Chapitre 21 : Rapprochements

14 minutes de lecture

Estelle, 16 ans
Observatrice de tournoi


Avant même que le duel entre Jake et l’individu en noir ne commence, un phénomène assez particulier attire notre attention.

Devant moi et Kylie, un adolescent à la chevelure argentée combat contre un individu louche qui porte une casquette pour recouvrir son visage. Le type aux cheveux argentés utilise un Massko et son adversaire est un Kadabra. Ils luttent depuis maintenant plus de deux minutes. Les autres matchs se sont même interrompus pour observer l’intensité du combat de ces deux Dresseurs. Après avoir échangé plusieurs coups, le Dresseur à la casquette ordonne au Kadabra de lancer l’attaque Psychique sur le Massko. Le type à la chevelure argenté riposte avec l’attaque Éco-Sphère.

Les deux attaques causent une explosion massive qui repousse violemment le Dresseur du Pokémon Plante à une telle puissance qu’il fonce droit dans un mur et brise celui-ci au passage. Le Massko, pris d’une crise de panique, se lance à la poursuite de son maître.

Mon doux ! J’espère qu’il n’a rien de cassé !?

— Le vainqueur de ce match est Cameron ! Martyr Runefield est malheureusement éliminé ! déclare l’arbitre le plus près de nous. Prochain match : Scottie Sanders contre…

J’ai mal au dos, rien qu’à regarder le trou causé par le jeune homme dénommé Martyr. Kylie est tout aussi choquée que moi.

Scottie affronte à présent un autre Dresseur qui porte des vêtements de marin. Ce dernier utilise un Goélise qui vole au-dessus de sa tête, pour combattre Qulbutoké. Je retourne mon attention vers Jake qui affronte à présent l’individu en noir. Notre ami guitariste envoie son Feurisson contre un Pandespiègle et échange plusieurs coups avant que le Pokémon du type en noir évolue en un massif Pandarbare. Feurisson pare un coup de poing de l’ours, puis un coup de pied, pour ensuite cracher du feu vers son adversaire massif.

Le visage de l’individu en noir s’illumine lorsqu’il voit en Jake un adversaire digne d’être affronté, puis augmente l’intensité de leur combat d’un cran. Jake n’a pas l’air de vouloir abandonner, même si son Pokémon commence à s’épuiser.

À notre droite, des infirmiers se sont déplacés vers Martyr pour le mettre sur une civière. Celui-ci se faisait transporter dans la pièce dédiée aux Pokémon blessés et pour les Dresseurs qui attendaient encore pour leur tour de combat. Le Massko suit ce groupe de près.

Je n’arrive pas à retrouver le type qui s’appelle Cameron, dans la foule. Il est probablement retourné dans la salle des Dresseurs, lui aussi. J’ai l’impression que cette après-midi va être intéressante.

Après son combat contre le marin, Scottie vient s’asseoir de notre côté des estrades et essuie son front. Il a bien combattu jusqu’à présent et peut continuer au tour suivant.

— Bien joué, petit frère ! lance Kylie qui se penche vers Scottie, afin de lui masser les épaules.

— Les Dresseurs deviennent de plus en plus forts à chaque jumelage, se dit son jumeau, épuisé. Je me demande si je vais au moins me rendre dans le top dix…

— Continue comme ça et ça arrivera, dis-je en essayant de lui redonner confiance.

— Je suis surtout curieux d’apprendre ce qui se cache dans l’œuf, explique-t-il. J’espère que c’est un Pokémon Psy.

— Il n’y a qu’une seule façon de le découvrir, dans ce cas, déclare Kylie. Tu dois continuer à gagner ces matchs et t’assurer que tes Pokémon soient assez en forme pour combattre.

Il hoche la tête, puis nous retournons notre regard vers la scène. Cette fois, le Feurisson de Jay carbonise le Pandarbare avec son attaque Roue de Feu. L’ours empoigne finalement le Pokémon de Jake et l’écrase au sol, de toute sa force. Lorsque Feurisson perd connaissance, l’arbitre annonce qu’Akira Nogitsune est le vainqueur de cette manche. Je suis un peu déçue de voir Jake revenir vers nous, mais au moins il a bien combattu. Le type en noir, Akira, retourne s’asseoir près de Yuki.

