Chapitre 32 : Duel entre amies

14 minutes de lecture

Estelle, 16 ans
Meilleure amie de Scottie


Après le déjeuner, Kylie décide qu’il est pour nous de commencer notre entraînement avant de nous mesurer au Major Bob. Nous nous sommes données aujourd’hui et demain pour perfectionner notre stratégie avant de nous essayer pour la première fois contre lui. Il est dit que ce Champion est beaucoup plus puissant que les arènes d’Argenta et d’Azuria. La punk me prend donc par la main et m’entraîne loin dans les hautes herbes, laissant malheureusement Scottie seul avec Jake.

Galifeu nous suis en silence, mais avec vigilance car nos Pokémon sont encore en dehors de leurs Poké Balls. Mon poulet ne souhaite pas croiser Arbok. Kylie veut que je me serve de Galifeu alors qu’elle se servirait de sa Sabelette. Il y a plusieurs Pokémon sauvages qui rôdent dans les parages, donc il sera facile de nous trouver des groupes à combattre ensemble. Si nous avons de la chance, un groupe de Dresseurs viendra sûrement à notre rencontre.

Au bout d’une vingtaine de minutes à pratiquer nos attaques combinées, je remarque que Kylie est beaucoup trop impulsive et ne laisse pas vraiment la chance à mon Galifeu d’attaquer.

— Bonjour le travail d’équipe, hein ? dis-je en roulant des yeux.

— Pardon ?

— Tu as l’air d’oublier que nous sommes là. Tu fais tout le travail toi-même et tu ne laisses même pas Galifeu combattre.

— Bah, euh…

— Veux-tu vraiment que je combatte avec toi à tes côtés ?

— Euh… Mmm…

La voilà déstabilisée. Je suis à cran. Elle fait toujours tout à sa tête celle-là ! Elle est bien gentille mais ne fait jamais attention à mes sentiments ni à ceux de son frère, sauf quand c’est trop tard.

Elle baisse sa tête honteusement et commence à râler dans le vide. Elle ne se rend pas compte qu’elle ne fait aucun effort, même si c’est elle qui a fait la proposition en premier qu’on forme un duo pour l’arène.

— Je ne m’en suis pas rendu compte… finit-elle par admettre.

— Ouais, ouais, c’est ça. Tu me fais la demande de faire joujou avec toi pour le match de Major Bob pour couper du temps dans notre planning et tu fais tout le travail toi-même, je réponds sèchement. Sympa...

— Ouille… Quelle mouche t’a piquée !?

— Il y a que j’en ai marre qu’on se fout de ma gueule ! Dis le tout de suite si tu ne veux plus travailler en équipe et arrête de me faire perdre mon temps.

— Ouais, bah… Si c’est comme ça, t’as qu’à voyager toute seule ! beugle-t-elle avant de croiser les bras.

Elle se tourne dos contre moi, et je fais de même. Pendant deux bonnes minutes, nous restons ainsi en silence jusqu’à ce que Scottie et Jake s’approchent de nous. Pour qui elle se prend cette folle !? Grrr…

— Allons, qu’est-ce qui se passe encore !? questionne Scottie.

— C’EST ELLE ! (– C’EST ELLE !) hurlons-nous en même temps.

— Ouf… Ces disputes de filles me font peur, répond le jumeau qui recule de quelques pas.

— Ah bon ? fais-je, plissant des yeux.

— SEXISTE ! grogne Kylie.

— Galifeu, cogne-moi cette ordure ! grogné-je en pointant Scottie.

— Sabelette, déchire-moi ses son pantalon ! aboie la punk.

— Aïïïïïe ! hurle Scottie qui se cache derrière Jake.

Nos deux Pokémon se regardent, inquiets à cause de notre attitude et soupirent. Jake se frotte le bout du nez et se met à jouer d’un air de guitare, essayant d’alléger l’atmosphère.

— Toi, si tu joues une note de plus, je t’étouffe avec tes cordes... grogne Kylie, avec des yeux de couteaux.

— Ouais et j’te fais bouffer ton Feurisson, sifflé-je entre mes dents.

— Les filles, du calme… ! On peut bien régler ce conflit sans violence, non ? couine Scottie.

Kylie et moi échangeons un regard furieux, tournons notre tête vers les garçons et répondons de la même voix :

— NON !

Quelques secondes plus tard, nous éclatons de rire, elle et moi.

— Pourquoi on se chamaillait déjà ? dis-je en clignant des yeux.

— Le travail d’équipe, dit Kylie.

