Chapitre 18 : La colère du poulet

14 minutes de lecture

Estelle, 16 ans
La langue bien pendue

Jenny et moi nous trouvons toutes deux au centre de la scène et nous nous serrons la main en guise de respect mutuel. Les règles du combat sont simples. Nous devons faire perdre des points à notre adversaire en attaquant leur Pokémon et en montrant le côté artistique du nôtre. Nous avons une limite de cinq minutes pour chaque duel. Si les cinq minutes s’écoulent avant que l’une d’entre nous ait perdue tous ses points, celui ou celle qui aura le plus de points restants gagnera la partie. Ça me semble juste.

Elle choisit Pikachu. Je choisis Poussifeu. Elle lui sourit.

— Très joli plumage ! s’exclame-t-elle en observant mon Pokémon. Tu t’en occupes bien !

— Ton Pikachu est remarquable aussi, très rapide et bien soigné. Ton numéro avec les balles en styromousse était vraiment bien réalisé.

— Merci bien, ajoute-t-elle, un sourire en coin. J’ai été impressionnée par les bulles de Carapuce. Faudra qu’on s’échange quelques trucs après la compét’ !

Les juges prennent positions sur leurs chaises et l’arbitre s’approche du centre de la scène. Nous reculons donc aux endroits où nous sommes assignées et il nous donne signal de commencer le combat, puis s’éloigne afin de laisser les juges voir nos performances respectives. Je fais le vide dans ma tête et j’essaie de calmer cette nervosité soudaine qui s’empare de mon être. Je me suis quand même rendue à la seconde manche, ce n’est pas rien !

— Pika ? couina le Pokémon de mon adversaire, qui n’attend plus que sa Dresseuse lui donne un ordre.

— Tu sais, Pikachu… Je crois qu’il serait temps d’essayer la nouvelle capacité que je t’ai apprise l’autre jour. Tu sais… celle qui a connu un succès avec les enfants de la garderie ?

— Pii ! s’exprime le rongeur qui hoche la tête.

— Dans ce cas, exécute l’attaque Météores !

Mince ! Cette attaque ne rate jamais sa cible. Elle va me faire perdre beaucoup de points à cause de ça. Mais Poussifeu et moi, nous avons reçu un coup de pouce de la part de notre groupe. J’ai réussi à mettre la main sur une capsule technique après le combat de Kylie et celui-ci va nous servir pour ce duel. C’est un gros risque à prendre, mais je crois qu’il serait efficace !

— Poussifeu, attaque Aéropique ! lancé-je en me mettant dans une position ferme.

Les étoiles qui sortent du bout de la queue de Pikachu alors qu’il se penche vers nous prennent la forme d’un cyclone étincelant alors qu’ils se dirigèrent en direction de mon Poussifeu. Celui-ci pique en flèche et bondit dans les airs, sautant à l’intérieur de l’attaque en question et frappe directement Pikachu sur le crâne avec son bec. Les étoiles de l’attaque Météores ont affligé des dégâts considérables à mon Pokémon, mais pas autant que Pikachu qui s’est pris son attaque par surprise. La souris trébuche alors que Poussifeu se redresse.

Au-dessus de nous, les cadrans affichaient nos jauges de points. Je perds quelques points de mon côté, mais Jenny en a perdu le double, parce que Pikachu est tombée. Ma contre-attaque a bien fonctionné. Dans la foule, je peux voir Kylie du coin de l’œil qui se mord les ongles. Toujours aussi intense, celle-là ! Je préfère retourner mon attention sur le combat en cours.

— Pikachu, lance Étincelle ! ordonne ensuite Jenny, qui ne perd pas son sang-froid malgré ce qu’elle venait de vivre. Montre-leur de quoi nous sommes capables !

Le rongeur fonce en direction de Poussifeu avec ses joues remplies d’électricité. C’est une attaque physique. Je risque de perdre des points si je ne fais rien tout de suite pour l’arrêter. Il est temps pour moi d’essayer la tactique que nous avons répété avec Scottie, ces derniers jours... Celle-ci va probablement semer la controverse…

— Poussifeu, utilise Danseflamme, Formation B ! m’exclamé-je.

— Formation B ? peut-on entendre dans la foule.

— Où veut-elle en venir par-là ? demande un spectateur.