Je décide d’aller prendre un peu d’air, car je commence à me fatiguer d’être toujours assise dans les estrades. Galifeu me suit de près, alors que Kylie, Scottie et Jake optent pour rester à l’intérieur. Je dis aux autres que je vais revenir d’ici quelques minutes, puis je remarque que Katia combat à présent contre un autre adversaire. Je suis surprise de constater qu’elle n’a pas encore été éliminée, malgré le fait qu’elle soit si jeune. Il faut croire qu’il ne faut jamais juger un livre par son apparence, n’est-ce pas ?

Jake finit par me suivre à l’extérieur de l’arène. Il est un peu déçu d’avoir perdu son dernier combat et préfère prendre un peu d’air avant de retourner à l’intérieur. Il compte encourager Scottie qui est le dernier de notre groupe à pouvoir gagner cette compétition.

— T’en as, une drôle de mine, remarque-t-il. Quelque chose ne va pas ?

Je n’ai pas vraiment envie d’en parler, mais avec tout ce qui s’est passé dernièrement dans les bois, puis Argenta, je commence à me poser de sérieuses questions. Suis-je vraiment à ma place dans ce groupe ? Je ne m’ennuie jamais grâce à eux, mais j’ai l’impression qu’ils ont tous un talent particulier qu’ils exploitent pour s’entraider et moi je suis là à me poser toutes ces questions un peu inutiles. Ai-je remplacé le cocon familial par des gens qui font la même chose avec moi que mes serviteurs ? Est-ce que je vais finir par comprendre que le dressage de Pokémon, ce n’est peut-être pas pour moi finalement ?

Pour toute réponse, j’hausse des épaules.

— T’as le droit de te sentir perdue, tu sais ? me dit Jake en sortant une Thermos de son sac. C’était pareil pour moi et les jumeaux lorsqu’on a commencé notre voyage initiatique. Ni moi, ni Scottie ne savaient honnêtement ce que nous voulions faire avec nos pokémon de départ. J’ai fini par accepter le fait que j’aime tout simplement jouer de la musique et rencontrer tout plein de gens sur la route. Puis Scottie s’est rendu compte que son rêve était de devenir le Champion de sa propre arène. Pour Kylie, c’était plus rapide, parce qu’elle a commencée à apprécier les combats avant nous.

— Oui, mais… je me demande… et si je ne trouve pas ce qui me rend unique ? Et si je ne trouve pas ce qui me plait vraiment ? Plus j’y pense, plus je me dis que ce voyage pour le moment est un échec. Je crois que je suis destinée à rejoindre la compagnie de mon père, peu importe mes actions et cela me hante chaque jour…

— Tu n’es pas obligée de devenir la prochaine PDG de la Roucarnage Incorporé si tu n’en as pas envies, tu sais ? Ce n’est pas parce qu’on t’a nourris à la cuiller d’argent que tu dois forcément suivre les traces de ton père. Moi je ne le fais pas pour mes parents et je m’en porte mieux.

Ces dernières phrases me blessent, mais il a raison. Je n’ai pas besoin de suivre les traces de mon père. Je peux forger ma propre voie… Pourquoi est-ce si compliqué ?

— Tu n’as pas l’air de te plaire en tant que Coordinatrice, remarque Jake qui s’assoit à côté de moi. Tu n’avais même pas envie de célébrer ta victoire à Argenta.

— Même si c’était le cas, le Centre Pokémon a pris feu.

—Oui, mais tu ne voulais célébrer du tout. Moi et les autres on s’est inquiété pour toi, tu sais ? On était très fiers de tes performances… C’est dommage que ça t’aie fait de la peine pour Katia. C’est vrai qu’elle a beaucoup de talents.

En effet, ma peine vient d’avoir fait pleurer Katia… cette gamine si adorable... Elle a perdu sa chance de gagner ce ruban et pourtant, elle a déjà accompli plus d’exploits que moi. Elle est beaucoup plus jeune que nous, mais quel talent ! Je devrai sincèrement arrêter de me morfondre.

