Chapitre 23 : Le Mont Sélénite

14 minutes de lecture

Estelle, 16 ans
Fière de son Galifeu

Une semaine après les incidents de Jadielle, nous avons recommencé à nous déplacer tranquillement pour nous rendre sur la Route 3, celle qui mène au Mont Sélénite. C’est enfin l’automne et nous avons changé nos vêtements pour quelque chose de plus chaud et convenable. Pour ce qui est des prix de la compétition, les gagnants ont tous été compensé par des associations caritatives qui ont voulus rétablir la réputation de la Ligue. C’était la moindre chose à faire, suite au vol inexplicable de l’argent qui se trouvait dans la mallette. D’après ce que j’ai entendu, la caméra qui se trouvait dans la pièce où ils ont déposé la fameuse mallette, a été désactivé quelques heures avant la fin de la compétition et quelqu’un s’est emparé des billets.

La police cherche toujours qui a dérobé les prix, mais comme Kylie, je commence honnêtement à croire qu’il s’agissait de la Team Rocket. Il semblerait aussi que Cameron soit le seul des gagnants qui n’ait pas été contacté pour obtenir le prix de compensation des sponsors. Il a rempli sa fiche d’inscription à la compétition avec de fausses informations. Pour cette raison, les agents de police ont nommé le jeune homme comme principal suspect dans cette affaire.

Jake a décidé de rester à l’hôpital d’Argenta pour quelque temps parce qu’il s’inquiète pour l’état de santé de son ami qui a été blessé durant l’attentat du musée. Son choix m’a chagriné, mais je comprends pourquoi il veut passer du temps avec son ami. Il nous a remercié pour les nombreux jours passés en notre compagnie, puis nous a promis qu’on se reverra bien tôt pour discuter de nos aventures. Nous avons l’intention de participer tous ensemble à de nouvelles compétitions.

Nous sommes donc de retour à notre trio initial, plus Galifeu qui me suit partout. On doit s’habituer rapidement à l’absence de notre ami, ce qui n’est pas évident parce qu’il avait tendance à nous mettre de bonne humeur avec ses blagues et sa musique.

Ça fait maintenant deux jours qu’on s’entraîne par ici. Le Coconfort de Kylie a rapidement évolué en Dardagnan et le Chrysacier de Scottie est devenu un magnifique Papilusion. J’au aussi capturé une Rondoudou aux couleurs plus pâles qu’à l’ordinaire lors de l’un de mes combats et Kylie s’est choppé une Sabelette.

Pendant ces derniers jours, j’ai décidé de combattre Forrest à Argenta et après un combat intense avec lui, j’ai réalisé que j’aimais aussi combattre comme tous les autres Dresseurs. J’ai ressenti l’adrénaline monter en moi à chaque coup échangé avec ses Pokémon Roche. Carapuce et Galifeu ont été mes partenaires ce jour-là et bizarrement, Galifeu a été celui qui m’a permis d’éliminer son Gravalanch, avec un coup de pied bien placé.

J’observe en ce moment le badge que j’ai remporté alors que Kylie ronchonne à côté de son frère. Elle n’en revient toujours pas que j’ai réussi à vaincre Forrest plus rapidement qu’elle. D’un côté, elle est fière de moi, mais elle est aussi dégoûtée de s’être fait battre, spirituellement parlant. Je finis par remettre ma petite caisse dans mon sac et je sors Rondoudou de sa Poké Ball, alors qu’un Roucool sauvage se met dans notre chemin.

— Rondoudou, utilise Berceuse, j’ordonne ma nouvelle partenaire.

— Doudou ! couine la petite boule rose aux yeux verts.

— Elle est si mignonne ! dis-je en me tournant aux jumeaux.

— En effet, dit Scottie. Tu as eu de la chance de tomber sur un spécimen chromatique. Ils sont si rares !

— Ce n’est pas vraiment mon style… dit sa sœur, peu impressionnée.

Rondoudou est après tout un Pokémon à moitié Fée, ce qu’elle méprise à cause de sa très mauvaise expérience à la Ligue, l’an dernier. Je crois quand même qu’elle apprécie la voix mélodieuse de mon Pokémon car elle se met à imiter la berceuse de Rondoudou.