Un tourbillon de trois flammes sort alors du bec de mon Pokémon et se met à danser autour de celui-ci à une vitesse folle. Pikachu fonce tout droit dans l’attaque et se fait fouetter et bruler violemment, par le tourbillon de flammes.

— Flûte ! grogne Jenny, qui réalise que mon piège a fonctionné.

Elle perd plusieurs points pour cette attaque ratée et encore plus parce que mon Danseflamme a repoussé son Pokémon avec élégance. J’entends plusieurs applaudissements dans la foule. Alors que les flammes continuent d’encercler mon Poussifeu, mon adversaire se prépare à jouer le tout pour le tout.

— Pikachu, attaque Tunnel ! lance celle-ci.

— Pii ? dit aussitôt Pikachu qui se tourne vers sa maîtresse.

— Quoi !? fait la demoiselle qui commence à perdre son sang-froid.

— Pika, pika… !

L’arbitre intervient alors dans notre match et interrompt celle-ci.

— Le sol ne peut pas être endommagé par une attaque terrestre, dit-il. Désolé mais cette scène n’est pas fait de pierres et de terre, vous devez utiliser une autre capacité.

Jenny se tape le front et remarque sa bêtise. Elle vient d’être pénalisée pour son manque de jugement. Ses points partent en flèche. Elle se ressaisit et utilise une autre attaque.

— Pikachu, sers-toi de Fatal Foudre ! ordonne-t-elle.

Cette fois, le rongeur s’élance vers Poussifeu et invoque de ses petites joues plusieurs kilowatts d’électricité qu’il redirige vers mon Pokémon. L’attaque illumine toute la scène et se prépare à frapper mon Poussifeu. Il faut que je réagisse et vite !

Je me râcle la gorge et j’ordonne :

— Poussifeu, attaque Flammèche ! Puissance maximum !

— Poussi ! répond ce dernier, qui hoche la tête.

— Fais comme à l’entraînement !

Poussifeu aspire alors les flammes de l’effet Danseflamme et au dernier moment où la foudre est sur le point de le toucher, une énorme boule de feu jaillit de ses poumons et cause une explosion au milieu de la scène. Mon Poussifeu trébuche et roule à mes pieds alors que Pikachu reçoit l’explosion à plein fouet. Ce dernier tombe dans les bras de Jenny, inconscient, alors que mon Poussifeu se relève de justesse. Je soupire de soulagement.

J’entends le bruiteur de l’intercom qui nous avertit que l’une d’entre nous a été éliminée, puis en levant ma tête vers les panneaux d’affichage, je remarque que Jenny vient de perdre par défaut. Sa jauge de points est pratiquement vide alors que la mienne n’a plus qu’un tiers avant d’être complètement vide. Je suis sous le choc. Toutes nos erreurs ont été calculées, ainsi que le timing de nos décisions. La puissance de nos Pokémon et la qualité de nos capacités sont aussi dans tous les calculs. Je tremble de tous mes membres. Cette explosion a failli nous éliminer…

C’est alors qu’à notre grande surprise, alors que j’entends des applaudissements et des sifflements de la foule, le corps de Poussifeu se met à briller d’une intensité étonnante. Cette forme d’énergie grandit et s’élargit un instant avant de disparaître et de laisser place à une nouvelle apparence. Poussifeu vient d’évoluer en Galifeu et sa grandeur atteint à présent le haut de ma hanche.

Je ne peux plus le prendre dans mes bras comme avant, mais je le vois déjà qui coure dans ma direction, ravi d’avoir gagné le combat. Enjoué et pouffant de rire, il me serre contre lui alors que je lui caresse la tête. Les encouragements dans la foule s’intensifient. Ce n’est pas ma victoire, tout compte fait, mais la sienne. Kylie fait une danse de victoire sur les bancs, malgré les avertissements de son frère qui n’arrive toujours pas à la contrôler.

Jenny est déçue qu’elle ait perdue mais semble heureuse de l’expérience. Elle s’approche de Galifeu et moi avec son Pikachu qui reprend connaissance dans ses bras.

— Je compte te rebattre très bientôt, si tu le veux bien, dit-elle avant de tourner son regard vers Galifeu. Quant à toi, bravo pour cette victoire ! Tu nous as bien eus avec ta dernière attaque.