— Je n’aime pas comment les Concours sont si cruels envers les participants, expliqué-je à Jake. Tu dois te déplacer constamment pour en trouver et tu dois te présenter à une date spécifique, sinon tu perds ta chance de gagner un ruban. Les Dresseurs de leur côté peuvent affronter les arènes tant qu’ils veulent et s’ils perdent un combat, ils peuvent toujours revenir. Les Concours, c’est bien beau, mais ça a de quoi briser les gens. Ce n’est pas ce que j’imaginais pour moi et mes Pokémon, honnêtement… Et puis, il y a ces personnes mesquines qui te font sentir comme de la merde, tellement elles sont jalouses de toi et de tes performances… Comme première impression, ce n’était vraiment pas ce à quoi je m’attendais. Je dois t’admettre que je suis dégoûtée...

Il hoche la tête, puis me donne un petit coup sur l’épaule. Je me suis assise à côté de lui pendant que je lui ai dis tout ça.

— Je pense comme toi, dans le fond, m’explique-t-il. Ces Concours, c’est chiant envers les artistes. Je n’ai jamais vraiment aimé l’aspect compétitif, mais je dois dire que l’argent que j’aurai pu me faire avec cette compétition m’aurait aidé à acheter plusieurs poches de thé...

— Tu sais que tu n’as qu’à me demander, je peux t’en offrir avec mes propres moyens.

— Je sais, mais c’est ton argent et tu l’as gagné honnêtement.

— Non, non… Je veux dire… Mon père pourrait nous financer… Mais bon, le but de ce voyage est justement d’apprendre à nous débrouiller par nous-mêmes. Il serait donc injuste que je me fie à lui et à son argent tout le temps.

— Mouais, t’as raison là-dessus.

Le soleil va bientôt se coucher. Nous n’avons pas mangé et nous sommes ici depuis maintenant plus d’une heure et demie. Je crois bien qu’ils vont prendre une pause à l’heure du dîner et permettre aux Dresseurs de casser la croute à la cantine de l’arène. Moi, j’ai envie de quelque chose plus simple. Je veux me promener un peu autour de Jadielle et profiter du paysage. Chose que je fais rarement lorsque je suis en groupe.

Galifeu s’est endormi derrière moi, adossé contre une vitre. Il est plus sage que d’habitude. Normalement, on pourrait le voir courir dans les herbes et essayer d’attraper des insectes avec ses griffes. Il semble avoir un appétit féroce pour les Chenipans et les Aspicots. Dans mon Pokédex, il est dit que les Pokémon sauvages de son espèce raffolent des insectes. Puisque Galifeu est dressé, celui-ci ne mange que des préparations faites à la main ou en boites. Mais j’ai l’impression qu’il va bientôt commencer à chasser de petites bêtes.

— Dis, Jake, formulé-je. Trouves-tu que Galifeu a changé de comportement depuis qu’il a évolué ? J’ai l’impression qu’il est devenu plus agressif et protecteur envers moi.

— Je crois que c’est normal, à ce stade, explique-t-il. Il est maintenant très attaché à toi, alors il fera tout pour que tu sois en sécurité. Je crois qu’il a plus ou moins la mentalité d’un adolescent en pleine croissance. Je garderai quand même un œil sur lui, car il semble à cran lorsqu’il ne dort pas assez.

— Il était beaucoup plus enjoué et enthousiaste avant… Ça me manque.

— Les Pokémon changent souvent de mentalité en évoluant, ça m’est donc arrivé de voir mes propres partenaires devenir l’opposé de ce qu’ils étaient avant de changer de formes. Je crois qu’en vieillissant, ils rejettent leurs faiblesses et se forgent une nouvelle identité… Ce n’est qu’une hypothèse, mais tant que votre lien est puissant, il ne devrait pas y avoir de problèmes… Du moins, je l’espère.

J’opine du chef, puis je sors de mon sac des profiteroles que j’ai préparées hier, en compagnie de Scottie. C’est ma quatrième tentative depuis qu’il m’a montré la recette et je crois que je commence à saisir comment les faire, toute seule. Mes Pokémon en raffolaient et nous aussi.