— Ah ouais… Va falloir qu’on se pratique un peu plus.

— Bonne idée.

Jake jette un regard inquiet vers le jumeau qui partage la même expression, toujours caché derrière lui. Je remarque que Scottie s’est agrippé aux épaules de son ami. Il tremble de peur, et semble avoir oublié son malaise en ce qui concerne ses sentiments pour le guitariste.

— Euh… Scottie… ? dit aussitôt Jake.

Le jumeau se met à rougir de honte se redresse en essayant de cacher sa gêne. Il baisse son regard.

— Je vais aller faire une promenade, tiens… signale celui-ci avant de s’éloigner vers notre arbre à piquenique.

Jake n’a pas l’air de saisir pourquoi son ami se comporte de cette façon. Il affiche une expression troublée en le voyant s’en aller.

— Je vais te donner un indice, clair et net : il te voit encore dans sa soupe, dit Kylie.

— Ah, parce que tu as remarqué les signes ? demandé-je en me tournant vers la punk.

— Bah ouais, Scottie agit toujours de cette façon près des mecs qui lui plait… Il n’a plus de secrets pour moi.

— Nous ne sommes pas sortis de l’auberge, ça veut dire.

— Eh bah… Je croyais qu’il avait compris que je n’aime pas les mecs… remarque Jake, perturbé.

— Oui, mais… Son cœur ne veut rien entendre et il se sent mal, expliqué-je. Il a beau essayer, il n’y arrive pas.

— Je pensais que nos retrouvailles se passeraient mieux que ça… continue le guitariste, embêté. Je commence à regretter mon retour. Peut-être serait-il mieux pour moi de partir.

— Ne dis pas de sottises, dit Kylie. Tu es un chic type, c’est seulement Scottie qui doit apprendre à accepter cette défaite amoureuse. Mon frère est plus fort qu’il en a l’air.

— Je te trouve bien cruelle de dire ça, soupiré-je.

— Tu le protèges trop Estelle, ajoute-t-elle en levant les yeux au ciel. Il commence trop à dépendre de tes services. D’ici peu, il va commencer à t’appeler Maman.

Elle marque un point. Je suis beaucoup trop mère-poule envers lui.

Nous voyons quelques instants plus tard Jenny et son groupe qui s’approche de nous. Ils sortent de Carmin sur Mer. J’arrive à les reconnaître malgré leurs nouveaux vêtements. Ça fait un bail que je les ai vus. Presque un mois, je crois ? Katia semble avoir grandi de quelques centimètres et se coiffe différemment, mais sa chevelure châtaine est toujours aussi resplendissante.

Maintenant que j’y pense, Tom et Katia se ressemblent beaucoup. Je n’ai jamais pris la peine de leur demander s’ils étaient du même sang. Cela dit, elle a les yeux bleus et lui les yeux verts. Jenny attache toujours ses cheveux en queue de cheval, bien qu’ils soient roux et frisés.

— Salut les potes ! fait Jenny qui nous salue. Ça fait un bail, dites donc !

— Ouais, je croyais que vous deviez partir pour Céladopole, exprimé-je.

— En fait, Katia est tombée malade alors nous avons dû prendre un congé, après c’est son frère qui a choppé sa grippe et moi. Du coup, nous avons passé deux semaines au Centre Pokémon de Carmin sur Mer...

Ah, ils sont donc frère et sœur. J’imagine qu’ils voyagent ensemble avec l’accord qu’ils ont fait à leurs parents. Katia est plutôt jeune après tout et la plupart des Dresseurs de cet âge préfèrent la compagnie de groupes, puisqu’évidemment, on ne peut pas toujours tout faire, tout seul.

— Au moins, nous avons tous eu le temps de nous entraîner individuellement et on a même capturés de nouveaux Pokémon pour nos équipes, explique Tom en sautillant sur place. Le Professeur Chen va être content que je lui envoie tant de spécimens différents !

Oui, Tom… Celui-là rêve de devenir l’assistant du Professeur Chen et d’après Jenny, il passe ses journées à prendre des notes sur ses Pokémon et ceux qu’il observe dans la nature. Il s’entraîne dans la discipline d’Observateur, tandis que sa sœur est la Coordinatrice du groupe.

— Alors, qu’est-ce que vous devenez ? interroge Jenny en voyant que moi et Kylie, on s’entraînait.

— Est’ et moi, on a gagné deux badges et mon frère a capturé son premier Pokémon Psy, déclare Kylie. Notre plan est de combattre le Major Bob à deux.

