Chapitre 17 : La première performance

15 minutes de lecture

Estelle, 16 ans
« J’ai le tract… »

Sous les feux des projecteurs, un représentant de l’équipe technique me passe un micro qu’il attache près de mon cou, comme on l’a fait aux répétitions techniques. Je suis comme dans un état second lorsque je m’avance au milieu de la scène d’un pas décidé. J’ai laissé Poussifeu près du couloir, car il refuse de rentrer dans sa Poké Ball et je saisis celle de Carapuce. J’ai tellement répété ces mouvements dans ma tête que je ne fais même pas attention au fil d’un projecteur qui barre malencontreusement ma route. Je trébuche sur la passerelle. J’entends un cri d’effroi dans la foule. Ça vient d’en direction des jumeaux.

— MAIS AIDEZ-LÀ, BON SANG ! grogne Kylie qui se lève d’un bond.

Déboussolée, je sens des mains m’attraper de chaque côté. Ce sont des représentants de l’équipe technique. Ils semblent embarrassés que ce jeu de lumières m’ait aveuglée au point de ne pas voir leurs câbles qui trainaient sur scène. C’est probablement de ma faute. J’ai demandé une scène bien éclairée pour les juges. Mais je crois qu’ils en ont trop mis. Je lève mon regard vers le jury, Contesta leur jette un air sévère, puis Sukizo se tamponne le front avec un linge, ruisselant de sueurs.

Ma Poké Ball ? Où Carapuce?!? Je crois que la balle m’a échappée des mains alors que je marchais droit devant. Une spectatrice vient à ma rencontre près de la passerelle et attire mon attention.

— Madame, vous avez fait tombé cette Poké Ball, dit la dame, soit une cinquantenaire polie mais dont les années ont abimé un visage qui aurait pu autrefois appartenir à un mannequin.

— Merci beaucoup, Miss !

— Faites attention où vous mettez les pieds, la prochaine fois… dit-elle en riant légèrement.

Elle me donne ma Poké Ball, s’éloigne et retourna s’asseoir à son banc. Elle porte des vêtements chics et est accompagnée d’un homme qui semble tout aussi vieux qu’elle. Ils ont des goûts vestimentaires similaires. Je prends une grande inspiration et retourne sur la passerelle, alors que la musique rythmée que j’ai choisie pour cette performance a été rembobinée pour recommencer ma routine. Derrière moi, j’entends Poussifeu qui pousse un cri de guerre, afin de m’encourager. Je souris. J’espère qu’il sera fier de nous…

Une fois au centre de la scène, j’invoque Carapuce. Une fois sorti, je le vois trembler légèrement, mais il se ressaisit en se tapant les joues.

— Mesdames et messieurs, dis-je à travers mon micro. Je m’appelle Estelle Markios et mon rêve et de voyager à travers le monde et de découvrir la beauté qui se cache en chacun de nous – y compris les Pokémon ! Pour cette raison, j’ai décidé de tenter ma chance dans ce Concours et jusqu’à présent, j’ai été charmé et inspiré par tant de glorieuses performances. C’est maintenant à mon tour de vous présenter mon talentueux partenaire, Carapuce ! Celui-ci n’est encore qu’un bébé, mais il a beaucoup de potentiel en lui !

Ma tortue se tourne vers moi et me lève un pouce en l’air pour me montrer qu’il est prêt.

— Ceci est notre premier Concours, alors… J’espère que ce que nous vous avons préparé vous plaira, Messieurs les Juges et Mlle Joelle, expliqué-je avant de m’incliner modestement.

Je soulève un peu ma robe comme je le faisais à toutes les soirées de vins et fromages de mon père.

J’entends des chuchotements dans la foule, ce n’est pas bon signe. La musique entre dans le rythme dans lequel nous avons pratiqué les mouvements que l’on doit présenter.

— Carapuce ! Montre-leur tes Bulles ! lancé-je.

Ce dernier hoche la tête et souffle des bulles savonneuses de sa bouche tout autour de lui, alors qu’il danse au rythme de la musique. Les bulles virevoltent dans les airs et produisent l’effet d’un arc-en-ciel. Contesta prend des notes et sourit alors que son partenaire à droite pousse une exclamation émerveillé. L’infirmière applaudit et glousse, trouvant ces bulles adorables. Carapuce a passé ces derniers jours à perfectionner ces dernières, alors j’espère qu’on réussira les prochains mouvements.