— Une profiterole à la baie sitrus ? demandé-je à Jake. J’ai pris soin de mettre plus de crème cette fois. J’espère que ça se marie bien avec le thé.

— Avec joie, dit-il en prenant le dessert du bout des doigts.

— J’en ai laissé dans notre chambre, dans le petit réfrigérateur. Il y en a de toutes les sortes.

— Mm-hmm… C’est pas mal, en fait. Je dirais même que tu as réussi cette recette.

Oulalah… Je rougis. Son sourire charmant me rappelle maintenant pourquoi j’ai craqué pour lui, la première fois qu’on s’est rencontré.

— Je… Je serais heureuse de t’en préparer d’autres, dis-je en rougissant davantage.

— Tu n’as pas besoin de trop en faire. Je sais que tu es occupée avec tes entraînements. Je ne voudrais pas t’empêcher de développer tes techniques.

— Oh allons, c’est avec joie que je prépare cette recette ! J’ai rarement l’occasion de faire plaisir aux gens, alors ce n’est pas une recette ou deux qui me tuera.

Je me gratte le bout du nez en essayant de cacher mon visage de petite timide, puis je baisse mon regard à mes pieds. Nous sommes tous deux assieds sur l’escalier qui mène à l’intérieur de l’arène et nous sommes assez éloignés pour que les gens ne nous interrompent pas. Le bâtiment est très grand après tout et il a fraîchement été rénové, après qu’il a été détruit, plusieurs mois plus tôt.

Jake se met alors à jouer de sa guitare et fredonne un air de ballade qu’il a apprise pour son groupe de musique. Je l’écoute tranquillement, ne remarquant même pas que je dandine de gauche à droite lorsqu’il chante. Je suis apaisée grâce à lui et sa jolie voix. J’avais besoin de ça, pour être honnête. La musique m’a manqué. Je ne sais plus le nombre de jours qui se sont écoulés depuis que j’ai mis les mains sur mon piano et mon violon. Il me faudrait peut-être un instrument portatif…

Puis, je tourne mon visage vers lui… Il fixe le ciel, le regard rêveur et plein d’espoir alors qu’il ouvre son cœur. C’est… tellement beau. Une fois sa chanson terminée, je ne sais plus combien de temps s’est écoulé, mais je suis sans voix et je l’observe en silence, toujours aussi rouge.

— Estelle ? fait Jake en me regardant. T’as quelque chose qui cloche…

Il me passe une main devant le visage. Il a remarqué ma léthargie.

— Wooooow… couiné-je, admirative.

Il fronce d’un sourcil car il juge mon expression inhabituelle, puis cligne des yeux. Kylie m’a bel et bien répéter qu’il ne comprend rien aux filles. Pourquoi suis-je en train de perdre mon temps avec lui alors ? C’est plus fort que moi… Ses cheveux… Son odeur… Ses yeux… Sa voix… Mon cœur bat à une vitesse folle dans ma poitrine. Je le sens s’approcher dangereusement de mon visage pour aussitôt me dire :

— T’as de la crème sur le menton.

Il enlève la crème de profiterole qu’il vient de ramasser de mon visage, d’un doigt puis l’avale rapidement avant de glousser.

Je sens mon cœur fondre sur place et mon âme s’envoler dans les cieux lorsque je réalise que Kylie a raison sur toute la ligne. Cet imbécile ne comprend rien aux filles… Je pousse alors un soupir, déçue. Je le laisse fredonner un nouvel air sur sa guitare alors que je me lève pour aller retrouver mon amie punk dans les estrades.

Galifeu se réveille de son sommeil et me suit. Celui-ci n’avait pas remarqué que je me comporte bizarrement en présence de Jake. Une chance, parce que je n’ai pas envie qu’il intervienne entre nous, avec tous ces rapprochements.

Je remarque Kylie dans la foule, qui a changé d’estrade. Elle est à présent assise avec son frère, à quelques pas d’Akira et de Yuki. Ceux-ci semblent s’échanger quelques mots, bien qu’Akira ne discute pas vraiment et préfère garder ailleurs. Yuki et Scottie rient ensemble. Kylie n’a pas l’air de s’amuser du tout.

