téléphone.

— J'ai bien l'impression que nous allons passer la prochaine heure ici jusqu'à ce que les secours arrivent, formule-t-il.

La prochaine heure, hein ? Voilà qui est optimiste. Je crois plutôt que nous allons être coincés ici pour le reste de la soirée. Cette panne semble être puissante si cela affecte le signal des satellites. Je crois qu'une tour relayée aux signaux wi-fi a été affecté et qu’elle est reliée au système d'électricité de la ville. C'est louche, mais ça aurait du sens.

On ne voit pas grand-chose dans cet ascenseur à cause de l'obscurité, mais la lumière rouge arrive quand même me faire savoir où se trouve Jake. Celui-ci a laissé sa guitare au centre, ce qui est rare de sa part. Il traîne normalement toujours avec son instrument de musique.

— Au fait, tu ne nous as pas dit comment va Sam, je formule, inquiète. Est-ce que les docteurs trouvent que son état s'est amélioré ?

— Pas vraiment… Sa santé dégringole chaque semaine. Il est tellement déprimé de ne pas pouvoir sortir de sa chambre d'hôpital que la nausée prend le dessus et il n'arrive plus à manger autant qu'il le souhaiterait.

— Ses os prennent tant de temps à guérir ?

— Ouais… Il a quand même une fracture à la clavicule, les deux bras dans le plâtre et un pied cassé. Ses muscles de jambes ont été broyées mais pas ses os. Il va devoir faire beaucoup de thérapie lorsqu'il sera remis sur pied. Ils ont dû l'opérer d'urgence avec tous les débris qu'il s'est pris dans les membres de son corps. Une chance pour lui qu'aucun organe vital n’a été touché. Il a plusieurs blessures qui doivent aussi cicatriser.

— Bonté divine ! C'est un miracle qu'il ait survécu.

— Ouais… Il y avait de fortes chances qu'il soit paralysé pour le reste de ses jours, mais son épine dorsale n'a pas été affectée.

— Et la nausée doit être aussi provoquée par la douleur… Papa s'est déjà cassé le pied, une fois. Il n'a pas été capable de manger pour quelques jours tellement ça lui faisait mal. Je n'ose pas imaginer ce qu'il peut passer à travers, ton ami.

Jake hoche la tête, puis croise les bras en se laisse glisser jusqu’au sol. Cet endroit ne peut accueillir que quelques personnes, environ une dizaine d'adultes. Je ne crois pas qu'il soit sage de sortir mes Pokémon. Nous pouvons tenter de nous échapper par la trappe, au-dessus de nos têtes, mais ni moi, ni Jay n'avons de Pokémon capable de nous faire descendre ou monter à travers les barres de fer reliés aux cordages électriques.

— Dommage que Scottie ne soit pas avec nous, dit Jake. Herbizarre nous serait bien utile dans une situation pareille.

— En effet, je réponds en m'installant près de lui. Braségali n'aurait pas de difficulté à nous sortir de là, non plus… Il peut bondir très haut et atteindre la surface du sol sans problème.

— Ce n'est pas de bol qu'il soit en train de se faire soigner.

— Au moins, j'ai un nouveau Pokémon dans mon équipe.

— Ouais, tu nous as parlé de Psykokwak, tout à l'heure. Il est si fort que ça ? Faudra que tu me le montres.

— J'ai presque perdu contre lui, c'est le cas de le dire…

— Héhé ! Scottie était sous le choc lorsqu'il a entendu parler de l'attaque Rafale Psy. Je crois qu'il est jaloux.

Je ricane à cette pensée.

Il est vrai que notre pauvre Scottie se serait senti honoré d'avoir un tel spécimen dans son équipe. Mais celui-ci est spécialisé en Pokémon Psy, il n'a pas vraiment besoin d'un Pokémon Eau à moins bien sûr que ce ne soit que pour le dresser par amour.

Je constate aussi que ceci est la conversation la plus longue que j'ai eue avec Jake depuis des semaines. Je sais peu de choses de lui, mais il ne manque jamais une occasion de nous surprendre avec ses morceaux de musique et même ses multiples sachets de thé qu'il nous sort de nulle part. Il est très calme, zen et apporte un certain je-ne-sais-quoi à notre entourage qui fait que dans le fond, on se sent bien. Son talent caché doit être le bien-être des autres, si j'ai bien compris.