— Maintenant, que dirais-tu de leur montrer de quoi tu es capable avec Mimi-Queue ? lui proposé-je, d’un air enjoué. Une, deux, trois, une, deux, trois…

Ce dernier se met alors au centre des bulles, entra dans sa carapace et renverse cette dernière pour en sortir sa queue dans les airs, celle-ci se met alors à exécuter des mouvements circulaires rapides et précis qui créent l’effet désiré. Sous les regards époustouflés de la foule, Carapuce contrôle la direction des bulles avec une douce brise qui forma l’effet d’une légère bourrasque vers la fin de son mouvement.

— Terminons cette performance en beauté avec Pistolet à Eau ! ajouté-je au moment où la musique devient un peu plus intense. Mesdames et messieurs, encouragez mon ami !

Dans la foule, j’entends des applaudissements et des sifflements, ainsi que des encouragements pour Carapuce. Celui-ci se retourne rapidement et retombe sur ses pattes avant de regarder la bourrasque de bulles au-dessus de sa tête. Il lance alors, à la surprise des juges, de miniatures jet d’eau précis qui éclatent chaque bulle, une par une, créant une brume colorée autour de nous avec un effet de brillances qui en met plein la vue à la foule. Une fois la musique terminée, je m’incline poliment, tout comme Carapuce.

Silence.

Pourquoi ? Ai-je fait quelque chose de mal ? J’ai bien respecté les deux minutes imposées, n’est-ce pas ? C’est sûrement ma chute de toute à l’heure qui cause ce malaise…

Puis à ma grande surprise, j’entends des sifflements dans la foule et des applaudissements partout. Je lève mes yeux pour voir que la majorité de la salle s’est levée pour me féliciter de ma première performance. Je suis sans voix. Carapuce tombe sur ses fesses, étonné de recevoir autant d’amour.

Lorsque les applaudissements ont ralenti, les juges font signe à tout le monde de baisser le ton car ils vont émettre des commentaires.

— BRAVO ESTELLE ! crie Kylie, de l’autre bout de la salle.

Son frère lui jette un regard noir alors que Jake pouffe de rire. Je me gratte la tête, embarrassée.

— Effectivement, ce sont les premiers mots qui me viennent l’esprit, déclare Contesta. Non seulement vous avez l’air d’une princesse, mais vous vous comportez avec la grâce et l’élégance d’une dame. Votre bébé Carapuce a beaucoup travaillé et je le remarque dans chacun de ses mouvements. Vous avez un don naturel pour élever les Pokémon, rien qu’on observant le niveau auquel il déjà rendu pour son âge.

Je rougis et je tremble des mains alors que l’une tient la Poké Ball de Carapuce et l’autre essaie de me couvrir le visage. Je suis surprise de voir que mes bonnes manières ont enfin fini par servir à quelque chose d’utile dans cette stupide vie. Moi, une princesse ? Ce n’est pas la première fois que j’entends cette remarque.

— En effet ! rajoute Suziko à côté de lui. C’est tout à fait remarquable !

Ah ! Le voilà le mystérieux personnage qui a dit cette phrase, un peu plus tôt. Pourquoi ne suis-je pas étonnée… ?

— Continuez sur cette voie, Estelle et nous assisterons à la naissance d’une star, dit l’infirmière. J’ai été très surprise de voir que votre Carapuce maîtrise déjà son eau assez bien pour contrôler la quantité des fluides. Quant à l’effet de tornade avec la capacité Mimi-Queue ? Fallait oser, mais c’était efficace ! Je vous félicite ! Vous êtes sur la bonne voie pour devenir une grande Coordinatrice.

Tant d’éloges… Je l’ai fait… J’ai réussi ma performance. Malgré le tract du début, je ne ressens plus qu’un sentiment de satisfaction alors que je me penche pour ramasser Carapuce dans mes bras. Je lui fais une bise sur la tête et soulève ce dernier devant la foule pour le montrer une dernière fois. Celui-ci salue tout le monde avec ses petites pattes et je me mets à rire tout en pleurant de joie. Poussifeu en profite pour nous rejoindre. Il sautille de joie à côté de nous et lance de petits cris de joie. Je suis sans mots…

— Allez-vous reposer, Estelle, dit alors Contesta, sourire aux lèvres. Vous l’avez bien mérité, tous les deux.

J’hoche la tête, puis retourne Carapuce dans sa Poké Ball, pour ensuite ranger celle-ci dans ma boucle de ceinture. Au moment de faire demi-tour, j'entends Kylie jacasser, dans la foule, alors que les gardes de sécurité essaient de la maîtriser. Mais qu’est-ce qu’elle a encore fait ? Poussifeu me regarde, inquiet, je me penche rapidement pour le ramasser et je tourne ma tête en direction de notre amie punk.