La demoiselle rousse décide de s’éloigner et je suis celle-ci dans la salle d’attente, où tout le monde a vu le match se dérouler depuis l’écran HD. Jenny part chercher ses affaires dans les coulisses, puis se changer, alors que deux de ses amis la consolent pour cette perte. L’un d’entre eux est alors appelé sur scène et doit se battre contre Diana. C’est le jeune homme avec qui on a discuté tantôt, je crois. Il semblerait que notre match ait duré moins de deux minutes, parce que nos niveaux de puissances étaient beaucoup trop différents et qu’on a pris quand même quelques secondes pour planifier nos techniques. Pourtant, j’ai eu l’impression que tout allait au ralenti…

Diana passe près de moi et m’affiche un regard perfide avant de partir rejoindre son adversaire sur scène. Il nous reste donc huit Coordinateurs et j’ai une chance de me rendre en finale si je gagne le prochain combat. Je décide d’aller soigner mes Pokémon dans la salle où se trouvent des Leveinard et quelques médecins, puisque je veux qu’ils soient fins prêt pour les prochains combats. Je compte utiliser Carapuce la prochaine fois, si son opposant devait avoir un avantage sur Galifeu. Ma tortue a encore plus d’un tour dans son sac.

La pièce des soigneurs se trouve tout près de l’entrée du hall des Concours et nous pouvons nous y rendre facilement en suivant un couloir réservé aux concurrents. Il y a même un ordinateur dans la salle où nous pouvons échanger nos pokémon avec ceux que nous gardons en boites, simplement en passant notre Pokédex ou bien l’une de nos pièces d’identité devant le lecteur de puces électroniques. Tous nos gadgets ayant notre information en possèdent et semblent reliées à un système informatique très high-tech.

Galifeu va prendre beaucoup de place, peu importe où nous allions désormais, alors je commence à penser qu’il faudrait qu’il s’habitue à demeurer à l’intérieur de sa Poké Ball. J’ai essayé de le faire entrer à quelques reprises durant notre marche dans le couloir, histoire de le remettre aux médecins qui seraient sur place, mais il a refusé derechef. Celui-ci déteste être encagé. Tant pis ! Il faudra me contenter de l’élever de cette manière. Il me tient la main comme un enfant le fait avec sa maman alors que nous rentrons dans l’infirmerie improvisée.

— Ah tiens, te voilà toi ! lance Kylie qui venait d’entrer dans la pièce en compagnie de Scottie.

— Les visiteurs doivent rester dans la salle des spectateurs, ordonne une infirmière qui se tourne vers les jumeaux.

— Ça va ! On n’restera pas longtemps… grogne Kylie. Vilaine harpie

L’infirmière plisse des yeux et prétend n’avoir rien entendu. Elle se tourne vers un autre patient alors que Scottie gifle sa sœur derrière la tête. Faudra qu’on fasse quelque chose de l’attitude de notre amie punk. Elle risque vraiment de s’attirer des ennuis…

— Comment avez-vous devinés que je viendrais ici ? demandé-je, pour reprendre la conversation.

— Normal, après l’explosion, mentionne Scottie. Non, mais t’aurais dû voir l’expression de Kylie lorsque ton Poussifeu a évolué ! Elle ne pouvait plus parler et elle sautillait sur place comme une gamine !

— Non, pas comme une gamine, riposte Kylie. Comme une fan ! C’était… TROP GÉNIAL !

L’infirmière jette un air sévère en direction de la jumelle et déclare :

— Cette pièce est réservée aux Pokémon blessés et fatigués suite aux combats. Veuillez quitter l’infirmerie avant que je n’appelle la sécurité.

Kylie se contente de lui faire le doigt d’honneur, puis sort de la pièce en refermant la porte derrière elle en la claquant – les amis, ne faites pas ça à la maison, c’est très vilain.

Scottie s’incline et s’excuse pour le comportement de sa jumelle, puis se dirige vers la sortie d’un pas pressé. Il en profite quand même pour se tourner vers moi et me monte un pouce en l’air pour célébrer ma victoire. Je remarque qu’il porte son chandail rayé blanc et noir, cet après-midi. Il était en tee-shirt un peu plus tôt, je crois qu’il a commencé à avoir froid.