— Enfin, te voilà… grogne-t-elle entre ses dents. Elle va finir par me rendre folle, celle-là...

— Allons, elle ne doit pas être si ‘peste’ que ça, dis-je tout bas.

— Non, elle est pire. On dirait une poupée sortie d’un coffre à jouets. Elle m’énerve.

— Je ne pense pas que ça a l’air de plaire à Akira non plus, rajouté-je. À le voir froncer comme ça, il a l’air d’être obligé de l’accompagner partout.

— Ce n’est pas vraiment le cas, elle n’a aucun sens de l’orientation alors il doit faire en sorte qu’elle le suive partout où ils passent.

— Je vois…

Scottie se tourne vers nous et nous interpelle :

— Ça va, vous deux ?

J’hoche la tête, Kylie lui fait signe de continuer sa conversation sans le regarder. Kylie me prend alors par la main et me traine dans la salle où se trouve la cantine. Je rigole, sachant qu’elle a retrouvé sa rage habituelle. Je l’entends à quelques reprises imiter la voix de Yuki, en gesticulant d’une façon assez loufoque. Elle ne la porte pas dans son cœur.

— Je suis une priiiiiiiiiiiiincesse et je vis un conte de féeeeeee avec mon chevalier noiiiiiiiir, dit-elle avec une petite voix nasillarde, pour se moquer de Yuki. Je chaaaaaaante et je secoue mon gros popotin pour qu’on m’aiiiiiimeuh – espèce d’idiote !

Elle se sert un café noir, puis un sandwich BLT avant d’aller s’asseoir à une table qu’elle choisit au hasard. Je pouffe de rire en l’observant mâcher son sandwich violemment. De mon côté, je me sers une assiette de purée de pomme de terres avec des carottes et un morceau de bifteck. Je paie mon repas et part rejoindre mon amie, après avoir trouvé mes ustensiles. J’offre à Galifeu quelques croquettes, puisqu’il n’a pas très faim après l’énorme repas qu’il a pris ce midi. Je crois qu’il va manger un peu plus tard avec Jake et Scottie. Kylie se calme peu à peu, puis me parle des matchs qu’elle a vus durant mon absence à l’extérieur.

Apparemment, Scottie a perdu contre Akira, mais celui-ci trouve qu’il a beaucoup de talent pour un Dresseur et a entamé une conversation avec lui jusqu’à ce que Yuki les interrompe. Katia est toujours dans la course et remporte combat après combat contre tous ceux et celles qui se mettent en travers de sa route. Je trouve dommage que Scottie ait perdu, mais cela prouve que nous avons beaucoup de chemin à faire si nous voulons nous rendre au grand tournoi de la Ligue Pokémon. Kylie est déterminée plus que jamais à se battre contre Akira, un jour.

— Dommage que nos potes aient perdu, déclare-t-elle entre deux bouchées. Nous avons décidé de rester jusqu’à la fin pour voir qui va gagner le premier prix. Je mise le tout sur Akira, Scottie semble croire que Katia va se rendre en finale, elle aussi.

— Parce que vous pariez sur les joueurs ? demandé-je indignée.

— Allons, c’est pour rire. On a parié un dessert, c’est tout.

— Ah, dans ce cas, je n’y vois pas d’inconvénient.

Elle roule des yeux, puis secoue la tête.

— Petite rigolote, va… me dit-elle sarcastiquement, avant de boire une gorgée de son café. Comme si on allait parier sur de l’argent…

Pourquoi est-ce si louche, ce qu’elle me dit ?

Annotations

Recommandations

Kentyn
Enfin Haïkus il n’y en a pas beaucoup... plutôt mokis et bribes poétiques libres..
81
90
1
0
É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
2471
4627
445
248
ElliePyroFire
Kali mène une vie qui devient pesante. À travers ses souvenirs, la jeune femme revit ses traumatismes et tente de s'accrocher, d'avancer en espérant que son cauchemar se termine enfin...
(Inspiré de faits réels)
74
48
60
29

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0