— Ah ouais ? dit Katia. Tu ne participes plus aux Concours ?

Je fais un haussement d’épaules.

— A vrai dire, je suis beaucoup plus attirée par le domaine du stylisme, dis-je en me grattant la joue gauche.

J’en profite pour me tourner vers Kylie afin de cacher mon embarras. Mon amie me fait un léger coup de coude dans le ventre, toujours en observant le trio et se met à rire.

— Dis surtout que tu as peur de faire de la peine aux Coordinateurs à cause de tes multiples talents ! me dit-t-elle, pour plaisanter. Styliste, bonne cuisinière, couturière, artiste et musicienne… Que nous caches-tu encours sous ce regard de petit ange à deux cornes ?

Cette fois, je fais volte-face et grimace de dégoût. Je me gratte l’arrière de la nuque et essaie de cacher mon expression.

— Bah, il est vrai que le monde de la coordination est cruel, soupire Katia. J’ai perdu plus de quatre compétitions mais je me suis rendue loin. J’ai maintenant mon troisième ruban !

— Quatre… compétions… marmonné-je pour moi-même, étonnée.

Je fais alors le calcule dans ma tête. Sept Concours différents. Cette gamine est beaucoup plus active que moi, ma parole ! Je ressens une perle de sueur qui coule le long de mon front.

— Mon premier et deuxième ont été à Jadielle, commente la petite. Mon second à Azuria, ma troisième à Jadielle, encore une fois, ma quatrième à Argenta, puis encore là-bas pour ma cinquième… On est retourné à Azuria pour mon sixième et finalement j’ai gagné mon quatrième ruban à Carmin sur Mer !

— C’est beaucoup d’aller-retours, constate Kylie qui essaie de compter tout ça sur ses doigts, mais cela embrouille tellement son esprit qu’elle secoue sa tête.

— Il y a au moins deux Concours à chaque ville par mois, ajoute Jenny. Il est rare que nous ayons la chance de voir les juges officiels Sukizo et Contesta, mais ils sont à Kanto pour les prochains mois. C’est un honneur de les croiser sur notre chemin.

— Ouais, mais ils ne font pas tous tous les Concours… soupire Katia. J’aurai aimé qu’ils voient comment Papilusion s’est amélioré depuis Argenta.

Tom remarque nos Pokémon près de l’arbre à piquenique et bondit d’excitation lorsqu’il voit le Qulbutoké de Scottie. Il ne semble pas en voir très souvent, malgré le fait qu’il possède un Marrill originaire de Johto. Il s’éloigne aussitôt, nous laissant avec Jenny et Katia.

— Eh, propose alors Kylie. Ça vous dirait de combattre contre nous ? Estelle et moi contre vous deux en même temps.

Elle va plutôt vite en affaires, celle-là. Jenny hoche la tête, Katia hésite.

— C’est pour votre entraînement ? demande celle-ci.

— C’est ça, dis-je. Nous essayons de combattre en équipe.

— Mmm… Voilà qui est intéressant…

Jenny sort alors un Goupix alors que Katia nous présente son Ptitard. Serait-ce de fraîches captures ? J’appelle donc Pikachu à venir nous rejoindre alors que Kylie opte pour utiliser Colossinge. Ceux-ci sont toujours en train de jouer avec les autres près de notre arbre. Aussitôt qu’ils entendent leurs noms, ils viennent nous rejoindre en quatrième vitesse.

— Voilà la règle de ce combat, dit Kylie. Puisque ce n’est pas un combat d’arène officielle, nous allons simplement combattre avec un Pokémon par Dresseuse. La première équipe à perdre ses deux Pokémon perd le match. Si le Pokémon de l’une d’entre nous est inconscient ou ne peut plus combattre, notre partenaire peut continuer le combat à elle-seule. Est-ce que ça vous va ?

Jenny et Katia s’échangent un bref regard, puis hochent toutes deux la tête. Je sens aussitôt l’adrénaline monter en moi, l’envie de vaincre leur équipe coûte que coûte est tout ce qui compte à présent.

Nous prenons donc toutes nos distances avec nos créatures et Kylie demande qui débute le match. Jenny et Katia décident de commencer puisqu’elles sont les invitées. Nous acceptons cette suggestion.

— Ptitard, attaque Écume sur Colossinge ! lance Katia.

— Goupix, assiste Ptitard avec Onde Folie ! ajoute Jenny.

— Ptiiitard ! couine le têtard.

— Gouuuuuuu ! couine la renarde.