Le Roucool perd connaissance et je regarde les deux Dresseurs à mes côtés, et me demande si l’un ou l’autre avait envie de le capturer. Scottie secoue la tête, Kylie n’a pas besoin de lui dans son équipe. J’en ai donc profité pour sortir une Poké Ball de mon sac, et je l’ai lancé sur le Roucool. Un instant plus tard, celui-ci m’appartient.

— Deux captures en moins de vingt-quatre heures ? T’es en feu, poulette ! dit Kylie qui me donne une petite tape amicale sur l’épaule. Va falloir que Scottie commence à faire comme toi, s’il ne veut pas devenir le maillon faible de notre trio !

Elle plaisante, bien sûr, mais Scottie n’a pas l’air d’apprécier cette remarque. Il recouvre sa tête du capuchon de son manteau et pousse un long grognement plaintif.

Pendant ce temps, je me penche pour prendre Rondoudou dans mes bras. Galifeu nous suit toujours et a appris à nous réchauffer avec ses flammes de temps à autre. Finalement, la technique que Kylie a appris à Salamèche a finis par être transmise à mon propre Pokémon. Galifeu se sent utile et adore nous rendre service quand nous grelottons.

Nous arrivons devant le Centre Pokémon au fond de la Route 3, celle qui se trouve tout près du Mont Sélénite. Nous avons décidé de nous y arrêter pour quelques minutes, le temps que nos Pokémon soient examinés avant de traverser les cavernes montagneuses.

Il est dit que le Mont Sélénite a été retravaillé par plusieurs mineurs afin de rendre l’endroit plus sécuritaire aux Dresseurs.

Il y a des panneaux un peu partout qui nous donne les directions à prendre pour nous rendre à la Route 4 et plusieurs pièces creusées sont éclairées par des lampes-torches ou bien des lampes à huiles que les mineurs remplacent quotidiennement. Il n’y a donc rien à avoir peur de ces lieux… Enfin, je crois.

Kylie espère se trouver de nouveaux Pokémon à capturer à l’intérieur, donc nous sommes arrêtés à une boutique d’Argenta afin d’acheter d’autres Poké Balls pour tout le monde. J’en ai profité pour m’acheter quelques potions, antidotes et une corde solide avec laquelle je m’attacherai à Galifeu, si jamais nous aurons le malheur de nous perdre dans une salle trop sombre. Je n’ai pas encore eu l’occasion de dire aux jumeaux que j’ai horreur de la noirceur… Heureusement, Galifeu est là.

Un quart d’heures après notre visite au Centre Pokémon, nous sommes prêts à entrer dans les mines du Mont Sélénite. La première chose que je remarque en entrant dans celles-ci, est cette odeur nauséabonde de terre trempée, mélangée à celle de la sueur des mineurs qui a imprégné ces murs de pierres. Non loin de l’entrée, je vois un jeune homme familier aux cheveux argentés qui se bat contre un Racaillou avec son Massko.

— Eh, dis-je en pointant celui-ci, pendant que je tire la manche de Kylie. N’est-ce pas le type qu’on a vu l’autre jour, à la compétition ?

Kylie se tourne pour voir de qui je voulais lui parler, puis hoche la tête.

— Je suis encore sous le choc de voir qu’il est en vie, pour être franche, me répond celle-ci.

Je me souviens d’avoir entendu son nom… Martyr Runefield, je crois. Celui-ci termine son combat avec le Racaillou, puis envoie une Poké Ball sur celui-ci. Malheureusement, la Poké Ball rebondit sur le Pokémon, puis tape Martyr dans le front avant de faire un ricochet sur une stalactite qui provoqua un écroulement entre nous.

— Il a vraiment une poisse légendaire, ce mec, remarqua Kylie.

— Tu ne me le fais pas dire, marmonné-je en clignant des yeux.

— Cet écroulement ne m’encourage pas, répond Scottie qui vient de tout voir. Nous devrions rester tout près, l’un de l’autre.

Nous hochons toutes deux la tête en même temps. Une chance pour nous que nous sommes que sur le sentier sécurisé, car nous serions dans de beaux draps si nous avions pris la décision de rejoindre Martyr après son combat. Peut-être même que ça nous aurait tué.