Les premières feuilles d’automne ont commencé à colorer les arbres depuis quelques jours. C’est malheureusement la fin de l’été et nous devons nous habiller plus chaudement. Je n’ose pas imaginer comment sera notre voyage à travers Kanto lorsque viendra l’hiver. Il est fort probable que nous prenions une pause lorsque ça arrivera et que nous irons crécher quelque part pendant quelque temps. Durant l’hiver, les Dresseurs ont l’habitude de voyager soit par véhicules ou bien de rester chez eux pour entraîner leurs Pokémon. Sinon, ils travaillent à temps partiels pour couvrir une partie de leur voyage une fois le printemps revenu. Si nous arrivons à Céladopole avant Décembre, il est fort probable que j’invite les jumeaux et Jake à venir s’installer chez moi pour quelques semaines. Il y a suffisamment de place au manoir pour des invités.

— Votre Galifeu a-t-il besoin d’être soigné ? Il m’a l’air en piteux état, remarque l’infirmière qui vient de sermonner Kylie. Mettez-le sur la table à ma gauche, nous allons nous en occuper. Il y a une chaise pour attendre non loin de là et des magazines.

— Oui, mais j’aimerai aussi qu’on vérifie mon Carapuce, dis-je en lui passant la Poké Ball de ma tortue. Je compte me servir de lui pour mon prochain duel.

— Très bien. Nous allons avertir l’équipe technique que tes Pokémon sont présentement indisponibles, ils vont donc retarder ton tour si jamais tu dois passer bientôt.

J’opine du chef, bien que je ne sois pas inquiète. Mes Pokémon sont plus solides qu’ils en ont l’air. Galifeu me suit à la grande table que l’on m’a assignée et je le soulève alors pour le mettre dessus.

— Ouf, Galifeu, m’exprimé-je. T’es beaucoup plus lourd que je ne l’imaginai… Va falloir que me mettre à la musculation…

— Gali… répond mon Pokémon, gêné.

— Allons ! Comme ça nous maintiendrons la forme, ensemble !

— Gali, gali…

Je vais ensuite m’asseoir derrière lui, alors que Galifeu attend patiemment d’être vu par un Docteur Pokémon. Sur l’écran haute-définition, Diana vient d’achever son combat contre le jeune homme qui s’appelle Tom. Elle a choisi son Héliatronc contre un Mystherbe et puisqu’ils n’avaient pas vraiment d’avantage l’un sur l’autre, le combat a duré plus longtemps que prévu. Héliatronc est plus robuste et sa maîtrise des techniques a été impeccable. Tom a fini par perdre avec une jauge complètement vide, alors que celle de Diana était pleine jusqu’au deux-tiers… Intéressant.

Le combat suivant mesure deux Coordinateurs qui me sont inconnus. Diana et Tom retournent à la salle d’attente tandis que les deux autres arrivent sur scène, quelques minutes plus tard. Pendant ce temps, la Poké Ball de Carapuce passe dans une machine qui applique des potions et des remèdes à travers le système électrique. Mon Galifeu se fait examiner par un docteur. Il n’a rien de sérieux, sauf des éraflures. On lui applique une super potion et lui fait prendre quelques vitamines. Après quoi, Galifeu m’est rendu.

— Voilà qui devrait faire l’affaire, dit le docteur. Il devrait avoir retrouvé son énergie et va sûrement pouvoir combattre le prochain match sans problème. Ton autre pokémon va bientôt revenir entre tes mains. Bonne journée.

Il a misé dans le mille car une infirmière me rapporte ma tortue quelques secondes plus tard. Je peux donc retourner à la salle d’attente pour attendre mon prochain tour.

Alors que je me promène dans le couloir pour retourner là-bas, je tombe face à face avec Diana qui s’arrête en cours de route.

— Tu n’as aucun talent, dit-elle. Les juges ont eu pitié de toi.

Je m’arrête, j’ai le souffle coupé alors qu’elle se met à rire.

Je me tourne pour l’observer un instant. Elle me regarde avec un regard malicieux. Sa chevelure n’a point changée malgré tous les mouvements qu’elle a pu faire avec ses Pokémon. Son yukata ne semble pas chiffonné nulle part. J’ai deux options, lui répondre, ou bien partir et la laisser penser ce qu’elle veut. Je reste là, silencieuse et en la toise froidement. Galifeu m’imite.

— Si j’étais à leur place, je t’aurais viré et mise la chanteuse pop aux cheveux rose à ta place, ajoute-t-elle. Elle a beaucoup plus de charme que toi, beaucoup plus de talent et surtout, elle sait mieux s’occuper de ses Pokémon que toi. Toi, tu ne vaux rien. Tu n’es qu’un ver misérable que je me ferai plaisir d’écraser en finales si tu souhaites vraiment t’y rendre.