La Goupix envoie ce qui semble être un vent étrange de la bouche, qui frappe aussitôt Colossinge en pleine figure. Le têtard atteint aussi sa cible avec une série de bulles violentes qui lui éclatent à la figure. Le singe se met aussitôt à se taper la tronche et à pousser un hurlement de douleur.

— Colossinge ! aboie Kylie.

— Onde Folie plonge les Pokémon de mes adversaires dans une transe où ils sont confus et ne peuvent pas faire la distinction entre leurs ennemis et eux-mêmes, explique Jenny.

— Semer la confusion marche toujours, dis-je en secouant ma tête.

— Mais aide-moi ! supplie Kylie qui me regarde du coin de l’œil.

— D’accord, dis-je. Pikachu, Cage Éclair sur Goupix !

Pikachu se met alors à courir vers nos adversaires, bondit dans les airs et lance du bout de sa queue une sphère électrique qui file à une vitesse folle vers la renarde de Jenny.

— Goupix, cours ! ordonne la rousse.

Mais il est trop tard. La renarde reçoit l’attaque de mon Pokémon et est aussitôt paralysée. Pikachu revient vers nous. Colossinge est toujours en train de se débattre pour se défaire de sa condition temporaire, alors je vais devoir concentrer tous mes efforts sur Ptitard.

— Pikachu, attaque Éclair sur Ptitard ! formulé-je.

— Piii, dit la souris en se tournant vers le têtard.

— Ptitard, riposte avec Tir De Boue ! crie Katia.

— Ptiiiiiii, couine le Pokémon aquatique.

Le têtard crache aussitôt une bombe de bouette en direction de mon Pikachu, perçant l’éclair qu’il est en train de lancer à celui-ci. La bouette éclate au visage de Pikachu qui est aussitôt aveuglée.

— Piiiiiiiika !

Je grince des dents. Elles sont rusées. Voilà des adversaires de taille. Colossinge de son côté a fini par reprendre ses esprits. Celui-ci est tellement en colère qu’il coure déjà en direction de Goupix.

— Colossinge, attaque Coup d’Boule ! lance Kylie.

Le singe au pif de cochon tournoie alors sur lui-même et fonce son crâne sur le renard qui perd aussitôt connaissance. L’attaque en question avait été brutale et précise. Il faut croire que Kylie a pratiquée cette-là assez souvent pour créer cet effet. J’ai peur de voir comment cela pourrait affecter mes propres Pokémon lors de nos duels.

Galifeu, à mes côtés, jauge Colossinge avec attention. Celui-ci semble impressionné par sa puissance. Ça fait longtemps qu’il n’a pas échangé des coups avec lui, maintenant que j’y pense.

Pikachu finit par se débarrasser de la bouette devant ses yeux, mais Ptitard a eu le temps de l’attaquer deux autres fois avec l’attaque Écume. Bien qu’affaiblie, ma souris ne s’avoue pas vaincue.

— Pikachu, lance Tonnerre ! je m’exclame lorsqu’elle est en état de se battre à nouveau.

Cette fois, celle-ci ne rate pas son coup. Ptitard est foudroyé par l’éclair puissant de mon Pokémon électrique et roule vers sa Dresseuse alors qu’il est inconscient. L’impact a été puissant. Nous sommes toutes essoufflées par l’intensité du combat. Nous n’avons même pas remarqué que Scottie, Jake et Tom se sont rapprochés afin de nous observer.

Lorsque nous avons terminés, Kylie se met à se dandiner et à faire sa danse de la victoire habituelle alors que Katia est visiblement déçue. Jenny grogne, puis rappelle Goupix dans sa Poké Ball. La petite embrassa son têtard sur le front, alors qu’il reprend déjà connaissance. Elle applique aussitôt une potion sur ses plaies.

— Excellent combat, les filles ! lance Jake en applaudissant. Que diriez-vous que je vous prépare du thé pour célébrer cette victoire ? J’ai apporté des cookies.

Lui et son thé… ! Je souris.

— Bien entendu, vous êtes tous invités, ajoute-t-il à Tom et son groupe. Toutefois, nous nous devons avant nous rendre au Centre Pokémon.

Jenny hoche la tête. Katia sourit à l’idée de manger des biscuits et Tom souhaite passer un peu plus de temps avec le Qulbutoké de Scottie, ce qui gêne notre ami même s’il est heureux de parler de ce dernier avec l’Observateur.

Nous rappelons donc tous nos Pokémon, à l’exception de Galifeu qui préfère marcher à mes côtés comme toujours et le Ptitard de Katia. Nous ramassons aussi nos affaires près de l’arbre à piquenique.