L’odeur de terre mouillée me dérange de moins en moins. Mes yeux commencent aussi à s’habituer à l’obscurité des cavernes. Au bout de quelques minutes, nous arrivons près d’une ouverture où nous pouvons croiser quelques Pokémon sauvages.

— Arrêtons-nous ici pour quelques minutes, dit Scottie qui nous fait signe de le suivre. J’aimerai voir me capturer quelque chose…

Nous nous éloignons donc du sentier, mais je fais de mon mieux pour ne pas m’éloigner trop des sources de lumières. Galifeu a beau éclairer la pièce avec ses flammèches, cela ne m’encourage pas du tout. J’arrive facilement à m’endormir dans une pièce sombre, du moment que je ne suis pas entourée de bestioles. Ces cavernes regorgent de créatures vivantes et à tout moment, l’une d’entre elles pourra me sauter dessus.

Je suis sur le point de me décider à rejoindre Kylie et Scottie lorsqu’une horde de Nosferapti vole dans ma direction. Je fige aussitôt sur place, prise de panique et incapable d’agir. Sur le coup, Galifeu plonge pour me faire trébucher vers l’arrière, mais nous roulons en bas d’une butte de terre très creuse et sommes séparés des jumeaux.

Lorsque je me relève et époussette mes vêtements, je réalise qu’il m’est impossible de remonter à la surface, là où se trouvent les lampes-torches. Je suis entouré que de noirceur.

— Oh misère… formulé-je en figeant sur place.

— Estelle !? lance Kylie.

— Ça va ! Je vais bien ! déclaré-je, ma tête vers le haut.

— Peux-tu grimper sur quelque chose ?!

— Pas vraiment ! Cette butte est vraiment trop creuse !

Je m’approche de la pente en question et celle-ci est faite de terre qui a fraichement été creusée par les machines. Elle est remplie de racines et de petites pierres et même si j’essayais de monter, je finirai par défoncer cette terre. Galifeu renifle autour de lui et me tire par le manche de mon manteau. Il tente de me dire qu’il a trouvé un chemin à suivre.

— Galifeu croit avoir trouvé une sortie pour cette galerie ! lancé-je en continuant la conversation avec ma partenaire de route.

— Essayez de trouver le moyen de nous remonter à la surface ! répond Kylie. Je vais tenter de creuser un chemin jusqu’à vous avec Sabelette lorsque je trouverai un endroit plus sécurisé !

— Faites quand même attention ! Nous ne voulons pas causer d’autres écroulements !

— Attends ! Est-ce que t’as ta corde avec toi ?!

— Je peux essayer de te l’envoyer avec mon Roucool, mais comme je l’ai dit, cette terre fraiche est beaucoup trop dangereuse pour nous !

J’entends un juron de la part de la punk. Ensuite, elle se retourne vers son frère et dit quelque chose que je n’ai pas saisi. Elle finit par revenir vers l’ouverture du trou.

— Écoute ! Suis Galifeu dans ce tunnel ! explique-t-elle. S’il a repéré de l’air, il peut te guider jusqu’à la sortie qui te mènera à la Route 4 !

— Mais qu’est-ce que vous allez faire de votre côté ?

— On va finir par te retrouver ! Ne t’inquiète pas !

— D’accord…

Je ne suis pas vraiment convaincue, mais pour le moment, je n’ai pas le choix que de me déplacer dans le noir, même si j’ai horreur de ça.

— J’y vais dans ce cas ! commenté-je, avant de laisser mon Pokémon me guider à travers la galerie sombre. Souhaitez-moi bonne chance !

Pendant que je m’avance dans les pénombres, Galifeu éclaire le chemin pour moi. Je commence à me calmer. Je ne peux m’empêcher de m’inquiéter ; je crains de tomber sur des Pokémon violents et terrifiants.

Nous arrivons près d’un lac souterrain illuminé par des cristaux que l’on peut retrouver dans les parois rocheuses. Ce lac débouche près d’un autre tunnel que nous devons suivre. Je m’arrête un moment près de l’eau et j’observe les Pokémon aquatiques qui se promènent aux alentours. Ceux-ci prennent peur en nous voyant et plongent à l’eau.