— C’EST MA POOOOOOOOOOOTEUH ! WOUHOU~ ! lance celle-ci en faisant tournoyer son chandail dans les airs, courant dans les estrades de gauche et à droite.

Elle évite chaque fois le gardien de sécurité qui essaie de l’attraper.

— Mademoiselle, descendez de là ! ordonne ce dernier, furieux.

— GO ESTELLE ! TU VAS TOUS LES MASSACRER ! rajoute mon amie, enthousiaste. GO ESTELLE, GO ESTELLE, GO !

Je soupire en secoue ma tête, puis lui lance mon plus beau sourire dans sa direction. Je fais comme Carapuce m’a montré, je lui monte mon pouce en l’air pour lui dire que tout est… cool.

Il faudrait tout de même qu’elle remette ses vêtements. On voit presque son soutien-gorge sortir de sa chemise sans manches qu’elle garde sous son chandail aujourd’hui. J’espère qu’elle ne récoltera rien de grave, malgré ses bêtises. J’imagine déjà Scrottie qui essaie de venir en secours à sa sœur, avec Jake complètement zen de son côté… qui doit probablement boire du thé en attendant le prochain tour.

De retour à la salle d’attente, plusieurs Coordinateurs et Coordinatrices me regardent d’un drôle d’air. Certains sont à la fois impressionnés que ma première performance se soit si bien déroulée alors que d’autres m’affichent des expressions plutôt jalouses ou négatives. Sortant des coulisses, Diana applaudit lentement et attire l’attention sur elle. Je l’observe, comme la plupart des gens.

— Excellente performance, pour une première fois ! » dit-elle. Cependant, ne t’attends pas à ce que je te laisse la victoire. Je ne compte pas perdre ce ruban après les nombreux sacrifices que j’ai fait pour me rendre jusqu’ici.

— C’est ça, t’as sacrifiée un enfant dans un volcan puis dévorer le cœur d’un puceau au passage… je réplique sarcastiquement.

— Comment oses-tu me parler de cette manière.

— Je ne te dois rien, tu es une peste et tout le monde ici a remarqué à quel point tu te prends pour le nombril du monde, alors ne viens pas me faire des menaces. Je n’ai pas peur de toi.

Quelques Dresseurs dans cette salle sont étonnés que je sois passée du mode princesse à celui de la langue de vipère. Lorsque les gens m’énervent, je peux me montrer mesquine et impatiente. Cette femme, je ne peux déjà plus la supporter. Elle me fusille du regard, puis s’en retourne dans les coulisses.

— Eh bah, chapeau ! dit une jeune femme qui est appuyée contre un mur. Tu viens de te mettre à dos, la fille de l’un des plus riches investisseurs de ces Concours. Tu ne risques pas de faire long feu dans cette carrière. Désolé de te l’apprendre…

Je commence déjà à être dévastée par cette nouvelle quand un garçon à sa droite dit :

— N’écoute pas ce qu’elle te dit. Tu as bien fait de remettre cette diva à sa place ! Tout le monde en a marre que Diana soit si hostile envers les autres Coordinateurs. Elle peut se montrer très vicieuse dans ces compétitions…

— Il a raison, dit un autre garçon qui s’ajoute au groupe. On a tous peurs d’elle à cause qu’on ne veut pas que notre carrière soi en jeu… et… puis bordel, ce qu’elle est conne !

— Mouais, mais je n’aurai jamais eu le culot de parler aussi effrontément à cette foldingue, dit la Coordinatrice qui secoue sa tête. En voilà des manières, pour une prétendue princesse !

Qu’elle pense ce qu’elle veut. Ils ont l’air d’ignorer que je suis la fille d’un milliardaire et que même si une porte se ferme pour moi, une nouvelle s’ouvrira quelque part. Je ne compte pas me laisser intimider par Diana. S’il le faut, je la battrai en finale pour cette compétition et je lui montrerai que je suis une Coordinatrice sérieuse qui mérite autant qu’elle d’obtenir ce ruban.

La personne qui passe après moi est l’avant dernière avant la fin du premier tour. Je vais avoir un peu de temps pour aller prendre un peu d’air dans les gradins et observer le spectacle de plus près. Je croise Jake, quelques minutes plus tard, qui est installé sur une estrade, seul et buvant son Thermos de thé tranquillement.

— Où sont les jumeaux ? demandé-je. La bêtise que Kylie a faite ne les a pas mis dans le pétrin, j’espère ?

— Non, ils sont simplement partis aux toilettes pour parler.

— Très bien… Je vais retourner dans la salle d’attente dans ce cas.