Il commence à faire de plus en plus frais à l’extérieur. J’ai envie de me réchauffer. Demain, on nous annonce une journée chaude, alors nous allons en profiter pour confronter le Major Bob à son arène, puis prendre la route vers Céladopole.

Alors que nous marchons vers Carmin sur Mer, Kylie se tourne vers Jenny.

— Sinon, où comptez-vous aller maintenant que vous avez accomplis vos objectifs ? demande-t-elle.

— La tante de Tom et Katia désire que nous lui rendions visite à Safrania, donc nous comptions nous y rendre cet après-midi. Mais puisque nous sommes invités pour le thé…

— Héhé, je vois.

— Sinon, demandé-je. Tu m’as raconté dans votre dernier texto que Tom et toi avez arrêté les Concours, c’est vrai ? J’ai aimé ta performance à Argenta. C’est dommage…

— Merci du compliment, dit-elle. Mais, j’ai vite découvert que j’étais beaucoup plus passionnée au dressage que le côté artistique de la chose. C’est pourquoi mon Pikachu et moi, nous avons commencé à nous entraîner pour le prochain Pokéathlon qui aura lieu à Céladopole.

— Le Pokéathlon ? demanda Kylie, clignant des yeux.

— C’est une discipline qui fait de nos pokémons des athlètes, en quelque sorte, expliqué-je. Ma ville a un centre de ce genre réservé pour les athlètes et leurs Pokémon. Plusieurs grandes villes en ont depuis quelques années.

— Woah… Jamais je n’aurai pensée qu’on pouvait faire ce genre de truc avec nos bestioles…

— Colossinge pourrait facilement s’entraîner au bras de fer, il y a une discipline pour ça, déclare Jenny en se mettant les mains derrière la tête.

— Euuuuh… fait Kylie avec ses lèvres.

La voilà replongée dans ses pensées, ce qui pour nous n’est pas bon signe parce qu’elle est souvent très imprévisible. Je remarque toutefois que son humeur s’est beaucoup améliorée depuis qu’elle a activé la tablette contenant des souvenirs de sa défunte fiancée. Je me demande si elle a réussi à trouver le fichier contenant la dernière lettre de Victoria - parce que oui, Yanis Thiercelieux a précisé lors de mon absence qu’il y en avait une quelque part dans cette tablette. J’en profite pour en parler avec Kylie, alors que nous entrons au village.

— Alors, que contenait cette lettre que t’as laissé Vicky ? demandé-je.

— Euh… Enfin… Je n’ai pas encore réussi à ouvrir ce fichier. Il s’appelle Pour Kylie avec un petit cœur en emoji à côté. Lorsque j’essaie de l’ouvrir, il me demande un mot de passe…

— As-tu pensé à taper ton prénom ? demande Scottie, qui tourne sa tête vers sa sœur.

— Euh, non ? Pourquoi ?

— Vicky a sûrement mit un mot clé facile pour toi à reconnaître, explique-t-il. Essaie, la prochaine fois que tu joueras avec ta tablette.

— Hmpf…

Elle retire alors la tablette de son sac et allume celle-ci alors que nous nous entrons au Centre Pokémon. J’ai bien l’impression que la technologie n’est pas le point fort de mon amie. Avec tout le temps que ça lui a pris pour découvrir le mot de passe, je me dis qu’elle doit avoir de la difficulté avec les autres machines. Je regarde brièvement le numéro de série derrière sa tablette, curieuse de voir si Vicky n’aurait pas laissé une information supplémentaire à sa petite amie. Je découvre alors avec stupéfaction que les cinq derniers chiffres du code de série sont 56237 et qu’ils sont encerclés à la plume.

— Euh Kylie… ? soupiré-je.

Je lui montre alors ce que j’ai découvert et elle me regarde, puis retourne son regard sur le code de série, puis me regarde encore une fois, et lâche un gros juron en se tapant le front.

Annotations

Recommandations

Kentyn
Enfin Haïkus il n’y en a pas beaucoup... plutôt mokis et bribes poétiques libres..
84
90
1
1
ElliePyroFire
Kali mène une vie qui devient pesante. À travers ses souvenirs, la jeune femme revit ses traumatismes et tente de s'accrocher, d'avancer en espérant que son cauchemar se termine enfin...
(Inspiré de faits réels)
75
50
60
29
Rêves de Plume

Fixer l'infini
Dessous le ciel étoilé
Rêverie nocturne
274
127
4
1

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0