Dommage ! Le Ptitard que j’ai vue était plutôt mignon. Je décide de sortir Pichu de sa Poké Ball, puisque Rondoudou se repose dans la sienne. Ma souris peut me servir de source lumineuse supplémentaire.

— Pii ? couine mon Pokémon.

— Pichu ? Voudrais-tu aider Galifeu à éclairer le chemin ?

— Pii ! répond mon bébé Pokémon qui hoche la tête.

— Merci…

Pichu fait apparaître quelques étincelles par moments sur ses petites joues. Les charges ne sont pas très élevées car une charge trop forte pourrait lui faire du mal. Il lui faut évoluer s’il espère lancer des attaques électriques plus adaptées.

Une fois rendue dans une troisième pièce remplies de stalagmites et de stalactites, je me dis qu’il faudrait redoubler de prudences par ici, car le moindre écroulement pourrait nous emprisonner ici à vie. Nous marchons donc sur la pointe de nos pieds, essayant d’éviter de causer trop de bruits. Je ne parle pas. J’évite de toucher quoi que ce soit qui pourrait provoquer un effondrement. Cette minute me parait longue, éternelle… Puis nous arrivons enfin à une surface éclairée par des lampes-torches. Miracle !

Je ne vois ni Kylie, ni Scottie à l’horizon, mais il y a plusieurs panneaux et flèches pour me guider à travers le Mont Sélénite.

On s’est donné rendez-vous sur la Route 4, alors autant me rendre là-bas.

Je crois avoir aperçu un Mélofée quand je suis tourné d’un coin qui m’a conduit jusqu’à la sortie des cavernes, mais le Pokémon a disparu rapidement pour se cacher quelque part. Je n’ose pas poursuivre celui-ci, de peur que je me perde encore.

J’ai pensé que sortir d’ici ne serait pas un problème, j’ai eu tort. Une autre horde de Nosferapti prend son envol et passe en une vitesse folle, autour de moi. Je frissonne de peur, horrifiée par ces chauves-souris bleues. Pourquoi sont-elles si agressives !?

L’un d’eux attaque mon Galifeu et un autre s’en prend à Pichu.

—Lâche ma Pichu, toi ! grogné-je en essayant de donner une gifle à la chauve-souris la plus près. C’est qu’un bébé, fichu volatile ! Ouste !

Pour toute réponse, il continue à mordiller Pichu, et lui suce son sang comme un vampire. Ma pauvre petite bestiole gémit de douleur.

— Pichu, tu dois te battre ! dis-je, dans l’espoir de calmer mon Pokémon. C’est sûrement trop te demander, mais essaie l’attaque Éclair !

— Piii ! lance le Pichu, en se débattant.

— Je sais que tu en es capable !

— Piii… chuuuu !

La petite souris foudroie alors le Nosferapti qui essayait de boire tout son sang. Son adversaire perd connaissance et je profite de cet instant pour lui lancer une Poké Ball. Galifeu de son côté s’est débarrassé d’une autre chauve-souris qui l’a attaqué.

Je pousse un soupir de soulagement et me penche afin de ramasser Pichu dans mes bras. Elle est très affaiblie, mais au contact de ma peau, sa fourrure se met à briller alors que son corps prend une forme différente. Quelques secondes plus tard, ma partenaire est devenue une Pikachu avec le bout de sa queue en forme de cœur.

— Pikachu ! couine celle-ci. Pika, pika !

— C’est très bien Pikachu. Tu as fait du très bon travail, ma belle !

— Chu, rajoute celle-ci, timide.

Avec tout ça, j’oublie presque que j’ai capturé Nosferapti. Je me penche donc vers la Poké Ball, mais au moment où je vais l’atteindre, mon Pokédex, dans l’une de mes poches, se met à vibrer comme s’il s’agit d’un smartphone.

J’ouvre celui-ci, puis une voix robotique m’annonce :

Puisque vous avez déjà six Pokémon dans votre équipe, celui que vous venez de capturer doit être transféré au laboratoire du Professeur Chen. Confirmez-vous ce choix ?