J’encaisse son insulte, sans broncher. Dans ma tête, je l’imagine en train de frire dans une panne pour ensuite la donner à manger aux Arcanin. Continue comme ça, jette ton venin. Tu ne m’impressionnes pas. Rabaisse les gens comme tu veux, tout le monde sait que tu as une faible estime de toi-même à présent, voilà pourquoi tu traites toutes tes rivales comme de la merde.

— Ah bon ? Tu me boudes ? Moi qui pensais que tu avais la langue plus pendue… Pas étonnant, pour la petite gosse de riche que tu es, dit-elle. Ton paternel a sûrement donné des pots de vins aux juges pour te laisser monter à la deuxième manche, ça ne m’étonnerait pas de lui…

Je fronce des sourcils. Mon père ne s’abaisserait jamais à ce niveau. Tu peux insulter mon talent et mon apparence, mais mon père, t’as pas le droit d’y toucher. Compris ?!

— Pas étonnant qu’on décide de te mettre au centre du spectacle, tu es la fille du PDG de la compagnie d’avion qui couvre toute Kanto et Johto, ajoute-t-elle avant de rire. Te faire perdre leur donnerait une très mauvaise réputation, si jamais ils devraient croiser ton père sur leur chemin…

Ses petits jeux commencent honnêtement à m’énerver. Je lui tourne le dos et je prends Galifeu par la patte. Nous décidons de nous en aller alors que j’ai toujours mon sang-froid.

— Une lâche et une tricheuse… J’aurai tout vu, se moque-t-elle. Bonne chance en finales, tu vas en avoir besoin… Pauvre fille…

Là, c’en est trop. Je m’apprête à me retourner lorsque Galifeu me lâche la main puis se tourne vers elle avant de courir à pleine vitesse dans le couloir. Il lui fonce dans le ventre, et lui coupe le souffle, puis lorsqu’elle se penche vers l’avant afin d’essayer de reprendre ce dernier, il lui donne un coup de boule bien placé. Elle tombe parterre, sans que j’aie eu le temps d’arrêter mon Pokémon. Elle se frotta la tête, puis nous lance des jurons.

— Galifeu… marmonné-je, tremblante. Qu’est-ce que t’as fait !?

Ce dernier se retourne vers moi, puis croisa ses bras.

— Il a défendu ton honneur, ça ne se voit pas ? grogne Diana, toujours à terre. Mais c’est illégal d’agresser les Dresseurs comme ça, je vais tout rapporter à l’équipe technique !

— Il y a des caméras dans ce couloir, ils vont bien voir que tu m’as provoquée.

— Hein… ?!

— Tout le bâtiment est recouvert de caméras de sécurités. Je te souhaite bonne chance. J’ai déjà hâte au moment où tu devras t’expliquer devant les autorités, quand ils rendront compte que tu n’es qu’une gamine qui n’est rien de plus qu’une mauvaise perdante, jalouse et manipulatrice. Et ça se dit être lié à l’un des sponsors de Concours ? Marrant… C’est plutôt toi, la tricheuse aux pots de vins.

— Retires ce que tu as dit…

— Oh ! Ai-je touchée la corde sensible ?

Elle pleure aussitôt de rage tandis que je me retourne finalement vers la porte de la salle d’attente où je devais me rendre en premiers lieux. Le comportement de Galifeu m’inquiète, mais celui-ci a retrouvé son attitude initiale. Je lui caresse la tête, mais je m’arrête près de la porte pour le regarder dans les yeux. Il sait qu’il a mal agit, mais préfère cacher son visage, honteusement. Je finis tous simplement par lui donner un baiser au front. Enfin, nous retournons voir les autres.

Annotations

Recommandations

Kentyn
Enfin Haïkus il n’y en a pas beaucoup... plutôt mokis et bribes poétiques libres..
84
90
1
1
ElliePyroFire
Kali mène une vie qui devient pesante. À travers ses souvenirs, la jeune femme revit ses traumatismes et tente de s'accrocher, d'avancer en espérant que son cauchemar se termine enfin...
(Inspiré de faits réels)
75
50
60
29
Rêves de Plume

Fixer l'infini
Dessous le ciel étoilé
Rêverie nocturne
274
127
4
1

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0