— Comment se passent les choses là-bas ?

— Oh tu sais… comme dans toutes les compétitions, les couteaux volent bas. Cette folle de Diana a essayé de m’intimider.

— Pas étonnant… Diana Lambert est une habituée des Concours et elle est reconnue pour manipuler ses adversaires, d’après l’article que j’ai lu sur elle l’autre jour.

— Elle manque de confiance en elle si elle se rabaisse à ce niveau.

— Sûrement…

Je confirme : l’attraction que j’ai ressentie pour lui quelques jours plus tôt s’est complètement volatilisée. J’ai l’impression de parler avec un ami de longue date. Il me salue d’un coup de tête, puis je m’en retourne à la salle d’attente, où je croise le regard avec la demoiselle en rose que j’ai vu un peu plus tôt. Elle est entourée du même petit groupe que tantôt.

— Miss Yuki, ta voix est si belle ! dit une Coordinatrice très jeune, la plus petite d’entre nous. Qu’est-ce qui t’a inspiré à chanter et danser en même temps que votre Pokémon ? C’était… extraordinaire !

— Je suis du même avis que Katia, dit un garçon plus âgé à leur gauche. La synchronisation entre ton Nymphali et toi était tout simplement parfaite.

— Oh allons, vous allez me faire rougir… dit la demoiselle aux cheveux roses, déjà rouge tomate.

Puis, elle me remarque et m’interpelle à venir les rejoindre.

— Estelle, c’est ça ? me demande-t-elle. Pas mal pour une débutante. J’étais à bout de souffle lorsque j’ai vu à quel point vous avez bien suivit le rythme de la musique, Carapuce et toi.

— Pour répondre à ta question, c’est bien moi. Pour le reste… merci beaucoup du compliment. J’ai simplement prise la décision de m’essayer au Concours trois jours plus tôt.

— Trois jours !? s’exclame la Dresseuse qui semble avoir peur de l’influence de Diana, celle que j’ai vu près du mur. Ça m’a pris des mois pour apprendre à mon Taupikeur à sauter à travers un cerceau en feu… J’imagine mal comment t’as pu faire pour apprendre tout ça à ton Pokémon en si peu de temps !

— Il a bien été dressé au laboratoire du Professeur Chen, dis-je. Pour le reste, j’ai des amis pour m’aider à renforcer ses attaques. La créativité est partagée entre nous.

— Bordel de m… commente la Dresseuse cynique qui se tait aussitôt parce qu’il y a des enfants autour de nous. Ça veut dire que j’ai une poisse collante qui me suit depuis Azuria !

Je laisse le petit groupe parler ensemble et m’installe sur le même banc où j’ai passé la dernière heure. Je lève mon regard vers l’écran HD, alors que la dénommée Yuki vient s’asseoir à côté de moi.

— J’ai cru comprendre que tu as reçu un téléphone important durant ma performance, dit-elle. Dommage. J’aurai aimée pouvoir discuter de nos talents ensemble.

— Ah bon ? A entendre les autres, il semblerait que tu aies assurée.

— Oui, mais parfois je suis un peu nerveuse et mon rythme est tout saccadé quand ça arrive.

— La question est : as-tu fait cette gaffe aujourd’hui ?

— Non… marmonne-t-elle.

— Dans de cas, tu n’as rien à craindre. D’après moi, tu passeras au prochain tour.

— C’est gentil de le dire…

Elle n’a pas l’air si sûr d’elle et se croise les mains en regardant l’écran, au-dessus de nos têtes. Elle jouae nerveusement avec ses deux index. Pendant ce temps, l’avant dernier compétiteur vient de terminer son tour et il n’a pas vraiment convaincu la foule, ni le jury. Celui-ci baisse des bras et s’éloigna, mine basse.

Poussifeu se sent triste pour lui. Mon Pokémon se trouve toujours près de moi, il ne me quitte pas d’une semelle. Je me sens bien quand il est là, ça me rassure. J’espère qu’on aura la chance de combattre ensemble, si nous sommes choisis pour la suite du Concours.

Jenny Springfield est priée de se présenter sur scène, dit la voix à l’intercom, derrière nous.

La fille qui déteste Diana Lambert quitte le groupe et s’aventure dans les couloirs. A-t-elle vraiment entrainé son Taupikeur à sauter à travers un cerceau enflammé ? Je lève mon regard vers l’écran et elle se présente avec enthousiasme à la foule, sortant de sa Poké Ball un Pikachu avec lequel elle éblouit la foule d’un éclair à en couper le souffle. Je me demande si Pichu pourra faire ça, un jour…

Un instant plus tard, je vois le rongeur bondir dans les airs et disparaître à une vitesse hallucinante alors qu’il attrape des balles en styromousse que sa dresseuse lance dans les airs, pour les renvoyer dans ses mains, d’un simple coup de queue.