J’appuie sur le bouton Oui, de ma machine. Je tourne alors mon visage vers ma Poké Ball qui disparait aussitôt dans les airs, comme si elle s’est téléportée dans une autre dimension. J’ai oublié que la compagnie de Poké Balls manufacture aussi les Pokédex, ce qui explique pourquoi ces deux outils interagissent si bien. Au moins, je vois que mes nombreuses nuits à bercer et peigner Pichu ont porté ses fruits. Voilà qu’elle est maintenant une jolie petite Pikachu.

Galifeu s’approche pour voir son amie. Celui-ci est ravi de voir qu’elle va bien et qu’elle commence à pouvoir se défendre par elle-même. Il prend Pikachu sur une épaule et celle-ci grimpe derrière sa tête pour faire apparaître des étincelles sur chacune de ses joues. Mon Pokémon rongeur éclaire davantage le couloir grâce à cette forme, ce qui est à la fois rassurant et étonnant. Galifeu laisse son amie le chevaucher de cette façon, alors qu’ils m’aident à me rendre jusqu’à la sortie.

J’aime les voir travailler en équipe, ces deux-là. Ça me fait penser qu’un jour, j’aimerai essayer l’un de ces fameux duels où la règle exige que nous devrons combattre avec deux Pokémon en même temps, contre ceux choisis par notre adversaire. J’imagine que les miens forment déjà une excellente équipe. Si je me décide à continuer les Concours, j’imagine que je vais maintenant pouvoir utiliser Pikachu pour la manche scénique.

J’hésite encore d’y aller, mais je sais que la prochaine arène n’a que des Pokémon aquatiques. J’aurai aussi un avantage là-bas, si je me décide de faire un match contre le prochain Champion. Tant de possibilités s’offrent à moi. Je n’ai pas toute ma tête et je ne sais plus trop ce que je vais faire… Pourtant, j’ai envie de m’essayer à divers défis.

— Racaillou ! grogna alors une créature rocheuse à notre gauche. Raaaaaaah !

Je sens des pierres me frôler le visage de près. Je crois que nous sommes trop près d’un nid de Pokémon rocheux. C’est pourquoi je sors Carapuce de sa Poké Ball et ordonne à celui-ci de repousser notre nouvel adversaire, avant de courir avec Galifeu et Pikachu qui éclairent le chemin pour nous. Carapuce vient nous rejoindre après avoir attaqué le Racaillou, puis, il retourne se reposer dans la sphère métallique.

J’aurai pu capturer le Racaillou, mais j’ai une équipe plutôt complète pour le moment… Je vais donc me concentrer sur ce que j’ai et si un jour j’ai envie de changement, je reviendrai dans ces grottes pour ça.

Pour cette petite aventure, sans les jumeaux Sanders, je suis plutôt satisfaite du parcours que j’ai fait avec mes Pokémon. Je suis même fier de ne pas avoir pleuré une seule fois, bien que ces grottes me donnaient la chair de poule. Bravo Estelle ! Et surtout, bravo à mes Pokémon qui m’ont donné un énorme coup de main… ou de patte…

Nous nous arrêtons à la sortie du Mont Sélénite. Je regarde ma montre et celle-ci m’affiche que nous avons passé au moins quarante-cinq minutes à parcourir ce vaste endroit. Je suis surprise que nous sommes sortis si vite. Il ne me reste plus qu’à attendre nos partenaires de routes, alors je prends la décision de rester près de la sortie avec Galifeu et Pikachu.

La température est plutôt froide. Je me blottis contre mon gros poulet qui me réchauffe avec sa chaleur naturelle. Pikachu se met entre nous, puisqu’elle a elle aussi envie de se coller contre nous. Je souris, caressant la tête de ma petite rongeuse. Le plus important est de ne pas tomber malade. Je me sens bien avec mes petites bêtes.

Annotations

Recommandations

Kentyn
Enfin Haïkus il n’y en a pas beaucoup... plutôt mokis et bribes poétiques libres..
84
90
1
1
ElliePyroFire
Kali mène une vie qui devient pesante. À travers ses souvenirs, la jeune femme revit ses traumatismes et tente de s'accrocher, d'avancer en espérant que son cauchemar se termine enfin...
(Inspiré de faits réels)
75
50
60
29
Rêves de Plume

Fixer l'infini
Dessous le ciel étoilé
Rêverie nocturne
274
127
4
1

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0