Il se met dans la position du lotus et ferme les yeux un instant. Je crois qu'il médite. J'ignore quelle est sa religion, et ça n'a pas d'importance, mais je trouve que cela lui apporte un certain charme.

— Tu te médites beaucoup ces derniers jours, remarqué-je. En fait, je ne comprends pas trop l'importance de méditer… Braségali le fait lui aussi et je crois qu'il prend exemple sur toi en plus des autres Dresseurs qu'on a croisés depuis le début de notre voyage.

— L'art de la méditation est employé pour la réflexion et aussi pour calmer l’esprit. Je passe plusieurs heures par semaines à méditer sur mes actions et sur ce qui viendra après chacune d'entre elles. Ensuite, je vide ma tête et laisse entrer tout l'air qu'il me faut pour m'inspirer. C'est un peu comme ça que je compose mes mélodies. Je laisse le silence envahir mon être alors que je me remplis aussi d'oxygène. C'est… thérapeutique.

— Mm, je vois. Moi, lorsque je stresse trop, je me mets de la musique classique et je finis par m'endormir car ça m'apaise. C'est un peu pourquoi j'ai décidé d'apprendre à jouer du violon, car plusieurs des mélodies que j'ai apprises me soulagent ainsi.

— C'est dommage que tu ne voyages pas avec ton violon, j'aurai bien aimé t'entendre, dit-il.

Je rougis. Une chance qu'il ne me voit pas, parce que je crois qu'il me taquinerait. Je regarde sur ma montre après avoir allumé la lumière fluo. Ça fait maintenant une bonne dizaine de minutes que nous sommes ici.

— Tu sais, on pourrait toujours se servir de Carabaffe et Feurisson pour créer une ouverture… suggéré-je.

— Ouais, mais je ne crois pas que ça soit une bonne idée. Il faudrait probablement vérifier s'il y a une échelle de sécurité. La plupart des ascenseurs en ont.

— Tu es plus grand que moi, donc, ça serait logique que t'ailles ouvrir cette trappe au-dessus de nos têtes.

— Minute, est-ce que ça veut dire que je vais devoir te soulever ?

Je me tourne vers lui, brusquement. Je suis en jupe ! Pas question !

— Euh… T'as vu mon accoutrement ?! demandé-je en plissant des sourcils. Qui me dit que tu ne vas pas profiter de l'occasion pour me glisser une main dans ma petite culotte ? Mmm ?

— Eh, je ne pensais pas à ça…

— Ouais, c'est ça… Vous les hommes avez tendance à traiter les femmes comme des objets après tout…

— Ça, ce sont des préjugés.

Il n'a toujours pas changé de ton. Toujours aussi calme. Il n'est vraiment pas normal. Je plaisantais avec lui, bien sûr…

N'importe quelle andouille aurait profité de la situation jusqu'à présent pour essayer de s’approcher de moi. J'ai probablement une opinion très haute de moi-même ou je lis sûrement trop d'articles sur la culture du viol et j'en passe, mais je ne peux m'empêcher de m'inquiéter lorsque je suis seule en présence d'un mec hétérosexuel qui n'est pas Ludo. Les hommes sont si imprévisibles à mes yeux…

Je me tasse un peu de Jake, me croise les mains et respire lentement. Plus le temps passe et moins je suis à mon aise avec lui. Parfois, j'ai l'impression qu'il est sous l'effet de substances illicites et que cela affecte son jugement.

— Estelle, tu es vraiment trop parano, finit-il par me dire en tournant sa tête vers moi. De plus, depuis le temps que je suis dans votre groupe, t'ai-je déjà manquée de respect ?

— Non…

— Et est-ce que j'ai profité de l'occasion pour vous espionner Kylie et toi lorsque vous étiez sous la douche ?

— Non…

— Dans ce cas, arrête de dire des bêtises. C'est toi qui as un problème avec moi et non l’inverse.