Elle se met à jongler avec les trois balles par la suite et ordonne à son Pokémon de bondir dans les airs pour passer à travers ces derniers. Il passa à une vitesse hallucinante entre l’espace vide de sa jonglerie, ce qui choque les juges mais d’une excellente manière. Je remarque que Jenny est rousse, à la caméra. Elle a de nombreuses taches de rousseurs et des yeux verts. Elle est habillée en jaune, voilà qui explique son choix de Pokémon. Je dois avouer qu’elle a l’air de savoir ce qu’elle fait. Elle pourrait même travailler pour un cirque…

Pour finir son spectacle elle lance les trois balles dans les airs et siffle en mettant ses doigts entre ses lèvres, ce qui déclenche l’attaque finale de Pikachu. Ce dernier bondit très haut et foudrit les sphères dans un mouvement circulaire, en se guidant avec l’électricité de ses joues. Les balles éclatent en un millier de morceaux, puis il retombe sur ses pattes arrière et montre son plus beau sourire à la foule. Les spectateurs ont apprécié le spectacle, tout comme nous dans la salle d’attente. Jenny s’incline respectueusement et écoute les commentaires des juges avant de revenir dans la salle d’attente.

Je tourne mon regard vers Yuki qui est mortifiée.

— Tous les mouvements étaient précis… Elle n’a pas tremblé une seule fois… remarque-t-elle.

C’est vrai. Cette Jenny était en parfait contrôle de la situation durant toute sa performance, à un tel point que je me demande quand elle a commencé les Concours, pour être honnête.

Lorsqu’elle revient dans la pièce, on commence déjà à annoncer les noms des dix participants qui passeront au tour suivant. Je vois mon nom apparaître en sixième place, mais c’est avec tristesse que je tourne ma tête vers la demoiselle aux cheveux roses qui vient de baisser son regard, découragée.

— Je… Je n’ai pas été choisie… marmonne-t-elle, déçue.

Elle enlève le ruban qu’elle a utilisé pour s’attacher les cheveux, puis se dirige vers les coulisses avec une expression chagrinée, alors que d’autres Coordinateurs et Coordinatrices l’imitent. Nous sommes au moins une vingtaine aujourd’hui. Je suis sous le choc de voir que certaines personnes qui n’ont pas été retenues sont des gens qui ont très bien performer.

Mais ce qui me surprend davantage est que l’écran nous jumèle déjà avec nos adversaires de la deuxième manche. Je vois que Diana va combattre un inconnu, alors que moi, je dois me mesurer à Jenny Springfield. Poussifeu s’agite dans mes bras. Il veut déjà combattre notre nouvelle adversaire. J’essaie de le calmer, mais sans façon. L’esprit compétitif de mon partenaire me surprendra toujours.

Je tourne alors mon regard vers Jenny. Elle n’a pas l’air à son aise quand elle me regarde. Après ce qu’elle m’a dit sur l’apprentissage de mon Carapuce, elle regrette déjà de passer en seconde manche. Est-ce moi qui hallucine ou elle se dégonfle ? Après la performance qu’elle vient de nous faire avec son Pikachu, j’ai la certitude que je ne dois pas la sous-estimer. Je prends donc une grande inspiration, et expire.

Je commence enfin à avoir hâte que notre tour arrive…

— Poussifeu, je prie les dieux des Concours Pokémon de nous laisser la chance de vaincre cette femme, dis-je à mon Pokémon. Après la conversation que j’ai eue avec Diana, il est hors de question qu’on perde ! Je veux me rendre en finale. Et toi ?

Mon poussin lance un cri de guerre et hoche la tête.

Est-ce moi ou je suis en train de devenir pire que Kylie lorsqu’il est question de gagner ? Sur cette pensée, je caresse la tête de Poussifeu et lui fait une bise sur la joue. Ensuite, je l’enlace contre moi et j’attends avec impatience qu’on puisse se battre.

Annotations

Recommandations

Kentyn
Enfin Haïkus il n’y en a pas beaucoup... plutôt mokis et bribes poétiques libres..
81
90
1
0
É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
2471
4627
445
248
ElliePyroFire
Kali mène une vie qui devient pesante. À travers ses souvenirs, la jeune femme revit ses traumatismes et tente de s'accrocher, d'avancer en espérant que son cauchemar se termine enfin...
(Inspiré de faits réels)
74
48
60
29

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0