Il retourne à sa position initiale, avant d'ajouter :

— Peu importe. Kylie et Scottie sont mes potes et je préfère ne pas causer de problèmes. Si ma présence te dérange autant dans notre bande, je vais m'en irai. Ça fait quand même deux mois que tu agis froidement à mon égard, comme si j'ai la peste ou quelque chose du genre. J'avoue que je suis loin d'être parfait, mais ton comportement commence sérieusement à me faire de la peine. Même Tom a remarqué que tu le traites comme un moins que rien quand il est dans les parages. S'il y a bien quelqu'un qui manque d'irrespectueux ici, c'est bien toi. Tellement perdue dans ton petit monde que tu ne vois pas qu'il y a d'autres gens autour de toi, des personnes avec des sentiments. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un d'aussi égoïste que toi, pourtant on te donne tout sur un plateau d'argent et tu fais toujours ta diva quand rien ne te plait. Si tu veux mon avis, c'est toi le problème, pas moi.

Eh bah dis donc… Après tout ce temps, il a le culot de me dire tout ça ? Je ne lui réponds pas. Je le fixe en silence.

— Enfin, ça rentre dans ta petite tête de peste pourrie gâtée, réplique-t-il en se tournant vers moi. Grandie un peu, ça ne te fera pas de tort. Au départ, tu étais charmante et adorable, mais plus le temps passe et plus je remarque que tu es la fille la plus nombriliste que j'ai connu de toute ma vie. D'après moi, tous tes petits cadeaux ici et là ne valent rien si ce n'est que pour couvrir ton horrible personnalité. J'ai bien vu comment t'essaie de manipuler tout le monde pour qu'on puisse t'apprécier, mais ce petit jeu ne marchera pas avec moi. T’as l’air désespérée.

— Alors qu'est-ce qui te pousse à rester avec nous ? demandé-je.

— Je veille sur les jumeaux, tout simplement.

— Ils sont assez vieux pour prendre leurs décisions tous seuls.

— Ce n'est pas ce que j'ai compris lorsque tu nous as forcés de tout faire pour que Jenny et Kylie soient ensemble ou bien quand tu n'as pas remercié Scottie pour la cérémonie de ton pauvre Arbok. Tu ne m'as même pas adressé la parole pour des jours après tous les services que j'ai rendus pour toi.

— Tu te trompes pour Scottie, je l'ai remercié alors que nous étions à table mais je l'ai fait en bougeant mes lèvres. Tes accusations, tu sais où tu peux te les mettre.

— Non merci. Je préfère des serviettes hygiéniques.

Décidément, il s'est fait une image complètement erronée de ma personne. Je préfère ne pas en dire plus.

— Encore là, tu rapportes tout à toi-même, dit-il en secouant sa tête. Tu es probablement en train de te dire que tu n'as rien fait pour mériter tout ça et que ma vision des choses est fausse. Je vais te dire un truc. Des filles comme toi, j'en ai croisé des tonnes depuis que je suis musicien et chaque fois, elles finissent par se révélées comme de véritable pestes. Donc, si tu veux mon avis…

Je n'en peux plus. Je finis par me lever et m’approche avant de le gifler si fort qu'il en tombe sur le côté.

— Ferme ta putain de gueule, morveux ! j’aboie. La seule raison pourquoi je ne te parle jamais c'est parce que j'avais des sentiments pour toi, gros con ! Mais plus tu ouvres la bouche et plus tu me dégoutes !

Il reste allongé sur le côté, et se prend la joue en silence.

— Tu ne sais pas lire les femmes, crétin ! J'avais le béguin pour toi mais plus tu parles, plus tu t'enfonces ! Avoir su que ça se passerait comme ça, je t'aurais demandé de quitter notre groupe plus vite !

— Vraiment… ? dit-il en se tournant la tête vers moi.

— Ouais… J'avais le béguin pour toi mais tu ne fais qu'empirer la situation. Ça m'a pris de semaines avant de me décider de te parler. Plus le temps avance et plus je me demande si nous n'étions pas mieux pour être amis.

— T'aurais pu m'en parler… Durant tout ce temps, je pensais vraiment que tu te foutais de ma gueule et de celle des jumeaux.

— Ai-je vraiment l'air d'une nombriliste !?

Je le prends par le collet de son chandail et je le tire vers moi en le fixant droit dans les yeux.

— J'ai perdu Arbok à cause d'une maudite garce, lancé-je, furieuse. J'ai échappé à la mort deux fois depuis que je suis partie de chez moi. Je n'ai jamais connu ma mère. J'ai frôlé la dépression à cause de Kylie. J'ai tout fait pour la rendre heureuse, elle et son frère. J'ai torché vos vêtements qui puaient durant des semaines sans jamais rouspéter. J'ai fait vos repas. J'ai été vous encourager dans vos compétitions et c'est comme ça que tu me remercies !? Le monstre ici, c'est toi ! En plus, je dois rassurer mon père à tous les jours que je suis saine et sauve et que je suis bien entourée. Jake, s’il y a bien quelqu’un qui doive grandir ici : C’EST TOI, PUTAIN !

Je le repousse violemment contre le mur de l'ascenseur et je retourne dans mon coin, enfonçant ma tête dans mes bras alors que je plie mes jambes et mes genoux vers moi. Je suis sidérée par ses accusations. D'un côté, je ne peux pas lui en vouloir de croire que je ne suis qu'une pauvre folle. Après tout, je ne l'ai pas traité comme il faut dernièrement et mes machinations étaient vraiment excessives… Mais cette façon de jeter tout le blâme sur moi me glace le sang.

Suis-je vraiment une manipulatrice ? Est-ce que j'ai dépassé les bornes ? Je serais probablement en train de pleurer si je n'étais pas autant en colère. Ce n'est pas du tout comme ça que j'aurai imaginé mon premier rencard avec Jake. Je sentais un nœud dans mon estomac.

— Je m'excuse Estelle… Je me suis trompé à ton sujet, dit-il. Je pensais sincèrement que tu me détestais depuis tout ce temps et que tu ne faisais que tolérer ma présence afin de ne pas causer du souci aux jumeaux. À force de prendre tes distances avec moi, j'ai fini par penser tout ça. Je suis navré… J'ignorai que tu avais des sentiments pour moi.

— Mm, hmm…

— En vérité, je te trouve très jolie…

— Ah… ah bon ?

— Mais j'ai vraiment tout gâché entre nous en ouvrant la bouche.

— Mouais… soupiré-je.

Je ne sais plus trop quoi dire.

Lui non plus.

L'ascenseur se met enfin à bouger. Les lumières s'allument une à une, au-dessus de nos têtes et la porte s'arrête enfin au rez-de-chaussée. Je prends mes affaires et sors de la petite pièce étroite en pressant le pas. Je n'ai pas vraiment envie de croiser le regard de Jake pour les prochaines heures. J’aimerais me calmer.

Une partie de moi se sent dégoutée de lui et mon cœur bat à une vitesse folle dans ma poitrine rien que de penser à son stupide regard, à sa stupide coupe de cheveux, à son stupide jacket en jean, à son stupide bandeau qui recouvre ses cheveux, à son stupide sourire niais, à son stupide regard de bébé chiot, à son… à son… Mais qu'est-ce que…

Je sens sa main m'attraper le bras. Je me tourne vers lui. Il me regarde droit dans les yeux. Je suis en transe pendant quelques secondes, puis je sens mes lèvres et les siennes s'approcher tranquillement. Puis soudain, BAM ! Nos lèvres se touchent. Mes yeux sortent de leurs orbites, et je ferme ces derniers, alors qu'il me serre contre lui et que je lâche mes affaires par terre.

Je me retire un peu pour mentionner :

— T'en as mis du temps…

— Chuuut… me dit-il en me mettant un doigt sur la lèvre inférieure.

— Imbécile… soupiré-je pour ensuite glousser.

— Tais-toi et embrasse-moi, dit-il en m'imitant.

Puis nous échangeons notre second baiser… puis troisième… J'ai arrêté de compter au bout de notre cinquième. Oups ?

Annotations

Recommandations

Kentyn
Enfin Haïkus il n’y en a pas beaucoup... plutôt mokis et bribes poétiques libres..
81
90
1
0
É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
2471
4627
445
248
ElliePyroFire
Kali mène une vie qui devient pesante. À travers ses souvenirs, la jeune femme revit ses traumatismes et tente de s'accrocher, d'avancer en espérant que son cauchemar se termine enfin...
(Inspiré de faits réels)
74
48
60
29

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0